Il neige

la-valette-du-var_177230

Il neige fort sur ma ville.
Des flocons, silencieux, tranquilles,
Recouvrent d’un blanc minois
La cité soumise à leurs émois.
Un rideau transparent, floconneux,
Descend directement des cieux
Qui calment la douleur des nuages
D’être, par la neige, pris en otages.
Mes chats, peu habitués, s’étonnent
De ces flocons qui tourbillonnent,
Disparaissent sur le sol mouillé.
Ils en oublient les plaids douillets.
La neige, magicienne, se déchaine.
Elle se libère de ses chaînes.
Trop longtemps restée dans l’oubli,
Sa nostalgie visite ce coin de mon midi.
Elle calfeutre les bruits dérangeants,
Force au repos l’activité des gens.
Flocon, mon chat, au même nom,
Regarde, passionné, tomber ses compagnons.
Une ville de grands secrets s’habille
Pour la joie des garçons et filles.
Un mois de Février fête son hiver
Dans ce coin du midi, pour changer d’air.

 

27 février 2018 – Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 15 mars, 2018 |2 Commentaires »

Quand

IMG_3044

Quand s’éteindra au bout du voyage
Ma flamme et ses nombreux bagages,
À qui manquerai-je, puisque déjà ici-bas
Ma solitude, durant des heures sans combat,
Me tient compagnie, seule confidente
Fidèle à ce pire et ce meilleur, aimante.
Par contre, vous manquerez à ma vie,
Vous, chers animateurs de mes folles envies.
Que découvrirai-je de plus ailleurs
Si ce n’est la rencontre avec ce Seigneur
Aux paroles d’un monde en débâcle
Qui m’attend dans son tabernacle.
J’ai beau creuser ma tombe déjà prête,
Le doute, le doute me tient tête.
Tant de quesions sans réponses vraies
Depuis le Création farcie d’ivraies.
Mise au régime par la perpétuité 
Ce n’est pas faute de messages ébruités.
Comme ce sage St Thomas, finalement,
En cet enfer, serai-je au firmament ?
Mon âme, pressée de quitter mon corps,
L’a laissé en héritage à la mort.
Souviens-toi de cette âme nue
Jamais aperçue dans ta bienvenue.

 

25 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Bri Duyols sur Facebook

 

 

 

Une simple épeire diadème …

28336274_229774910902942_1621610927949522151_o

Une épeire diadème
Attend qu’on l’aime …
Cette Araneus diadematus
D’un temple du lotus
Ses chakras a ouvert
Pour accueillir mes vers.
Dans une haie de lumières
Elle porte sa croix, altière.
Les épines de son diadème
Sont tous ces « je t’aime »
Accrochés à ses pattes velues
D’une tisseuse de toiles dévolues.
Telle Shiva, de symboles occultes,
Réceptive à tous les différents cultes,
Son gros diamant ventral
Est le tabernacle de l’Agneau Pascal.
Déesse venue de la ville de Chandernagor
Elle tisse ses toiles de fils en multicolor,
Qu’elle soit tortue Ninja ou Bouddha
Sa beauté renversante m’envoûta
Comme une fan pour son idole …
Mais comme tous les symboles
Elle porte sur elle cette ascension
Trouvée dans le silence de l’Adoration.
Une simple épeire diadème,
Messagère en ce temps du Carême,
Qui brode de fils d’argent une spiritualité
En ces temps bien alités.

 

25 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : Frédéric Hennion sur Facebook

 

 

Le python vert

28423308_1991320284467481_6133335988497465908_o

Un python vert
Au crâne plat
Bigle mes vers
Tremblotant de cela.
Sa parure de perles fines
Scintille pour chatnine
Qui voit en ce borgne
Une proie qu’il lorgne.
Ses crochets menaçants
D’un conte persan
Endort ma frayeur
Pour ce joli coeur
Venu pour la St Roméo
Écouter ces quelques mots.
De ses belles émeraudes, pour l’Australie
Il embobine mes rêveries
Arboricoles ou pas, en ce dimanche
Sa queue reste accrochée à la branche.
Cette pâte de guimauve verte enroulée,
Inattendue, a libéré mon boulet
Traîné par d’ancestrales peurs
D’un serpent fautif de nos malheurs.
Comme moi, il aime la nuit.
À cause des oiseaux, déjà les ennuis
Vont nourrir ces rongeurs ennemis
Qui séparent ou rapprochent les amis.
Désormais un python vert, nouvel invité
S’est infiltré dans ma poésie toute excitée …

 

25 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Thomas Chaumontel

 

 

Reliques hivernales

IMG_3041

Le Lac Blanc
De ses gisants
A fait rejaillir
Ses souvenirs.
Un tricéraptos nourrisson,
Carapacé dans un glaçon,
Dans le maigre filet d’eau
Contemple sa vie filée trop tôt.
À ses côtés un horrible requin
Édenté, attend un festin,
Les mâchoires paralysées de froid,
Il sourit à ce qu’il fut autrefois.
Une énorme ourse couchée, agonise,
Glacée dans sa blanche chemise.
Elle se souvient des tendres caresses
De ses oursons, de leurs maladresses.
Une colombe qui croyait à la paix,
Sur le ruisseau, ses ailes drapées
Secouent ses illusions dérisoires
Sur ce ruisselet d’une eau noire.
Un gorille égaré, parachuté là …
Il se retrouve, étonné, parmi ceux là.
Est-ce un de ses ancêtres célébrissime
Touriste venu s’échouer en ces abîmes ?
Les yeux inquiétants d’un loup
Fidèle pour ce dernier rendez-vous,
A chassé d’un bouledogue le gorille.
Il a marié tant de ses fifilles …
Quant à la chouette de bois vermoulu,
La neige n’en a pas voulu.
L’hiver et son chaos de gisants,
Sculpture de glace, s’autorisant
À dévoiler les fonds ensevelis
En ce Lac Blanc entouré d’éboulis.
Secrète Dame Nature immortalisée.
Ses quelques reliques elle a exposées,
Profitant de la neige et du gel
Après tant de siècles de dégel.

 

25 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Claude Selig sur Facebook

 

 

 

 

Un rameau de léo

 28161958_10213888463622908_7119449233609426031_o

Splendide quatuor de léopards
Un peu loubards, roublards, testards,
Dans leurs yeux sont des poignards
Fixés sur les innocentes proies du hasard.
Perchés, camouflés dans les feuillages,
Silencieux, sages comme des images,
Une mère et trois Léo dans les branchages
Attendent de la providence ses avantages.
Fautif, leur garde-manger est sans cesse vidé
Face à tous ces appétits aux crocs débridés.
Telles des bombes, ils tombent sans prévenir
Sur les imprudents trop pris par leurs loisirs.
Ces jeunes malabars sont tiraillés sans cesse
Par une faim qui jamais ne paresse …
À la chasse ils s’en vont régulièrement
Sous les ordres et gestes de leur maman.
Les cabanes dans les arbres, pour eux,
Existent depuis que le ciel est bleu.
Ce bleu qui se mire encore dans leurs mirettes,
Des yeux qui vous mettent le coeur en fête.
Heureuse photographe, ce jour, d’avoir aperçu
Ce tableau de famille à leur insu.

 Depuis courent-ils sur la prairie ?
Étaient-ils là, témoins d’une mauvaise plaisanterie ?
Errent-ils sur les terres meurtrières du Mara ?
Sont-ils des âmes guerrières, sous ces apparats,
Digérant leurs fautes dans un parc du Purgatoire ?
Ou simplement se reposent-ils sur cette histoire?
Toujours est-il, perdus dans leur contemplation,
On peut les voir recueillis, en pleine méditation,
Juchés sur l’arbre de la divine connaissance
D’un Eden aux éternelles vacances.

 

22 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : Marielou Dhumez sur Facebook

 

 

 

Série noire

28166353_1826069367425741_917988280975286247_n

Un chtroumpf  accourt
À la tombée de ce jour
Alors que disparaît le soleil
Pour une nuit de sommeil.
Le ciel est encore bleu
Pour ce chtroumpf amoureux
Qui voulait dérober la lune
Pour éclairer son infortune.
Avertie par les étoiles, ses amies,
Absentes elles aussi face à l’ennemi,
Une nuit étrange se prépare
Surveillée par un gardien de phare
Amené par les nuages jusque là.
Cet ancien agent du FBI dévoila
Aux étoiles le complot organisé
Par ce chtroumpf à l’haleine anisée.
Abou, témoin, sans connaître l’histoire,
Prit un cliché de cette série noire,
Une fiction écrite par le célèbre soleil
Dont l’imagination n’a pas son pareil.
Cette scène d’un tournage nocturne
A répandu une humeur taciturne,
Entre chien et loup, d’un jour sans fin,
Tout ça parce qu’un chtroumpf plaisantin,
Jovial, vedette d’un court métrage crapuleux
Voulait voler la lune quand le ciel est encore bleu.
Les hôtes du Masaï Mara, aux premières loges, purent
Assister à cette Première en grandeur nature.

 

21 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Abou Kilambo sur Facebook

 

 

Speed way

IMG_3024

Dix heures sonnent.
Speed way,
Ouais, ouais,
Est en retard
Pour personne …

Il arpente,
De légers sauts,
La grève accueillante
Aux sages flots.

Sanderling, attaché
À un bécasseau pressé,
S’offre un panaché,
Empressé, stressé.

Pris par la vitesse,
Le bec en liesse,
Le jour paresse.
Rien ne presse …

Dix heures ont sonné.
Standerling s’assoupit.
Un bécasseau abandonné
S’offre un répit.

Speed way
Ouais, ouais,
Flâne away
On his way.

 

21 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

Premier carnaval

IMG_3020

Un guêpier écarlate
Pas discret … masqué,
Costumé à la hâte
D’un habit de perroquet,
Veut ouvrir le bal
De ce premier carnaval.
Carnaval d’un thème original
Organisé par les chacals.

Invité de dernière minute,
Il fait sécher ses couleurs
Son bec attentif à tout azimut
Heureux de ce gai leurre.
Étonné de ce calme soudain,
Il s’aperçoit que ce déguisement
Ne satisfait pas sa faim …
Plus le moindre insecte volant ! …

Pensif, il cherche une solution.
Le carnaval bat son plein.
Ébouriffé de fortes émotions
Il s’apprête avec entrain,
Le bec pointu, pointé, pointeur,
À piquer de ses fards le brouhaha
Pour noyer son look trop voyeur
Parmi les envolées cahin-caha.

Il profite de bouchées extra
Qui zigzaguent sur le Mara
Enflammé, en liesse, en délire,
Pour ce premier carnaval des vampires.
Masqué … pas discret,
Ce guêpier en secret
Aux allures d’un perroquet muet
Se gave dans les folles ruées …

 

20 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : Laurent André

 

Le marais des songes

28061562_10156142001832838_5039981707246909505_o

Sur le marais des songes,
Ses fines pattes en croix,
L’avocette élégante plonge
Son bec dans le courant froid.

Elle cherche sa nourriture,
Son postérieur en bombe,
Présente sa blanche encolure
Muette comme une tombe.

Le marais, immense, éponge,
Assoiffé d’eau permanent,
Boit tous les songes
De l’avocette vêtue de blanc.

Le marais de ces rêveries,
Troublé, ses eaux chavirées,
Est sensible aux flatteries
De ce long bec en virée.

Ce bec n’arrête pas ses plongées,
Dans ce lit fait de songes,
Bulbe d’une fleur rongé,
Dévasté par les mensonges.

De pensées ferventes
Le marais alimente
Sa soif permanente
Des songes de l’avocette élégante.

 

18 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

123456...134

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus