Pour le verso d’une image

images

Tel un vaisseau fantôme ressuscité des brumes,
D’une éternité aux pâles reflets bleutés,
L’hymne à l’amour ravit l’espoir démesuré
De pouvoir y demeurer.

Il hante le rêve des voyageurs extasiés
Devant cette indicible merveille peu ordinaire,
De marbre immortalisé élevé d’un brasier,
Edifice amoureux mortuaire.

Mirage d’un suprême amour Moghol,
Empereur d’une reine au tombeau proclamé,
Fascination recueillie devant ce chef-d’oeuvre,
Beauté du regard affamé.

Tel un vaisseau fantôme aux transports délirants,
Il reflète la pureté des sentiments
D’un joyau de trois siècles écoulés,
Un souffle à quatre déboulés.

 

Agra le 18 Mars 1995
Jeannine Castel

 

 

Publié dans : voyage | le 5 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Oeillades pour un sonnet

images

L’oeil, pupille émerveillée de multiples regards,
De tant de beautés malgré les blizzards,
De Caïn à Siva, sur orbite voyage,
Irisé de reflets des couleurs de l’âge.

De niveaux intérieurs il reçoit éloges,
Sur les pages du savoir il promène et loge,
Se brûle au soleil, fournaise oculaire,
S’attarde sur ces chemins de poussières.

Il caresse la grâce, lumière des sens,
Le sommeil ravit de son encens
Ses avides passions qu’il frôle.

Insatisfait, il ballade ses illusions,
Oeillères familières où valsent les cotillons,
A la cornée d’un rendez-vous qu’il auréole.

Une larme de cyclope en fête inonda ce sonnet
Où je me suis perdue et retrouvée
En un clin d’oeil !

 

Katmandou 27 Octobre 1996 - Jeannine Castel

Publié dans : voyage | le 5 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Pannes à Panna

images

Poussés par les rupees,
Délivrés par les barrières,
La suissesse aux yeux bleus
Encouragea nos entreprenants aveux
Lors d’un safari hindou suspicieux
Où le tigre fut le but prodigieux.
A bord des transports d’adaptation
Nous fîmes, en ces lieux, procession.
A l’affut de notre raffut,
Heureux celui qui a vu ! …
Les crocos nous firent faux bond.
Les nids abandonnés à nos balcons
Laissèrent à quelques antilopes assidues
Du plaisir pour nos longue-vues.
Un soleil couchant témoin de nos frimousses
Nous accoucha en cette pseudo brousse
Où deux tigres hargneux firent escorte
Aux passagers en cette porte.
Rires échangés d’amitiés fraternelles,
L’air rafraîchit nos espoirs de gazelles !
Le tigre nain mystérieux, né de nos langues,
Embauma la légende aux goûts de mangue.

21 Février 1995

 

Publié dans : voyage | le 3 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Ewing, circus

ewing 147

Quels ancêtres félins lui ont donné
Ce plaisir du risque en ma maisonnée ?
Avec son embonpoint il se déplace,
Valeur sure pour la casse !
Amateur de vide, il fanfaronne,
Joue à chat perché sur de nombreux trônes.
Tient l’équilibre sur la boîte des croquettes
Tel un éléphant assis sur un tabouret,
Tantôt dompté sur le toit d’une cabanette,
Tantôt dompteur des autres minets.
Il miaule devant la porte fermée,
S’enfuit aussitôt que j’interviens,
Se cache, s’amuse, me voilà désarmée,
Il récidive, O combien !
Il miaule et quémande mes caresses.
Il miaule, me regarde, si je cesse,
Il miaule afin que  ma main
Frôle ce rendez-vous du petit matin.
Parfois, il prend de la hauteur,
Monte à l’assaut du vaisselier,
Savoure et domine en vainqueur
Ce monde plus bas de quelques pieds.
Si Dallas m’était conté,
Ewing… tant à raconter …

 

28 Février 2015                      Jeannine Castel

 

 

Publié dans : animaux | le 2 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Un soir de répétition

images                                     à Henri Tiscornia

Dissonance d’une portée musicale
L’accord n’est plus au diapason
Point d’orgue sur les bacchanales
La clé est sous le paillasson.

Les double croches ont perdu le tempo…
Décomposées, elles sonnent faux.
Noires pointées sont les alto,
La mesure fait le gros dos.

Bouillie aux chats, une, deux, trois,
Les blanches rassemblent le choeur.
Les nuances ont chaud et froid,
Le départ des basses réjouit les coeurs.

Mémoire musicale du fil des jours,
Les oreilles souffrent de justes notes,
Font grise mine à ces atours …
Les voix tombent et clapotent.

Jesu, meine Freude, Mendelssohn soupire.
Comptez, comptez, les ténors !
Les soprano perdent le sourire.
Comment ne pas perdre le nord !

1 Décembre 2005
Jeannine Castel

 

 

Publié dans : Musique | le 2 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Les hypothèses de Karnak

images 

Ce ne sont qu’hypothèses
Des rêves fous d’enfants
Des bâtisseurs d’histoire
Aux longues nuits d’hivers.

Ce ne sont que prothèses
Des contes de maintenant
Des chercheurs de gloire
Aux anciens goûts de fers.

Ce ne sont que les braises
Pierres animées d’anciens passants
Des preuves de mémoire
De repères inconnus d’enfers.

 

Karnak 14.12.1995
Jeannine Castel

Publié dans : voyage | le 30 avril, 2015 |Pas de Commentaires »

La Dune du Pilat

a2e9a1ac-d394-46ed-be52-18cea61197ba

Montée ensablée vers la Dune
Les pieds nus dans le sable argenté.
Le vent décoiffe ma chevelure brune
Décolorée par les années désargentées.
Les îlotiers s’approchent des lieux,
Animent cette muraille de sable.
Seuls, les îlots respirent le silence envieux
De mon inspiration en ce jour mémorable.
Sur les crêtes, le sable chassé par le vent,
S’amuse en tourbillons et d’un rideau
Protège la forêt d’un vert paravent.
Le ciel sans un nuage partage
Ces heures de bonheur déjà sur les ondes.
Un cerf volant dessine des images,
Incite au rêve, se crashe brusquement.
Pâques s’oublie, balayé par l’âme vagabonde.
La mer de quelques risées ondule vers les flancs
De cette fortification adulée par le monde.
Ce sable n’a pas la couleur du miel.

5 Avril 2015                 jeannine Castel
 

Publié dans : voyage | le 29 avril, 2015 |10 Commentaires »

Les rêves d’enfants

alice-23

Les rêves d’enfants

Ce ne sont que des rêves d’enfants
Des substituts de désirs ardents
Des envies refusées pour l’aventure
Des contes pour adultes en villégiature.
Ils sont l’acte manqué d’espoirs frivoles,
Les pensées exprimées sur les bancs d’écoles,
La soif infantile où la pépie s’abreuve,
Les besoins miroitants de leurs épreuves.
Prémices de berceuses de jours endormis
Où se cachent sous les lits leurs momies,
Ces rêves d’enfants que nous avons connus
Ont-ils laissé trace de bonheurs vécus ?
Cher Freud, source de rêves analysés,
Sans toi les nuits s’enlisaient.
Ah ! lis ce haut pays des merveilles !
Dormeuses accrochées aux lobes des oreilles
Fredonnez aux enfants le langage des rêves
Marche nuptiale entre oui et non sans trêve.

Janvier 2001                                     Jeannine Castel

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 19 mars, 2015 |Pas de Commentaires »

Les chevaux de Jequel

 

Jequel

 Chevauchées

Quelle est cette jument aux flancs lourds,
En tête d’une horde chevaleresque qu’elle entraîne,
Chevauchant les herbes folles de leurs amours ?
Tous épris de liberté, crinières au vent, quelle reine
A la tombée du jour peut enflammer ces étalons ?
Est-ce la découverte d’un printemps prometteur
Après les douceurs vécues d’anciennes moissons,
Ou la course effrénée pour de nouvelles ardeurs ?
Promesses azurées d’une parade amoureuse
En Seigneurs de ces lieux, ils défient le vent,
Galopent sur les grandes étendues marécageuses,
Lequel sera ce beau gagnant ?
Ils suivent rapides et tenaces cette intrépide femelle
L’oeil aux aguets fixé vers ces talonneurs invités
Séduits par cette diablesse aux allures rebelles.
Au clair de lune, quel élu trottinera à ses côtés ?
Vainqueur il entrainera loin de la manade
Pour d’éphémères amours à travers le marais
Cette belle conquête aux fougueuses ruades,
Invitation musclée pour celui qu’elle désirait.
Voilà qu’ils s’éloignent des indiscrets regards,
Disparaissent dans les brumes matinales.
Ils laissent à l’histoire de l’Art
L’intime romance de leur chevauchée nuptiale.

 

 

7 Mars 2015 – Toile de Christian Jequel
Jeannine Castel

 

Publié dans : Art | le 10 mars, 2015 |3 Commentaires »
1...151152153154155

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus