Archive pour la catégorie 'sport'

Allez les bleus !

37212001_2133540946660463_3735820660673347584_o

Après cette victorieuse nuit historique,
Le ciel est pris de tonitruantes coliques.
Tous ces déchaînements d’hystériques
Sonnant de la trompette bucolique
A mis de mauvaise humeur Sa Grandeur.
Il vient apaiser ces délirantes clameurs
De trombes d’eau curieusement accoustiques
Qui font fuir les assoiffés moustiques.
En ce moment les bleus sont ses hôtes,
Soulagés pour la survie de leur cagnotte.
Une nuit de veille pour les supporteurs
Qui ont toute la nuit fait chauffer les moteurs.
Il semble en colère après ce grand tapage
Dont la joie a débordé de saccages.
Lui de quelques coups de tonnerre,
De quelques zigzags de lumières,
Il peut manifester, sans la guerre,
Sa joie de cette coupe du monde légère.
N’a t-il pas sur le stade rafraîchit
Les idées de ces victorieux panpans chichis ?
La nature en crève à petit feu
Mais chut … protégés par des portes pare-feux
Crions, exultons, ce bonheur footballien
Allez les bleus !! ça va nous coûter combien ?
Mais chut … oublions le porte-monnaie …
Zut Jeannine, on t’a pas sonnée !
Sonnez tambours célestes, sonnez
Sont-ils pas beaux nos héros pinsonnets ?
ALLEZ LES BLEUS !

 

16 Juillet 2018 – Jeannine Castel

 

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie, sport |on 17 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

LA VAGUE

im.php

Jouer, surfer avec la peur
Sur ces géants des océans,
Glisser sous les rouleaux impressionnants.
L’adrénaline agite le surfeur.

Rigoler sur ces vagues géantes …
La tempête projette ses déferlantes
Masses d’eau qui s’échouent, galantes,
Sur les rives des plages nonchalantes.

Passion contaminante des alentours.
Entre monts et vallées tout autour,
Le colosse, un monstre fou d’amour,
Vient taquiner les inconnus d’un jour.

Avalanche de mousse violente,
La vague se fait soudain méchante.
Elle emporte, noie … la beauté tente
L’entêté amoureux de ses pentes.

Apnées pour ralentir le temps
Du passage du molosse inquiétant
Broyé par ces amateurs exigeants,
Épris, passionnés de ces massifs géants.

La vague des rêves d’enfants
A grossi le stress de ses prétendants
Qui viennent comme une déferlante
Provoquer les ardeurs de cette amante.

Chaque vague est une mort
Qui s’échoue sur la grève.
L’homme sans cesse n’a de trêve
De pourchasser l’ange de la mort.

 

6 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie, sport |on 10 janvier, 2018 |Pas de commentaires »

Kaléidoscope

images

Rose, vert, jaune, c’est magique !
Les planches à voile font la gymnastique !
Voilà une bleue, plouf ! A l’eau !
Le vent farceur l’a mise K.O.
Voici un torse nu qui court …
Patrick attend son futur tour.
Les chiens aboient aux vainqueurs,
Bipèdes flottants à toute vapeur.
Un catamaran sur la plage
A adopté la méthode sage.
En spectateur il regarde
Ses amies soeurs qui, vantardes,
Nous disent leur plaisir
A forcer sur ces planches-loisir.
L’homme, cerveau sans relâche,
Les aide à accomplir leur tâche.
Voici une violette, là une étoilée
Dont la lucarne blanche est détrempée.
La vague monte, le vent renchérit,
Des noeuds, des noeuds … Quels défis !

 

11 Novembre 1985 - Jeannine Castel.

 

Publié dans:sport |on 18 février, 2016 |Pas de commentaires »

Prouesses

images

Tels des lames aiguisées,
Vous fendez la flamme irritée
De la vague blanche d’écume
Que le vent assouvit et hume.
Cisailleurs de la voile, vous amusez
Cette mer, aujourd’hui déchaînée.
J’entends son chant qui monte, râleur,
Découragé par la hauteur
Que ces champions ont, tenaces,
Que rien n’arrêtera sur place.
Même la bouée attachée me confie
Que se mettre à l’eau mal lui en prit.
Vous défilez nombreux
A ce rock’n roll de l’eau bleue.
Photographes, il est temps de plancher
Pour de sensationnels clichés !
Léger, tout en finesse, toi bel inconnu génial,
Aux sauts prodigieux contre un vent glacial.
Les badauds tremblent, c’est l’Olympie !
Ces véliplanchistes, quelles énergies !

11 Novembre 1985

Jeannine Castel

Publié dans:sport |on 29 juin, 2015 |1 Commentaire »

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus