Archive pour la catégorie 'Photographe KLIBI Sabri'

Au sommet

29134005_10156214698297838_370435367297351680_o

En habit de deuil,
Un valeureux pic noir
Va de seuil en seuil,
Cherche dans les trous noirs,
Sur cet immense cercueil,
L’histoire de ses ancêtres.

Cramé par les incendies, l’hêtre
Git sur un lit de feuilles mortes.
Il a gardé ce privilège du bien-être,
Même mort, d’abriter des cloportes.
Ce sédentaire aux moeurs diurnes
Tambourine en grimpant, averti.
De ses ongles pointus il ouvre les urnes
D’une généalogique famille décatie.

Par petits sauts, il s’agrippe à l’écorce
Qu’il perfore de son long bec acéré.
Sa langue effilée, visqueuse, avec force
Se projète loin devant sur l’espace arboré.
Sous la calotte rouge d’un soldat du feu,
Dans cette ascension de souches gisantes
Calcinées par les brûlures de ses aïeux,
Vers le sommet de ses griffes puissantes
Il grimpe, s’appuie sur les plumes de sa queue.

Sur ces cendres, seul son bec de couleur vive
Tient la chandelle à ce mortuaire sommet
Percé de toute part, d’un tronc à la dérive
Qu’il martèle de mouvements dignes d’un dessin animé. 
Sans relâche, d’un arbre à l’autre, il passe
De son vol régulier et ondulant, puissant,
Commémorant le souvenir des Black Woodpecker
Dans ce triller pour Jokers.

 

12 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photographie : Klibi Sabri sur Facebook

 

The surfcasters

IMG_3025

The surfcasters,
Bécasseaux intrépides,
Disciples de Water,
De mouvements rapides
Sondent la profondeur.
Un ciel admirateur
Contemple ces noceurs
Se régaler de saveurs.

Ce quatuor de plumes
Soignent le léger rhume,
D’éternuements singuliers
Échoués à leurs pieds,
Par des vagues écumeuses
De la Costa de Lavos neigeuse.
Ces surfcasters inséparables
Ont un appétit redoutable. 

Alignés en rang d’oignon,
Ces surfcasters sont des champions !
Ils se servent de leur croupion
Pour surfer sans affabulation
Tandis que leur bec de munitions
Recharge leur batterie en perdition.
Des surfcasters en pleine action
Sur des flots en hibernation.

 

22 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Sabri Klibi sur Facebook

 

Speed way

IMG_3024

Dix heures sonnent.
Speed way,
Ouais, ouais,
Est en retard
Pour personne …

Il arpente,
De légers sauts,
La grève accueillante
Aux sages flots.

Sanderling, attaché
À un bécasseau pressé,
S’offre un panaché,
Empressé, stressé.

Pris par la vitesse,
Le bec en liesse,
Le jour paresse.
Rien ne presse …

Dix heures ont sonné.
Standerling s’assoupit.
Un bécasseau abandonné
S’offre un répit.

Speed way
Ouais, ouais,
Flâne away
On his way.

 

21 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

Le marais des songes

28061562_10156142001832838_5039981707246909505_o

Sur le marais des songes,
Ses fines pattes en croix,
L’avocette élégante plonge
Son bec dans le courant froid.

Elle cherche sa nourriture,
Son postérieur en bombe,
Présente sa blanche encolure
Muette comme une tombe.

Le marais, immense, éponge,
Assoiffé d’eau permanent,
Boit tous les songes
De l’avocette vêtue de blanc.

Le marais de ces rêveries,
Troublé, ses eaux chavirées,
Est sensible aux flatteries
De ce long bec en virée.

Ce bec n’arrête pas ses plongées,
Dans ce lit fait de songes,
Bulbe d’une fleur rongé,
Dévasté par les mensonges.

De pensées ferventes
Le marais alimente
Sa soif permanente
Des songes de l’avocette élégante.

 

18 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

Seul au monde

27788738_10156124668752838_914756634964883712_o

Seul au monde
Patinoire féconde
Pour un bécasseau
Sans berceau.

De givre et de glace
Frileuse bécasse
Qui rêvait de compagnie
Sur ces rives bannies.
Une perle se recroqueville
Au chaud sous sa coquille. 

Prisonnier d’une banquise
Emmurée de bises,
D’heures exquises.
Cette belle friandise
Échappe à son regard,
Seul avec son cafard,
Alors que tout autour
Tout lui parle d’amour.

Il découvre, seul au monde, 
Le paradis blanc de sa résurrection
Alors que sommeille sous les ondes
Le nouveau monde de la Création.

 

18 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

La conteuse d’aube

28124736_10156144461427838_383623882_o

La Barge rousse,
Une conteuse d’aube,
De lettres éclabousse
Les plumes de sa robe.

Le bout de son bec
Est sa plume d’écrivain,
Une source jamais à sec
D’encre noire sur son bec fin.

L’eau est sa mire
L’aube est sa muse
Les fonds admirent
Sa prose diffuse.

Perchée sur son reflet,
Un nid en flottaison,
Pour écrire et non siffler
Elle patauge, confuse.

De soleils tant volés,
Ce matin la barge rousse,
Après les safaris de brousse,
Suit au fil du courant,
La boue à ses mollets,
Un imaginaire débordant.

L’eau frissonne de plaisir.
Pouvoir lire et relire
Pour agrémenter les loisirs
Ses nombreux délires.

De contes, de poèmes, de contines,
Cette barge, parente de Bécassine,
  À la boue fantasque
Pique ses frasques.

Entourée de brume matinale,
Toute ébouriffée d’idées originales,
Notre conteuse d’aube
À l’ennui se dérobe.

Chaque aube danse
Sur les confidences
De remous secrets conspirateurs
Habillant sa rousseur.

16 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

 

Galets

27164017_10156087951177838_4921502872433425554_o

De gros galets entassés
Des morses déversés
Congelés par la banquise
Pierres tombales grises.

De gros galets moussus
D’algues vertes déçues
Rejetées par l’océan
De flots mécontents.

De gros galets de pierre
Frappés par la colère.
La rage blanche des eaux
Un chaos du bord de l’eau.

Un silencieux troupeau
De roches mises en entrepôt
Exposées par tous les temps.
Des bosses sur un tapis glissant.

 

27 janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook  (vers Basonas)

 

 

Les dunes de Punta Porcalleira

26993378_10156085171457838_4242199323549843203_n

Dunes sucrées de Punta Porcalleira …
Un maigre arc-en-ciel s’invita
Menaçant la désagréable pluie
De la renvoyer dans son lit.

Dunes de pain d’épices doré
Pour deux amoureux, deux trésors adorés,
Choyés par le ciel et la mer,
Aimés par la beauté de ce désert.

Une envie de crème brûlée soudain
Recouvre ces dunes gourmandes ce matin
Pour fêter la venue de deux pèlerins
Qui vagabondent libres et sereins.

L’arc-en-ciel a licencié la pluie.
Le ciel, au coeur gros, s’assoupit.
L’ocre du sable déguste en silence
Le bonheur convoité d’heures en vacances.

Laissons au silence déguster ces douceurs.
Bientôt les crêpes de la chandeleur
Ranimeront le souvenir brûlant, fugace,
Saupoudré de sucre glace.

26991856_10156085171572838_1918242927897891525_n

26 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dunes sucrées de Punta Porcalleira

Un maigre arc-eb-ciel s’invita

Menaçant ladésagréable pluie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bateau de pierres

27164299_10156083633117838_7708198980863740651_o

C’est un bateau de pierres
Solide, dur, comme la galère
Qui dérive dans les nuages,
Vide de tout son équipage.

Un bateau de pierres
Pétrifié par la misère,
Hanté par une flibustière
En manque d’âme guerrière.

C’est un bateau de pierres
Un étrange cimetière
Envahi d’ailerons de requins,
De coques de sous-marins.

C’est un bateau de pierres
L’oeuvre d’art d’une chocolatière
Qui a donné ce nom
À  son gâteau de renom, si bon.

Mais une chapelière
Jalouse du succès de la chocolatière
A mis sur ce chapeau des pierres
Précieuses à toute une suite princière.

Depuis :

C’est un bateau de pierres
Perdu dans les brumes légères,
Bercé par les chants mélodieux
D’âmes habitées par les cieux.

 

25 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

 

 

Le sentier perdu

26232548_10156037551547838_4072771251350082513_o

Une fouine des foins, curieuse,
Sur Le Sentier Perdu
S’est perdue pour de bon
Car cette petite fouineuse
Aime ce qui est défendu :
Passer le Pont des Tourradons.

Notre fouine des foins,
Pour un soin de manucure,
Était partie de bon matin
Vêtue de sa plus belle fourrure,
D’une écharpe de mohair,
Vers l’Institut  “ Griffes de fer ”.

Souffrant d’un rhume de cerveau,
Notre fouine des foins, pauvrette,
Avait perdu son précieux flair,
Quand au passage d’un cours d’eau
Elle crut voir dame belette
Filer à la vitesse d’un éclair.

Point de belette mais de martre
Qui observait dans les broussailles,
En lisant du Jean Paul Sartre,
Cette inconnue de forte ressemblance.
Reniflant, s’approchant de cette ouaille
Elle reconnut à l’odeur ses semences.

Pont des Tourradons, nos deux louloutes
Firent ensemble, joyeusement, un bout de route.
Qui de la martre ou de la fouine,
 Les pins ou les foins en déroute
Identifièrent ces deux coquines
Qui baragouinent en sourdine
Sur ce Sentier perdu.

 

26173488_10156034322917838_5561278504029808349_o

16 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photos : KLIBI Sabri sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Photographe KLIBI Sabri |on 27 janvier, 2018 |2 Commentaires »
12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus