Archive pour la catégorie 'Photographe Christine Convers'

La meilleure façon de marcher

33814897_10212099879711865_817924432159834112_o

«Maman n’aime pas que l’on marche en file indienne …
Surtout quand derrière nous il n’y a pas de gardienne.
La lanterne rouge qui prévient et donne l’alarme
Afin que nous puissions préparer nos armes …
Éviter un affolement et protéger les petits trésors…
Un sauve qui peut parmi eux serait une mise à mort.
Puis maman aime bien que nous marchions par hiérarchie …
Ce qui arrange MOUSSE avec toute sa panoplie de chichi.
L’autre jour, je me suis caché dans un gros buisson
Pour observer cette drôlesse au cours d’une leçon.
Vous l’auriez vue comme elle se la pétait la demoiselle !
Elle veut apprendre à marcher comme un top-modèle !
Ouais ! Tout ça parce qu’elle a appris qu’un défilé
Doit avoir lieu pour un Mardi-gras … un jour sans filet ? …
Beurk ! Rien que du graillon … très peu pour moi …
En tout cas quand nous allons ainsi tous les trois,
À cause de cette comédienne et de ses foies,
Puis parce que je suis le plus dégourdi, paraît-il …
C’est moi dans la tempête qui termine par ainsi soit-il
Chaque fois que nous sommes menacés par les hyènes,
Ces commères qui ricanent et dont l’hygiène
Me laisse interrogatif quand je vois ces charognes
Se ruer sur des cadavres comme foire à l’empoigne.
Lorsque nous passons ainsi alignés, j’ai comme l’impression
Que nous faisons l’admiration des lions …
Je ne le montre pas, mais j’ai la trouille bien souvent …
Alors je bombe mon torse, mes quatre poils au vent,
Fier comme cet Artaban contemplant sa trouvaille
Qui vient de remporter sa première bataille.
Ce jour là pris en photo nous allions tâter le terrain
Ensuite rendre visite à notre célèbre et grand copain
Un lion patriarche … il est plus fort que toutes les tempêtes !
Je l’adoooore et oublie que très souvent il pète …
Je vous le présenterai ! Il trône toujours à sa place favorite.
MOUSSE ! Tu n’es plus au pas ! Tu m’embrouilles petite !
Petite … hihihi ! Ça lui rabaisse sa fierté de top-modèle …
Maman ! Pour mardi-gras je pourrais manger de la gazelle ? …»

 

51007182_10213650345112531_5365897840566468608_o

15 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Christine Convers sur Facebook

 

 

RISETTE maman

51408256_10213734335972250_665423058445533184_o

Aux premiers roulements de tambour
RISETTE accourt, s’empresse d’informer sa Cour
Occupée depuis cet attendu évènement
Où RISETTE a affiché sa joie d’être maman.
Flairés, inspectés sous toutes les coutures,
Deux boys sortis du trou découvrent la nature,
Éblouis par la lumière et les commentaires fusionnels.
Ils sont intimidés par tous ces regards de colonels
Passant en revue une troupe de jeunes recrus,
Prêts, au moindre écart, à les dévorer tout crus.
RISETTE après ces jours d’absence pour maternité
Qui lui parurent longs comme l’éternité,
A retrouvé sa chère liberté fantasque.
La vadrouille de toute petite lui colle aux basques.
Au retour d’un inventaire de son clan
C’est alors qu’elle entendit les pans pans pans
D’un tambour résonnant de fous rires
À l’annonce d’un Mardi-Gras. Quel délire !
Pressée d’annoncer la nouvelle à sa Cour
Elle en oublie de vous présenter ses deux amours.
Deux petits noirauds déjà bien turbulents
Dont les querelles agacent leur maman.
Pas de nourrice … allaiter est une belle chose.
Durant les tétées RISETTE se repose !
Comme vous pouvez la voir flashée à son insu
Ses tétines sont les meilleures suçues.
La Cour de RISETTE pour Mardi Gras s’affaire.
Comment se déguiser quand ce n’est pas nécessaire ?
Et vogue, vogue la galère en attendant Mardi-Gras !
Alléchantes festivités … pas de viande sans gras !

 

 44878588_10212292648653213_6473169838591180800_n 42881035_249620779077966_2130717126468567040_o

6 Février 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Christine Convers Danielle Liska
Danielle le Grand sur Facebook

Il m’en a fallu du temps

25488394_10210913212205919_6346147101639762871_o

Il m’en a fallu du temps pour venir jusqu’à vous.
Par le biais des images nous avions rendez-vous
Cachés comme un bon point sous un secret buvard.
Il m’en a fallu du temps jusqu’à ces busards 
Assis à mes côtés sur les bancs de l’école
Avec laquelle je ne vivais pas à la colle.
Celle de la vie m’a appris davantage
Puisque vous voilà lisant mes bavardages.
Il m’en a fallu du temps jusqu’à cette page
Au projet un peu fou perché sur les nuages
Pour vous rencontrer au cours de nos voyages
Comblés de pluies de mots, d’éclairs, d’orages.
Il m’en a fallu du temps pour comprendre
Telle cette autruche qui ne veut pas entendre.
À travers ce dédale de carrefours, de méandres,
Jusqu’au bout je chercherai à comprendre.
Résignée, je ne peux qu’avec ma foi
Espérer et croire encore en toi.
Dieu nous aurait fait à son image …
C’est peut-être lui que je rencontre dans vos images.
Sourire, se moquer, peu importe …
Il m’en a fallu du temps pour atteindre votre escorte.
Comme un phœnix qui renait de ses cendres
Il m’en aura fallu du temps pour un peu apprendre.

 

25488318_10210913211245895_4155223863461297369_o

3 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photos : Christine Convers sur Facebook

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus