J’entre dans la vie

images

Chambre ardente d’une espérance indéfinie,
L’attente soupire sur d’inconnus finis
Morts pour elle à la vie qui attend,
Insatisfaite d’un mors aux dents.
Mât de cocagne d’un idéal en fuite,
Relai d’un but, d’une folle poursuite,
D’un désir soumis, d’une sainte patience,
D’un bonheur insoluble épris d’impatience.
Citoyenne d’un royaume où tu m’as répondu,
Attendre ce que Dieu a vu …
Non je ne meurs  pas, l’attente psalmodie,
Ne m’as-tu pas rejoint en cette poésie ?
Tu as dépassé, immuable désinvolture,
D’un dissemblable regard, cet arrêt en mesure !
Attendre c’est murir avant l’âge,
Attendre et dissoudre davantage.
J’attends dans les méandres de l’entente
Ce sûr soleil de Dieu, joyeux de cette attente.

 

2 Novembre 1997
Jeannine Castel

Publié dans : religion | le 8 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Intimes amitiés

Merida-8OtRMZ1XTUy-D27wfeQwZg

à Stéphane Mallarmé 

Mes mots endeuillés de vos bonnes paroles
Se sont calfeutrés en un prudent silence.
Ils se sont tus à l’ombre d’un saule,
Connaisseurs qu’ils étaient des gens d’importance.

Sans être déçus de ces limites expressives,
Ils vivent désormais, en de plus sûrs regards,
Bien que la croix me soit, en définitive,
La seule issue que je croise avec l’art.

S’approchant d’une fosse, ma jeunesse s’éloigne
Suffisamment repue d’un héritage lourd.
Fidèle à l’évangile, Dieu me soigne.

Agonie d’un siècle qui aime les discours,
Tout reflète ici-bas les illusions perdues.
Au monde, cette épitaphe, qui m’a reconnue.

14 Août 1996
Jeannine Castel

 

Publié dans : biographie, Poèmes dédicacés | le 8 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Sans oublier les oiseaux …

images

La vague alanguie, meurtrie d’orages,
S’échoue sur la grève qui absorbe ses eaux,
Redonne au ressac l’écume de sa rage,
Caresse d’un chant sa chute en rouleaux.
Le ciel est gris des humeurs quotidiennes
Laissant entrevoir du bleu à l’horizon.
Le soleil ouvre ses flegmatiques persiennes
D’où renait la beauté sous ses rayons.
Un voilier, poussé par la brise dominicale,
Berce ses occupants de remous vagabonds.
Il rejoint, en saluant le phare, le port,
Dernière escale d’une croisière aux îles d’Or.
Une Baie des Anges polyphone et joyeuse,
Où je contemple d’un regard
Cette journée de Mai frileuse
Avant de rejoindre le car.

 

Nice le 14 mai 1995 - Jeannine castel

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 7 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Les pénitents de Saint Malo

images

Sortis de la grisaille, ensablés à la marée,
Digue de bois noueux, ils font face
A ses caprices que convoitent les furies.
Mais ce jour, Saint Malo nous sourit.

Piquets alignés, ils protègent des audaces
La jetée battue par les vents dissipés,
Armée décoiffée, orbites creuses, sans vie,
Ils donnent au site ces étranges cris.

Un garde en sa maison apostrophe
Ce défilé indiscipliné où paresse l’humidité
Tandis que le baigneur trace sur ce charme
La quintessence que ce troupeau désarme.

D’où viennent ces pieux limitrophes ?
Ancêtres moussus de tribus inconnues, alités
Sur le sable doré, ils penchent en mémoire
De ces débarquements lointains de gloire.

9 Octobre 1996
Jeannine Castel

Publié dans : voyage | le 6 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Pour le verso d’une image

images

Tel un vaisseau fantôme ressuscité des brumes,
D’une éternité aux pâles reflets bleutés,
L’hymne à l’amour ravit l’espoir démesuré
De pouvoir y demeurer.

Il hante le rêve des voyageurs extasiés
Devant cette indicible merveille peu ordinaire,
De marbre immortalisé élevé d’un brasier,
Edifice amoureux mortuaire.

Mirage d’un suprême amour Moghol,
Empereur d’une reine au tombeau proclamé,
Fascination recueillie devant ce chef-d’oeuvre,
Beauté du regard affamé.

Tel un vaisseau fantôme aux transports délirants,
Il reflète la pureté des sentiments
D’un joyau de trois siècles écoulés,
Un souffle à quatre déboulés.

 

Agra le 18 Mars 1995
Jeannine Castel

 

 

Publié dans : voyage | le 5 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Oeillades pour un sonnet

images

L’oeil, pupille émerveillée de multiples regards,
De tant de beautés malgré les blizzards,
De Caïn à Siva, sur orbite voyage,
Irisé de reflets des couleurs de l’âge.

De niveaux intérieurs il reçoit éloges,
Sur les pages du savoir il promène et loge,
Se brûle au soleil, fournaise oculaire,
S’attarde sur ces chemins de poussières.

Il caresse la grâce, lumière des sens,
Le sommeil ravit de son encens
Ses avides passions qu’il frôle.

Insatisfait, il ballade ses illusions,
Oeillères familières où valsent les cotillons,
A la cornée d’un rendez-vous qu’il auréole.

Une larme de cyclope en fête inonda ce sonnet
Où je me suis perdue et retrouvée
En un clin d’oeil !

 

Katmandou 27 Octobre 1996 - Jeannine Castel

Publié dans : voyage | le 5 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Pannes à Panna

images

Poussés par les rupees,
Délivrés par les barrières,
La suissesse aux yeux bleus
Encouragea nos entreprenants aveux
Lors d’un safari hindou suspicieux
Où le tigre fut le but prodigieux.
A bord des transports d’adaptation
Nous fîmes, en ces lieux, procession.
A l’affut de notre raffut,
Heureux celui qui a vu ! …
Les crocos nous firent faux bond.
Les nids abandonnés à nos balcons
Laissèrent à quelques antilopes assidues
Du plaisir pour nos longue-vues.
Un soleil couchant témoin de nos frimousses
Nous accoucha en cette pseudo brousse
Où deux tigres hargneux firent escorte
Aux passagers en cette porte.
Rires échangés d’amitiés fraternelles,
L’air rafraîchit nos espoirs de gazelles !
Le tigre nain mystérieux, né de nos langues,
Embauma la légende aux goûts de mangue.

21 Février 1995

 

Publié dans : voyage | le 3 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Ewing, circus

ewing 147

Quels ancêtres félins lui ont donné
Ce plaisir du risque en ma maisonnée ?
Avec son embonpoint il se déplace,
Valeur sure pour la casse !
Amateur de vide, il fanfaronne,
Joue à chat perché sur de nombreux trônes.
Tient l’équilibre sur la boîte des croquettes
Tel un éléphant assis sur un tabouret,
Tantôt dompté sur le toit d’une cabanette,
Tantôt dompteur des autres minets.
Il miaule devant la porte fermée,
S’enfuit aussitôt que j’interviens,
Se cache, s’amuse, me voilà désarmée,
Il récidive, O combien !
Il miaule et quémande mes caresses.
Il miaule, me regarde, si je cesse,
Il miaule afin que  ma main
Frôle ce rendez-vous du petit matin.
Parfois, il prend de la hauteur,
Monte à l’assaut du vaisselier,
Savoure et domine en vainqueur
Ce monde plus bas de quelques pieds.
Si Dallas m’était conté,
Ewing… tant à raconter …

 

28 Février 2015                      Jeannine Castel

 

 

Publié dans : animaux | le 2 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Un soir de répétition

images                                     à Henri Tiscornia

Dissonance d’une portée musicale
L’accord n’est plus au diapason
Point d’orgue sur les bacchanales
La clé est sous le paillasson.

Les double croches ont perdu le tempo…
Décomposées, elles sonnent faux.
Noires pointées sont les alto,
La mesure fait le gros dos.

Bouillie aux chats, une, deux, trois,
Les blanches rassemblent le choeur.
Les nuances ont chaud et froid,
Le départ des basses réjouit les coeurs.

Mémoire musicale du fil des jours,
Les oreilles souffrent de justes notes,
Font grise mine à ces atours …
Les voix tombent et clapotent.

Jesu, meine Freude, Mendelssohn soupire.
Comptez, comptez, les ténors !
Les soprano perdent le sourire.
Comment ne pas perdre le nord !

1 Décembre 2005
Jeannine Castel

 

 

Publié dans : Musique | le 2 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Les hypothèses de Karnak

images 

Ce ne sont qu’hypothèses
Des rêves fous d’enfants
Des bâtisseurs d’histoire
Aux longues nuits d’hivers.

Ce ne sont que prothèses
Des contes de maintenant
Des chercheurs de gloire
Aux anciens goûts de fers.

Ce ne sont que les braises
Pierres animées d’anciens passants
Des preuves de mémoire
De repères inconnus d’enfers.

 

Karnak 14.12.1995
Jeannine Castel

Publié dans : voyage | le 30 avril, 2015 |Pas de Commentaires »
1...125126127128129

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus