Archive pour la catégorie 'oiseaux'

Photo internationale

21731611_1181657401966560_5365609612306058584_o

Trois grues royales
D’une beauté impériale
Posent pour la finale
D’une photo internationale
D’un défilé de mode.
Sur un plancher peu commode,
Pour leurs fines et longues pattes,
Elles posent dans cette boue scélérate.
Chaque tête arbore un cimier
De plumes jaune paille associé
Que l’une d’entre elles ne partage pas,
Trop frileuse, elle a remis ses bas,
Sa cape noire sur son chemisier polaire,
Fatiguée de planter pour ces tortionnaires.
Les deux autres, une pour chaque oeil,
Dans leur sac gulaire rempli d’orgueil,
Se tirent la bourre en s’ignorant,
Montrent leur joue d’un blanc dévorant
Cette tache rouge de passions. D’une oeillade,
Elles allument le jury, assis devant, en parade.
De leur bec long et pointu, charbonneux,
Elles s’épient, fières de de leur décolleté généreux,
D’un cou à rendre fou ces gros manitous,
Ces créateurs de mode tatoués, un peu zazous.
Finalement, éliminée par la taille
De son embonpoint marqué de ripailles,
De plumes grasses d’un gris dépressif,
D’échasses aux déhanchement excessif …
C’est la belle intrigue number one
Qui remporta le premier prix de la Faune.
Sous les applaudissements des invités d’honneur,
Cette grégaire migra pas son bonheur
Amplifié de danses, de saluts, de sauts,
Elle ne finit pas sa vie dans le ruisseau.
Quant aux deux autres, la petite histoire dit
Que sur le Masaï Mara du lundi au samedi
On les voit se nourrir de graines sauvages,
De tendres herbes au bord des rivages.
Le Dimanche étant réservé à priori
 À décrotter leur toilette des intempéries.
Si vous les rencontrez, surtout ne criez pas :
« Ah ! mais je les reconnais ces nanas »
Vous vexeriez leur étiquette numérotée
Qu’elles ont gardée, mais où l’ont-elles cachée ?

 

28 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Olivier Gonnet sur Facebook

 

 

 

 

The deep pink Lady

IMG_2787

The deep pink Lady
N’aime que le rose.
La blancheur la rend morose
Surtout le samedi.
Au Pont des Tourradons,
En Camargue Gardoise,
Elle enfile ses jupons
Couleur bois de rose.
La nature, complice, d’un décor
De rose tendre se pare,
Laissant ses lumières d’ors
Aux pâles reflets des mares.
Pink Lady a mis ses bas fins
Couleur rose crevette, une jarretière
De dentelles d’un beau rose satin
Assortie à sa bonbonnière.
De gros bouquets de lilas roses,
Noués de rubans rose bonbon,
Feront cortège avec les flamands roses
Sous le Pont des Tourradons
Pour les noces de Lady Rose.

9 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri Photographe compositeur sur Facebook

 

Ange ou démon

26063724_941718935979591_3183647675168935220_o

Ange ou démon … qui sonne au portillon ?
Quel fil d’Ariane ou de cet oisillon
Me brode un parchemin d’une continue présence
Qui interpelle mes interrogatives ignorances ?
Là c’est un choucas, ange noir de superstitions
Qui répond à l’enfant aux nombreuses questions.
Un choucas publié sans souci de prémonitions.
Un simple titre curieux de mes créations.
C’est un méli-mélo de démons aux ailes célestes
Accrochés à mes pensées rescapées de la peste
Qui sévit dans ce monde éloigné du ciel.
Pauvre mésange isolée, noyée dans ce fiel.
Quelle batterie nourrit mes électrodes
Chargées, mêlées à tant d’esprits qui rodent !
Est-ce Dieu ou le diable, poète ou conteur,
Venu d’un enfer paradisiaque pour menteurs ?
Les ténèbres, géniteurs de la lumière floue,
De mon chou cas cache un génial filou
Qui s’amuse, me conduit, me trouble,
M’émerveille de leurs voies qui me doublent.
Une voie lactée dont les étoiles à mon obscurité
Illuminent cette inconditionnelle vérité.
Inquiet, le choucas épie le moindre signe
Qui surgira à l’improviste avec un cygne
Auréolé d’une blancheur immaculée d’enfant
Dont l’âme n’a pas quitté le firmament.

 

27 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Sébastien Majerowicz sur Facebook

Le juge Bubo

22291198_1587249281295750_9200669894925636677_o

Un vieux juge retraité, encore branché,
Dans sa cote de maille usagée,
Observe ce monde déhanché
De son perchoir sans viager.

Toujours à l’affût de quelque nouveauté,
Il écoute de sa hauteur les lamentations
De chasseurs pestant contre les propriétés privées
Où il a trouvé un gite en location.

Fatigué par de nombreuses plaidoiries,
Camouflé dans les maigres feuillages,
Il cache sous ses plumes la panoplie d’armoiries
Qui lui valurent le titre de Vieux Sage.

De ces années d’Assises, de renvois en Cassation,
Après avoir troqué son habit d’apparat,
Il préserve de leurs poursuites son croupion
Content de ne plus plaider pour les attentats.

Il passe des nuits blanches, espionnant
Les sorties nocturnes des hôtes de son bois.
De jour comme de nuit tous ces manants
Vont et viennent sans respect des lois.

Il s’accroche à cette barre hypothétique
Où tant de témoins, d’assassins, ont défilé.
Il songe écrire ses mémoires historiques
D’un As du barreau plaidant sans filet …

 

8 Octobre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

Le martin pêcheur

18199387_313618962389128_1095830903396727660_n

Le Martin pêcheur
A de vives couleurs
Du bleu vif au roux orangé
Il n’aime pas être dérangé.
Au bord des eaux propres et calmes
Il pêche sans palmes.
Il file au ras de l’eau à vive allure
C’est un acrobate, il plonge sans mesure.
Il se toilette des heures durant,
Rejette pelote sans tricotant.
Solitaire nocturne, il évite les vagues,
Il fuit le vent aux rumeurs divagues.
Il niche en galerie avec sa femelle,
Lui assure d’abondantes gamelles.
Pourchassé par l’homme, tel un voleur
Il se camoufle, secret du bonheur.

 

26 Juillet 2016 - Jeannine Castel
Photo : Nicolas Lecomte sur Facebook

Publié dans:oiseaux |on 20 août, 2017 |Pas de commentaires »

Le jabiru africain

17436183_437143716625211_1635344519352816442_o

Non, ce n’est pas un string !
Désolé pour votre sleeping !
Votre engouement pour ce bodybuilding …
But I love you for this feeling !
Déjà mon nom est ambigu …
Ciconiidé de trois genres aigus …
Je suis le Jabiru africain !
Mais le vrai est américain.
Je suis une espèce de cigogne …
Ça se voit à ma voyante trogne !
Un échassier élégant, mais là …
Olivier m’a coupé les tibias !
Que voulez-vous, impressionné
Par cette petite culotte sur mon nez
Il en a oublié mon plumage bicolore,
Mes ailes, ma queue en technicolor !
Selon les saisons mes couleurs s’intensifient.
Mon bec seul lui a suffi.
Faut dire qu’avec cette particularité,
Il a flashé de suite sur mon identité
Qui me vient d’un nom anglais :
Saddle-billed stork, de noir bariolé.
Mes yeux jaune doré de femelle ont
Fasciné cet intriguant cupidon.
Mais bon … après des heures d’affut,
Dans ces eaux boueuses, mes tantales en raffut,
La tête la première comme pour mes proies,
Je l’ai surpris … sa vitesse a fait foi.
Une rencontre aquatique … d’où le maillot !
Qu’une plume, un peu folle de Chaillot,
A amusé la galerie avec mon portrait …
C’est bien une femelle ! je vous avouerai …
En cette préoccupation mineure,
Allons de quelques poissons pêcher sur l’heure …

 

17 Mai 2017 – Jeannine Castel
photo de Olivier Gonnet

 

Publié dans:oiseaux |on 19 mai, 2017 |Pas de commentaires »

L’oeil du tigre

16179081_762182280599925_4460503689942040691_o

« L’oeil du tigre »
Moi, le geai des chênes !
Admirez la dégaine
Que jai ! … je suis ivre ! …
Comme un pinson sans rire !
Me coller une pierre ! …
Ç’aurait pu être pire …
Un oeil de verre ! 
Ça se dit photographe animalier …
Sans sortir de son salon ! …
Pas étonnant que je perde pied
De tous ces glands en abandon !
Quelle photo ! … j’en ai des frissons !
Ce doit être un doublon !? …
Moi, un thésauriseur de saisons !
Prédateur de nids et d’oisillons !
Malgré les balises de mes cachettes
Que j’oublie, enterrées dans ma tête …
Je suis le reboiseur ! C’est chouette !?
Chênes et hêtres me font fête.
Je glousse, je cacarde, je frigulote,
En bon imitateur de la glotte.
Vigile, je guette les intrus de ma parlotte.
La sentinelle de la forêt me trotte !
« L’oeil du tigre » ! titre nouveau !
Tous mes congénères sympathisants
Vont être alertés de ce cadeau.
Renards et chasseurs … oeil nouveau !…
Merci Sébastien ! Reste bien au chaud ! 

 

28 Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photo : Sébastien Majerowicz Nature photographer

 

 

Publié dans:oiseaux |on 29 janvier, 2017 |Pas de commentaires »

Plumes et paillettes

15994509_1274616869272014_8410825440270100666_o

Plumes et paillettes
Des mots plein les mirettes
Le marais est en fête !
La rémiz penduline, petite coquette,
Sort de sa cachette.

Paillettes et plumes
L’encre des porte-plumes
Chasse la brume,
Efface l’amertume
Des frissonnantes plumes.

Plumes et paillettes
Laissons aux oubliettes
Ces vils trouble-fête,
Ces coureurs de jaquette
Aux plumes en goguette.

Paillettes de plumes
Revêtues d’or, allume
La splendeur du costume
Qu’une rémiz penduline hume
Pour le bonheur de ma plume.

Plumes et paillettes
Monde du poète.

 

17 Janvier 2017 – Jeannine Castel
crédit photo : KLIBI Sabri photographies sur Facebook

Publié dans:oiseaux |on 22 janvier, 2017 |Pas de commentaires »

La Cisticole des joncs

15591581_1249441295122905_5085452428467068692_o

Je doute de tout et de rien …
Je redoute ce doute qui me vient,
Trouble mon esprit à la question soudaine,
Freine mes ardeurs à l’aubaine.

Déjà mon nom colle à mon Si.
Comme un tic-tac le doute ainsi
Me laisse et me vole les répits
Jusque sur les joncs, mes appuis.

Déjà mon sourcil proéminent accentue
Ce doute qui perturbe mes allées venues.
Au moindre danger, le doute me terrasse,
Me paralyse sur place, face à la menace.

De tics et de tocs le doute alimente
Ce besoin d’occuper mes heures, en attente
De la nuit qui viendra apaiser, aimante,
Cette allure névrosée exposée mais charmante.

Je zigzague entre les joncs et les arbustes,
Quand je doute, je gonfle mon buste
De quelques tchipp, tchipp puissants …
Je fatigue ainsi l’ennemi envahissant.

Je suis la cisticole des joncs
Et, où, ni, mais, car, or, donc !

 

26 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : KLIBI Sabri photographies sur Facebook

 

Publié dans:oiseaux, Photographe KLIBI Sabri |on 26 décembre, 2016 |2 Commentaires »

Pensées secrètes

15235544_10154758646442838_1687809910826174652_o

Sur un coup de sonnette
Les pensées secrètes
Se font très discrètes
Un trouble fête …

Les pensées secrètes
Comme les allumettes
S’enflamment dans la tête
Au sens d’une girouette.

Elles voyagent solitaires,
Leur condition, se taire …
À part quelque confession intime
D’une cime qui se perd dans l’abîme.

Journal inédit cadenassé,
Méditation de pensées encrassées,
Ecrites elles se sentent menacées.
Les pensées secrètes vivent entassées.

Aux étrangers elles restent muettes,
Attendent pour sortir de leur cachette
Qu’une issue de secours vienne vidanger
Ces ruminantes, encombrantes engagées.

Ces hôtesses attendent la nuit
Pour sortir de leur secret logis
Ces pensées secrètes mourant d’envie
D’émerger de cet insondable puits.

Les pensées secrètes comme cet oiseau
Se cachent derrière les silencieux mots
D’un regard indiscret à travers un hublot …
Pensées secrètes a son plumeau …

3 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : KLIBI Sabri photographies sur Facebook

Publié dans:oiseaux, Photographe KLIBI Sabri |on 4 décembre, 2016 |Pas de commentaires »
123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus