L’énergie du crayon


images

Avec un crayon je peux sans fin
Dessiner, écrire, avec l’aide de la main.
Dire à la foule que je suis amoureuse,
Insulter la houle qui devient furieuse.
Avec un crayon je gomme, je rature,
Quitte à changer mille fois de figures.
C’est l’offre présentée en rayons
D’une mine utile pour le taille crayon.
Parfois la plume fait tâche d’encre !
Le buvard est nécessaire même aux cancres
Qui n’ont que chahut en tête.
Le stylo plus sobre de sa pointe complète
La panoplie de l’écrivain. La craie rechigne …
 «Sans ardoise ni tableau, pas de signes ?»
Roue de secours, le doigt moins raffiné manifeste,
«Sans le crayon et ses compères il reste …
Le clavier !  L’écran le disque plein ricane …
« Ah ?! » dis  le pinceau … « en cas de pannes ? … »
Pffff .. les jetons, le calame, se pâment …
« Ce cerveau ! Quels programmes ! »

 
4 Juin 2015
 
Jeannine Castel
 
 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 4 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Au marché

images

Des pensées, je me suis offert
Pas celles d’hier !
« garanties pour toujours »
M’a dit ce gentil troubadour
Qui me vendit pour dix francs
Un éternel printemps.

Déjà assoiffées, elles se flétrissaient.
j’ai arrosé ces pensées pressées …
D’or et de pourpre, vase assorti,
Les voilà en pays conquis.
J’ai fleuri mes pensées de ces pensées,
Mon quotidien s’est mis à danser.
Je les contemple amoureusement,
Pensées, pensées de mon firmament.

 

2 mars 1994

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 4 juin, 2015 |2 Commentaires »

Que la vie a du bon !

images

Quand une méduse vous croise sur les flots,
Doit-on penser, quel joli tableau ?
Peut-on transformer, chasser de la laideur
Cette méduse jolie coeur ?

Quand le matin l’âme est morose,
Il est possible de voir la vie en rose.
La tête dans les nuages voyage …
Mais le réel devient image ?

L’autruche en connaît un rayon …
Que voit-elle au fond ?
Quand un radeau sauve les rescapés
D’un naufrage, va-t-on vivre en paix ?

Quand un poète parle de ses états d’âme,
Ses écrits sont-ils de vous les flammes ?
Saisir l’instant comme il vient, à coups de coeur …
Ne plus dire poète mais transformer ?

En somme point n’est permis, tout est permis.
Possible, impossible, le soleil, la pluie,
Poète maintenant et ici.
 
 

3 Juin 2015
Jeannine Castel

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 4 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Qui l’a dit ?

images

La vie serait poésie
Mais la vie
Point ne l’a dit.

L’homme pour la vie
Rêve de poésie
Il me l’a dit.

La poésie pour la vie
Redit
La vie.

L’homme épris de poésie
Donne vie
A ma poésie.

 

20 Juin 1994
Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 3 juin, 2015 |2 Commentaires »

Un olivier ne va pas donner des poires

images

Il est des matins de bonheur
Qui chantent en mon coeur.
Il est des matins gris
Où le rêve m’ennuie.

Il est des matins bleus
Où je préfère Dieu.
Ces matins là escortent
Ma misère de porte en porte.

Il est des matins fous
Qui me parlent de vous.
Il est des matins tristes
De banderoles égoïstes.

Il est des matins de paix
Où la joie renait.
Il est des matins d’amour
Où je t’attends toujours.

 

12 Juin 1994

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 3 juin, 2015 |1 Commentaire »

Notice

images

A tous les rabat-joie de ce monde insipide
Bêtes, méchants et cons, semblables à leurs biles,
Amers, envieux, hautains, moribonds,
Jouisseurs des souffrances de vos compagnons,
Etes-vous si mal avec vous mêmes
Pour atteindre aujourd’hui ce grand diadème
Qui vous couronne tous sans ses joyaux
Par peur de refléter vos maux.
Bouffeurs de foie, de vos entrailles,
Je prie pour vos saintes ouailles.
Vous ne vendrez pas cher à la foire d’empoigne
Ce qu’il restera de vous, charognes !
A torturer de braves gens en paix,
Heureux de vivre, que vous ont-ils fait ?
Le diable vous habite, les démons vous dévorent,
Sur aucune prise, je pleurerai encore.
Heureusement pour eux ma joie à moi …
Saint, Saints, Saints, secourez-moi.
Agneau de Dieu qui enlevez le péché du monde,
Agneau de Dieu, le tonnerre gronde.
Agneau de Dieu, ils n’ont plus vingt-ans,
Agneau de Dieu quel monde délirant.

18 Octobre 1985

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 2 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Villecroze

images

Le temps viendra
Où entre toi et moi
Le silence s’éparpillera
Sur tes promesses non tenues
Aux montagnes du vécu.
Cendres pour cendres
Il nous faudra descendre
A la porte de la vérité
Dans l’enfer de cette austérité.
Te garderont les apparences
Je partirai avec l’unité
En Terre Sainte selon Son espérance.

9 Avril 1994

Jeannine Castel

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 2 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

A voir !

images

Au-dessus de mes sens, je maîtrise Rome,
Bon sens du Juste, un religieux bonhomme
Qui épouse ma vie, récupère ma mort
Des caresses des vents et des tentants trésors.
Les mécréants n’investissent qu’eux mêmes ..
Splendeur rétablie d’un Dieu amoureux.
Vignobles ravagés que mes pillards ont foulés,
J’écoute les claquements des fouets.
Débris de ces idoles, je console leurs peines,
Serviteurs, ils me reviennent.
Rome, le fils de l’homme est venu dans mon règne
Au-dessus de mes sens, j’honore et je saigne.
En ces lieux ténébreux la clarté brille.
Je bois à la source immortelle de mes morts en guenilles.

 

5 Août 1994
Jeannine Castel 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 2 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Hit-il

images

Le plaisir de l’avenir à venir …
J’accouche et je transfigure
Pour quelques menus loisirs
L’obscure figure.

Modélisme diffus, refus d’abus,
La société transpose
Le mystère du rebut qui sue,
Ce qui m’indispose.

En voie de recherche, le présent meurt.
De quelques recherches, je m’absous.
Je loue aux nues ces moindres heurts
Qui me donnèrent rendez-vous.

Crucifixion sociale, l’écho diffuse.
La transcendance charge
Le galop du Président Cornemuse …
Il était question d’un monte-charge.

24 Juin 1994
Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 2 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Trait d’union

images

Emmène moi
Loin du mensonge,
De ces songes aux abois,
De ces rives enlisantes,
De ces blessures décevantes.
Amour caché de mon être,
Emmène moi cher être
Près des rives fleuries,
Dans les senteurs de la vie.
Regard nouveau qui nous contemple
Après ce passage en ces temples.
Emmène moi au-delà des mots
Dans le silence du Très-haut.

Sourire sur d’anciens écrits, je relis
Nos câlineries.

 

3 Avril 1994

Jeannine Castel

Publié dans : Littérature et Poésie | le 1 juin, 2015 |Pas de Commentaires »
1...155156157158159...165

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus