Archive pour la catégorie 'Photographe Farid Radjouh'

Carnet rose

23800213_162987614297161_7566871735204491519_o

L’orphelinat « Les Mandibules », ce jour, connait l’effervescence.
RIKAÏ présente ses deux bébés intimidés par la présence
De tout un attroupement d’intimidants visiteurs curieux
Venus souhaiter la bienvenue à ces nouveaux-nés anxieux.
Voici dévoilée en pleine lumière leur physionomie,
Effrayés par des commentaires atteints de boulimie.
RIKAÏ est fière de ses deux premiers nouveaux-nés,
Affectionnée que l’on ne l’a pas abandonnée.
Les voilà tous trois dépendants de la meute et du clan,
Le temps de l’apprentissage, du sevrage, de leurs solides dents.
Le mâle devra à l’âge adulte quitter leur territoire.
Il semble déjà prêt à cette idée pour vivre son histoire.
«Suis-je à l’heure ?»… STORY a retrouvé sa raison.
«Pas question d’accueillir ce dandy à la maison.
Le Conseil des hyènes ne connaît rien du terrain.
Malgré mon cœur qui bat la chamade, ce loup peint
Ne peut en aucun cas rester avec toutes ces femelles.
Je suppose ce lycaon pictus être un videur de gamelles.
Trop beau pour être honnête !» Son flair, ami invisible,
Repousse ses désirs dangereux pour ses fusibles.
«Bien que capable de s’adapter à différentes habitations,
RISOTTO n’est qu’un chien sauvage de mauvaise réputation.
Son espèce est accusée de dévorer des animaux d’élevage.
Rien à faire parmi nous, non vraiment il faut qu’il dégage !
Il est peut-être solidaire, dévoué à son clan …
Ne vient-il pas sous son apparence joviale, justement
Chasser au sein de notre meute de hyènes juvéniles
En éclaireur … » STORY n’est pas une imbécile ! …
Elle donne l’alerte de rapatriement dans les terriers,
Appelle ses vigiles pour chasser ce bad-boy meurtrier.
L’arrivée d’un tam-tam à roulettes providentielle
Met en fuite RISOTTO et sa bonhomie artificielle.
Il était temps car d’autres lycaons à sa suite apparaissent
Prêts à faire un carnage. STORY, inquiète, stresse.
«Faut-il encore une fois quitter ce lieu car dorénavant
Ces chiens galeux connaissent notre campement.»
C’est alors qu’une beauté farouche et discrète
Apparaît … une belle blonde, intriguée, coquette …
«Ah ! Voilà autre chose ! Il y a du monde sur la place !
STORY, méfiante, s’approche, se carapace …

22713546_10214333714525989_1338193693865014713_o 

30 Novembre 2018 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos :  Evelyne Fosse Farid Radjouh sur Facebook

C’est chouette le ciné !

47137500_10217603912838903_1088797917755473920_o

Aujourd’hui c’est l’instant favori
Pour ces guépardeaux et leur maman chérie !
Ils sont assis en rang d’oignons au premier rang
Pour visionner le film : La griffe et la dent.
Il fait beau, le cœur en fête,
Ils n’en perdent pas une ! Leurs mirettes sont en fête !
Car ce cinéma a la particularité rare …
On peut y faire ses courses dare dare !
C’est un festival alléchant qui défile sous leurs yeux.
Plein d’images animalières pour crocs chatouilleux.
On peut pénétrer dans le film projeté pour saisir
Sa star préférée et sans l’empaqueter la chérir.
Comme vous le voyez, c’est l’entracte …
Le temps de choisir pour les autres actes
Un encas à se mettre sous la dent.
Nul besoin pour eux de cure-dent !
Patients, ils veulent voir en entier
Ce film dont leurs griffes volontiers
Mettrons une étiquette au final
De ce film d’aventure peu banal.
Sages et attentifs ils suivent la projection
Qui défile sous la convoitise de leur dentition.
«C’est chouette le ciné, merci maman !
Nous vivons à fond ce film La griffe et la dent !
Etre acteur d’un film d’action 
Quelle excitante collaboration !»
«Oui mes trésors, chacun aura sa part d’actions !»

30 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Farid Radjouh sur Facebook

 

La Landscape Mara

46312975_10217511725934288_8580351553594982400_o

Toi et moi
D’un petit trois
Et … la Landscape Mara
A comblé nos bras.

Les noces sont consommées.
Nos épousailles ombrageuses
Ont le soleil paumé
De ses espérances voyageuses.

Le carrosse n’attend plus
La promesse de l’aube.
Morosité d’un passé révolu
La tendresse nous enrobe.

Toi et moi
Hier, aujourd’hui,
Des jours, des mois,
Cognent à notre huis.

Paysage lointain
D’improbable rencontre.
Ta main dans ma main
Le temps n’a plus de montre.

Toi et moi
Et… la landscape Mara.
Les vieux amants d’autrefois
Fêtent leurs noces de carats.

 

16 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Farid Radjouh sur Facebook

Epousailles

46083625_10217498427041824_6539990196753006592_o

Non, ce n’est pas un incendie
Mais un ciel qui resplendit
Sur la Mara Landscape ensommeillée
Aux grasses matinées endeuillées.

Un suricate chasse un éléphanteau
Pour acclamer d’un lever de rideau
Un soleil dans toute sa splendeur
Rayonnant de folles ardeurs.

Encore une journée de joies et de drames
À cette heure tout paraît si calme.
Seules les ombres font du tapage
Diffusé par le bruissement des feuillages.

Non, ce n’est pas un incendie
Juste un ciel sous l’organdi
D’un voile à bord d’un carrosse
Qui se dirige vers les noces
De la Mara Landscape embellie,
En attente sur sa descente de lit
De ce voyage nuptial extraordinaire
Avec le soleil sur ce coin de Terre.

 

13 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Farid Radjouh sur Facebook

 

Il a suffi …

45593410_10217430609506428_4038435294616223744_o

Sur un arbre, perchée, une autruche
Court, poursuivie par un lapin
Amoureux de ses belles fanfreluches.
Ce dernier pour l’amour d’une baudruche
De boas voulait garnir son cou si fin.

Grimpant à l’arbre, un léopard
Rentre de sa nuit de fêtard,
Heureux et comblé du souvenir
D’une belle aux yeux de saphir.

Un énorme rapace inconnu,
Tout hideux, tout cornu,
S’apprête à quitter son aire
Pour un ciel plein de mystères.

L’arbre penche sous le poids
De ces hôtes encombrants, sournois,
Qui troublent sa lune de miel
Avec un soleil au septième ciel.

Le ciel, témoin de leur amour
Rougit et retarde le point du jour
Où l’ombre et la lumière
Pour un arbre firent jouir la terre…

…. D’une danseuse sans étoiles,
Branchée et non de voiles.
À cet astre, d’une révérence,
Elle honore la beauté de l’existence.

Il a suffi d’un soleil et d’un arbre
Pour que la magie de la savane
Sans les couleurs d’un arc-en-ciel
M’éblouisse de ses mannes.

 

5 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine 

  Photo : Farid Radjouh sur Facebook

Les ombres de l’aube

44216961_10217301525559410_2881368261805473792_o

Les ombres de l’aube
Quand la nuit se dérobe
Embrasent de ses feux la faune
Avant que mâtines sonnent.

L’aube de ses ombres
A la silhouette sombre.
Son jeu d’ombres chinoises
D’une aube naissante pavoise.

Cachée dans l’ombre, la vie
S’éveille au jour qui revit,
Anime l’aube aventurière
Du peuple des clairières.

Le mécanisme du temps
D’un tour de clé permanent
Avec ses ombres de l’aube
Me revêt de sa robe.

Tout semble mort et figé
Dans un silence affligé.
Non, tout n’est pas mort !
Il suffit d’une aube aux rayons d’or.

 

18 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine    Photo : Farid Radjouh

JADOR

23632630_10214542236658912_8114596745284703050_o

Ce samedi d’autome est d’un grand bonheur !
RISETTE a rencontré enfin son géniteur …
Intimidée, face à cet imposant molosse, elle n’ose
Lui manifester ce manque de lien qui l’indispose.
Elle apprend qu’il est venu avec le Quartier Général
Pour diriger les troupes en ce transfert peu banal
D’un orphelinat menacé par des troupes ennemies
Depuis la mort de PIRATE qui était son amie.
Il dirige et commande en tant que Chef d’État major.
Les troupes sous ses ordres l’ont surnommé JADOR.
RISETTE encore plus impressionnée ne souffle mot
À ce père sûrement lié à de nombreux marmots.
Quand il apprend de sa fille qu’elle s’appelle RISETTE
Il éclate d’un fou-rire qui déclenche chez la fillette
Perplexe, un sentiment goguenard d’incompréhension
De la part de ce géant aussi trouble qu’une interrogation.
Elle se moque bien de ce déballage sur des bureaux …
D’unités endoctrinées pour former des héros …
C’est de tendresse que RISETTE aurait besoin,
Si dure est la vie pour marcher vers son destin.
Cachant sa déception, elle laisse cet inconnu JADOR
Tartiner ses rêves engloutis dans un vol de condors.
Polie, elle répond à quelques questions brèves
En souhaitant que cette entrevue vite s’achève.
C’est un sous-chef d’État major qui la libère …
Et le rapport qu’elle entend la sidère …
STORY, en intérim, dirigerait l’orphelinat « Les Mandibules »
Nouvellement renommé après de moult conciliabules.
Parmi les orphelins en âge de rentrer dans les rangs
Une unité de jeunes recrus, de fougueux aspirants,
Serait sur place aux « Hyénides » suite à la disparition
D’une jeune hyène qui manquait après la récréation.
Une des triplées était absente à l’appel du soir …
RISETTE pense tout de suite à ses compagnes de dortoir.
JADOR ne pouvant laisser les aspirants sans instructions
Quitte RISETTE sans le moindre geste d’affection.
Quelle ambiance au dortoir ce soir …
D’un côté une soeur qui pleure une présence évaporée …
De l’autre une RISETTE qui se voit déjà décorée
Pour dépasser ce père qu’inconsciamment elle veut aimer
Mais qu’une pimbêche lui refuse ce droit d’aimer.
Et c’est ainsi, chacune dans sa bulle silencieuse
Qu’elles espèrent, méditent sur cette vie si capricieuse …

 

30821642_188818671760662_8151860283566755606_o

2 Octobre 2018 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine

Photos : Farid Radjouh  Nathalie Anciaux sur Facebook

La Division « Au besoin »

24173105_10214627385067569_7824952031122765427_o

STORY, comme soeur Anne, ne voyant rien venir
Chasse la vision insistante d’un sombre avenir.
Quand elle voit au loin un nourrisson balloté entre les dents …
Son soulagement ne dure qu’un très bref instant.
Ce n’est pas PIRATE mais un de la brigade « Les Quenottes ».
Les espoirs de STORY se nouent pris de tremblote.
«PIRATE a dû rencontrer un sérieux obstacle …»
STORY alerte les nourrices pour se préparer à une débâcle.
« Il faut rassembler tous les orphelins vivement
Pour envisager de déménager l’orphelinat promptement.»
Anéanties par le déchirant récit que leur fait un réserviste
STORY et les nounous se sentent incapables de fuir par les pistes.
L’État Major Hyéniste en raison du maigre effectif des hyènes
Dépèche la Division « Au besoin » formée de redoutables coyottes
Chargés d’escorter le convoi des jeunes nourrissons
Dispersés dans cette débandade jusque dans les buissons.
Jamais le Mara n’a connu un tel déploiement de forces opérationnelles !
Un lion, quelques zèbres et divers témoins jalousement choyés
Assistent à ce grand chambardement de troupes déployées.
Ce transfert peu ordinaire dura juqu’à la nuit engagée
Pour de confortables et secrètes tanières à l’abri de tout danger.
STORY profita de chasser sous haute protection
Afin de ramener des victuailles pour fêter cette commémorable mission,
Remercier ces Serviteurs de la vie au secours d’appels de détresses
Engagés solidaires pour le bien être, la survie de leurs espèces.
“ Faits pour servir ” est le mode de vie pour ces compagnons.
Tous les orphelins furent sains et saufs grâce à leurs interventions.
Sauvé en partie, l’orphelinat sous cette bienfaitrice influence autoritaire
Se trouve avec un poste vacant des suites de cette démission meurtrière.
STORY est soulagée d’apprendre qu’une brigade restera “Aux dents de lait”
Le temps d’organiser, réunir les membres, revoir les statuts à reformuler,
Changer peut-être l’appellation de l’orphelinat en présence
Qui évoque un lieu de faibles occupants, de petits êtres sans défense.
Face à toute cette responsabilité STORY se sent démunie.
À cause de ses faiblesses…n’est-elle pas désunie ? …
D’une RISETTE ici multipliée par dizaines …
Elle se sent incapable de faire grandir ces jeunes hyènes.
«Il nous faut une reine dimensionnée, enrubannée de tendresse,
Au train d’enfer digne de mener tambour battant cette jeunesse.
Une reine qui veuille bien offrir, sacrifier ses loisirs sans tristesse,
Faire de ces tanières une imprenable et redoutée forteresse.»
Devant l’urgence STORY lance un appel à candidature
Avec photo à l’appui pour éviter d’éventuelles ratures.
«Tous ces petits trésors ont besoin de tendresse et d’amour.
Ils ont besoin de retrouver une confiance après leurs mauvais jours.»
STORY est désolée ne n’avoir pu aux “Hyénides” se rendre
En ce dimanche de phœnix ressuscités des cendres …

 

42713181_1763924360383824_8499964123889532928_o

30 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh Jean François Mény sur Facebook

Pour visionner davantage de photos rendez-vous sur ma page Facebook. Merci.

 

 

 

 

 

La journée des postérieurs

36772179_10216518356460672_3386201432196644864_o 36649165_10216486880793800_5089778018059026432_o

« 9 Juillet 2018, Journée des postérieurs …
Mes coucougnettes sont mises en valeur !
Car celles éléphantesques des éléphants
Ne sonnent pas de l’olifant !
Déjà l’ivoire au temps de Roland …
Quand j’y pense, ça me donne des relents … »
« Un peu de retenue s’il vous plait !
Faut pas en profiter parce que c’est un bébé !
Aucune pudeur ! Pisse leur au cul !
Arrête vilaine, tu m’as fait pipi dessus !
Maman j’ai peur, pourquoi ils sont là 
Ces lions qui virent et tournent là-bas ?
Je veux pas leur servir de repas, mère
Pourquoi naître pour vivre dans cette galère ? »
« Nous, on les bombarde de nos éjections …
Ça fait un bien fou à nos croupions !
Quel plaisir de planer et déféquer d’en haut !
Des séances de tir gratuites à tire larigot ! »
« Ouais … Je suis parée de jolies rosettes …
jJ’ai pas envie que leurs bougnettes
Viennent maculer ma pelisse de rêve !
En plus ils ne font jamais la grève ! 
« Pour l’heure, c’est le repos du guerrier.
Arrêtez de me casser les pieds !
Ces engins volants appelés pélicans, s’entraînent
Pour le défilé du 14 Juillet … ça draîne ! … »
« Au jeu des odeurs, nous aimons bien jouer !
Vivants nous sont offerts nos jouets !
Et c’est en mêlée que nous apprenons
À quoi ressemble un sexe dans l’abandon … »
« Nous ont fait honneur d’illustrer avec plaisir
Cette Journée des postérieurs pour l’avenir. »
« J’en profite, braves gens, pour appuyer cette Journée
Et vous dédicace ce royal postérieur de mes boulets.»

 

 

36569401_10216479747575474_436290633422864384_o 36315121_10216448485633945_1436182603597086720_o

 36129558_10216421733965170_2524601911395483648_o

9 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur Facebook

Flamboyante savane

36359620_10216455994621665_2639259168623558656_o

Flamboyante savane
Ce soir le ciel se damne
Corrompu par la terre.
L’enfer l’enterre.

Savane flamboyante
La terre, cette amante,
A mis le feu aux cieux
De soleils radieux.

Embrasement d’un coucher
Dont le lever a accouché
Dans des douleurs sanguinolentes
De vies et de morts décevantes.

Se perdre sans penser
Dans ce flamboiement défoncé
Aux beautés d’un enfer offensé
Pour n’y être que passé.

Flamboyante savane
Peuplée de caravanes
Restées sur les dunes
De ces cieux de fortune.

Flamboyante savane
De mythomanes chicanes
De félines courtisanes
Aux flammes kényanes.

1 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Farid Radjouh sur Facebook

 

 

 

 

 

1234

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus