Archive pour la catégorie 'Photographe Lise Perreault'

Médée …

43677290_10156848091933234_6169161951617220608_o

«Petit ! Petit ! J’en ai le poil tout hérissé !
Voilà qu’un lion avec ses envies de pisser
Cherche à coup sur à me voler la vedette,
À détourner de nous les tam-tams à roulettes !
Petit ! Petit ! À cause de ce Manneken-pis, RISETTE
Depuis qu’elle l’a aperçu s’embrouille les canettes !
La voilà qui fait des entrechats de ballerine,
Euphorique ! après avoir reniflé son urine !
Non mais ! il se prend pour qui cet incontinent
Qui fait pipi à la barbe des ribambelles de passants ?
C’est pas en dansant la java que cette jeune Reine
Va retrouver sa couronne … elle était si sereine …»
«Tais-toi petit ! Tu sais pas de quoi tu causes !
Tes paroles en l’air me troublent et m’indisposent !
Accablée de chagrin, je ne danse pas, je chaloupe !
Car suite à ma découverte je n’ai plus le vent en poupe !
Ce n’est pas un Menneken-pis qui va m’oter mon public !
Et nous n’allons pas émerger du paquebot Titanic !
Il suffit de trouver, d’imaginer une nouvelle attraction
Pour s’attirer des clac-clac, scotchés, ébahis d’admiration.
Tu vois rien que ces pas croisés d’un tango argentin
Les fera rire en dépit de tout mon immense chagrin.»
«Petit ! Petit ! N’ai-je pas hérité de la toison d’or ?
Au fait, on dirait que tes ailes n’ont plus de ressort !?»
«Ouais ! Englouties par le veau d’or lors de funérailles …
Découpées en morceaux par une bande de canailles.
Rien que d’y penser, je m’emmêle les pinceaux …
Nous aurions pu faire un pont d’or sans ces sots …»
«Médée ! Médée !» «C’est quoi cet appel ? Une alerte ?»
«Non, c’est maman qui me cherche ! Petit ! mais sa fille certes.
Moi aussi ma toison est gardée par des hommes armés
Contre tous ces dragons qui veulent nous décimer.»
«Tu as raison, petite… ma couronne en a fait les frais !
Ce n’est pas accrochée à un chêne ou à un cyprès
Que je l’ai retrouvée … dans quel état ! C’est horrible !
Tout ça pour un cadeau qu’un garnement impossible
Voulut offrir à sa mère, à la barbe des « Quenottes » !
Ma couronne de rubis ! Par Parkinson, j’en ai la tremblote !
Je swingue, twiste, ivre d’un abus de pouvoir …
Oui petite, tu peux chanter noir c’est noir ! …
Le bambin après s’être amusé de ce nouveau gadjget
L’a abandonné, vite lassé … il l’a refilé aux geais !
Ceux-ci n’ont pu de leur bec dégriffer les pierres précieuses,
Ils ont laissé tomber ma couronne dans la terre sableuse.»
«Oh … comment vas-tu faire sans ta couronne alors ?»
«À la danse du balai je confie mon triste sort.»
«Médée ! Médée !» «Je dois partir maman s’impatiente.»
«Oui, petite … il faut décoder ce que cachent les fientes.
Prends soin de ta toison d’or ébouriffée par les caprices du vent.
File avant que le Menneken-pis te croque à belles dents.»
Sur le lac de flamants roses, histoire de changer de décor,
RISETTE a bouclé son enquête avec regrets et remords.
«Elle était si belle ! Qui me la remettra en état …
Ma couronne et ses volumineux carats ?» Sur un air de samba
Sorti de nulle part, RISETTE face à son destin
Se surprend de penser à ce pisseur pour bottins.
«Je ferais bien quelques pas de lambada …
Me frotter à ce chacal  qui rigole comme un fada !»
«Et c’est reparti ! … emboitons le pas à RISETTE !
Dommage… elle ne joue pas des castagnettes
Observe YO … Ici, tout se répète …!
La preuve ? c’est moi qui referme son enquête …

 

35972012_10212058101199706_8727382667982536704_o 44728433_312536396231920_6068032140564496384_o 32169187_10156590598833258_5190977510661160960_o 

27 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos :  Kilambo Abou Maringa Lise Perreault

D’autres photos sur ma page Facebook les poèmes de chatnine. merci

 

 

 

RIKAÏ

21167920_1651099321589414_7541044314148441432_o

STORY va enfin pouvoir rendre visite à RISETTE !
L’orphelinat « Les Mandibules » ce jour est en fête !
On attend avec impatience l’arrivée de la Directrice
Obligée d’interrompre sa cure … elle souffrirait de varices …
Du coup son humeur ne rassure pas les orphelins,
Hésitants ils se contentent de la regarder de loin.
Mais un bébé ose s’approcher pour lui manifester
Dans un élan de tendresse, et qui sait d’une tétée,
Son amour et sa joie, tout simplement, sans tralala.
RIKAÏ, car c’est bien d’elle qu’il s’agit, sans falbalas
Oublie sa mauvaise humeur … un si mignon petit coeur !
Encouragés, d’autres nourrissons s’approchent de cette grande soeur.
Tout ce petit monde est invité au repas de fête succulent
Offert aux plus grands, sevrés, et à quelques vautours ambulants,
Orphelins comme eux … ils profitent de l’aimable hospitalité
De ces résidents qui ont le sens du partage et de la charité.
RIKAÏ ne perd pas de temps … elle convoque tout le personnel
Afin d’établir un emploi du temps, prévoir les risques des casuels.
Elle demande le maintien d’un peloton des « Quenottes ».
Ceux-ci, justement, font relâche, se défoulent dans la flotte.
Ils profitent que JADOR est parti oeuvrer sur le terrain
Pour parlementer avec des charognards, une bande d’argousins,
Venus piller une des réserves de provisions des troupes.
Comme gardiens ils sont champions de l’entourloupe !
RIKAÏ propose à STORY la place de Sous-Directrice …
STORY s’est attachée, durant son séjour, à ces jeunes novices.
C’est avec plaisir qu’elle accepte cette offre qui va lui permettre
De combler sa solitude auprès de ces touts petits êtres.
RISETTE à sa sortie des « Hyénides » courra le guilledou …
En restant aux « Mandibules » STORY aura toujours des doudous,
Petites peluches vivantes qui réclament tant d’affection.
Entourée de ces mal-aimés d’une vie incomprise
STORY, plus forte que jamais, ne va pas lâcher prise.
Désormais elle laisse le soin à JADOR de veiller sur RISETTE.
Ira-t-elle tout de même rendre visite à sa fillette ?
Il est l’heure de pouponner … elle est attendue en couchette !
Elle ignore le grand danger qui plane sur le pensionnat …
De l’imprudence de RISETTE qui la met dans le caca …

 

22550139_10155825404898234_1715808214133114752_o

13 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Photos : Lise Perreault  Kilambo Abou

Les poèmes de Chatnine

L’enquête de RISETTE (1)

40457831_1979281222092552_8937820826942570496_o

RISETTE a donc profité du désordre qui règne aux « Hyénides »
Pour aller faire son enquête sur ce troublant homicide.
Dans ce capharnaüm d’un pensionnat bouleversé
Avec des dirigeants inquiets, complètement dépassés,
Son absence passera inaperçue, pense-t-elle …
C’est compter sans JADOR qui d’un oeil veille sur elle.
Il vient juste de retrouver un reste de mâchoire
Trop grande, porteuse d’espoir pour chanter victoire …
 Il arpente, renifle le sol de cet immense tapis vert.
De son côté RISETTE, imprudente, s’est mise à découvert,
Intriguée par un vautour oricou babillard, d’allure excentrique,
Accompagné de sa femelle au regard éteint, famélique.
Théâtral, sur son rocher, planté d’un pied ferme
Il vient de rabrouer sa compagne d’un « Tu la fermes ! »
« C’est quoi cet exibitioniste dans son grand manteau ? »
« Ah ! te voilà ! Et bien c’est pas trop tôt !
Celle que tu cherches pour ton roman-photos …
Elle n’est plus de ce monde ! Partie subito …
D’un bon osso bucco elle a rempli la gamelle
D’une hyène  … Ouais une satanée femelle !
Comme tu peux le constater … j’ai rien sous le paletot !
Depuis hier … trop tard pour un safari-photos ! …
Approche pour voir … Ne crains rien, approche !» 
À ce moment précis serres en poches,
Du ciel un gigantesque ange noir couleur bison fûté,
Dans un grand battement d’ailes déployées vient chapechuter
Sur RISETTE morte de frayeur qui roule en cabriole,
Échappe de justesse à ce piège tendu par ces mauvais drôles.
Toute retournée, essoufflée par sa subite course de vitesse
RISETTE voit planer ce démon prêt à recommencer ses prouesses.
Elle vient d’offrir un spectacle à une famille de mangoustes
Sur le qui vive qui lui crient : « Va-t-en, du balai, allez oust !
Il faut pas se balader toute seule sans un proche abri !
Tu n’es pas faite pour sauter comme un cabri !
Nous n’avons pas vu par ici celle que tu recherches.
Les vautours t’ont menti pour te tendre une perche.
Retourne d’où tu viens, ce n’est pas dans tes compétences
De chercher, à ton âge, une malheureuse perdue d’avance. »
« Merci pour les conseils ! Mais que faites-vous ainsi exposés ?
Ce que j’ai eu peur … j’ai vu en ce lieu mon corps reposer.»
Les mangoustes frustrées de connaître la suite de l’aventure
D’un salut encouragent RISETTE et la rassurent.
Heureusement un petit bois est là pour la couvrir.
Mais le temps lui presse, son absence ne peut languir.
Cachée dans les broussailles RISETTE aperçoit deux éléphanteaux
Qui se vautrent dans la gadoue, crottés verso-recto.
« On t’a vu ! Viens avec nous prendre un bain chocolaté !
Sors de ta cachette, ne crains rien, offre toi un petit gâté !»
Cette invite cérémonieuse tente notre RISETTE … un bain !
Elle hésite entre ce plaisir et poursuivre son chemin.
La chaleur et les insectes sont de plus en plus insupportables.
« Ces deux petits fous me paraissent trop aimables …»
RISETTE quitte sa cachette, hésite, fait quelques pas …
« Ne fais pas ta mijaurée ! En avant marche ! Viens là !
Une, deux … Garde à vous ! Repos ! Amène toi là !»
« Haha … Je vois que le bataillon est passé par là ! »
« Oui, regarde gràce à leur passage ils ont remis en état
Ce therme dont nous profitons ma soeur et moi, 
Ils sont repartis bredouilles après tout ce charroi.
Face à cette invasion, nos parents les ont chargés.
C’était un bataillon de hyènes drôlement enragées !
Mais … dis-nous, que fais-tu ici, isolée des tiens ? »
« Votre boue manque d’eau ! C’est mauvais pour mon maintien !»
Et laissant en plan ces deux curieux sur leur soif juvénile
RISETTE s’esquive… trop parler amène des tuiles …

 

41763498_10218040931765043_2115697750388506624_o 42348570_10156757152738234_5661903013762039808_o

8 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos :  Jacques Montanari Arnaud Gonzalez
Lise Perreault 

Pour voir plus de photos merci de vous rendre sur ma page Facebook

Les poèmes de Chatnine

 

Hello !

29468023_10156281835713234_8543876853071347712_o

Maman est partie chasser …
Je me sens si seul, menacé …
Croyez-moi loin d’elle j’ai peur
D’une visite d’un vilain prédateur.

Dans ma cachette, je dois
Rester avec mon effroi …
Sans montrer le bout de mon nez.
C’est plein de croqueurs de nouveaux-nés !

Là, j’ai désobéi, trop curieux
De savoir si cette Lise, mon Dieu,
Vient me tenir compagnie
En attendant le retour de Nani …

Tout m’incite au jeu, je m’ennuie
Dans ce trou, il fait si nuit …
La tentation déjà me séduit.
Ah ! vite que je grandisse sans ennuis !

Bientôt je partirai avec elle
Semer le trouble chez les gazelles !
Ô vivement que revienne maman,
Ses caresses, mes plaisirs gourmands.

Ceux-là m’ont découvert, demain
Il nous faudra changer de coin …
Quelle vie d’itinérant celle d’un lionceau
Pour affronter la vie sans un lasso !

Hello ! tu es toujours là Lise ?
Chacun à sa place … hein ? une bise ?
Tu n’as qu’à embrasser la photo !
Vite cache-toi Hello … Maman…c’est pas trop tôt ! …

 

20 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo : Lise Perreault sur Facebook
Contes de la prairie

 

Un tout p’tit éléphant

25531908_10156020106343234_5607481145629741772_o

Un tout p’tit éléphant
Dans l’herbe jaunissant
Derrière sa maman
La suit sagement.

Un tout p’tit éléphant
S’en va gaiement
De sa trompe sonnant
Jouant et trompettant.

Un tout p’tit éléphant
Au plumeau, le coeur battant,
Sonne, sonne maman
Pour dire ses tourments.

Un tout p’tit éléphant
Guilleret, confiant,
Sur les traces de ce popotin
Rêve d’un bon copain.

Un tout p’tit éléphant
Si jeune et grisonnant
Suit son bonhomme de chemin
Espérant des hommes de demain.

Un tout p’tit éléphant
Sans défenses et pensant
« Moi quand je serai grand
Je me marierai avec maman ! »

Un tout p’tit éléphant
Sur le Mara blondissant …

 

22 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Lise Perreault sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Photographe Lise Perreault |on 27 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus