Archive pour la catégorie 'Littérature et Poésie'

PLANER

24837539_10155956736932838_722783941399187140_o

Planer comme un oiseau
Au-dessus des cours d’eau …
Le monde paraît-il plus beau ?
St Exupéry le pensait tout haut.
Samedi, c’est la grisaille.
Il faut bien, vaille que vaille,
Redescendre sur ce champ de batailles
Après le flou de ces épousailles.
Le soleil, à ces mots, apparaît,
Lui aussi a connu l’ivraie…
Seul, il réchauffe pour de vrai
Une Terre dont il pourrait
D’un caprice, d’une envie soudaine,
Mettre fin à ces planeurs à bedaines.
Mais la nuit, son amie, sa reine,
Calme sa fièvre, apaise sa haine.

Voler avec pour tout bagage
Ses pensées qui dérivent sur les paysages
Jamais atteints, attelés aux rouages
D’une vie inondée par les marécages.
Sur les ailes déployées d’un de ces oiseaux,
J’ai plané depuis avec tant de mots …

Le ciel, ce samedi, est mon radeau.
Il m’offre un ballet de goélands aussitôt
Disparus comme le fil de l’inspiration
Dérangé par d’autres tentations.
De nouveau, le soleil, par compassion,
Sèche mes larmes de toutes ces émotions.
Regrets, envies, planent à tire-d’ailes …
Bientôt viendra le retour des hirondelles …

 

6 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri photographe compositeur sur Facebook

 

Vive la retraite !

retraite-dessin

Le temps de s’assoupir
Et voilà l’avenir
Morose.
La ceinture va rétrécir
Tous nos menus plaisirs
Des choses …

Le temps des restrictions
Et de la soustraction
Peuchère !
Quand vient l’addition
De leurs ambitions
Si chères.

Des bandes de crapules
Aux puissantes mandibules
Circulent
Dans des palais dorés
Visités par d’adorés
Incrédules.

Du pion ou du tampon
Petit, petit patapon,
Tontaine.
De beaux tontons flingueurs
Que cette race de Seigneurs
Vilaine !

Entre le beurre et le leurre
La vieillesse pleure
Gageure
De servir de strapontin
À tous ces jeunes dandins
Plaisantins.

Avant de s’assoupir
Ce ne sont que soupirs
Devant le triste avenir
Des vieux.
Abusés encore une fois
Croyant de bonne foi
À mieux.

Avant d’en finir
Meurent
Ces vieux tout rétrécis
Après tant de soucis
À l’heure.

 

11 Janvier 2018  - Jeannine Castel

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 15 janvier, 2018 |5 Commentaires »

LA VAGUE

im.php

Jouer, surfer avec la peur
Sur ces géants des océans,
Glisser sous les rouleaux impressionnants.
L’adrénaline agite le surfeur.

Rigoler sur ces vagues géantes …
La tempête projette ses déferlantes
Masses d’eau qui s’échouent, galantes,
Sur les rives des plages nonchalantes.

Passion contaminante des alentours.
Entre monts et vallées tout autour,
Le colosse, un monstre fou d’amour,
Vient taquiner les inconnus d’un jour.

Avalanche de mousse violente,
La vague se fait soudain méchante.
Elle emporte, noie … la beauté tente
L’entêté amoureux de ses pentes.

Apnées pour ralentir le temps
Du passage du molosse inquiétant
Broyé par ces amateurs exigeants,
Épris, passionnés de ces massifs géants.

La vague des rêves d’enfants
A grossi le stress de ses prétendants
Qui viennent comme une déferlante
Provoquer les ardeurs de cette amante.

Chaque vague est une mort
Qui s’échoue sur la grève.
L’homme sans cesse n’a de trêve
De pourchasser l’ange de la mort.

 

6 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie, sport |on 10 janvier, 2018 |Pas de commentaires »

Les uns, les autres

IMG_2776 ?????????????????

Les uns, les autres
Comme de bons apôtres
Quittent ce monde.
De larmes nous inondent,
Nous laissent orphelins
Sur leurs proches chemins
Appelés Destins.

Ils nous laissent un vide
Collant, intrépide, morbide.
Leurs voix dans nos oreilles
Nous murmurent les merveilles,
Les horreurs, les secrets révélés,
De leurs paradis étoilés.
Vies dévoilées.

Leurs présents deviennent passés,
Chansons, paroles, rires, ressassés.
Le manque, ce gigantesque fossé,
Regorge, déborde de pantins désossés
Avides de chairs à jamais disparues
Pour une éternité qui habite la rue.
Chers intrus.

France, Johnny, Jean d’Ormesson,
Tous les autres, pauvres paillassons
Qui ont fait la gloire de ces célébrités,
Dont on ne parle plus, même par charité.
Les monstres, les démons, les pire mortels,
Que font-ils au milieu de ces immortels ?
Quel recyclage en ce cartel !

Les uns, les autres,
Les nôtres, les votres,
De vies étrangères,
De pensées familières,
De cendres et cimetières,
De chagrins, de larmes,
Nous désarment.

 

16341245

8 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 8 janvier, 2018 |1 Commentaire »

Chanter la vie

images

à France Gall

Tout ce qui fut
Et qui n’est plus.
Tout ce qui est
D’un douloureux passé.
Revivre ces présents
Aujourd’hui absents,
Jusqu’à notre tour …
Au souvenir de ces amours,
Nostalgie sur des bonheurs perdus
Que chantent encore la rue.
Sourire sur les blessures de la vie,
Sourire en ce plein de vie.

 

2007 - Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie, Musique |on 8 janvier, 2018 |Pas de commentaires »

Dans le ciel de Madame Lallouette

26114460_1627617647298706_911366250919707206_o

En cette sombre histoire de l’avenir,
Je n’ose croire à ces divins soupirs
Sur les Terres du Masaï encore endormies
Au terme d’une année d’orages et d’accalmies.
Il semblerait que mon projet de safari de ce jour
Figure déjà à l’horizon de leurs amours …
Amours de chérubins bouclés sous le regard
Attendri d’un Père qui écoute, peinard,
Les rêves enfouis de ce petit prince blond
Couché sur les nuages qui font un roupillon.
En attendant ce décollage annoncé …
Il me faudra des nuits, des poèmes, des énoncés,
Car malgré toutes les richesses que m’offre le ciel
L’argent, toujours l’argent, ce traite artificiel,
Mobilise mes envies, calme et freine mes délires
On sait que le poète … mais que dire ? …
Dire que ce ciel chargé de mes nuages
N’est pas celui d’un autre à travers mon visage ?
Des vols sont programmés pour la nouvelle année,
Le ciel veille sur ces terres violées, condamnées.
L’un regarde le passé, l’autre broute l’avenir …
La beauté de ce ciel ne peut être qu’espérances.
L’ange gardien des lions est serein, en somnolence.
Des dames en hénin viennent en procession
Offrir un éléphanteau admiratif devant tant de dévotions.
Méli-Mélo de génies dans tous les sens, retournés,
Porteurs de leurs voeux pour la nouvelle année.
La tête dans les nuages avec mon ciel je voyage,
Troublée par le méli-mélo de ce rapt en image.
Encore une fois est-ce bien un présage ?
Et toujours la colombe de la Paix en message.
Voyage, voyage… dans le ciel de Madame Lallouette
Je n’y ai pas vu de serpent à sonnettes …

 

30 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Marie Hélène Lallouette

S’il suffisait d’aimer

25994601_1768802406483486_8516979176616744880_n

S’il suffisait d’aimer
Tout simplement
S’aimer à tout jamais
Quel heureux temps.

S’il suffisait d’aimer
Le bel été
Aimer il suffirait
Mon bien aimé.

S’il suffisait d’aimer
Le grand délire
Pour le meilleur … mais
Sans le pire.

S’il suffisait d’aimer
Voici l’hiver
Nous deux se suffiraient
Sur Terre.

S’il suffisait d’aimer …
T’aimer Ô combien !
Tout simplement
En noir et blanc.

21 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Laurent Baheux sur Facebook

Nonchalance

IMG_2738

Je suis dans le noir,
Assise sur mes espoirs,
Face à un soleil couchant
Fouetté par un vent méchant.
Les chats attendent leur barquette.
Ils se moquent de la grosse tempête
Qui agite toute la mer du Nord,
Battue, projetée par la violente Éléonor.
Sur un fil, mes habits épousent l’air
Qui vient animer ces pantins de chiffons verts.
Il suffit que je bouge, me remette sur pieds
Pour que ce petit monde quitte cet inquiet
Temps d’attente rempli de rituelles routines
Qui font le gros dos à ma nonchalente turbine.
Obligée de quitter la chaleur animale,
La troupe de félins a la grosse fringale.
Le noir de mon assise s’est dissipé,
Que parfois les contraintes me font flipper !

 

3 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 5 janvier, 2018 |1 Commentaire »

La promesse d’une belle journée

26173133_1641334972596737_1746860704436826152_o

Promesse d’une belle journée …
Un tout petit coin de ciel bleu
Perce à travers les arbres dénudés.
Souvenir troublant de moments heureux
Dont il ne reste qu’un tapis meurtri
De feuilles mortes, d’un feu printemps
Que l’on pensait éternellement chéri.
Mais l’amour effeuille les serments …
La promesse d’un hiver vous enlace
Jusqu’à ce qu’un coin de ciel bleu,
D’une belle journée, d’une espérance, chasse
Les nuages encore orageux. Les bleus
Habitent ce corps de souffrances,
Nostalgique, imprégné de brûlantes caresses,
Qui ne sont plus que des bruits en errance
Accrochés aux branches en attente de délivrance.
Des corps pendus aux frêles potences
Dans une allée jonchée de souvenirs piétinés
Par les promesses de journées, de folles croyances
De coins de ciel bleu toujours renouvelé.
Aucun aventurier en cette belle journée
A souhaité faire promesse de cette belle journée.
Est-il caché derrière un arbre, impatient,
D’une belle journée promise aux coeurs confiants.

 

24 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Vivien Desveaux sur Facebook

Meilleurs voeux

P1020553

Les mimosas sont près de fleurir

2017 vient de partir

VIVE 2018 !

Je vous souhaite une année fleurie,

Quelques grains de douces folies,

La paix, la santé, un gros bouquet d’amours

Pour chaque jour.

Vous qui aimez ma poésie et m’encouragez

Je vous dis tout simplement 

UN GRAND MERCI !!!!

Photo : Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 1 janvier, 2018 |2 Commentaires »
1...34567...108

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus