Archive pour la catégorie 'Photographe Jean Luc Réunival'

Le clan de RISETTE

46492098_2113938795585084_4614518253006356480_o

RISETTE est partie en campagne
Afin de rallier à sa suite des compagnes
À son clan  » LE GIRL LOWER  » d’appellation
Composé de puissantes femelles sous sa soumission.
Elle a trouvé pour loger les pupilles
Un lieu ombragé pour demeurer en famille.
Auncun conquistador de leurs éruptions volcaniques
Ne doit y ancrer ses amours clandestins, chimériques.
Toutes ces îles séduisantes de beauté incisive
Sont à la botte de leur Souveraine à l’autorité exclusive.
Pas facile de régner sur ces viles créatures, fourbes et rebelles !
Ces carnassières tachetées vivant en ribambelle
Ne doivent de leur esprit compétitif faire aucune courbette
Aux lions, ennemis de mêmes emplettes..
Voleuses, elles aiment racketter aux lionnes
Leur part du lion complice de ces espionnes.
Le nombre fait la force. Cet adage conflictuel
À leur présage doit jauger les assauts mortels.
Cohabiter dans un même espace en ce voisinage
Fait pression sur les relations et grâce à leurs usages
Les hyènes, des restes, digèrent bien ce désavantage.
Il faut apprendre toutes les ficelles à ces prédatrices
Trop bruyantes … le bruit attire des milices.
RISETTE devra amener ses ouailles au sens du partage
Face à la réduction de leurs beaux paysages.
Matriarcale en cette Communauté nouvelle
RISETTE doit suivre des stages pour ces femelles
Au sein de son clan afin d’éviter les émeutes.
Elle doit connaître les codes et les lois d’une meute.
Pour l’instant elles œuvrent au marquage des frontières
À l’aide de leurs glandes et défections pour délimiter leur repaire.
Attentives et fières de leur implantation panoramique
Elles vous remercient pour ce témoignage photographique.
Le voisinage n’est pas enchanté de leur installation
Ces petits requins de la savane n’attirent qu’inflation …
Comme en témoigne ce gnou gisant, sanguinolent,
Dorloté par un lionceau auprès de sa maman …

 

46703114_2137862796464670_8086620882253905920_n

25 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Photos : Jean Luc Reunival Michel Marechal
Les poèmes de Chatnine

 

Une rencontre imprévue

38708086_2041520946160203_4070617888292077568_o

Grasse matinée ce matin pour RISETTE, pauvresse …
Faut dire qu’on est Samedi … rien ne presse.
Il n’y a pas de cours le week-end en Pension.
Ces deux jours sont réservés aux sorties avec permission,
Aux visites des parents et amis de la famille autorisés,
Engagés de prendre en charge les pensionnaires défavorisés.
Cette nuit n’a pas été de tout repos pour notre RISETTE.
 » Ne pas déranger  » comme à l’hôtel elle affiche son étiquette.
Ce qui incite et excite quelques esprits coquins de passage
De faire intentionnellent pour cette protégée du tapage.
Mais quand RISETTE dort, c’est pour de bon !
Qu’il soit d’un juste ou d’un sommeil de plomb.
À quelques lieues de là, STORY, sur le chemin du retour
L’âme en peine, se traîne … son chagrin est si lourd.
Sa RISETTE désormais devra apprendre à partager
Ce … SALUT ! qu’elle connaît pour l’avoir dévisagé.
Perdue, la tête dans les nuages elle avance avec courage
Dans ce monde animal construit sur des commérages
Qui ont fait de leurs espèces une réputation sournoise…
D’une repoussante laideur … la peur des bourgeoises.
« Notre lâcheté tenace confrontée à celle du lion
N’est qu’apparence d’un monde en perdition.
Que serait-il s’il possédait la force de nos mâchoires ?
Sa beauté faite d’artifice me ferait croire
Qu’ils ont plus de laideur que nous les hyènes
Pour défigurer autant dame nature à la chaîne …»
STORY, lasse, n’a pas envie d’écouter ses états d’âme.
Elle met au clou ces lèches-frites et leurs sempiternels programmes.
Elle préfère savourer la brise qui dissipe sa crinière,
Profiter de cet instant, l’heure où la faune digère,
S’octroie une sieste avec leurs favoris congénères.
La chaleur est si écrasante … Qu’il est bon de ne rien faire.
Opportuniste invétérée, elle ne s’inquiète pas de jeûner.
Il y aura bien quelques restes leurs goûts étrangers.
C’est l’avantage de pouvoir croquer à belles dents
Des os si durs … pas besoin de cure-dents !
Elle ne sait si elle va retrouver son clan dispersé.
C’est alors que des cris plaintifs troublent ses pensées.
Assise à l’entrée d’une tanière, une hyène menaçante
Entourée de bébés dont la frayeur est apparente
Provoque STORY prise au dépourvu et qui s’interroge 
Sur les bons sentiments de cette hyène en cette loge …

 

 

19693475_1721099334617203_7602495470523730035_o

21 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean Luc Reunival Marie Helene Lallouette sur Facebook

 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus