Sous les jacarandas

065085109abe8c539ec6cea209e5d9cd--driveway-trees-australia-jacaranda-tree

Sous les jacarandas fleuris
Mes mots jonchent l’allée.
Les fleurs de mon passé flétri
Vers l’oubli s’en sont allées.

Pensées tendres d’un lieu traversé,
De vagues souvenirs mauves
Viennent de leurs beautés bercer
Ces arbres devenus chauves.

Il va ainsi des choses
Qui me reviennent, moroses,
Refleurissent comme la rose
En cet hiver d’ecchymoses.

Sous les jacarandas fleuris,
Un instant le passé me sourit.
Me voilà devenue vieille depuis …
Mes mots avec eux ont refleuri.

J’irai encore sous les jacarandas
Conter fleurettes aux abandons,
Fouler leurs pétales sous mes pas
De tendres mots enlacés à ce nom.

 

17 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 29 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Les dents de la Mara

26757817_205789456652802_3774797182064888690_o

Les dents de la Mara …
Fait comme un rat !
Ce Colonel après une revue,
Flotte discrètement à la vue
De toutes ces assoiffées troupes
Qui viennent boire en groupe.
Lors de ce défilé silencieux,
Il a repéré les faibles, les vieux,
Les jeunes victimes inexpérimentées.
Il faut bien s’alimenter !
Il profite des rives glissantes,
Des sols boueux en pente
Qui favorisent l’assaut cruel
De ses redoutables mâchoires de Colonel.
De passage, des japonais ont mitraillé
Bavant, dégoulinant de restes débraillés,
Ces dents de la Mara en plein repas,
D’un croquemitaine spécialisé pour le trépas.
Pour aider ce Colonel ambitieux
Son bataillon s’invita à son délicieux
Menu qu’à lui seul il ne pouvait engloutir.
Les sous-fifres, il faut bien les nourrir !

Les dents de la Mara et ses réjouissances
Ne me mettent pas en apétence …
Pas plus que tous les festins
Des chasses d’assassins.
Âmes sensibles s’abstenir …
Comment vai-je jouir ?
L’autruche a du mal à déglutir …

 

19 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Georges Barré sur Facebook

 

 

Tournez manèges !

merry-go-round-1278487__340

à Angèle Hoffmann, ma dédicace et mon amitié,

Montent et descendent les chevaux de bois
Sur une musique de viole d’autrefois.
L’enfant, ébahi, est ce nouveau roi
Tandis qu’à ses pieds la foule festoie.

La grande roue entraîne avec elle
Tous ces rêveurs en de petites nacelles
Qui dominent le monde en un seul tour
Dans le cercle infernal des beaux atours.

À coups de balancier, le bateau ivre
Du stress les gens heureux les délivre.
Volent jupes et mèches folles
Sur les vagues imaginaires d’une métropole.

Enchaînés, enivrés de vitesse, des pantins,
Assis sur des sièges, postillonnent leur baratin,
Virevoltent dans tous les sens, polichinelles
Attachés à un puissant manipulateur de ficelles.

De secousses offertes par la secrète vie,
Des passagers venus carapacés d’envies 
Dont les soucis du bien être se moquent, 
De brusques courtoisies s’entrechoquent.

Le grand huit dont la boucle est bouclée
Vers l’infini divague sur une portée sans clé.
Sur ses rails chauffés par les sensations
Il compte et recompte les criardes émotions.

Fuite endiablée vers des montagnes russes
Dans la poussière et les klaxons d’autobus,
Marche avant, marche arrière, tremplin rebondissant
Tourne, tourne le manège des passants.

La barbe à papa, la chique en sucette,
L’enfant tire le pompon d’un ballon en guinguette.
Quelques tours de manèges l’ont transporté
Dans un tourbillon par la vie escorté.

La planète terre, ce grand manège
N’arrête jamais ces jeux de florilèges.
Sa farandole effrénée nous irrite, nous allège,
De sa permanente fête foraine en grand cortège.

 

20 Janvier 2018 – Jeannine Castel 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 28 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Le Paillasson du bonheur

 26952190_764848560379902_3815608223036778580_o 26904444_174237176678418_4599572625612178801_n

«LIPSTICK
N’aime pas les moustiques
Quand il pique-nique.
Ça lui donne des tics ! »
Commentent ces deux commères
Réputées pour leurs plumes légères.
Elles sont enchantées d’être invitées
À la table de ce donateur agité.
Ces deux vieilles filles, coincées, pipelettes,
Amères de ne pas avoir eu de conquêtes,
Ont crée une association de donateurs
Afin de partager quelques instants de bonheur
Par tous les animaux de bonne volonté
Qui veulent offrir un peu de leurs bontés.
« Très chère, vous avez vu cette dégaine ?
Pas étonnant qu’il ne garde pas de reine !
Et tous ces tics pour des moustiques …
Mais que lui trouvent-ils tous ces loustics ? »
« Il parait qu’il descend d’une vieille noblesse … 
En tout cas on ne l’a jamais vu à confesse !
Il possèderait un grand domaine dit-on … »
« Oui mais squatté par ces diables de lycaons ! »
« Que font-elles ces deux follasses emplumées ?!
Elles sont en retard … je suis enrhumé …
J’ai pas la forme pour tenir le crachoir
À ces deux antidotes de la fièvre du samedi soir !
Ah ! les voilà qui s’amènent ! Quelles bedaines ! »
Après quelques formules de politesse, de bienvenue,
LIPSTICK vient au fait de leur venue …
« Laquelle de vous deux veut être la marraine 
De mon tout dernier rejeton, ce polisson ? »
« C’est Philo … voici un cadeau… un paillasson …
Où est ce petit chenapan ? »
« Il est en ballade avec sa maman »
« Vous pratiquez la garde alternée ? »
« Elle l’éduque pour la chasse, à berner,
Truander d’innocentes proies …
Faut bien vivre, on a pas le choix.
Vous le verrez donc pour le baptême ! »
« Hihihi ! ça rime avec Philomène … »
« Deux tartes à la crème ces deux rombières !
Tiens je vais étrenner ce paillasson de première ! »
Sur ce tapis de plumetis LYPSTICK s’endormit.
Réveillé, chatouillé par des bataillons de fourmis
Tandis que tout autour fusaient les rires … 
« Non mais c’est quoi ce grand délire ?
Ne suis-je pas votre Roi ? votre Sire ? »
De voir tous ces animaux ensemble lui sourire
Il fut heureux de ce moment de paix partagé.
Il proposa à chacun de venir s’y asseoir.
Une diète tomba comme un assommoir !
Mais dura ce que dure le bonheur…
Si vous l’apercevez, offrez lui des fleurs, 
Et sur ce paillasson partagez votre bonheur.
En noir et blanc, en couleurs, qu’importe
Sur ce tapis volant voyagez de la sorte.

 

17 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photos : Eric Dussaux et Jean Paul Acquaviva sur Facebook

 

 

 

 

Le sentier perdu

26232548_10156037551547838_4072771251350082513_o

Une fouine des foins, curieuse,
Sur Le Sentier Perdu
S’est perdue pour de bon
Car cette petite fouineuse
Aime ce qui est défendu :
Passer le Pont des Tourradons.

Notre fouine des foins,
Pour un soin de manucure,
Était partie de bon matin
Vêtue de sa plus belle fourrure,
D’une écharpe de mohair,
Vers l’Institut  “ Griffes de fer ”.

Souffrant d’un rhume de cerveau,
Notre fouine des foins, pauvrette,
Avait perdu son précieux flair,
Quand au passage d’un cours d’eau
Elle crut voir dame belette
Filer à la vitesse d’un éclair.

Point de belette mais de martre
Qui observait dans les broussailles,
En lisant du Jean Paul Sartre,
Cette inconnue de forte ressemblance.
Reniflant, s’approchant de cette ouaille
Elle reconnut à l’odeur ses semences.

Pont des Tourradons, nos deux louloutes
Firent ensemble, joyeusement, un bout de route.
Qui de la martre ou de la fouine,
 Les pins ou les foins en déroute
Identifièrent ces deux coquines
Qui baragouinent en sourdine
Sur ce Sentier perdu.

 

26173488_10156034322917838_5561278504029808349_o

16 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photos : KLIBI Sabri sur Facebook

 

Publié dans : animaux, Photographe KLIBI Sabri | le 27 janvier, 2018 |2 Commentaires »

Ce qui est juste pour eux

26815376_1786423194723692_6537547243166313712_n

Pauvre buffle, vieux, las, traînard …
Il a fallu cinq puissants lions
Pour t’achever de leurs cruels poignards,
Sous le regard avide de la rébellion,
À coups de griffes, de morsures, de bestialité.
                      Comme chaque être face à sa vie alitée,                     
 Qui attend son heure pour le passage,
Ton adieu dans tes beuglements douloureux
A versé du baume au coeur en ce carnage.
Mourir en héros dans un cirque silencieux
Ou dans un lit, terrassé par la maladie,
L’acharnement n’a pas la même faim de vie.
Finie ta jouissance tant applaudie.
Elle a viré de bord pour d’autres survies.
On dit que c’est la vie, sobre résumé
Qu’il est Inutile d’embaumer ni de parfumer.
Ce corps destiné à partir en fumée
Ou enseveli dans des ténèbres inanimées,
J’ai beau savoir que la vie est faite ainsi
Une question me colle … sans la souffrance c’est l’ennui ?
Dévoré et sans remords ce pauvre vieux !
À ce qu’a voulu la mort, la vie t’a dit à Dieu !

 

16 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Kilambo Abou sur Facebook  

 

 

 

Publié dans : animaux, Photographe Kilambo Abou | le 27 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Le fantôme des sous-bois

26232863_945746868910131_6561531869569622046_o

C’est un fantôme des sous-bois
Tout petit
Tout mimi
Doux comme la soie
Qui se prend pour une montgolfière
Toute verte
Alerte
Ennuyée d’être toujours à terre.

C’est un fantôme des sous-bois
Lumineux
Joyeux
Qui nous offre des émois
Pour toi
Pour moi
Quand nos coeurs ont trop froid.

C’est un fantôme des sous-bois
Un génie
De la belle nuit
Féérique
Cosmique
De Noël qui brille pour toi.

C’est un fantôme des sous-bois.

4 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Sébastien Majerowicz sur Facbook

 

Publié dans : Nature, photographe Sébastien Majerowicz | le 26 janvier, 2018 |2 Commentaires »

Selon le jour

26196126_1781616015204410_1802903638113780457_n 26841021_1842801936012092_609403078046486313_o

Selon le jour
Le menu varie
Libre cours
Sans les avaries.
Une jeune gazelle, 
Tout juste née,
Épaisse comme une ficelle
Fit le déjeuner
De cette lionne affamée.
Premières soldes acclamées !

Là, c’est Queen of Kabozo
Qui ramène Damoiseau,
Jeune Seigneur phacochère,
Tandis que sa mère
Dans une course éperdue
Sait son enfant perdu.

Pendant ce temps Narcisse
Devant son miroir
De quelque saucisse
Jouira de ses pleins pouvoirs.
S’affûtant les griffes
Pour un prochain festin,
La lionne se rebiffe …
Elle tient à son butin.

Une course à l’échalote,
De giclées de sang, de calottes,
Dure, cruelle, ce n’est qu’un reflet
Qui passe et trépasse
De vies, de morts, face à face.
Selon le jour,
Comme l’amour,
Une proie entre les dents
D’une seule bouchée
Billet gagnant.

 

26733490_1781620241870654_4869385549726354703_n

11 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photos : Kilambo Abou et Tony Crocetta sur Facebook

SEREIN

26850649_953591911458960_215821608206728589_o

Serein, Isolé et lointain,
Sur la mousse d’un paradis
De plus en plus éteint
De sa lumière il resplendit.

Entouré d’un obscur sous-bois,
Il manifeste sa joie éclatante.
Solitaire parmi les cris aux abois
D’âmes égarées sur les sentes.

Il a poussé comme un champignon
Serein, sans crêpage de chignon,
À l’abri des nombreux gnons
Qui font pleurer les oignons.

La nature, secrète, camoufle
Ses biens les plus précieux.
Sous ce luminaire elle s’emmitoufle
De rais de bonheurs délicieux.

Serein, oubliant le tumulte
En ce bois propice aux culbutes,
Sur sa butte de douce mousse
De sa fraîcheur il m’éclabousse.

Serein, serein, petit mousse.

18 janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Sébastien Majerowicz sur Facebook

 

Mascotte ou Doudou ?

26841558_1844606929164926_6185030341659482242_o

« Trempé comme une soupe !
Ah ! mes louloutes
Il vous faut une loupe
Pour dévoiler vos doutes !
Quand il sera l’heure
Viendront les grands inquisiteurs
Lorgner ma sexualité encore mineure.
Chouquettes ou Puits de douceurs ? »

La queue secrète, une patte interrogative,
Ce jeune léopard pose une devinette …
Nous montre t-il réponse à nos dérives ?
Mâle ou femelle cette jolie tête
Ne peut-être qu’au masculin
Pour nous aborder d’un tel baratin …
Femelle ou mâle cette poule mouillée
D’un féminin veut nous embrouiller …
Tout cela promet un Léo de grand chemin !

« Boulettes sur un jeu de piste, quel trésor
Sous ce superbe Léo dort ?
Les votes sont ouverts …
Ah ! ces humains et leur flair ! »

 

16 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Tony Crocetta sur Facebook

Publié dans : animaux, Photographe Tony Crocetta | le 23 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »
123456...129

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus