Archive pour la catégorie 'Photographe Nathalie Léopold'

LES OPPORTUNISTES

28616602_173298886645974_3491006515595714349_o

RISETTE attend le retour des pensionnaires.
Elle trouve le temps long, s’ennuie à ne rien faire.
Elle s’est levée si tard, trop tard pour casser la croute
« ici, faut pas sortir des rails … pas de fuite à vau de route !»
Assise sur la terre battue d’un terrier abandonné,
Elle revoit son rêve qu’elle trouve désordonné.
« D’une amulette aux magiques pouvoirs, j’aimerai bien ! …
Au lieu d’un sceptre qui ne transformera rien ! »
Voici qu’un nuage de poussière suppose le retour
De la troupe qui arrive avec la fin du jour.
RISETTE s’empresse de retrouver KILA dans le tumulte
Point de KILA … elle apprend que suite à une chute
D’un élève de la classe des 6ème, KILA est à l’infirmerie …
« Ma parole aujourd’hui rien ne me sourit ! »
L’envie lui passe de partager avec elle son rêve.
« Ce sera une fève semée dans mon jardin, ma sève ! »
Forte de pouvoir dominer un comportement de bambin
RISETTE se relève et décide d’aller prendre un bain.
En chemin elle rencontre Prof KUKUPANPAN toute excitée
De la bonne nouvelle qu’elle détient et d’un ton précipité :
«Ce soir tu dormiras au dortoir du groupe  » LES OPPORTUNISTES »
Elles sont trois soeurs très calmes mais d’humeurs tristes.
Il s’agit d’un dortoir et non pas d’une salle de fêtes !
Tu verras ce sont trois jolies hyènes très coquettes. »
« Justement j’allais de ce pas faire un brin de toilette.
Je vous remercie d’avoir pris au sérieux le sujet de ma requête.»
S’approchant d’une mare GRISETTE aperçoit le trio en question,
Reconnaissables à leur clair manteau et leurs discrètes ablutions.
Elles semblent ignorer sa présence : « Bonjour l’ambiance !
Quelle pâleur ! Des opportunistes sans aisance !
On dirait des triplées … je les collectionne ! …
Après des jumelles … trois autres lionnes !
D’un incivisme … faut dire si je vous dérange ! …
Un bon coup de patte dans le tas … ça me démange …»
Les trois grâces se décident enfin à sortir de l’eau
Sans avoir eu envers GRISETTE  un seul petit mot.
À l’idée de les revoir tantôt au dortoir
Les joues de RISETTE brûlent sous le feu du rasoir.
Dans le grand réfectoire on entend le bruit des mouches
Qui anime et accompagne les mastications d’avides bouches
Qui brisent, broient, mâchent os et chairs sanguinolentes.
Perchés, des vautours salivent et les arrosent de leurs fientes.
Ils espèrent peut-être leur couper l’appétit … en vain ! …
Ce n’est pas l’empathie qui règne au dortoir des OPPORTUNISTES …
Des phacochères ont parasité le sens moral de ces trois autistes …

 

24 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo :  Nathalie Anciaux

 

 

Promenade en famille

30728207_1955413237833683_3289103607592386560_o

C’est jour de fête aujourd’hui
Pouic et sa soeur Sophie
Ont retrouvé leur jeune cousine
Li Lou cette adorable benjamine
Haute de quelques pouces.
Dans les futaies de la brousse,
Accompagnés de leurs mères
Dans cette verdoyante zone forestière,
Ils sont venus en promenade
Découvrir ce coin, sans bousculade.
Déçue de ne point y trouver de piscine
Ni la moindre petite bassine
Li Lou, à la traîne, boude, s’ennuie …
« Ces cousin-cousine sont d’un ennui !
Ils ne pensent qu’à s’empiffrer …
Si au moins j’étais au frais …
Même Pouic me délaisse pour elle …
Quelle sortie ! Zazou verra-t-elle
Si je me cache histoire de les embêter ?
Hihi ! je vais gâcher leur goûter ! …»
« 2,4,6, … tiens il en manque une ? »
Zazou s’affole … sans réponse aucune,
Elle cherche partout dans les broussailles
Sa Li Lou si chère et si canaille.
Pouic s’enfonce dans les ronces …
« Toujours pas la plus petite réponse …
Pourtant elle était là derrière nous …
Certes peu enjouée, faisant la moue …
Encore un mauvais tour de Li Lou … »
« Même pas en rêve je la loue ! » dit la tante.
Vexée par ce commentaire Zazou est mécontente.
La promenade vire à la tourmente …
Quand Zazou voit apparaitre là-bas,
Li Lou en compagnie de son papa
Qui avait entendu les appels des mamas.
« Au moins avec lui elle marche au pas … »
« Bien fait pour elles … » marmonne Li Lou
« Moi je voulais jouer au loup. »
Personne ne pipe mot si ce n’est la tante
Qui fière des siens commente et commente,
N’arrête pas de louer leur conduite
De ces perles qui ont pris la fuite
Profitant du divertissement salutaire
Pour échapper à cette garde-chiourme autoritaire.
E c’est ainsi qu’à son tour, la tata
Cherche, appelle avec Zazou, l’autre tata,
Ces drôles cachées dans les buissons
Qui pouffent de rire des frissons
Que leur mère doit avoir
De peur de ne plus les revoir.
Quand tout ce petit monde enfin
S’apprête à rebrousser chemin
Il fait nuit, trop tard pour aller au bain.
Cousin cousines d’un pied de nez 
Se séparent amusés de leur journée.

 

 30726245_10215172856295394_436624193467973632_o

22 Avril 2018 – Jeannine Castel

Photos : Nathalie Léopold – Philippe Cabanel sur Facebook
Contes de la prairie

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus