Archive pour la catégorie 'Photographe Vivien Desveaux'

La promesse d’une belle journée

26173133_1641334972596737_1746860704436826152_o

Promesse d’une belle journée …
Un tout petit coin de ciel bleu
Perce à travers les arbres dénudés.
Souvenir troublant de moments heureux
Dont il ne reste qu’un tapis meurtri
De feuilles mortes, d’un feu printemps
Que l’on pensait éternellement chéri.
Mais l’amour effeuille les serments …
La promesse d’un hiver vous enlace
Jusqu’à ce qu’un coin de ciel bleu,
D’une belle journée, d’une espérance, chasse
Les nuages encore orageux. Les bleus
Habitent ce corps de souffrances,
Nostalgique, imprégné de brûlantes caresses,
Qui ne sont plus que des bruits en errance
Accrochés aux branches en attente de délivrance.
Des corps pendus aux frêles potences
Dans une allée jonchée de souvenirs piétinés
Par les promesses de journées, de folles croyances
De coins de ciel bleu toujours renouvelé.
Aucun aventurier en cette belle journée
A souhaité faire promesse de cette belle journée.
Est-il caché derrière un arbre, impatient,
D’une belle journée promise aux coeurs confiants.

 

24 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Vivien Desveaux sur Facebook

De bonne heure

20451693_1502573009806268_8857562789942129448_o

Quelle muse viendra de bonne heure
Dissiper tous ces lumineux leurres
Qui paressent sur les eaux ensommeillées
Alors que la nuit vient d’appareiller ?
Va-t-elle émerger ou tomber du ciel ?
Il n’y a pourtant pas d’arc-en-ciel …
Juste un petit oiseau niché dans les feuillages,
Bercé par la douceur de ce beau paysage.
Les rives assombries de reflets s’animent,
L’oiseau s’est envolé, reparti vers les cimes.
Un arbre de ses racines barre une embarcation,
Trouble et agite l’eau de vives émotions.
Me voici dans la baie D’halong projetée
Ou dans une guinguette buvant du thé.
Qu’importe le lieu, qu’importe l’heure,
Une aube nouvelle de promesses m’effleure.
Et voici qu’Angèle d’une délicieuse sucrerie
Vient partager cet instant de rêveries …
Est-ce ma muse en ce début de semaine,
Ou bien une fée qui connaissait ce poème ?
Qu’importe si elle a dépassé l’heure …
J’ai étalé tout cet or sur mes tartines au beurre !
Quelle muse est venue de bonne heure
Dissiper la noirceur qui plane sur ma demeure ?
Déjà le gui nouveau accroché aux branches
Me parle de l’an prochain fleuri de pervenches.
De bonne heure la muse d’une image est venue,
De sa poésie, me souhaiter la bienvenue.

 

27 Novembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Vivien Desveaux sur Facebook

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus