Archive pour la catégorie 'photographe Micheline Bach-Tschill'

Troublante apparition

52692423_10215472249412405_440084652913328128_o

«Elle m’est apparue, divine DIOR,
Telle un sphinx au sable d’or.
Foudroyé, scotché sur place,
J’ai perdu toute mon audace
Face à cette beauté songeuse
Qui me fixait, l’âme voyageuse.
Était-ce moi qu’elle attendait ?
Troublé par cette saugrenue idée,
Sans vouloir l’effaroucher, timidement
Je m’approchais, le cœur déjà aimant …
Quand surgit une lionne rugissante
Me menaçant, peu compatissante.
Sans doute, sa maman méfiante
Qui ne trouvait pas ma visite séante.
Je pris mes pattes à mon cou
Et filais comme un petit fou,
Le cœur battant plein d’émotion
Avec la vision de cette sublime apparition.
Je n’avais qu’une idée en tête …revoir DIOR !
Ma première amourette, inaccessible trésor.
La reverrai-je encore demain ?
Si fragile et capricieux est le destin …
Si dure est notre existence …
Aurai-je cette chance ?
Je suis allé tout de go me planquer.
«JULIO, mon frérot, tu m’as manqué !»
Qui était ce nouveau copain de MOUSSE ?
Encore un zombie rescapé de la brousse ? …
«Tu es pourtant en bonne compagnie, MOUSSE …»
«Oui, mais nous avions tous deux la frousse 
De ne plus te revoir … Où étais-tu passé ?»
À ces mots JULIO revoit les crocs le menacer …
Et s’assure qu’il n’a pas été suivi …
Puis d’un soupir, peste le cœur plein d’envies
Tandis que MOUSSE s’accroche désespérément
À ce nouvel ami au calme tempérament …

53172754_10215472273693012_3977838133612904448_o

52736782_10215472240612185_6362620245135327232_o

52770490_10215472243252251_84534869169799168_o

3 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

 

 

 

 

Un coeur brisé

52849981_10215472248732388_4293167279501213696_o

«JULIO ! Tu es là ! … si tu savais …»
«Mon petit chou … que t’est-il arrivé ?»
«JULIO, mon cœur est brisé à tout jamais !»
«C’est si grave ? … tu as l’air complètement paumée ? …»
«Sniff .. houhou … un vrai fiasco ce FIASKO … »
«Il me court déjà sur le haricot …
Faire autant de chagrin à ma sœur !
Je vais aller tirer les oreilles à ce dragueur.
Tu n’as rien perdu mais tout gagné sœurette …»
«Peut-être … mais me voilà comme une chaussette
Dont la paire n’est plus complète …
Moi, dont le cœur palpitait à l’idée de ce rancard …
Mon chevalier était froid comme le blizzard …
J’ai tout essayé pour le dégeler … snif … houhou …
Il dormait presque debout ! sniff … houhou …»
«Arrête MOUSSE de pleurnicher ! Ça t’apprendra !»
«L’amour m’a mise dans de beaux draps ! …»
«Si le courant ne passe pas entre deux êtres
C’est morte saison pour le printemps à naître.
Panne sèche comme les hôtes des tam-tams à roulettes…»
«Et l’instinct ? …» «OK … c’est comme le jeu de la roulette !
C’est pas toujours le numéro gagnant qui sort …»
«Pour une chatte sur un toit brûlant … c’est mort ! »
«Peut-être une fois à ton tour seras-tu ce FIASKO
Attirée par une belle crinière à bécots
Et s’approchant comme une chatte prête à la consommation
Tu n’auras pour ce bel apollon aucune passion.
Ce n’est qu’un vilain cauchemar sans lendemain.
Allez sœurette … mais où est-elle ? Déjà un autre copain ?!» …

 

 

2 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

Premier amour

53246890_10215472242772239_2413427657896099840_o

«MOUSSE s’est éprise de FIASKO !
Un solitaire sans aucun écho …
Je sais pas ce qui l’attire
Dans cette absence de délire !
Le bel indifférent ! …
Ce surnom lui va comme un gant !
Et vas-y que je te frotte ! …
Tout juste s’il ne sanglote !
Elle lui avait donné rancard
Sur un inconfortable plumard
Sans ressors tout comme lui …
Et vas-y que je te colle … l’hallali !
Caché, je les observe prêt à intervenir.
Il ne va pas tarder à s’enfuir …
Déjà il faisait la grimace …
Et MOUSSE qui lui léchouille la face …
Quelle folle de s’amouracher
D’un FIASKO … Quel temps gâché ! …
Et arrive ce qui devait arriver …
FIASKO s’est esquivé ! …
Du coup, hop ! … le plumard
Est devenu un sordide placard.
MOUSSE est effrondée, désemparée !
Elle a l’air complètement égaré !
J’ai bien fait de suivre ma sœur
Si fragile, pauvre petit cœur !
De l’amour et des sentiments
Je vais devoir bien gentiment
La consoler, lui expliquer
Que l’amour n’est pas toujours au taquet.
Allez JULIO ! Quitte ta cachette !
Rejoins vite ta malheureuse sœurette … »

 

53246890_10215472242772239_2413427657896099840_o 52999846_10215472241452206_8492374508655607808_o 53231251_10215472247692362_2216589753397018624_o

1 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

Les Mascottes

51423724_10215306324304381_2033623137270104064_o

«Quand on fait la planche, on les voit mieux !»
«Accroupis en rang d’oignons … qu’ils sont sérieux !
Essaie de t’asseoir comme eux sur un pied …»
«Tu as beau dire … je n’ai rien à leur envier !
Ce sont eux qui viennent nous rendre visite,
Nous tirer le portrait pour leurs fameux sites.»
«Tu vois celui-là avec sa grosse cafetière ?
C’est fort de café un tel engin pour de l’imaginaire.»
«Arrête, tu me fais rire ! Si on les poussait ?»
«Même pas en rêve ! On peut même pas les éclabousser !»
«J’ai cru entendre qu’ils commentaient notre tapage nocturne …»
«Nous sommes chez nous ! Ils nous cassent les burnes !
Viens, on va essayer au fond de l’eau pour voir
Si sur un pied, comme eux, on peut s’asseoir …»
«C’est curieux … ils sont tous appuyés sur le pied droit …»
«Sauf celle là, assise à côté des trois …»
«Quelles vedettes nous sommes, hein ma chochotte !?»
«Oui … ils sont nos précieuses mascottes.»
«Allez ! Offrons leur le cliché du siècle inespéré !
Depuis qu’ils tanquent ces sympathiques vertébrés
Prêts à faire la marche des canards …»
«Laisse béton … j’étais tranquille, j’étais penard …»
«Allons ne traînons pas … allons du talon …
S’asseoir comme ces beaux cupidons … 
Laisse béton … »

 51053051_10215306321744317_5568237439257935872_o 51638563_10215306320864295_7879015546283360256_o 51352806_2063300887082826_5772725681238573056_o

1 Février 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Micheline Bach-Tschill Polo Chourbois sur Facebook

 

La visite à une amie

50667360_10215247214466672_4424276215683088384_n

«Arrête de tirer sur la sonnette d’alarme !»
«Oui, mais notre sœur fait trop de vacarme !
«Tu vois bien que maman est occupée !»
«Tu m’embêtes ! … fiche moi la paix !
C’est un peu longué leurs câlineries …
J’ai envie de téter … assez de plaisanterie …»
«Quand on est en visite, la politesse
Est de rester poli envers son hôtesse.»
«C’est elle la malpolie ! Ainsi nous accueillir …
Elle savait que nous allions venir !»
«Ma fille cesse tes caprices, de grâce …»
«Pouah ! ses tétines ont l’air dures … de la glace !»
«Frérot, tu as goûté à ces restes de carcasse ?»
«Tu vois bien ! Y a plus que les poils et la peau !
«Quelles étranges façons de nous recevoir mon poto …
C’est pas étonnant qu’après un tel festin
Elle reste allongée sans remuer son popotin !»
«Et maman qui n’en finit plus en congratulations !»
«Ouais … on dirait qu’on fait l’aumône ! Quelle désolation !
Maman, pour cette amie, a trop de compassion.
Je vais tirer la sonnette jusqu’à l’exaspération !»
«Et moi brailler à me faire sauter ma dentition !
Et toi frérot ? tu restes planté là sans rien dire ?!
Tu attends quoi ? … Toujours à la traîne sans un sourire.
On sait que tu es le chouchou de notre mère !
Tu fais bien de traîner pour préserver ton derrière !»
«Tu réponds pas ? Tu as raison ça vaut mieux.»
«Douce amie, qu’ils sont chiants vos morveux !»

C’est ainsi qu’à longueur de journée sur la savane
On peut voir de telles scènes qui feraient braire les ânes
Mais ceux-ci ont d’autres cultures à brouter …
Ici, en tout cas, on n’a pas le temps de s’encrouter !

 

23 Janvier 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Micheline Bach-Tschill

 

Soirée de gala

Ce gala de bienfaisance fut possible grâce à la générosité de la grande cantatrice mezzo-soprano

34962358_10213746269223979_4412547823933849600_n

Elia BARBAPAPAS

qui interpréta un extrait de l’Opéra ROSINA du célèbre compositeur
Denis SAUTOISEAU venu du Kalahari pour la circonstance.

C’est à guichet fermé qu’eut lieu le concert. En effet, sitôt l’annonce faite par Maître DUNOYER, Président du CDF, d’interminables queues envahirent la place.
C’est en famille que se déplacèrent de divers horizons les amoureux du bel canto. Les flamands roses, enchantés, purent écouter les pieds dans l’eau ce chant de Rosina pour Doriano.
Ce gala va permettre au CDF de renflouer les Caisses et d’apporter une aide à vos vieux retraités de toutes espèces.

Ce succès remporté nous encourage, grâce à vos présences, à donner d’autres galas.
Je vous invite sur RMM pour écouter et revivre cette soirée mémorable.

 

Dans le monde de mes pensées
Il y a toi, toi, et toi.
Toi qui m’as offensée.
Dans le monde de mes pensées,
Tu n’as fait que passer.

Dans le monde de mes pensées,
Enfermés dans les heures,
Tu continues de danser
Dans le monde de mes pensées
Pour que rien demeure.

Dans le monde de mes pensées,
Dans le jardin de mon âme,
L’ombre fraîche de tes pensées,
De malheurs et de drames,
Vont bientôt s’effacer.

Dans le monde de mes pensées,
Doriano, loin de te fuir,
De marbre noir je n’ai pensé,
Si triste de devoir m’enfuir
Sur d’injustes pensées.

Dans le monde de mes pensées
Pour tout cadeau d’adieu
Les miennes te sont restées
Dans ce chant mélodieux
Du monde de mes pensées.

 

34728562_10213728584141863_8797958923505106944_o 26903695_10212677810313174_6737371976689021810_n

9 Juin  2018 – Jeannine Castel
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus