Vallée du Lakagigar

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nulle algue, nul arbre,
Sur ce torrent de marbre
N’a brisé la dure lave
Du Lakagigar et sa bave.

Seule une mousse vert de gris
D’une belle mise en plis
A frisé ses étendues volcaniques
Pour atteindre l’atlantique.

Il ne reste que ces plaques mortuaires
Scellées sur des lopins de terre
D’une vallée en deuil
Recouverte de dangereux écueils.

Un marsouin à tête de veau marin
N’a pu apaiser ses faims
Enseveli par l’érosion mortelle
De ce volcan retenu par des bretelles.

L’unique fleuve vaillant, aventurier,
Creusa son lit en ce parcours meurtrier
Poursuivi, arraché aux griffes de sorcières
De cet impétueux et fusionnel cratère.

 

29 Mars 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine sur Facebook

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie, Nature | le 11 avril, 2019 |Pas de Commentaires »

Direction NYC

54230612_10215379132370839_6551625125718917120_o

Direction NYC, Pont suspendu de Brooklyn
Sans la belle et sensuelle Marilyn.
Quai des brumes en supervision
Aux scellés sur la mondialisation.

Plongée dans les ténèbres l’East River
Admire ce géant câblé d’acier, de fer,
Dont l’unique liaison avec Manhattan
Fait de ce Pont le joyau du marathon man.

Sur ses rives la cité somnole,
Visitée par ce pont sans amphiboles
Décoré de guirlandes scintillantes
Dégoulinant de perles ruisselantes.

Lumières sur la Skyline et ses spleens
D’une ville endormie sans Chaplin.
Dumbo survole de nombreux quartiers,
Se perd dans la nuit loin de ce pont piétonnier.

 

18 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Antonio Gaudencio sur Facebook

 

 

Show de coatchs

IMG_0767

C’est un château suspendu dans les airs
Le château du bon roi Dagobert !
Ce roi au long cou impressionnant
Fait le pont, couché sur le temps.
Il porte une perruque brune frisée,
Bougonne, mécontent, de la risée
Qui pousse la chansonnette et l’accable
D’une étourderie jusqu’à ce jour mémorable.
Il observe dans l’espace le bon Saint Éloi
Qui survole dessous lui des étendues de bois.
Son visage est nécrosé, rongé par la vermine,
Sa tête crevassée dégouline sur sa pèlerine.
Étranges vaisseaux spatiaux fantasmagoriques
Où même le ciel dans les nuages est énigmatique.
Ce roi transformiste porte des épaulettes
Sur sa tunique haussée de deux lingettes.
Le trône du roi est une chute d’eau turquoise,
Une cascade qui lui sert aussi de toise.
Saint Éloi, ce vaillant et courageux centaure
Protège Dagobert des attaques de météores.
Ces dernières se font un malin plaisir
À déséquilibrer tous ses désirs.
Aux dernières nouvelles d’après ce cliché
Il sembletait que son dernier souhait affiché
Montre un roi Dagobert aussi gourmand
Dont la culotte est usée par les retournements.
Son île flottante fortifiée par des falaises
A sauvé son roi et sa peur de la fournaise.
Ni enfer, ni confesse, mais seulement des vers.
Des vers qu’il écrit et lit à l’envers
Laissant aux oisons, s’ils en ont envie,
Le soin de remettre à l’endroit son pont-levis.
Son sabre de bois lui sert de chausse-pied,
Son sabre de fer est resté coincé dans ses souliers.
Transpercé par mon château de part en part
Je bouche l’accès à son double goulot ce veinard
Qui boit sans soif une histoire à dormir debout
Pour calmer le roi Dagobert de son courroux.
Deux avatars ce soir de mes vieux souvenirs
Ont réveillé Dagobert, ce bon roi, pour m’endormir.
Et voici que mes châteaux en Espagne avec eux, 
Planent, dansent avec des coatchs joyeux …

 

8 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Grég Delaville sur Facebook

 

 

 

 

INSERT

55807398_2272623276091240_3619750981975146496_n

C’est un guépard rieur
Un peu moqueur
Un peu crâneur
Qui rit de bon cœur.

D’Etosha ou bien d’ailleurs
De ses crocs farceurs
Il rit jaune
Face à notre faune.

Les yeux plissés de désirs
D’un simulacre plaisir
Qui lui sied à ravir
Je le sens frémir.

Frémir de voir venir
De si beaux souvenirs.
Jaloux d’une RISETTE
Il lui fauche la vedette.

D’un premier entretien
Il me reproche ce lien
Dans un rictus nerveux
Inconnu de mes yeux.

Jean qui rit
Jean qui pleure
Ce pauvre chéri
Me met en demeure.

De ses crocs menaçants
Ce contact devient grinçant
Me met mal à l’aise …
Ce n’est pas une fadaise.

Son culot m’interpelle
Mâle ou femelle
De Namibie et ses déserts
Je vous présente INSERT.

Comme l’huile sur le feu
Ses doux aveux
De délires prometteurs
Me font craquer pour ce frimeur.

Interrogative sur l’imprévu
De cette entrevue
J’attends les retombées
De nos bouches enivrées.

 

27 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Philippe Frey / Nomades du monde sur Facebook

Vivement… vivement …

56332512_2401701473194918_2737690348644990976_n

Prendre le temps comme il vient
Si fragiles sont les liens.
Languir, te revoir, qui sait ?
Des jours à vivre du passé.

Nostalgie ou mélancolie
De la sagesse à la folie
Vivre vraiment sa vie
D’éphémères envies.

Prendre le temps de vivre …
Ce demain qui enivre
N’est pas sûr de survivre
À l’envie de vivre.

Ce temps toujours compté
Sur des pages contés
Feuillète nos années
D’insondables apnées.

Dans cette salle d’attente
D’espérances oppressantes
Leurs langueurs et soupirs
Boostent l’avenir.

Pour une boucle bouclée
Belle et musclée
BEWARE de sa joie de vivre
Attend toujours des vivres.

Vivement … Vivement …

 

31 Mars 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Planet Tiger sur Facebook

 

Publié dans : animaux, Beware, Littérature et Poésie | le 6 avril, 2019 |Pas de Commentaires »

Sur le chemin de la vie

55557346_787114548331417_1887924068334698496_o

Joie des fleurs !
De rires, de pleurs,
De haies d’honneurs
Elles égaient nos cœurs.

Fleurs si belles
De noces éternelles
Un Eden sur Terre
Aux passions adultères.

Fleurs des champs
Du soleil couchant
À la fidèle Aurore
Elles décorent.

Fleurs des jardins
Gais réveille-matins
Elles s’ouvrent aux mains
Du jardinier câlin.

Fleurs fanées
Par l’enfer des damnés.
Fleurs séchées
De parfums alléchés..

Fleurs des arbres
Poussées de marbre
De fruits et de fleurs
D’un pur bonheur.

D’un bouquet joli
Je leur dédicace
Ces rimes fleuries
D’un amour tenace.

 

 

55575619_787019075007631_8170909499473788928_o

27 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : M-Cecile Mechelys sur facebook

 

Publié dans : Fleurs, Littérature et Poésie | le 5 avril, 2019 |Pas de Commentaires »

Gris et blanc

55857539_2273131759374162_8916181338596311040_o

Un hiver froid et glacé.
Les arbres n’osent plus avancer
Dans ce brouillard de givre.
ils peinent pour survivre.

Le coyote et le renard,
Dans ce froid et ce blizzard,
Ont disparu bizarrement
De cet enfer blanc.

Du blanc et du gris.
La neige d’un tapis
A recouvert la terre
Et toute sa misère.

Les arbres dépouillés,
Fantasques pantins sans pieds,
À une ballerine font cortège …
Jolie fleur dansant sur la neige.

Le ciel confus se morfond
Sur cette toile de fond.
Il partage en silence
Cette froideur intense.

Dans ce brouillard de givre
Des fantassins ivres
Avancent et peinent
Sur ce linceul blême.

La bise ne suffit pas
À réchauffer de ses bras
Ces fantômes transis
Habillés de poésie.

 

22 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

De bon matin

56398225_10218530383200083_7472970429041213440_o

Le ciel timide et enflammé
D’un moment déjà gommé
Assouvi de folles passions
A donné sa démission.

Trop amoureux de ses toiles
Chaque soir il hisse ses voiles
Pour d’autres horizons inconnus
Où l’attendent de belles ingénues.

Ce ne sont que des reflets
Pour des textes, des pamphlets,
Des photos de regards extasiés
Face à l’accueil de son brasier.

Seuls, la nature, les voyageurs,
Témoins de ce ciel rageur,
Se souviendront d’une image
Vite noyée dans leurs rivages.

Il restera peut-être, entiers,
Dans un imaginaire grenier,
Quelques mots griffonnés, poussiéreux,
Narrant ce bref instant radieux.

La lumière si explosive
À grande allure vive
Pour moi, dernière convive,
A pris du retard sur ses rives.

Naître, vivre, renaître,
En tenue de soirée champêtre,
Sur mon mur, de sa fenêtre,
Elle ne veut disparaître ?

 

 3 Avril 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Farid Radjouh sur Facebook

 

 

 

BISON, bison, bison

54521272_797581260602083_1703615657179873280_o

Sur un fond de banquise
Fouetté par la rude bise
Sous sa toque de fourrure
Il affronde la froidure.

Ses paupières gelées
Ont bloqué leur volet.
Ses lèvres tapissées
De gerçures sont crevassées.

Sa barbe hisurte
En stalactites chute.
Surement ce molosse
A roulé sa bosse.

De la neige et du blizzard,
Jusqu’à ce court regard,
A jailli du hasard
Cet emblématique gaillard.

Ce freerider en sabots noirs,
Venu depuis la préhistoire,
Se déplace dans la poudreuse
Et trace sa vie aventureuse.

Des premières pouces vertes
Ce brouteur des prairies, certes,
Au souvenir de brulages dirigés
Réchauffe cet instant figé.

 

18 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Jean Philippe Borg sur Facebook

 

 

Raconte moi …

31530968_200299190750459_49198150296010752_o

On raconte à la tombée du soir
Qu’un flamand rose dans le noir
Se métamorphose et devient fleur
Lys ou dalhia selon son cœur.

On raconte dans la Camargue profonde
Qu’un flamand apparaît sur l’onde
Coiffé d’un masque somptueux
Sur des yeux de vaire mystérieux.

On raconte que ce flamand rose
Serait une grosse crevette morose
Avec une tête frisée d’un bouldogue
Dont la queue en forme de cornet vogue.

De plumes et d’épis de blé parfumés
Ce coucou sur le noir bitumé
De ses pointes sur un solo
Danse et trouble les eaux.

On dit l’avoir aperçu
Avec une énorme suçu
Bercé par les flots
D’une seule goutte d’eau.

On raconte qu’un petit lutin
Caché avec son tambourin
Serait le génie de Merlin
Paré d’une fleur du Divin.

22 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Francoise Cabanel Isasca sur Facebook

D’autres photos sur ma page Les poèmes de Chatnine

12345...171

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus