Archive pour la catégorie 'Photographe Jacques Montanari'

La lionne et les mouches

IMG_3079

Un froid polaire
Paralyse la Terre
D’une planète bleue
Au teint neigeux.
Tandis que des mouches
Autour de ma bouche
Grouillent et dépouillent,
Barbouillent et débarbouillent
Mon museau encore souillé
De victimes dépouillées.
Ces sangsues collantes,
D’une musique bruyante,
Sous la chaleur ardente
M’exaspèrent, agaçantes.
Coquetterie d’autrefois,
Ces mouches par ma foi
Trouvent une table de choix
Sur mon joli minois.
Ces dévergondées parasites
Excitées, visitent
Le moindre poil illicite
Qu’une fringale incite.
À des lieues de là
Froideur et verglas
Font mouche les tracas …

1 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo de Jacques Montanari sur Facebook

 

APPARITION

26169344_1680426475311363_1301544402849868214_n

Un jeune guépard,
Fils de star,
Est sorti du hasard,
Des couleurs de l’automne,
Invité par personne,
À l’heure où sonne
La rencontre.

Resplendissant de lumière,
Il reflétait cette animalière
Attirance de l’homme pour la bête.
Majestueux port de tête,
Distant, encore célibataire,
Il attendait pour vous plaire
Ce rendez-vous.

Des taches de rousseur
Ajoutaient à sa candeur
Une irréelle splendeur.
Deux petites oreilles arrondies
M’ont rappelé une peluche chérie.
Cet instant de bonheur
A figé ses pleurs.

Un jeune guépard
Grassouillet, pas bavard,
A comblé d’un silence
Toute l’errance
Dans une apparition
De la race des champions.
Féline admiration.

Comment ne pas tomber à genoux
Devant un tel rendez-vous !
Qu’il est fou d’être fou
Et même un peu jaloux
De partager si belle beauté
Que l’on voudrait pour soi garder
Toujours à ses côtés.

 

7 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

LA STAR

26231944_1679229405431070_3461660740100422355_o

Star parmi les stars,
Baignée de lumière,
D’un papier buvard
Elle a épongé les misères
En un seul regard
Par sa beauté éphémère.

De paille et d’oranger
Sur le Masaï Mara frangé
D’herbes sèches, d’étrangers,
Radieuse, auréolé de dangers,
Elle a survécu jusqu’à ce jour,
Caressée par les élans d’amours.

Des cieux ou Dieux peut-être,
Ont protégé son bien-être.
Ses yeux reflètent les incendies,
Les braises encore incandescentes.
La chaleur dans cette parodie
A fondu ses illusions galopantes.

De rouille et de safran,
D’ocre et de vanille,
Elle porte en ses flancs
Les espoirs en ce jeu de quilles.

D’or et de lumière,
De paix et de guerre,
Belle astre solaire
Venue pour nous plaire.

Mon petit canard
Ma star
Fuyons ce bavard
Monde de canulars.

 

6 Janvier 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

 

 

Méli-Mélo (suite 3)

25398334_1660181484002529_1010492373314432092_o

Malgré le boucan fait par sa colonie,
Plumetis qui paressait au fond d’un nid,
Un nid vide, déserté, insalubre pour les nichées …
Mais notre adorable Plumetis de ce nid s’est entiché.

Accompagné des chuck,chuck et tchit,tchit bruyants
Il décide d’aller voir de plus près ces manifestants,
Cette masse mouvante de félins en colère,
De lionceaux inquiets, collés aux basques de leurs mères.

Ce Tisserin gendarme prêt à dresser contravention
Déploie toutes ses plumes pour une audition
Qu’il trouva auprès d’une lionne retardataire
Boitant, souffrant de blessures de ces mercenaires.

Outré de la façon d’agir de ces bergers,
Il propose son aide pour aller propager
Aux pays voisins, aux membres de MPS,
L’insécurité qui règne pour ces félins en détresse.

Il mobilisa les Tisserins de tous les arbres
Visionnant, pessimiste, le Mara recouvert de marbre,
Pollué par les bouses de vaches enrichies
Par le traffic, quel gâchis, d’inconscients affranchis..

Un oeil averti perçut le signe alarmant
Que ce messager, dégouté des promesses et serments,
De ses plumes allait divulguer auprès des dirigeants
Les retombées désastreuses provoquées par leurs gens.

Les hyènes heureuses de ce soutien providentiel
N’avaient jamais vu autant d’oiseaux dans ce ciel !
Ce ciel de leur Mara qu’aucun perroquet puisse comprendre
La rage de ces félins prêts à tout pour se défendre. …

(à suivre)

 

20 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Jacques Montanari |on 23 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Crête de Kêkou

24059491_1634883286532349_6346024880837169132_o

Non, je ne suis pas un canular !
Je suis le fils un peu roublard
De la belle et célèbre Malaïka,
Élue reine de beauté du Masaï mara.

J’ai pour surnom la Crête.
On redoute ma botte secrète.
Aucune provocation ne m’arrête,
Je suis aimé de la poudre d’escampette.

Je suis le play-boy de ces belles
Qui me collent en ribambelles.
Il me suffit d’un seul regard,
Je deviens leurs avatars.

On m’appelle aussi Kêkou.
Que de caresses sur mon cou
De ces servantes en chaleurs
Qui me chavirent le coeur.

Paraît même qu’une poétesse
M’a couché, cette diablesse, 
Sur des blanches feuilles de papier !
Non, mais voyez ces bans ! Quel pied !

Oui j’ai une allure de loubard …
Mais les cops sont restés au placard.
Un chef de bande en reconnaissance
Se doit d’entretenir sa descendance. 

En attendant, ici, c’est pas de tout repos.
Beau ou pas, le danger c’est plein pot
En cet immense et vivant entrepôt.
Mais longue vie à Melting Pot !

25 Novembre 2017 – Jeannine Castel
Photo de Jacques Montanari sur Facebook

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Jacques Montanari |on 27 novembre, 2017 |2 Commentaires »

La belle Romi aux yeux lune de miel

23592332_1625659270788084_1406956999601648178_o

La belle Romi, belle comme une andalouse,
A préféré ce vieux tronc à la pelouse.
Au repos sur ce vieux tronc de bois vermoulu,
Après quelques mois d’absence, la voilà revenue 
D’un voyage d’agrément pour fêter les printemps
Passés en compagnie de tant de soupirants,
De paparazzi qui traquent son intimité …
Elle avait besoin de fuir cette oppressante promiscuité.
D’ailleurs, envoûtée encore par ce beau voyage,
Elle vogue toujours à l’ombre de majestueux feuillages
Vers cette île enchanteresse, ce paradis sans soucis
À l’abri de tout danger, mis à part ces coquines souris
Qui lui tiraient sans cesse ses longues moustaches
Jusqu’à ce que menaçante, agacée, elle se fâche.
Le regard dans le vide, sur ce retour au bercail,
Romi barre encore de sa queue le gouvernail,
Vers ces terres inconnues dont elle rêvait tant
Où elle songe à retourner tambour battant !
Sans doute le même engouement que ces planqués,
Ces clic et clac qui viennent, amoureux, la matraquer.
D’ailleurs c’est une des raisons de son retour,
Histoire de revoir tous ces bébés d’amour.
Mais pour l’heure, Romi est inquiète, songeuse,
Jusqu’à quand son âme de grande voyageuse
Pourra sans fil de fer barbelé, ni voie routière,
Courir, chasser, vivre enfin sur ces convoitées clairières ?
De ses beaux yeux couleur lune de miel,
Romi s’agrippe de toutes ses forces à ce coin de ciel.
Deux petits ailerons porteurs d’espérance
Invitent Romi à de nouvelles vacances.
Un dernier regard vers tout ce petit monde familier
De poils et de plumes non encore spoliés.
Et la belle Romi aux yeux couleur de lune
Est repartie, silencieuse, sous la clarté de son amie la lune.

 

16 Novembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Jacques Montanari |on 18 novembre, 2017 |2 Commentaires »

Le juge Bubo

22291198_1587249281295750_9200669894925636677_o

Un vieux juge retraité, encore branché,
Dans sa cote de maille usagée,
Observe ce monde déhanché
De son perchoir sans viager.

Toujours à l’affût de quelque nouveauté,
Il écoute de sa hauteur les lamentations
De chasseurs pestant contre les propriétés privées
Où il a trouvé un gite en location.

Fatigué par de nombreuses plaidoiries,
Camouflé dans les maigres feuillages,
Il cache sous ses plumes la panoplie d’armoiries
Qui lui valurent le titre de Vieux Sage.

De ces années d’Assises, de renvois en Cassation,
Après avoir troqué son habit d’apparat,
Il préserve de leurs poursuites son croupion
Content de ne plus plaider pour les attentats.

Il passe des nuits blanches, espionnant
Les sorties nocturnes des hôtes de son bois.
De jour comme de nuit tous ces manants
Vont et viennent sans respect des lois.

Il s’accroche à cette barre hypothétique
Où tant de témoins, d’assassins, ont défilé.
Il songe écrire ses mémoires historiques
D’un As du barreau plaidant sans filet …

 

8 Octobre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

Mamma Gorilla

21167130_1552006648153347_2706132855398529458_o

Mamma Gorilla, pensive,
Son esprit à la dérive,
Médite sur cette interrogative
Question intrépide …
Être ou ne pas être ?

De ses petits yeux perçants,
Elle scrute, face à son garnement,
Une réponse qui occupe tant
Ces mortels et éternels revenants
Lui ressemblant.

Être ou ne pas être ? … 
Elle voit apparaître
De singuliers profondimètres
Chaussés parfois de guêtres 
Pour tuer et disparaître.

Qu’ont-ils tous ces êtres,
Pour naître et renaître
Dans cette ambiance gigamètre,
À comparer similaire gentelettre
Pour être ?

Elle se creuse les méninges …
De mémoire de singe,
 Dieu immortalisa la sphinge
Dans d’obscures syringes …
Par mamma Gorilla, oinj ? …

Caressant son menton
Sur une moue de guenon,
Mamma Gorilla songe à la leçon
Qu’elle enseigne à son rejeton …
Que Shakespeare a du bon !

Mamma Gorilla donne libre cours
À cet enseignement du jour
Pour son bébé d’amour …
Elle lu pose à son tour :
Être ou ne pas être ? …

Face à sa mamma adorée
Ce petit être éploré,
Dans un élan d’amour,
Fit taire cet ennuyeux discours
D’un être sans secours.

 

30 Août 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Jacques Montanari |on 2 septembre, 2017 |Pas de commentaires »

Les rhinos

11403043_945819518772066_2747510061805945773_n

Nous sommes les rhinos
Trapus et costauds
Du blanc au noiraud
Aux puissants cuisseaux.

Nous portons des cornes
Parents indiens de la licorne
Nous franchirons les bornes
Des sanglantes arènes mornes.

Courts sur pattes, corps massifs,
Notre peau est sans tifs
Blindée pour de nombreux récifs.
Nous grognons sur vos besoins lucratifs.

Nous avançons à l’odorat
Attentifs au moindre rat …
Ce qui n’empêche pas
Par l’homme, notre trépas.

Des parcs nous ont sauvés
De cette boue qui nous régalait …
Nous préférons le beau crépuscule
Sur nos discrets testicules.

Mainates et pique-boeufs nous aiment,
Nous aimons partager la bohème.
Nous ventilons nos plaisirs suprêmes
De nos périodes de carême.

C’est nous … les rhinos
Venus sur ces photos
Barrir d’un grand bravo
Votre amour pour les rhinos.

20139741_1519165888103653_7573028612850643816_n

23 Août 2016 – Jeannine Castel
Photos : Philippe Frey/nomades du monde
Jacques Montanari (photo en tête)

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus