Archive pour la catégorie 'Photographe Wonderfulworld Acswell'

Tempus Narrabo …

46522602_328592451254465_8825057027521773568_n

À quelques lieues du territoire de RISETTE,
Aux « Mandibules », STORY a fait place nette.
Après ce recensement délicat et intime
Elle est harassée et au bord de la déprime.
Une envie folle de quitter l’orphelinat la tenaille,
De vivre pour elle, se libérer de toutes ces entrailles,
Ces ventres maternels aux dramatiques champs de bataille,
Ces orphelins qui à longueur de journée se chamaillent.
RIKAÏ a démissionné de son poste de Directrice
Trop occupée par ses deux beaux garnements complices
Qui lui en font voir des vertes et des pas mûres en démesure.
C’est qu’ils ont bien grandi et vous poussent à l’usure.
STORY est partagée entre le sentiment profond de culpabilité
Et celui de vivre pour soi en abandonnant ces déshérités.
Un dilemme un peu lourd pour sa conscience en balance …
Rester encore ou partir sur les chemins de l’errance ?
«Que deviendront ces malheureux sans une reine ?»
À cette pensée apparaît au pas de course une hyène,
Les pattes crottées de boue dans l’eau du marécage.
Elle observe en même temps le reflet de son image, 
Reine de surcroît, chassée à cause d’une couronne.
Deux reines ne peuvent partager un même trône !
STORY saute sur l’occasion, retrouve son engouement.
Elle propose à cette ingénue en des termes alléchants
Ce Siège libre qui attendait une candidate royale.
Sans perdre une seconde saisissant cette aide spatiale
STORY fait de rapides adieux et d’un dernier regard
Le cœur léger, l’esprit libéré, elle s’enfuit vers le hasard.
Elle décide de nommer ROYALE ce clin d’œil céleste
Qui transformera les « Mandibules » en charniers funestes.
Car bien après des saisons STORY de passage sur le domaine
Ne trouva que de vieux ossements d’un passé en mal de reine.
Sans doute certaines hyènes survécurent à cette fin d’histoire triste …
Vous les avez surement rencontrées sur les pistes ! 
Comment résister à leurs accueillants sourires ?
Elles se moquent bien qu’on les traite de vampires !
En ce domaine elles ont vu pire …

 

 30052348_191540094960316_9098889794887912530_o 28424611_173538413427151_6163498708006236121_o

22 Janvier 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Francoise Cabanel Isasca

 

La grande parade 2019 … en poésie (suite)

49393492_350170589097265_8029080221841883136_o

La tortue léopard
A peur d’être en retard.
D’une cotte de maille
Elle a recouvert ses écailles.

Le Sage Rouge
Assis, point ne bouge.
Il attend sa compagne
Qui revêt un pagne.

“Vent Arrière”
La tête la première
Passe devant tout le monde
Sans perdre une seconde.

“Attentif” montre les crocs.
Il n’aime pas les escrocs.
Il surveille de près les rangs,
Prêt à chasser les brigands.

“Fakir” n’a plus sa planche.
Comment défiler dimanche ?
Il l’a mise au clou
Ne lui restent que les clous.

“Fossile” n’en revient pas …
Il fait profil bas.
Se faire traiter de la sorte
Par une escorte … mais qu’importe.

“Futur” est là
Il donne sa langue au chat
Pour ce “Futur” qu’il ignore.
Le char d’Axel il décore.

La grande parade 2019 en poésie
Chez chaque photographe 
Avec pasion et frénésie
À ce défilé pour la paix paraphe …  (à suivre)

 

49301900_349598389154485_1853976560927768576_o

7 Janvier 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photos : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell

Dautres photos si vous le souhaitez sont sur ma page Facebook Les poèmes de Chatnine

 

 

 

 

 

CARAMEL

47319713_331975844250073_7975980922686144512_o

Partie faire un stage  au sujet de la Règle, RISETTE
A confié la garde du GIrl Power à une vieille chouette
Un aigle martial qui volait souvent dans les parages,
Profitait sans se fouler de tous les avantages
Que ces chipies offraient, gavées et repues après leurs partages.
C’est ce que raconte ce magistrat à son entourage :

«Au GIRL POWER la bonne entente ne dura pas longtemps.
La venue de CARAMEL mit la zizanie dans le clan.
Mais comment de là-haut diriger, faire régner le calme
Quand il s’agit de passions, d’instincts qui s’enflamment ?
Après avoir reniflé s’il s’agissait d’un dur ou d’un tendre,
La queue, à la suite de CARAMEL, ne se fit point attendre.
Ange protecteur j’avais beau agiter à grand bruit mes ailes,
Pousser de grands cris pour effrayer ces femelles …
Rien n’y fit … elles avaient marre de cotoyer que des voyelles …
Il a suffi d’une consonne pour lier comme une maquerelle
Toutes ces passionnées qui somnolaient sous les ombrages
Avec un CARAMEL dépassé par tant de brûlants partages.
Durant ces quelques jours d’orgies, de chasses sanguinaires
La grande prairie souffrit de leurs émeutes guerrières.
Sous la pression, encouragées par leurs appétits débordants
Elles s’attaquèrent à des proies énormes à belles dents.
« Les yeux plus gros que le ventre » selon l’expression fit des heureux
Qui profitèrent de cette chance qu’ont parfois les malheureux.
Au cours de leurs chasses une malheureuse, un peu feignasse,
Restée seule au campement fit le régal d’un léopard pugnace.
À leur retour sans regrets ni remords aucune d’entre elles se désola
Pour cette malchanceuse emportée sans tralala.
En attendant les nausées futures de ces débordements
CARAMEL se retrouva géniteur de tout un régiment !
Au bout de ces quelques jours, nappé de souvenirs
Il n’eut qu’un choix … celui de déguerpir sans chérir
Cette reine dont il avait eu vent par de grands échos.
Désolé, chassé comme un malfrat, il ravala ses bécots
Pour d’autres rencontres, d’autres femelles en attente.
Ce qui me permit enfin, impuissant, une brève détente.
« Ne me quitte pas » ne fut d’aucun recours à la Cour
De RISETTE dont on attend impatiamment le retour.
Cette dernière, loin d’imaginer la pouponnière à envisager,
Elle même a l’air de profiter des beaux fruits d’un verger.
Entre CARAMEL et ROUDOUDOU tout invoque les berceaux
De nombreux carnets roses de pucelles et puceaux.
Elle qui revient d’un stage sur l’enseignement de la Règle
Elle va, de son clan, recevoir quelques coups de règle !
Va-t-elle provoquer la dissolution de son clan dément ?
Taxer de corvées supplémentaires ces futures mamans ?
Comment va réagir cette souveraine devant leurs comportements ?
Toutes ces questions en suspens leur font claquer des dents …
Toute sa Cour redoute d’être expulsée, condamnée de sévices
Pour avoir copuler sans l’accord de leur Reine bienfaitrice.
En attendant la suite de savoir ce qu’il va advenir …
Après toutes ces émotions, il est tard, je vais dormir …»

47463272_332977394149918_4237299491671113728_n

7 Décembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell  sur Facebook

 

Elle court, elle court la Risette …

46513273_2324784027592432_2573817598042963968_o

Ça ne tourne pas rond chez RISETTE …
Il semblerait qu’elle n’a plus sa tête …
Complètement euphorique après ses avatars,
Tout ceci pour une affaire de plumard !
On l’a retrouvée dansant la béguine
Pour un béguin épris d’une autre frangine.
RISETTE ne voit pas que la joie des copines
N’est que moqueries de jalouses rapines.
Dégrisée, on la retrouve au petit matin
Semblable à une statue du Musée Grévin !
S’affichant aux passants, badauds hilares
Qui se moquent de cette toupie non unipare
Venue se mêler, parader à la joyeuse fanfare
De Mickey ! S’agitant au son d’une guitare,
Édentée, elle se frotte le ventre, d’un tété
Elle nous laisse comprendre en intimité
Ce pourquoi sa boussole du Nord a dérivé.
La mèche folle, truffe et oreille activées
Qu’a-t-elle donc RISETTE à se fendre la pêche ?
Mais déjà la voilà qui participe à une partie de pêche !
Des lionnes, curieuses, sont venues aux nouvelles …
«C’est ça de plus dans nos gamelles ! » …

 

25299723_131055041008822_8821603912650702378_o 30171460_577207259306152_1431977195081406511_o

21 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Jean Philippe Borg sur Facebook

 

Merci !!!

33763730_210557703058555_5319078363418066944_o

«Dans cette mer de Si
De merde et de Si
Deci delà
De désidératas»
«Oh lala !»

«Dans cette merde-ci»
«Si ? … La mer de Si
N’existe pas ! …»
«De carib en sila»
«Oh lala !»

«Mère Si …»
«Avec des Si
De soucis
Point merci ! …»
«Oui, mais Si …»

«Oh lala !
Mon petit lionceau
Fait dodo !»
«Sol, fa,mi ré, do !
Là, sis dos !»

 

 

19 Novembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell  sur Facebook

RISOTTO

45691294_319024288878562_1429919080990638080_o

Après une minutieuse inspection et reniflages poussés
ROUDOUDOU vexé, excédé, finit par la repousser.
«Cette insolente se prend pour la reine de Saba.
Va-t-elle organiser comme elle une orgie ? Bien bas,
Bien bas, mon ROUDOUDOU te voilà bien bas …
Je n’ai pas envie d’attirer la colère de mes aïeux …
Ni de continuer à me battre pour défendre un pieu !»
Mais RISETTE ne l’entend pas de cette oreille !
Elle le cajole avec des yeux à bader aux corneilles.
Comme s’il était la nième merveille du monde.»
«Aaah me perdre avec toi même quelques secondes !
Tu es mon ROUDOUDOU, mon gros nounours à moi.»
ROUDOUDOU s’écarte de cette colle en émois,
Car sitôt l’affaire conclue il décampera laissant,
Reine ou pas, RISETTE et son amour envahissant.
«Pénétrer dans une suite princière à l’âme si guerrière,
Est-ce un piège ou un cadeau à mon plan de carrière ?
Elle me bade, me porte aux nues pour m’exploiter,
Arriver à ses fins, me charme et me fait miroiter
La vie à deux qui m’encombre et m’ennuie …
La voilà, qui me fredonne Retiens la nuit !
J’ai plutôt envie de la conduire à l’école !
Comment me dépéguer de cet agité pot de colle ?»
C’est à ce moment précis qu’un reporter aventureux
Sur « L’ECHO de la Savane » a publié ce cliché d’amoureux
Que l’on pourrait croire en voyage de noces
Sur la route de l’Amour et de ses négoces.

……….
Pendant ce temps aux « Mandibules » STORY
A des bouffées de perturbantes calories à cause
De l’arrivée inattendue du top-model RISOTTO
Au rire renommé à décrocher des ex-votos.
Blasé de fredaines débraillées, de frivolités mondaines,
Il a postulé et le voilà promu par le Conseil des hyènes.
Il va remplacer RIKAÏ  qui vient de mettre bas
Dans des douleurs atroces dignes d’un combat.
On ne sait pour l’instant, terrée dans son terrier,
Combien de nouveaux-nés viennent d’arriver.
C’est ainsi que STORY, prise au dépourvu
Accueille RISOTTO comme si elle n’avait rien vu
D’aussi …Ô si … un trésor sorti de la caverne d’Ali baba
Qui laisse STORY sans voix, ravie de son célibat.
Une beauté tombée de quelque baobab immense 
Que l’on voudrait avoir au moins le temps d’une danse
Un boa soyeux, chatouilleux de plumes douces
À vous faire frissonner de bonheur la frimousse
Vous faire oublier tous vos petits malheurs …
«Suis-je à l’heure ?» …

46080186_777386822602895_5806730844286484480_o

14 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Léa Rnkwsksur Facebook

MERVEILLE

45803846_319298775517780_3326059322978336768_o

Que de passions filtrées par le ciel !
De septièmes ciels, de serments artificiels,
D’effusions, de plafonds lumineux !
Merveille d’envols radieux.

Un ciel en feu pour Concorde !
D’exploits exploités par les cordes.
Vocalises à bord de transports
D’un séduisant sponsor.

Fièvres de désordres graves
D’un cirque contagieux, malade,
Surpris de la rapidité désinvolte
Des remous de la culotte.

Les pommes, les poires, les scoubidous,
De leurs fruits, leurs billets doux,
S’épanouissent sous des arcs-en-ciel
Aux douceurs de miel.

Premier ciel de mythes fantastiques
Rayé, strié d’espoirs bucoliques.
Un ciel désert, Ô merveille
Qui s’enflamme et s’émerveille.

 

10 Novembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell  sur Facebook

Pique-sel

40337097_287495638698094_2893440538701201408_o

L’ombre de mon ombre
Comme un chien sans collier
Sur ces tas de décombres
D’un monde fou à lier
D’heures sombres
Sans l’ombre de ton ombre
Sombre.

L’ombre de ton ombre
Du nombre
Encombre mon ombre
De ces perles de pluie
D’un pays dans l’ombre.
Plie et se replie
Mon ombre.

À l’ombre de ton ombre
Parmi ces décombres
A rejailli de l’ombre
Ma poésie
Mise à l’ombre …
Sauvée de l’ombre
Par ta fantaisie.

À l’ombre
De toutes ces décombres
Faisons de l’ombre
Pour que ne sombrent
Nos ombres.
Dans la pénombre
Pour toi mon ombre.

D’un passé sombre
La venue de ton ombre
Fait de l’ombre
Aux décombres
En nombre
De ces ombres.
Hombre !

Dans l’ombre de ton ombre
Au royaume de l’ombre
L’ombre de mon ombre
A quitté ces sombres
Ombres en nombre
Qui sombrent
À l’ombre …

À l’ombre de ton ombre
Sans encombres
Il fait déjà si sombre …
Ton ombre
Sur l’immense prairie
M’a souri
Dans l’ombre. 

31 Août 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur Facebook

 

Sans nos mamans

37939379_258850831562575_2363868416814612480_o

Dans le brouillard, sans nos mamans,
À découvert, sans aucun paravent
Entourés de tous ces monstres inquiétants,
Dans ce brouillard, notre peur va de l’avant.

Dans le brouillard, sans nos mamans,
Brebis égarées sans chien de garde,
Nos mamans, obligées, s’en vont chassant
Des proies qui nous ressemblent, hagardes.

Dans le brouillard, sans nos mamans,
Victimes esseulées de pères délinquants
Dévorées même par ceux nous ressemblants …
Nous sommes trois mais jusqu’à quand ?

Dans le brouillard, sans nos mamans,
Cette faim qui nous tenaille en permanence,
Ce vide nous effraie en leurs absences,
Nous inquiète, gâche nos jeux de leurs tourments.

Dans le brouillard, sans nos mamans,
Nous attendons sagement, patiamment,
Le retour de nos héroïnes chargées de présents
Rassurées de compter aucun absent.

Dans le brouillard, sans nos mamans
Qui ont préféré rester célibataires,
Leur choix nous laisse bien impuissants
Dans le brouillard sans nos mamans.

Dans le brouillard, sans nos mamans,
La goutte de lait reste en suspens …
Les câlineries, d’un souvenir, ravigotent ces durs moments,
Réconfortent l’attente qui a paralysé nos sens.

Dans le brouillard, sans nos mamans,
Nous languissons après ce temps
Qui s’éternise de doutes sanguinolents
Vite oubliés dans les pattes de nos mamans.

Bientôt nous serons forts et grands.
Nous irons avec elles encore quelque temps.
Puis le brouillard enveloppera nos mamans
D’inconnus sentiments de vos mamans. 

 

28 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell  sur Facebook

 

 

 

Lorsque les lionnes

37860000_256906668423658_17170686543921152_o

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
Mud Bull, le buffle, sait qu’il est déjà bien tard.
Les chasseresses accompagnées de leurs rejetons
S’apprêtent à leur offrir un bon gueuleton.

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
Nous, les lions, repus, admirons, peinards,
Ces diablesses, maîtresses de nos faiblesses,
Qui partent en famille semer leurs tendresses.

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
Au coeur de la mêlée, nous attendons, veinards,
Le retour de ces déesses chargées de victuailles,
Éreintées, suivies de toute notre marmaille.

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
Parfois, face à de récalcitrants gueulards,
Nous intervenons, histoire d’adoucir la sérénade
Que nous réservent ces ogresses au retour de la balade.

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
Le baobab sait que ce soleil fêtard
Va revenir de ses frasques nocturnes, vantard,
Lui conter des histoires offertes par le hasard.

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
C’est déjà la nuit pour les malheureux trouillards
Qui voient à regret le jour qui va s’éteindre
Sur ce qu’ils ont de plus cher à étreindre.

Lorsque les lionnes sortent du brouillard …
Les insomnies errent parmi les traquenards
Qu’ils soient geule de lion ou gueule de loup,
Du jour et de la nuit c’est toujours itou.

 

27 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell  sur Facebook

 

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus