Archive pour la catégorie 'Photographe Nathalie Anciaux'

JADOR

23632630_10214542236658912_8114596745284703050_o

Ce samedi d’autome est d’un grand bonheur !
RISETTE a rencontré enfin son géniteur …
Intimidée, face à cet imposant molosse, elle n’ose
Lui manifester ce manque de lien qui l’indispose.
Elle apprend qu’il est venu avec le Quartier Général
Pour diriger les troupes en ce transfert peu banal
D’un orphelinat menacé par des troupes ennemies
Depuis la mort de PIRATE qui était son amie.
Il dirige et commande en tant que Chef d’État major.
Les troupes sous ses ordres l’ont surnommé JADOR.
RISETTE encore plus impressionnée ne souffle mot
À ce père sûrement lié à de nombreux marmots.
Quand il apprend de sa fille qu’elle s’appelle RISETTE
Il éclate d’un fou-rire qui déclenche chez la fillette
Perplexe, un sentiment goguenard d’incompréhension
De la part de ce géant aussi trouble qu’une interrogation.
Elle se moque bien de ce déballage sur des bureaux …
D’unités endoctrinées pour former des héros …
C’est de tendresse que RISETTE aurait besoin,
Si dure est la vie pour marcher vers son destin.
Cachant sa déception, elle laisse cet inconnu JADOR
Tartiner ses rêves engloutis dans un vol de condors.
Polie, elle répond à quelques questions brèves
En souhaitant que cette entrevue vite s’achève.
C’est un sous-chef d’État major qui la libère …
Et le rapport qu’elle entend la sidère …
STORY, en intérim, dirigerait l’orphelinat « Les Mandibules »
Nouvellement renommé après de moult conciliabules.
Parmi les orphelins en âge de rentrer dans les rangs
Une unité de jeunes recrus, de fougueux aspirants,
Serait sur place aux « Hyénides » suite à la disparition
D’une jeune hyène qui manquait après la récréation.
Une des triplées était absente à l’appel du soir …
RISETTE pense tout de suite à ses compagnes de dortoir.
JADOR ne pouvant laisser les aspirants sans instructions
Quitte RISETTE sans le moindre geste d’affection.
Quelle ambiance au dortoir ce soir …
D’un côté une soeur qui pleure une présence évaporée …
De l’autre une RISETTE qui se voit déjà décorée
Pour dépasser ce père qu’inconsciamment elle veut aimer
Mais qu’une pimbêche lui refuse ce droit d’aimer.
Et c’est ainsi, chacune dans sa bulle silencieuse
Qu’elles espèrent, méditent sur cette vie si capricieuse …

 

30821642_188818671760662_8151860283566755606_o

2 Octobre 2018 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine

Photos : Farid Radjouh  Nathalie Anciaux sur Facebook

LES OPPORTUNISTES

28616602_173298886645974_3491006515595714349_o

RISETTE attend le retour des pensionnaires.
Elle trouve le temps long, s’ennuie à ne rien faire.
Elle s’est levée si tard, trop tard pour casser la croute
« ici, faut pas sortir des rails … pas de fuite à vau de route !»
Assise sur la terre battue d’un terrier abandonné,
Elle revoit son rêve qu’elle trouve désordonné.
« D’une amulette aux magiques pouvoirs, j’aimerai bien ! …
Au lieu d’un sceptre qui ne transformera rien ! »
Voici qu’un nuage de poussière suppose le retour
De la troupe qui arrive avec la fin du jour.
RISETTE s’empresse de retrouver KILA dans le tumulte
Point de KILA … elle apprend que suite à une chute
D’un élève de la classe des 6ème, KILA est à l’infirmerie …
« Ma parole aujourd’hui rien ne me sourit ! »
L’envie lui passe de partager avec elle son rêve.
« Ce sera une fève semée dans mon jardin, ma sève ! »
Forte de pouvoir dominer un comportement de bambin
RISETTE se relève et décide d’aller prendre un bain.
En chemin elle rencontre Prof KUKUPANPAN toute excitée
De la bonne nouvelle qu’elle détient et d’un ton précipité :
«Ce soir tu dormiras au dortoir du groupe  » LES OPPORTUNISTES »
Elles sont trois soeurs très calmes mais d’humeurs tristes.
Il s’agit d’un dortoir et non pas d’une salle de fêtes !
Tu verras ce sont trois jolies hyènes très coquettes. »
« Justement j’allais de ce pas faire un brin de toilette.
Je vous remercie d’avoir pris au sérieux le sujet de ma requête.»
S’approchant d’une mare GRISETTE aperçoit le trio en question,
Reconnaissables à leur clair manteau et leurs discrètes ablutions.
Elles semblent ignorer sa présence : « Bonjour l’ambiance !
Quelle pâleur ! Des opportunistes sans aisance !
On dirait des triplées … je les collectionne ! …
Après des jumelles … trois autres lionnes !
D’un incivisme … faut dire si je vous dérange ! …
Un bon coup de patte dans le tas … ça me démange …»
Les trois grâces se décident enfin à sortir de l’eau
Sans avoir eu envers GRISETTE  un seul petit mot.
À l’idée de les revoir tantôt au dortoir
Les joues de RISETTE brûlent sous le feu du rasoir.
Dans le grand réfectoire on entend le bruit des mouches
Qui anime et accompagne les mastications d’avides bouches
Qui brisent, broient, mâchent os et chairs sanguinolentes.
Perchés, des vautours salivent et les arrosent de leurs fientes.
Ils espèrent peut-être leur couper l’appétit … en vain ! …
Ce n’est pas l’empathie qui règne au dortoir des OPPORTUNISTES …
Des phacochères ont parasité le sens moral de ces trois autistes …

 

24 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo :  Nathalie Anciaux

 

 

Orphelinat « Les dents de lait »

26171287_156129451696251_3596769008588094928_o

Effrayés par les échanges peu sympathiques de leurs ainées,
Surgissent et courent en tous sens des bébés derniers nés.
C’est dans cet affolement général occasionné par son entrée brutale
Que STORY ricane à s’en décrocher ses amygdales.
Comme un ange tombé du ciel sur un champ de bataille
STORY a semé la panique sur ces bébés qui braillent
Inquiets de leur avenir subitement mis en danger
Semblable à leur devise affichée :  » Mangé ou être mangé « .
Ces mots la rendent encore plus vindicative, hargneuse,
Son instinct matriarcal de bonne mère lutteuse, courageuse,
La transforme en héroïne sauvant d’un pirate une marmaille.
Décidée, elle se battra jusqu’au bout, vaille que vaille.
Mais PIRATE ainsi prénommée à cause de cette situation
Se replie entourée de petites têtes, fortifiée, en mur de lamentations.
« Comme c’est bizarre leur comportement envers cette furie ? …
Ils ont l’air de l’aimer … accrochés comme des chauve-souris,
Apaisées d’avoir trouver un plafond de salut de tout repos …
Où suis-je tombée ? Dans quel trafic ? Dans quel tripot ? »
PIRATE profite de cet arrêt de réflexion pour hurler :
« Vous êtes ici, ma chère, à l’orphelinat  » LES DENTS DE LAIT  » ! »
Son arrière train déjà abaissé, STORY s’assoie sur son cul fessé !
« Un orphelinat ?! » Jamais de sa vie elle n’aurait pensé
Trouver en ce Mara, truffé de découvertes surprenantes,
Une Institution de bébés hyènes abandonnés. Mécontente,
STORY se radoucit, montre patte blanche à toutes ces petites souris
Blessées que la vie n’a pas gâtées. « Oh ! mes pauvres chéris … »
Cette exclamation met tout le monde en état de compassion.
« Chienne de vie ! Tomber dans un Orphelinat après la Pension ! »
Curieux, tout ce petit monde, plus détendu, tout de même méfiant,
Quitte le manteau protecteur de ce monstre paru terrifiant
Qui n’est en vérité que leur mère de substitution.
« Je suis la fondatrice de cet orphelinat aux impossibles adoptions.»
« STORY ! … je porte bien mon nom … j’attire les histoires …
À peine venus au monde, déjà victimes de déboires …»
Tels des loups et louveteaux autour d’un feu de camp
Les voilà tous réunis, attendris de gestes réconfortants.
« Je suis seule pour l’instant à veiller sur ces chers petits.
Notre patrouille de bénévoles, en requête est partie
À la recherche de bébés égarés pour différentes raisons
Forçant les mères, bon gré, mal gré, à leurs abandons.
Nos bénévoles sont pour la plupart des hyènes stériles,
Des laissées pour contes aux chaleurs infantiles, …
Des ménauposées car décédées lors de mise-bas …
Je ne vais pas vous apprendre notre dur combat
Entre la vie et la mort pour donner jour à nos ébats.
Heureusement que notre matriarcale réputation attestée
Nous permet d’avoir des nourrices aux heures des tétées.»
STORY, émerveillée, généreuse, offre aussitôt ses services
Frustrée par ce manque de touchers, de bien-être complice,
Entre une mère et ces petites bouches novices
Qui se délectent du bon lait tiède et délicieux …
STORY, heureuse, sourit, remercie les cieux …

 

 

22 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Anciaux sur Facebook

Super show in Mara

30171998_186534768655719_8735569337492899999_o

Sitôt l’autorisation accordée, les Miss autruches
S’amenèrent revêtues de leurs plus belles franfreluches !
Avec leurs yeux plus gros que leurs cerveaux,
Elles se sont lancées prêtes à défiler dans un super show
Organisé par la Compagnie Struthio Camelus
Qui leur interdit de porter la célèbre gaine lotus
Sous prétexte qu’avec un port de tête si élancé
Leur corps se sentirait sous ce carcan offensé …
D’autant plus que leur tutu de plumes très court
Risquait de dévoiler ce corset en de si beaux atours.
Cette troupe un peu déglinguée par les folies-croupes
Ne manque pas de panache ni de vent en poupe …
Les Miss n’ont rien à envier aux revues du Lido.
Dans une succession ahurissante, étourdissante de numéros
D’un érotisme à vous faire regretter qu’un lot ne puisse
D’une tombola vous faire gagnant de si belles cuisses !
Dans un décor démentiel de lumières naturelles
Avec la sublime meneuse de revue La Grande Ficelle,
Ce spectacle de luxe sans coulisses mais avec duvet
Vous comblera de son glamour sur une Symphonie Inachevée.
Ces éblouissantes et monumentales silhouettes vont pour vous
Dans l’esprit des gands espaces to-much vous rendre fous.
Leurs boas de plumes froufroutantes vont émoustiller
Les plus réticents spectateurs aux chaleurs des oreillers.
D’ailleurs les éléphants qui ne s’y trompent guère
Ont réservé une quantité de places les plus chères.
Ce show digne des plus grands cabarets made in Mara
Finira sur un french-cancan en habits d’apparat
De tenues locales en hommage à ces terres
Passionnées comme vous de beautés animalières.
En espérant que ce show vous aura diverti 
Nous faire de la pub, il n’est pas interdit …
On nous attend en Tanzanie samedi …

 

2 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Nathalie Anciaux sur Facebook
Histoires insolites

 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus