Archive pour la catégorie 'Risette'

Se pendre ou nager ?

54731211_278735939719076_6815802130234867712_o

Une nuit noire
Comme du charbon.
STORY d’un boulet
Rêve de pendaison.

En cette nuit la lune
S’est évanouie…
L’eau réjouie
L’invite au bain de minuit.

Mais STORY est partagée …
Se pendre ou bien nager ?
Elle a besoin de vidanger
Ses espoirs naufragés.

Une nuit noire
Noire comme le désespoir
De STORY ce soir
Assise devant son miroir.

L’avenir est si sombre
Sa jeunesse sombre.
Seule la lumière
En silence la désaltère.

Le monde a disparu.
Le tumulte des rues
De cortèges et défilés
Est prisonnier des filets.

Ce soir on change d’heure !
Que meurent les leurres
De sourdes oreilles vindicatives
Qui mènent le monde à la dérive.

Mais loin de ce monde
L’âme vagabonde,
STORY, ce soir,  devant l’onde
Se retrouve là, moribonde.

 

30 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Photographies de Julien Regamey sur Facebook

Publié dans:Littérature et Poésie, Risette |on 30 mars, 2019 |Pas de commentaires »

FORUM

55744515_10157885052967439_4842810797174292480_o

Voilà dans quel état STORY était
Quand son amoureux ERYF l’a quittée.
Elle eut beau le supplier, rien n’ébranla
Ce briseur de rêves, ce chouchou des matelas.
Dans une rage folle de bave et de larmes
Elle hurla … à tel point que son vacarme
Attira une lionne curieuse de nature.
«Ah ! C’est STORY qui bave d’injures …
Mais après qui ? A-t-elle perdu l’esprit ?
Ce doit être grave … avec autant de cris …
Même Gargantua n’en revient pas …
Prêt à embrocher et envoyer au trépas
Ce fautif responsable d’un tel chagrin …
La trompe à l’œil, il veille au grain …»
Un serval camouflé dans les herbes blondes
Méfiant, suspicieux, n’hésita pas une seconde
À prendre illico la poudre d’escampette …
«Aucune confiance dans ces risettes.
Encore un piège … elle nous la joue triste …
Son clan planqué surement nous piste.
Il ne fait pas bon rester près de cette comédienne.
Elles ne reculent devant rien ces hyènes ! »
Seule la lionne impressionnée par ce spectacle
Reste là plantée comme un fidèle face au tabernacle.
Cherchant à savoir le vrai du faux,
En cette parodie cherche le moindre défaut.
C’est un Cob Defassa habitué aux cornes,
Ameuté lui aussi par ce tapage de quelques bornes,
Surpris de voir ERYF filer à l’anglaise
Traversant d’une flèche l’écrasante fournaise,
Qu’il comprit et s’expliqua la fureur
Qui ravageait STORY et son pauvre cœur.
Il prit plaisir à révéler à l’alentour la raison
Qui mettait STORY en cet état de pâmoison.
Cette triste nouvelle redonna de l’entrain
À la lionne et tous les hôtes riverains.
De rires et d’allusions ils se délectèrent
À se taper le cul par terre.
STORY jura de se venger …
Ils déguerpirent tous sentant le danger …

 

55475330_10157884894322439_2119767047217872896_o

27 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Vidal Terrier

 D’autres photos sont visibles sur ma page Les poèmes de Chatnine

 

Fin d’une idylle

54728763_10157862012492439_2197128998880804864_o

Envolée l’ivresse de la lune de miel !
Il reste de cette amourette un goût de fiel …
Sitôt que la Une attira toutes les fans
Le climat par ces fortes chaleurs devint étouffant.
ERYF flatté, poursuivi par la coqueluche de ces hystériques
Découvrit une STORY jalouse, tyranique, colérique.
«Pour le meilleur et pour le pire … quelle fadaise !
Au diable les valeurs … pourvu que l’on baise !
Il m’a plaquée sans regrets ni remords …
Sniff … ma jalousie m’a fait perdre ce trésor.
Courir deux lèvres à la fois, je ne tolère …
Ce coup de foudre … sans un paratonnerre …
Pour détourner ce chaud shérif qui s’est dévoilé
Être un spécialiste de toiles aux nus étoilés.
En plus si froide était l’eau des bains …
Je me suis enrhumée et me voilà dans le pétrin ! …
Assez que ce beau reluqué m’ait laissé un souvenir !
Cool ma belle, laisse venir … confiance en l’avenir …
En attendant, encore sous le choc de la rapidité
Avec laquelle je suis passée de Pâques à la Trinité,
Sans tambour ni trompettes le retour de mes noces
N’a plus de carrosse…  vilaine fée Carabosse !
La prochaine fois je choisirai un vieux et moche …
Mais sans désir … l’amour c’est pas dans la poche !
Je ne suis pas reine, je n’ai plus de capitaine,
Seule RISETTE peut me sauver, adoucir ma peine.
Me reconnaîtra-t-elle ? Est-elle encore vivante ?
M’acceptera-t-elle ? Quelle situation désobligeante.
Tiens … elle est déjà seule ? Ça n’a pas duré longtemps …»
Alors … on rêve au prince charmant ? »
«Il a foutu le camp sitôt l’affaire faite ! …
Si nous affichions une récompense contre sa tête ?
Ça lui calmerait définitivement la quéquette …»
«Oui mais nous allons être la risée des risettes …
Laissons le courir … que j’ai mal à ma tête …
Un bain chaud, quelques restes de vieille blanquette …
Avec un peu de chance je vais revoir ma RISETTE …»

 

 

55503459_10157862010957439_51000417357660160_o

22 Mars 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Vidal Terrier sur Facebook

                            

UNTIDINESS

54519626_2356565217709484_5730652173017022464_n

« Quand on est une vedette de la Saga
Des Aventures de RISETTE, mes petits bélougas
Vos radars sont à l’affût du moindre racontar.
Rien ne vous résiste sinon c’est le cafard !
Vous trouveriez cette fameuse aiguille piquante
Pour un foin qui fait la Une plus bandante…
Bien que peu de personnes se sont inquiétées
De ma disparition tenue au grand secret.
C’est ce guide talentueux prénommé ABOU
Qui a découvert pourquoi j’avais mis les bouts …
Ah ! Vous n’imaginez pas ce qu’est la célébrité !
Foi d’un zèbre ! On a beau en galère s’abriter
Y a toujours un papa-raz-zizi qui va découvrir
Ce coin d’un paradis pour nos envies de loisirs.
OUI ! C’est bien moi ! STORY ! … qui batifole …
Cette STORY, mère de RISETTE, directrice d’école !
J’ai tout lâché pour filer le parfait amour
Avec ERYF ce shérif voyageur au long cours.
Il est beau, fort comme un dieu, je l’adore !
Je suis dingue de lui, je l’aime, il me dévore !
Midi, minuit, peu importe les heures, les jours, 
En cette station balnéaire tout baigne ! C’est l’amour !…
Inespéré, que peu connaissent parmi vous de la sorte
Avec vos dents longues, vos rateliers de vies mortes.
Tant d’amour donné pour se retrouver seule,
Tant de coups reçus pour ma vilaine gueule …
Je me soucie guère de cet enquiquineur lendemain.
Je m’éclate ! … Et tant pis pour le pétrin !
Je savoure ma lune de miel avec ERYF !
Ah ! Je vois d’ici se hérisser d’envieux tifs !
Le bonheur n’attend pas le nombre des années.
Vous m’avez de vos sarcasmes assez condamnée.
UNTIDINESS dans votre bordel actuel
Occupez-vous de vos fesses aux désordres ponctuels.
Pour vivre heureux, vivons cachés …
ABOU ! pour cet entretien … combien je vais toucher ?
Sans doute vous me direz avec humour : la peau des fesses !
Qu’importe l’avenir pourvu qu’on est l’ivresse !
Ah ! ERYF et ses douces caresses … »
«Viens par ici mon brin de folie, ma jolie tigresse … »

 

20 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Kilambo Abou Maringa sur facebook

A titre amical sans aucun engagement … en cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez feuilleter mon premier album des
Aventures de RISETTE

Merci de votre soutien tout au long de mes publications.

http://www.cewe-fotobuch.de/view/e7d1c10635a0d8c8e1f8f051b58b7f0c

 

 

 

 

Panique à la piscine

53298624_559676527865249_4958858219351965696_o

CRIC et CROC s’entendent comme larrons en foire.
RISETTE en perd le nord face aux déboires
Que ces deux lascars occasionnent à sa Cour.
Une Cour qui s’emmêle les pinceaux face à ces amours.
Qui est CRIC ? Qui est CROC ? On ne sait …
Lequel des deux est fautif d’un méfait ?
Pas plus tard qu’hier, ils ont mis la panique
À la piscine de quelques grosses bourriques
Qui n’eurent rien de mieux que cette pensée idiote …
Celle de les faire tomber avec elles dans la flotte !
Prises d’hystérie communicative ces folles 
Faillirent noyer ces innocents drôles.
Heureusement que le bruit de leur vacarme
Alerta la surveillante de ces petiots sans armes.
Trempés, tremblants de peur, ces deux chéris
Suffoquaient, recrachaient toutes les intempéries
Qu’ils avaient dans cette bousculade nautique
Avalées et gonflés comme deux petites barriques
Ils vomirent toute l’eau de la Mara-Plage.
Ce qui jeta un froid parmi les nombreux commérages.
«Bien fait ! … c’est pas étonnant ! … Encore eux ! …
Ils se croient tout permis ces deux petits morveux !
Tout ça parce que fils de reine, ils s’imaginent
Faire ce que bon leur semble … Pire que des gamines …
Qu’ont-elles eu de faire tomber exprès ces petits ?
Encore une vengeance … quels esprits petits ! …»
RISETTE incendia du regard toutes ces commères.
Sans réchigner aussitôt elles s’en retournèrent
Chacune à leur besogne, riant sous cape
De ce mauvais tour digne d’une farce et attrape.
L’incident aurait pu tourner au vinaigre pour RISETTE …
Mais RISETTE n’est point bête … deux trônes pour leurs fillettes !
Mais peut-on déchoir une reine de son trône ?
Subir ou rester … le pouvoir fanfaronne.
Loin de tout ça CRIC et CROC à peine calmés
Complotent … quelle bêtise vont-ils acclamer ?

 

4 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Virginie Liardat sur Facebook

 

Les retrouvailles

36088050_218889102262102_6203458691404922880_n

Après une nuit de cauchemars et de frissons
JOY a repris quelques forces et sans façon
Quitte cette mare, délestée de ses peurs.
Peur des prédateurs, peur pour son petit cœur,
Sa TRISTOUNETTE doit être désemparée.
Est-elle encore vivante ? S’est-elle égarée ?
Pleine d’espoir, JOY se met en chemin
Avant que le soleil, cet astre incertain,
De son amitié caniculaire la réchauffe
De ses plus épaisses et chaudes étoffes.
Zigzaguant d’odeur en odeur,
D’une allure étrange d’un rôdeur,
Découragée, JOY fait une pause.
Ses blessures ravivent sa sinistrose,
Consciente du temps perdu, elle se désespère …
«Que suis-je allée intervenir en cette affaire ?!
À mon tour je n’ai aucune aide ! Pauvre idiote !
Ma pauvre JOY ! Sanglote, sanglote …»
Pendant ce temps, dans sa fuite, TRISTOUNETTE 
 Toute étonnée retrouve sa cachette …
Elle a tourné en rond pendant tout ce temps
 Et revoit avec plaisir leur campement.
Le temps d’une brève attente JOY enfin apparaît,
Se précipite vers son enfant tel un raz de marais.
Cest ainsi que deux héroïnes
Réjouies n’ont plus grise mine.
JOY montre sa joie d’un beau sourire.
 Bonheur des retrouvailles ! Une risette pour narguer le pire.

26 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Michel Andrieux sur Facebook

 

Le trophée

53155078_2243254352361466_3166313546321494016_n

Depuis tout ce temps, il s’avère après enquête,
Par les espionnes de la Cour de RISETTE,
Que les charniers funestes des « Mandibules »,
Sous la Direction de ROYALE, crédule,
N’incombent pas à sa malveillance.
Incarcérée, libérée après ses confidences,
On conclut à une affaire d’un génocide bestial.
Tenu au secret jusqu’à la page d’un journal
Qui publia la photo, la Une de ce jour,
Et donna des frissons à toutes les Cours.
Seule STORY avait trouvé louche
L’extinction collective de toutes ces petites bouches.
Elle diligenta un détective des Nomades du monde
Venu du Botswana, un chasseur de tête.
Il vint, incognito, pour ne pas troubler les Risettes,
Pista une tueuse en série qui sévissait
Depuis des mois et de ses crocs assassinaient
Les risettes en bas âge des institutions
Faisant un carton plein à chaque intervention.
Donnant du fil à retordre à ses poursuivants,
Toujours camouflés derrière des paravents
Pour ne pas mettre la puce à l’oreille
À cette perverse, une sanguinaire sans pareille.
STORY, libre de toute attache d’ailleurs,
Aida dans cette course aux gendrames et aux voleurs,
Ce célèbre, superbe et fin limier ERYF
Qui joua sans trembler le rôle du shérif.
Et comme au temps de la guillotine,
Sans la moindre lame ni tir de carabine,
Il exhiba à la grande stupéfaction
Son trophée comparée parfois à une tête de lion.
On pouvait voir encore le sourire narquois
De cette lionne se moquant jusqu’au bout des lois.
Dans les moindres recoins au-delà des frontières
On commenta en chuchotant cette grande première
Par peur que ressuscite ce monstre des clairières.
On s’assura qu’il ne resta plus aucune trace
De cette dévoreuse d’enfants à part sa tignasse
Que l’on offrit à ERYF pour le dédommager
De les avoir sauver et libérer d’un grand danger.
Il reste cette photo d’ERYF baladant son trophée
Non répertorié dans les contes de fées.
STORY durant toutes les péripéties avec ce justicier
Depuis a disparu … mais qui va s’en soucier ? …

 

10 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Philippe Frey / Nomades du monde

CRIC et CROC les petits de RISETTE

27908408_1606379116108341_2779354025282265327_o

«Je suis CROC lui c’est CRIC  ! les bébés de RISETTE !
Aucun terme nous différencie… pas d’étiquette ! …
Petit, bébé, font partis du vocabulaire provisoire
En attendant un prénom pour une éventuelle histoire.
Sinon pendant les vingt années et des poussières
HYÈNE, ce nom, nous collera jusqu’à notre heure dernière.
Nous avons pour le moment déserté notre tanière.
Avec cette chaleur nous suffoquions sous terre.
Une seule entrée et sortie ça manque de courant d’air.
L’oryctérope sait que ce ne sont pas des paroles en l’air !
Déjà bébés nous sommes équipés de tout le matériel de combat.
Les dents, les griffes, la vue, on a tout cela dès la mise bas !
Nous n’avons pas encore perdu nos poils noirs …
Les prédateurs dans nos tunnels y voient que du noir !
Ensuite de HYÈNE nous passerons à HYÈNE TACHETÉE !
Et en prime un allaitement de seize mois de tétées !
Grâce à la testostérone nous avons du caractère
D’autant plus que la Reine du clan est notre mère.
CRIC est né avant moi … à moi donc de me soumettre
À mon frérot … j’ai du mal à l’admettre …
CROC ! … avec un prénom aussi incisif
Faut maîtriser pour ne pas être agressif …
Mais j’ai ma revanche sur le clan, ces hyènes !
Petit d’accord … mais soumises par hiérarchie … ma veine !
Maman trouve que pour un mâle je suis trop dominant,
Que je pourrais pas rester dans le groupe très longtemps.
J’ai de qui tenir … ça elle préfère l’oublier …
C’est pas ma faute si ce petit dernier
N’était pas la petite princesse à élever ! …
Qui est CROC, qui est CRIC d’après vous ?
Sur Facebook nous avons aussi rendez-vous.
Vous pouvez nous contacter par commentaires :
« CRIC et CROC les Princes légendaires »
Bisous à toute la compagnie !
Chut ! Maman est de retour faites comme ci
J’avais rien dit de tout ceci !
On va encore se faire assaisonner …
Elle nous somme de rentrer à la maisonnée.
Les cloches vont sonner ! … »

 

20 Février 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Polo Chourbois sur Facebook

 

 

JOY, la maman de Tristounette

51218465_1966971473431197_4070467362573254656_o

Pendant que TRISTOUNETTE cherche une cachette sûre
JOY, sa maman, à quelques lieues, soigne ses blessures.
Au cours de sa chasse quelques consœurs en difficultés
Lui ont demandé de l’aide pour déplacer ce gros pâté
Afin de nourrir le clan, gardien de leur territoire.
JOY répond volontiers à leur appel, sans histoire.
Quand soudain des lionnes surgissent par surprise
Et sur la barbaque investissent leurs fougueuses mises.
Ces furies des deux côtés tiraillent cette chair flasque
Dans leur jargon rugissant «Lâchez-lui vos basques !»
C’est alors qu’une lionne de plusieurs coups de griffes,
De morsures, entaille le corps de JOY avant qu’elle se rebiffe.
Elle sait que si ces lionnes voient sa baisse de forme
Elles l’achèveront sans nul besoin de chloroforme.
JOY préfère se retirer en douce et fuir ce combat …
«Faites du bien et vous l’aurez dans le baba ! … »
Agonisante, proie facile, JOY a perdu beaucoup de sang.
Elle se roule dans la boue aux bienfants apaisants
Récupère des forces dans des flaques d’eau mêlées de son sang.
JOY est désespérée …Va-t-elle revoir sa chère enfant ? …

 

28336628_1156013421202372_7114289092092458632_o

19 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Philippe Le Strat  Philippe Le Tannou sur Facebook

D’autres photos sur ma page de poésie Les poèmes de Chatnine sur Facebook

 

Publié dans:Littérature et Poésie, Risette |on 24 février, 2019 |Pas de commentaires »

Courageuse TRISTOUNETTE

50824445_10157686576402439_762321003861770240_o

«Oh la la ! Ce gredin me poursuit ! … il ne me lâche pas !
Si sa clique rapplique… me voilà dans de sales draps …
Tant qu’il est seul, il gardera ses distances …
Si je trouvais un vieux terrier … avec un peu de chance
Je pourrais ainsi y passer la nuit en cachette.
Il me faut semer ce chacal qui veut faire la dinette.
Tiens j’aperçois un dik-dik … il a l’air aux abois …
Il est fou ou inconscient ? Sortir ainsi des bois …
Bon ne perdons pas de temps à trainasser …
Si je m’apitoie sur tous les futurs trépassés …
Qui viendra me porter secours à mon heure fatale ?…
C’est pas tout … avec tout ça, je crève la dalle …»
Tenaillée par la faim TRISTOUNETTE oublie son chagrin.
Elle ne pense qu’à manger et fuir son fantassin.
Elle stoppe sa marche brusquement … avance prudemment …
Avertie par les mouches et les relents d’une odeur charognarde,
Elle se précipite et s’exclame : «Mon repas de clocharde !
Une demi-mâchoire d’un kobe ! Un reste d’un trophée !
Contente-t’en ma puce même si c’est du réchauffé !
C’est mieux que rien en attendant un vrai festin …»
Vite, elle l’emporte en poursuivant son chemin.
Apparamment le chacal a perdu ou quitté sa trace, entre temps.
TRISTOUNETTE sait que l’acalmie ne va pas durer longtemps.
Camouflée par des buissons elle mordille de ses quenottes
Ce crâne vidé de la cervelle d’une tête de linotte ? 
Après ce léger repas, lasse, TRISTOUNETTE baille.
Des frissons la parcourent à l’idée des possibles funérailles
De sa maman dont elle n’a plus espoir de la voir apparaître.
Elle ne se doute pas que celle-ci va mourir peut-être,
Seule, face à de gueulards prédateurs furieux et affamés.
Affectée mais encouragée de revoir son enfant bien-aimée…

 

51334923_10157712920667439_8978589279286460416_n 51195274_10157697106187439_7829878337278312448_o

17 Février 2019- Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Vidal Terrier sur Facebook

 

 

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus