Archive pour la catégorie 'scènes de vie africaine'

Le rondeau du bord de l’eau

51169471_2675588255792643_6391103085262929920_o

Sur l’onde silencieuse
Une langue rose, râpeuse,
Dessine des ronds sur l’eau
Ridée d’un argenté halo.

De ce microsillon émane
Le dernier tube de la savane
Pour cette lionne musicienne
Belle comme l’obsidienne.

Chaque nuit sans lune
Elle vient sur l’eau brune
Admirer son reflet admiratif
Troublé d’un clapotis chétif.

En cette langoureuse extase
Elle oublie les métastases
Du cancer qui ronge le monde.
Il n’y a qu’elle et l’onde.

De noires et de blanches
Sa soif musicalement s’étanche.
Est-ce dimanche ou lundi ?
Qu’importe en ce paradis.

Sur l’onde silencieuse
Une langue rose, râpeuse,
De quelques gorgées d’eau
Se détend avec un rondeau.

 

2 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Nikon South Africa sur Facebook

 

 

 

Les Mascottes

51423724_10215306324304381_2033623137270104064_o

«Quand on fait la planche, on les voit mieux !»
«Accroupis en rang d’oignons … qu’ils sont sérieux !
Essaie de t’asseoir comme eux sur un pied …»
«Tu as beau dire … je n’ai rien à leur envier !
Ce sont eux qui viennent nous rendre visite,
Nous tirer le portrait pour leurs fameux sites.»
«Tu vois celui-là avec sa grosse cafetière ?
C’est fort de café un tel engin pour de l’imaginaire.»
«Arrête, tu me fais rire ! Si on les poussait ?»
«Même pas en rêve ! On peut même pas les éclabousser !»
«J’ai cru entendre qu’ils commentaient notre tapage nocturne …»
«Nous sommes chez nous ! Ils nous cassent les burnes !
Viens, on va essayer au fond de l’eau pour voir
Si sur un pied, comme eux, on peut s’asseoir …»
«C’est curieux … ils sont tous appuyés sur le pied droit …»
«Sauf celle là, assise à côté des trois …»
«Quelles vedettes nous sommes, hein ma chochotte !?»
«Oui … ils sont nos précieuses mascottes.»
«Allez ! Offrons leur le cliché du siècle inespéré !
Depuis qu’ils tanquent ces sympathiques vertébrés
Prêts à faire la marche des canards …»
«Laisse béton … j’étais tranquille, j’étais penard …»
«Allons ne traînons pas … allons du talon …
S’asseoir comme ces beaux cupidons … 
Laisse béton … »

 51053051_10215306321744317_5568237439257935872_o 51638563_10215306320864295_7879015546283360256_o 51352806_2063300887082826_5772725681238573056_o

1 Février 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Micheline Bach-Tschill Polo Chourbois sur Facebook

 

Un succulent pot-au-feu

50773253_2182218378695429_5394377553957879808_n

D’un pot-au-feu sans poireaux
Dans le bouillon d’un marigot …
Des hyènes intriguées par un flotteur
Vite alléchées par une forte odeur …
Effrayèrent un phacochère dérangé
Dans sa sieste par des bruits étrangers
Autour d’une baudruche gonflée à bloc
Qu’il prit d’abord pour un roc.
Un rocher pris d’assaut par des fofolles.
Elles s’acharnaient sur une masse molle
D’un reste d’un énorme hippopotame
Qui mijotait depuis qu’il rendit l’âme.
Agacé par tous leurs ricanements
Il tourna les talons promptement
Laissant à leur festin ces chipies querelleuses
Dans cette ragougnasse de chairs boueuses.
«Pour une fois que le ventre est plus gros que les yeux …
Elles se comportent encore en crocs-gneugneux !»
Le pot-au-feu mit le feu aux poudres
À ces chicaneuses disruptives comme la foudre.

Ainsi la mort remplit de vie les autres,
Elle est ce moteur qui cale entre autres
Transporte de la vie à la mort
Un moribond à son sponsor.
La vie vit de la mort …

50996680_2182218642028736_7308570767556345856_n

29 Janvier 2019 – Jeannine Castel
  Les poèmes de Chatnine
Photos : Patrick Kientz sur Facebook

Vous avez rien à déclarer ?

50995033_2900425056641752_430414838989062144_o

«Risette par ci, risette par là !
Depuis RISETTE et son tralala
On nous mitraille à tire larigot !
Bientôt nous aurons droit à un logo !»

«Figaro ci, Figaro là, y en a que pour elles !
Ces collantes hyènes que nous chassons de nos ailes
Mais qui rappliquent sans gêne aussitôt
Font table rase jusqu’au moindre petit os !»

«Et patati, et patata, ras les pattes de ces hyènes !
Depuis cette célèbre RISETTE, elles se déchaînent !
Elles ont pris la grosse tête ces chipies
Aussi bavardes et voleuses que les pies !»

«Vous tombez bien ! C’est menu de fête aujourd’hui !
RISETTE a disparu depuis que le soleil a fui.
On l’a vu disparaître, sous l’emprise de douleurs …
Du coup on festoie ! … chez nous pas de fleurs !»

«Comme des vautours, elles ont tout ratiboisé !
J’ai dû voler loin pour me ravitailler.
Ce n’est pas un bonheur de les entrecroiser …
Pas de pitié pour nos plumes ! Quant à l’oreiller …»

«Juste un petit encas, un tout petit encas.
Ces drôlesses mangeraient même du rutabaga !
Juste pour me caler un petit creux, mon dur tracas.
Mais grâce à RISETTE, je fais parti de la Saga !»

Un triptyque journalier parmi tant d’autres
De scènes animées par de vaillants, courageux apôtres
Qui survivent sans trop se poser de questions …
Mais comment savoir ce que pensent ces champions ?

 

50931789_2900424933308431_3436281300623818752_o 49385894_2900424836641774_5604389033686859776_o

24 Janvier 2019 – Jeannine Castel

 Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean-Louis Godard sur Facebook

La visite à une amie

50667360_10215247214466672_4424276215683088384_n

«Arrête de tirer sur la sonnette d’alarme !»
«Oui, mais notre sœur fait trop de vacarme !
«Tu vois bien que maman est occupée !»
«Tu m’embêtes ! … fiche moi la paix !
C’est un peu longué leurs câlineries …
J’ai envie de téter … assez de plaisanterie …»
«Quand on est en visite, la politesse
Est de rester poli envers son hôtesse.»
«C’est elle la malpolie ! Ainsi nous accueillir …
Elle savait que nous allions venir !»
«Ma fille cesse tes caprices, de grâce …»
«Pouah ! ses tétines ont l’air dures … de la glace !»
«Frérot, tu as goûté à ces restes de carcasse ?»
«Tu vois bien ! Y a plus que les poils et la peau !
«Quelles étranges façons de nous recevoir mon poto …
C’est pas étonnant qu’après un tel festin
Elle reste allongée sans remuer son popotin !»
«Et maman qui n’en finit plus en congratulations !»
«Ouais … on dirait qu’on fait l’aumône ! Quelle désolation !
Maman, pour cette amie, a trop de compassion.
Je vais tirer la sonnette jusqu’à l’exaspération !»
«Et moi brailler à me faire sauter ma dentition !
Et toi frérot ? tu restes planté là sans rien dire ?!
Tu attends quoi ? … Toujours à la traîne sans un sourire.
On sait que tu es le chouchou de notre mère !
Tu fais bien de traîner pour préserver ton derrière !»
«Tu réponds pas ? Tu as raison ça vaut mieux.»
«Douce amie, qu’ils sont chiants vos morveux !»

C’est ainsi qu’à longueur de journée sur la savane
On peut voir de telles scènes qui feraient braire les ânes
Mais ceux-ci ont d’autres cultures à brouter …
Ici, en tout cas, on n’a pas le temps de s’encrouter !

 

23 Janvier 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Micheline Bach-Tschill

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus