Ce matin

images

Ce matin, le merle m’a dit
Que vous m’aimiez.
J’en fus très étonnée, crémier !
Toute étourdie !
Je l’ai redit
A tire d’ailes de la vie.
La pie jacassa de plus belle,
M’amena les vols d’hirondelles
Un soir, où le soleil rouge de confusion,
Donna au rossignol en dépression,
Deux oisillons.
Le corbeau changea d’écoute,
Le martin-pêcheur se mit en route.
Ah ! Crémier sur tant de vols, planez !
Les ailes du désir ont enrubanné
La bergeronnette qui vous attendait.
Sur la branche, un merle attendait …
La grive.

 

1994
Jeannine Castel  - en hommage à Mr Jean de La Fontaine

Publié dans : Littérature et Poésie | le 1 juin, 2015 |1 Commentaire »

Consonance

images-4

Progrès et encore …
Si la sagesse naissait avec l’aurore,
Quelques brebis tranquilles paissaient
Et en broutant se disaient :

« Plus rien n’arrêtera 
ce que vermine était déjà. 
Monnaie d’échange leur souscription
Pour un empire en perdition.
Passagers de l’aveuglement 
Tournez en rond en chantant :


Que meurent, meurent les idiots
La vie, la vie, ils aimaient trop.
L’amour, l’argent les a perdus
L’envie, la haine, les a vaincus.
La fin d’un monde qui durera
Depuis sa créativité etc … »

 

24 Mai 1985
Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 1 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Revue

images

Si nos forêts et pâturages d’antan
De leurs champignons nourrissaient les gens,
Aujourd’hui chambardement…
Les champignons sont nourris par les gens.
Eux qui résidaient loin de nos corps,
Pourquoi subitement ce plein essor ?
Envahisseurs, mêmes intimes,
A coup d’antibiotiques on les abime.
Du mucor corymbifer au rhizo mucor parasiticus
Trichomonas, cryptococcus.
En Mai fleurissait le muguet.
Toute l’année désormais
En tant que candida albicans
Endomyces albicans.
Saccharomyces trichophyton
Aspergillus microsporon.
D’un épidermophyton, sterigmatocystis
Acremonium scopulariopsis.
Madurella hémispora
Mycoderma indiella.
Achorion pénicillium
Monilia, discomyces, sporotrichum.
Sans oublier
Klebsiella pneumoniaé.
Restent encore quelques lactaires
Quelques grisés dans nos clairières
Des girolles en souches humides
Et des bombes de pesticide !

Mai 1985
Jeannine Castel

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 31 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Statuts

Une large part de notre vie psychique demeure inconsciente.
Cette sagesse inconsciente, l’instinct.  (Anatole France)

images

Week-end, tu es le linceul
De l’homme seul
Par ton subit arrêt
De cinq jours bousculés.
Les moralistes diront
Que le repos a du bon.
Psychisme de l’inconscient
Réalisme du subconscient.
Vaquer coûte que coûte …
Voyageurs en déroute,
Il n’y a plus de répit
A nos souffrances d’esprit.

 

20 Avril 1985

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 31 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Motus

images

D’où puis-je écrire le silence 
En ces nuits de lumières affolées ?
Je rejoins l’exprimé, inexprimable existence,
De ce bruit estimable auréolé.
Un vide silencieux embourbe mes sens,
Désordre intempestif où je puise ma prose
A l’ordre établi qui n’est qu’encens,
Les livres, sans un son, se métamorphosent.
Musique originale d’un rythme muet,
Langage flou de bedonnants sonnets,
Dérive d’une langue dansant le menuet.
De ce calme inexistant qui m’assommait,
Le souffle a quelque retenue sur ce désir.
Suicide nerveux, je dépasse l’absolu.
Ecrire le silence, les mots vont s’abstenir
Aux mensonges qui filtrent la vérité résolue.
En avance sur le temps qui point ne s’exprime,
En retard sur l’avenir qu’il détenait.
Isolée, j’écoute ses échos sur mes rimes.
Ils me parlent de mes silencieux faits,
Reflets explosifs d’un difficile entendu.
Le silence s’infiltre dans l’inconnu.

5 Août 1994

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 31 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

D’un non

images

Un nom que l’on épouse
Le JE fait ventouse
Le jeu nomme
Jeune homme.

Un nom que l’on habille
Il épouse jeune fille
Il est apparat
Au cas par cas.

Un nom qui me ressemble
Nous cheminions ensemble
Il me fut donné
Qui le portait ?

Un nom gommé par un non
Mascarade et cotillons
Il me fut repris
De qui à qui ?

Nom d’une tête,
Non n’en fait qu’à sa tête !
Nom se répète
Nom de non.

18 Juillet 1994 – Jeannine Castel

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 31 mai, 2015 |2 Commentaires »

Eclats de vivre

images

Lassitude d’une fin de semaine,
Bras berceurs du repos,
Ce fardeau qui chante faux me ramène
Aux abus amoureux, transhumance des troupeaux.
Détente des heures creuses,
La porte de la chambre n’attend que moi,
Promise à la mort fossoyeuse,
Au ciel rouge sang de la croix.
Je m’évade de cette prison,
Transfert infernal de mes passions,
Arrière goût amer d’un poison
De mes desserts fruités sans compassion.

 

 

10 Septembre 1994

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 30 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Un autre regard

images

Les blancs d’écriture,
Un vide indéfini,
Séparations d’un ordre phrasé,
Idoles égarées, reliefs oubliés, rêveries,
Ponctuation d’un discours en désordre …
Eclatera à l’orée du dire
L’effacement des ouvertures.
Enigmes respiratoires, interludes des satyres,
La voix se tait,libérée pour l’écriture.

Septembre 1994
Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 30 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Pour un blog avec toi

images

Joggeurs Blogeurs, je vous rends grâce !
Grâce à vous mes poèmes endormis,
En attente surement d’un mystère qui me dépasse,
Désolée, j’ignorais que vous étiez ici,
Opéra, Firefox, Robot, Safari et autres navigateurs,
Passagers inconnus, fans de rimes et de rêveries,
Grâce à vous mes vers sont à l’honneur.
C’est ainsi que ma poésie se lit à l’infini …
Elle ne m’appartient plus désormais …
Ces mots que nous avons semés
Chez vous ne partiront pas en fumée.
MERCI, chers visiteurs, pour les poètes de l’au-delà.

Chez ONG ce 29 Mai 2015
Jeannine Castel en Cie de Sébastien, Pauline et Sophie.

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 30 mai, 2015 |5 Commentaires »

Midi et Midinette

images

Il était mon amour,
J’étais sa ressemblance.
Ensemble pour toujours
Rengaine d’une romance.

Il resta mon amour
D’une aussi longue absence.
En vain, j’attends toujours
Ce mythe en vacances.

Il sera mon amour,
Différend de l’indifférence,
La fin des mauvais jours,
Faveurs de mon indépendance.

Il était mon amour.
L’autre l’a su d’avance.
Ensemble depuis toujours
Nous étions son amour.

14 Août 1995
Jeannine Castel

Publié dans : Etat | le 29 mai, 2015 |Pas de Commentaires »
1...159160161162163...168

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus