Archive pour la catégorie 'Photographe Wong Lam'

Cocorico !

41051437_2083076698409903_7780349264047112192_n

Un coq perché prétentieux,
Réveil-matin peu révérencieux,
Sur sa basse-cour veille, ambitieux,
À la bonne ponte en son milieu.
Il voudrait moins de rondeur
Pour cet oeuf, plus de vives couleurs.
Un oeuf carré ou triangulaire
Pour révolutionner la routine alimentaire.
Voir figurer son génie du tonnerre
Sur les emballages, sa crête de coq
Pour ensoleiller la misère des bicoques.
Hissé au faîte de ses pouvoirs
Ce coq du matin au soir encaquait,
Pressait, mettait ses poulettes au taquet
Les traitant de bonnes à rien, d’incapables,
Se désintéressant des plaisirs de la table.
Labels, Bio, pontes en plein air
Rien ne fit changer ces poules gonflées d’air !
Le coq, tenace, hargneux, harcelait sa poulaille
Soumise aux algorithmes de leurs épousailles.
Les jours, les mois défilaient, l’oeuf de son ovale
D’une vague rondeur restait aussi pâle
Que la rage de cet exigeant maître chanteur
Pris de cubisme et de folie des grandeurs.
Les poules excédées par ce cocorico hystérique
Décidèrent de le faire tourner en bourrique.
Tant et si bien que l’entourage d’une pétition
Mit fin à ce tapage par une condamnation.
D’un bon coq au vin les convives se régalèrent
Tandis que les poules soulagées acclamèrent
Un nouveau coq d’étrange allure …

 

13 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Wong Lam sur Facebook

 

 

 

 

Vers la plénitude

IMG_0071

Partir en beauté
Au milieu des étoiles
Sur ces ailes bleutées
Soulever le voile.
Quitter la laideur
D’un monde en fureur.
Sauvée de la noirceur
Par un divin sauveur.

Sur les ailes de la victoire
L’oiseau de sa trajectoire
M’emporte vers la gloire
Loin d’un monde illusoire
Noyé dans ses déboires.
D’une création et d’un ciboire,
Vases communicants notoires,
Je vole vers leur réfectoire.

Partir en beauté
Pour la voie lactée.
De nébuleuses être escortée
Sur les ailes en sécurité.
Sous une pluie d’étoiles
Nue, sans une toile,
Dormir à la belle étoile
D’un cosmos à moelle.

 
9 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
photo : Wong Lam sur Facebook

Dis-moi …

IMG_0064

Dis-moi, la fleur,
Jamais le monde
Me parut aussi immonde.
Souffre mon coeur.

L’oiseau, dis-moi …
Si le monde était beau
Le bec dans l’eau
Nous serions toi et moi.

Dis-moi, la fleur,
Veux-tu de mes pleurs
Consoler leurs douleurs ?
Trinquons à nos malheurs !

Dis-moi, l’image,
Ce Dieu à ton image
Ne pouvait qu’être sage,
Beau et bien davantage !

Mon beau miroir dis-moi
Que tout autour de moi
Ce cauchemar n’est qu’un songe
Sur ces ères de mensonges.

Dis-moi, martin-chasseur …
Ta cigogne de son bec
Va-t-elle, en fin, d’un linge sec
Éponger tous ces pète-secs ?

Dis-moi, dis-moi, la fleur, 
Que sont morts sacrebleu
Froids et horreurs.

De nacre et de ciel bleu …
Jolie fleur je te veux
Claire et désaltérée
De tous ces sombres voeux.

 

5 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photo : Wong Lam sur Facebook

 

Le Messager de la lumière

IMG_0065

Ce Messager de la lumière,
L’âtre de nos chaumières,
Mon coeur de pierre
Étouffé sous le lierre,
D’une humble prière
Désaltère mon âme
Encerclée de flammes.

Les proies de l’ombre
Sous les serres en nombre
Ne sont que décombres
De reflets sombres
Noyés de lumières
Par les plumes guerrières
De ce Messager de lumière.

D’un casque victorieux
Il m’emporte vers les cieux,
En cette fin de jour radieux,
Dans les mains de Dieu.
L’ange d’un bonheur radieux,
Sur cet envol silencieux,
M’a rapprochée de Dieu.

L’ambre de ses ailes
À tire d’ailes,
De précieuses nouvelles
Éclairées, me renouvelle
Les joies éternelles
De l’aube nouvelle
De ma vie éternelle.

 

5 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photo : Wong Lam sur Facebook

Le prince des ténèbres

28958292_828892357296392_5783785539853352960_n

Ce Prince des ténèbres majestueux
Au plumage blanc, noir et bleu
Patine sur le miroir de l’onde lisse.
Sans éclaboussures, en silence, il glisse.
Il effleure de ses doigts l’onde, la caresse.
Ses ailes déployées d’une vertigineuse noblesse
Agitent les palpitants rayons de lune.
L’astre de sa nuit complice et opportune
Lui offre son reflet alors qu’il fait si noir.
Ce patineur, d’un vol gracieux d’oiseau,
De milliers de frissons survole les eaux
Qui veulent lui ravir cet instant magique
Enfouir dans ses abysses ce souvenir féérique.
Beauté suprême d’un éphémère frôlement
Sous le regard d’un invisible firmament.
L’oiseau sur l’onde d’un battement d’ailes
M’a parlé de beauté et de vie éternelle.

 

1 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photo : Wong Lam sur Facebook

 

L’oiseau et la fleur

40545230_2079196945464545_3266038391967318016_n

Un oiseau, vert de peur,
Amoureux d’une fleur,
Manifestait avec ardeur
Son envie de picorer le coeur
De cette attirante belle fleur.

La belle, récalcitrante, 
Sous ces flammes ardentes,
Fit la sourde oreille
Doutant de tant de merveilles
De romances décevantes.

« Épouser ce prétendant
Prêt à becqueter mon firmament …
J’ai vu tant de galants,
De vertes mélodies soupirant
Leurs frénétiques sentiments …»

Face à cette fine bouche
L’oiseau prit la mouche.
Vert de rage, éconduit,
Se contenta de belles de nuit.
Quant à la fleur …

Les ardeurs de son soleil
D’ors et d’éveils
Réchauffent son âme
De ces vols infâmes
Cachés dans le sommeil …
 

2 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photo : Wong Lam sur Facebook

 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus