Archive pour la catégorie 'Photographe Philippe FREY'

Envolée vers l’imaginaire

La métaphysique rationnelle enseigne que l’homme devient comme les choses en les comprenant ; la métaphysique imaginative montre que l’homme devient comme les choses en ne les comprenant pas, car lorsqu’il ne les comprend pas, il se transforme en elles …

VICO, New Science

 

26733863_1694729960547244_695116634690308303_n

Ses ailes irisées de nacre
C’est un rollier et non un sacre
Qui ce soir éclaire ma nuit.
Deux anges pour un seul aujourd’hui.

La transparence de ses ailes,
Seule envolée pour demoiselle,
D’un abat-jour de plumes éteint
Ne facilite pas ce soir le quatrin.

Il laisse espérer une lumière.
Cet oiseau libre sans volière
De sa présence m’est fidèle.
Ses ailes sont de plus en plus belles.

J’écoute son doux murmure
Dans un coquillage qui transfigure
Une résurrection d’un vol de nuit
À mon corps noir qui toujours fuit.

La nuit, ma compagne bien-aimée,
Avec cet ange m’a accompagnée
Vers cette imaginaire obscurité
Où l’on y trouve l’éternité.

Il est tard ou trop tôt
Mon ange, mon bel oiseau,
La beauté de ta psyché métamorphosée
Quitte son corps nécrosé.

Vers l’underworld tu t’envoles,
Loin de cet enfer de nécropoles,
Pour cet univers des ombres
Qui nous accueille sans encombre.

 

14 Juin  2018 – Jeannine Castel
photo : Les poèmes de Chatnine
photo : Philippe Frey / Nomades du monde sur Facebook 

.

 

 

Chipouette

34792672_1838213172865588_117066927154659328_n

Bonjour, Chipouette !
Tes papillottes de rubans fins
Ont ficelé tes fines couettes
Par de roses petits lutins
Aux tresses fleuries et sages.
Le rouge de ton corsage
Reflète sur ton visage
La candeur de ton jeune âge.

Bonjour, jolie fillette
Aux boucles d’or, coquette.
Finement parée, ta tête
D’un bouquet de printemps
A mis mon coeur en fête,
D’une vive envie en tête
De te dire, bonjour Chipouette !

Ta petite bouche en coeur,
Tes yeux en forme d’amande,
Tes pommettes de bisous rieurs
Que je dépose, gourmande,
Sur ton petit air sérieux
En ce bon jour radieux !
Bonjour, Chipouette !

 

7 Juin 2018 – Jeannine Castel
photo : Philippe Frey / Nomades du monde sur Facebook

NAMIB

IMG_4269

Sur cette houle sableuse
Mon âme s’évade, aventureuse,
Se perd sur ces dunes sinueuses
Sans la moindre nébuleuse.
Cratères d’un désert aride,
Erg du Namib sans rides.
Juste quelques froissures assoiffées,
D’un livre autrefois feuilleté par les fées.
Des dunes mobiles, vagabondes,
Où l’aventure, parfois le monde,
Troublent les crêtes de leurs ondes,
De leurs solitudes fécondes.
Espace dunaire de mes inspirations
Dénudé d’une rare végétation.
Cette mer de sable ondulée, chaude,
Où la mort en cette fournaise rode,
Masquée par des brouillards fréquents
Incités par des courants marins délinquants.
Oueds, rivières asséchées, dunes mythiques,
Splendeur de ces côtes désertiques
Au sable rouge d’horizons infinis
D’une impossible vie en ces lieux bénis.
Désert et courants froids du bout du monde,
D’une Afrique secrète où la vie abonde
Dans un désert riche par son vide sidéral
Hanté d’un immense mirage colossal
Qui m’entraîne dans son vertigineux songe,
M’attire, telle une insatiable éponge,
Vers ces dunes où je pourrais enfouir
Ces années dont je n’ai pu jouir
Du bonheur d’un paradis perdu,
Ici retrouvé, d’amours éperdus.

 

7 Juin 2018 – Jeannine Castel
Photos :  Philippe Frey / Nomades du monde sur Facebook

Bavardages

34105900_1833099073376998_6352839487910838272_n

« Vous êtes peu bavard, Rosenstar … »
«Estormino Rosado, no Rosenstar … »
« Étourneau Roselin, vous parle davantage ? »
« Oui ! nous pouvons émettre en français nos bavardages ! … »
« Ouf ! Il est bon de faire une pause !
À voler toujours vers d’autres choses,
Notre rose, grisé, devient pâle.
Vivement l’été et ses couleurs estivales ! 
J’arrive des Balkans ! Il y faisait frisquet …
J’ai migré avec un convoi de criquets ! »
« Vous n’avez pas dû mourir de faim ! »
« Certes … mais toujours du criquet … à la fin …
Les fruits m’ont manqué dans cette colonie. »
« Moi, après avoir quitté sur des falaises le nid,
J’ai obtenu un CDD en Chine pour participer
À l’élimination de sauterelles dissipées …
Ces parasites qui détruisent toutes les cultures !
À présent me voilà chômeur, faute de nourriture.
Nous étions si nombreux que les sauteuses
Ont été exterminées par nos becquées tapageuses.
Depuis, j’ai squaté des dortoirs communautaires,
Passé des nuits, blotti dans des roselières.
Jeunes et adultes nous avons nos réseaux de communications.
Les saisons animent notre passion pour la migration.»
« Je suis sur le point de voler vers la Côte d’Azur !
Me délecter de cerises, de nèfles, de beaux fruits mûrs.
Une petite halte migratoire de mon groupe d’adoption …
Vous pouvez vous joindre à notre bataillon !
Partout où nous passons, notre vie en rose
Met du baume au coeur sur les jours moroses. » …

 

4 Juin 2018 – Jeannine Castel
Photo : Philippe Frey / nomades du monde sur Facebook
Safaris de plumes

 

Mademoiselle CRANE

33672544_1827259553960950_4747529954189639680_n

OUI ! Je suis une migratrice
Sur les steppes et déserts d’Asie.
Je suis aussi animatrice
Sur radio-fantaisie.
De la Turquie à la Mongolie, je voyage
Pour vous offrir de beaux reportages.
Aussi appelée Demoiselle de Numidie,
La mythologie sur notre espèce dit :
Qu’aux sources du Nil, nous allions
Combattre les pygmées, ces demi-portions …
Puis traversant le redoutable Mont Taurus,
Nous devions le franchir sans dire motus.
Un caillou dans le bec nous obligeait
Au mutisme pour éviter des aigles tout danger.
Grâce à nos vols, Palamède a imaginé
Les lettres V et Y … que vous paginez !
Je pars en Inde portée par le vent,
Mon voile de mariée au plumage blanc
Atteste la pureté de mes sentiments.
Lors d’une émission du Courrier du coeur
J’ai eu un coup de foudre pour O’Parleur.
Il m’a enflammé le sommet du crâne !!
Avant que ma jeunesse ne se fane
Je vais convoler et vous couper le sifflet.
Nous allons discrètement nous camoufler,
Vivre notre voyage de noces intimement.
Peut-être irons nous au Pakistan …
Ou rendre visite à la grue du Paradis Crazy,
Une amie vivant dans le Centre de l’Eurasie.
De parades nuptiales en parades rituelles
Nous chercherons un sol vide de demoiselles.
Et dans notre nid, en dépit des graviers,
Nos poussins duveteux aggrandiront notre lignée.
Parasites des cultures, mon métier d’animatrice
Consiste à protéger des chasses dévastatrices
Notre espèce et habitat de tous ces scélérats.
J’écoute … ici Damigella di Numidia … 

 

30 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Philippe Frey sur Facebook
Histoires insolites

 

Défilé Africain

33374926_1825284944158411_5733572128008044544_n

Deux vautours oricou sont mécontents
Des moqueries de quelques passants
Qui à leur vue évoquent le French-cancan.
Quelle déception pour ces représentants
D’une haute maison de couture de renommée
Si fièrement représentée par ces deux paumés.
Ces deux top models Accipitriformes de Charognes
Babillent de cris contenus tant la rogne
Les laisse sans voix, serrés dans leur collerette
Aux breloques couleur de fraise gariguette.
Ce couple d’allure altière et rectiligne
N’a pas opté pour la feuille de vigne
Mais pour une culotte de femme en cloque
Assortie d’un gilet cintré au col loufoque.
Leurs mi-bas empruntés à Jojo les bas bleus,
Sous des cuissardes au toucher duveteux,
Donnent l’illusion de deux manchons panés,
Deux cuisses  d’une volaille prête à enfourner.
Ce couple, ventriloques de choix, engagés pour cela,
Solitaire par nature, ce couple est dans l’embarras.
La louloute de l’une aboie sans cesse, rien n’y fait.
Elle ne supporte pas la tête toute ébouriffée
De ce hérisson caché sous des lunettes noires
Aggrippé comme une sangsue à son narrateur d’histoires.
Impossible en ces conditions de présenter un duo …
Ils ont pourtant enlever leurs talons hauts !
« Le fond de sonorisation du défilé est compromis …
Que faire ? Déjà la foule s’impatiente que c’est pas permis …
       Déjà que nous rognons sur nos misérables cachets,
Qu’il faut défiler dans cet acoutrement empanaché …
Nos deux marmots bavards nous en rajoute,
Mon Dieu, mon Dieu, que faisons nous chouchoute ? »
« Nous ne pouvons décevoir la nombreuse clientèle
Venue tout spécialement pour voir leurs top models
L’amphithéatre est plein à craquer, la presse est là …
Ce sol me donne envie d’un cadavre au paprika … »

 

21727971_1576894885664086_7337731840319589010_n

25 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photos : Philippe Frey / nomades du monde sur Facebook

Safaris de plumes

 

 

 

 

 

 

Une envolée de mots

33385744_1823870290966543_3030118466918023168_n

Une envolée de mots
Qui sonnent juste
Qui sonnent faux
Parfois injustes.
Des mots qui carillonnent,
Postillonnent
Pour nos pensées gloutonnes.

Des mots qui s’envolent
Vêtus de nos camisoles,
D’anciennes paraboles,
Chargés de symboles.
De l’Acropole à la nécropole
Ils nous auréolent
De leurs muettes paroles.

Des mots échappés
D’un monde jamais en paix,
De rimes et d’onomatopées.
Des mots censurés, stoppés,
Emprisonnés, jusqu’à cette photo
D’un ciel pommelé d’indigo
À cette envolée de mots.

Si le silence est d’or
Les mots ont leur sponsor.
Ils ont besoin d’images
Dans leur désertique langage.
L’Esprit de ses voyages
Les met dans ses bagages
Pour sublimer leurs bavardages.

Une envolée de mots
Dissipés dans l’indigo
D’un ciel et d’un désert
Pour un silencieux concert
De notes sur une portée
Ensablée, à la clé escortée,
Vers les pistes de l’Éternité.

 

24 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Philippe Frey / nomades du monde sur Facebook

 

Transcendance

32289098_1814052971948275_5786751670037774336_n

Quel astre solaire
M’envoûte de sa lumière
Assombrit ce luminaire …
Quel astre solaire
Éclaire de sa beauté,
D’une auréole en sainteté,
Ces deux bergers ressuscités
En attente de revoir
Ce fébrile espoir d’un soir
Où l’étoile avait surpris
Leur néant jamais acquis.
Dans l’infini d’un espace,
Incrusté sur les carapaces,
Les corps voient leurs âmes
Délestées de leurs drames,
Logées dans la colonne vertébrale
D’un Dieu qui les façonne et ravale.
Leurs intérieurs gardés par Lui,
Entre le jour et la nuit,
Ne laissent entrevoir que l’extérieur
D’ombres éclairées par le Seigneur
Mais dont on aperçoit
Que l’obscurité de la Foi.
Adoration de deux mages
Sur une simple image
Où deux massaï recueillis,
De leur présence, ont accueilli
Ce côté oscur qui sans cesse
Dans mes moments de tristesse
Transcende depuis ma naissance
L’essentiel de mon errance.
Les plus belles vacances
Que je ne pourrais m’offrir
En ce monde triste à mourir.
Image silencieuse, pieuse,
D’une Marie radieuse
Avec ses grâces infinies
Secrètes comme la vie
Offertes par ses mains bénies.
L’Esprit de Pentecôte nous réunies …
Dans un monde invisible et plein d’amours
Débordé d’appels au secours.

 

13 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Philippe Frey nomades du monde sur Facebook

Chouchou

21314582_10155717216439839_530364238229079655_n

Ma face est toute ridée,
Mes yeux sont une odyssée.
Par des milliers d’idées
Mes poils sont tout hérissés.

Si je vous fais sourire,
Vos sarcasmes en prime,
Je n’ai de vos fous-rires
Que le poids de vos déprimes.

Mes oreilles en feuille de chou,
De simplet je suis le chou-chou.
Je trouverai bien une nounou
Pour sautiller sur ses genoux.

S’il suffisait d’être beau …
Dis-moi l’ami Pierrot,
Pour finir dans un tombeau
Tôt ou tard tu auras bobo.

Moi, je suis habitué à ce laid.
De vos mimiques vous me battez.
La nature ne m’a pas gâté
Au moins j’ai des antennes-relais.

Chouchou je suis et resterai
Avec mes feuilles de chou.
Par cette poésie j’aurai
Une myriade de rendez-vous
C’est chou !

 

18 mai 2018 – jeannine Castel
Photo : Philippe Frey / nomades du monde sur Facebook

 

 

 

 

Orangette

17630085_1485210601530075_4293915556159889032_n

Mademoiselle Orangette,
Adorable, adorable fillette,
Aimerait bien que sa coucourde
À ses désirs point ne fasse la sourde.
Elle aimerait bien qu’une fée
S’échappe des bras de Morphée
Et d’un coup de baguette
Lui offre la plus belle fête.
Une chevelure couleur de jais
Enserrée d’un turban orangé,
Un petit oiseau des îles
Aux perles de nacre mercantile.
Mon petit coco bel oeil
Pour toi ce petit clin d’oeil
Aux douces saveurs de miel
Dans ce décor artificiel
Habillé de tulle d’organdi
Pour un petit minois plein de vie.
Mademoiselle Orangette
Si mignonne, mignonnette,
Puisque te voilà prête
Allons donc à la fête !
Accompagnés de ta bonne humeur,
Du dynanisme de ton généreux coeur.
Partageons cet élan de bonheur
Pour les jours de froideur.
Mignonne, mignonnette
Jolie petite Orangette.

 

15 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Philippe Frey sur Facebook

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus