Archive pour la catégorie 'Littérature et Poésie'

LES OPPORTUNISTES

28616602_173298886645974_3491006515595714349_o

RISETTE attend le retour des pensionnaires.
Elle trouve le temps long, s’ennuie à ne rien faire.
Elle s’est levée si tard, trop tard pour casser la croute
« ici, faut pas sortir des rails … pas de fuite à vau de route !»
Assise sur la terre battue d’un terrier abandonné,
Elle revoit son rêve qu’elle trouve désordonné.
« D’une amulette aux magiques pouvoirs, j’aimerai bien ! …
Au lieu d’un sceptre qui ne transformera rien ! »
Voici qu’un nuage de poussière suppose le retour
De la troupe qui arrive avec la fin du jour.
RISETTE s’empresse de retrouver KILA dans le tumulte
Point de KILA … elle apprend que suite à une chute
D’un élève de la classe des 6ème, KILA est à l’infirmerie …
« Ma parole aujourd’hui rien ne me sourit ! »
L’envie lui passe de partager avec elle son rêve.
« Ce sera une fève semée dans mon jardin, ma sève ! »
Forte de pouvoir dominer un comportement de bambin
RISETTE se relève et décide d’aller prendre un bain.
En chemin elle rencontre Prof KUKUPANPAN toute excitée
De la bonne nouvelle qu’elle détient et d’un ton précipité :
«Ce soir tu dormiras au dortoir du groupe  » LES OPPORTUNISTES »
Elles sont trois soeurs très calmes mais d’humeurs tristes.
Il s’agit d’un dortoir et non pas d’une salle de fêtes !
Tu verras ce sont trois jolies hyènes très coquettes. »
« Justement j’allais de ce pas faire un brin de toilette.
Je vous remercie d’avoir pris au sérieux le sujet de ma requête.»
S’approchant d’une mare GRISETTE aperçoit le trio en question,
Reconnaissables à leur clair manteau et leurs discrètes ablutions.
Elles semblent ignorer sa présence : « Bonjour l’ambiance !
Quelle pâleur ! Des opportunistes sans aisance !
On dirait des triplées … je les collectionne ! …
Après des jumelles … trois autres lionnes !
D’un incivisme … faut dire si je vous dérange ! …
Un bon coup de patte dans le tas … ça me démange …»
Les trois grâces se décident enfin à sortir de l’eau
Sans avoir eu envers GRISETTE  un seul petit mot.
À l’idée de les revoir tantôt au dortoir
Les joues de RISETTE brûlent sous le feu du rasoir.
Dans le grand réfectoire on entend le bruit des mouches
Qui anime et accompagne les mastications d’avides bouches
Qui brisent, broient, mâchent os et chairs sanguinolentes.
Perchés, des vautours salivent et les arrosent de leurs fientes.
Ils espèrent peut-être leur couper l’appétit … en vain ! …
Ce n’est pas l’empathie qui règne au dortoir des OPPORTUNISTES …
Des phacochères ont parasité le sens moral de ces trois autistes …

 

24 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo :  Nathalie Anciaux

 

 

PACHYCROCUTA BREVIROSTRIS

21587326_10213336242701202_1160103411918534498_o

Il est pas loin de midi, RISETTE, dort toujours …
Quand un rire sardonique résonne jusque dans la cour.
Mais à cette heure là, aux Hyénides, il n’y a pas grand monde…
C’est l’heure de la chasse, des plaisirs de l’onde.
Tout le corps enseignant est parti en week-end !
Seule la cuisinière se débat avec des dindes.
Les chasses de nuit sont interdites. En conséquence
Il faut que ces jeunes, ce soir, se remplissent la panse.
RISETTE d’un sommeil très agité se tortille …
La descente de lit, sous elle, s’est mise en vrille.
Transformée par un sorcier en amulette, RISETTE
Est poursuivie par des mangoustes et des civettes.
Elles veulent s’emparer au lasso de ce gri-gri
À l’aide de leurs longues queues rayées de gris.
Au même instant, une mangouste venue de l’Oligocène
Vient à son secours avec ses ancêtres les hyènes.
Mais le sorcier, chevauchant Plioviverrops, sauvagement,
S’empare des pouvoirs magiques du précieux ornement,
La met dans un sachet en poil arraché à Ratapoil, choqué.
Soumise à la volonté du sorcier RISETTE se voit disséquée
Dans un énorme chaudron magique tout en ébullition,
Tandis que des mains hideuses tournent ce bruyant bouillon.
Un aveugle, heureusement, avait suivi à la trace
Ce sorcier monstrueux transformé en bloc de glace,
Car seule la nuit lui accordait les magiques pouvoirs.
C’est à sa truffe, à présent, en tâtonnant, plongé dans le noir
Que ce non-voyant s’en prend. Ne dit-on pas que le museau des hyènes
Guérit la cécité, vous redonne une vue neuve et sereine.
Les pouvoirs de ce joyau le conduiront sur le bon chemin …
Le chemin de la Sagesse et de la connaisssance du divin.
Mais dans sa précipitation l’amulette tombe du sachet …
À la mort, dans ce rendez-vous magique, RISETTE est arrachée !
Soudain, d’une brutale éruption volcanique de l’inférieur Miocène
Des mâchoires armées pour animaux douillets de féroces hyènes
Ne peuvent croquer l’amulette trop dure pour leurs dents.
S’installe un court instant suspendu dans un silence de repentants.
Elles font appel à Adorocuta Eximia elle seule capable de broyer
Les os les plus indigestes mis à part les poils souillés.
Surgit à ce moment du Pléistocène moyen, tel un vampire,
PACHYCROCUTA BREVIROSTRIS dans une huée de fous rires.
RISETTE à cette apparition amplifie ses plaintes et grognements
Jusqu’à ce cri délirant entendu qui la réveille brutalement.
RISETTE est soulagée d’avoir échappé à cette langue gourmande !
Ni une, ni deux, elle l’aurait croquée comme une délicieuse amande !
RISETTE se lève, pressée de retrouver KILA pour lui raconter
Ce rêve étrange venu d’insondables obscurités avares de bontés.
Un rêve fantasque comme des histoires à dormir de bout
Cachées dans la poche gulaire des majestueux marabouts.
Cet oiseau n’aime-t-il pas planer sans de ses ailes battre ?
Emporter avec lui les rêves des jeunes hyènes folâtres ? …

 

23 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Philippe Cabanel sur Facebook

 

 

 

Un esprit s’en va

740full-charles-aznavour

Un esprit s’en va
Qui l’habitera ?
Un esprit revient
Pour quel magicien ?

Un poète a disparu
Déjà au coin de rue
Il est apparu
Nouveau recru.

Des notes en deuil
Parties dans un cercueil.
Des paroles sur le seuil
Restées sur des recueils.

Hier encore il caressait le temps…
Il est désormais ses printemps,
Cette for me, formidable croisière
Du château de ses chimères.

Un coeur s’est envolé
Derrière des volets.
Ses amours, ses emmerdes,
À jamais se perdent.

Un esprit s’en va
Il vient, il va,
De mémoire, il court,
Libre, plein d’amours.

 

1 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : banque d’images internet

 

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 2 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

La clé de la liberté

10315351_img-6536

C’est une clé percée de secrets
Ouverte à des espoirs ancrés
Dans un idéal de salé sucré.
Une clé sortie de la rentrée.

Des oiseaux épris de liberté
D’une cage ont déserté
Pour le plaisir de minous alléchés
De liens, eux aussi, détachés.

La jolie reine Arlequin
À la vertigineuse chute de reins
S’est agenouillée devant l’oiseau
Charmée par un bec en ciseau.

Tous ces chats mistigri
Ont chassé la souris.
Un papillon s’est posé
Sur son décolleté osé.

La clé de la liberté
Ses perles a jeté.
De baisers vagabonds
Qu’être libre a du bond.

 

24 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Toile : Torrisi Anne Marie artiste peintre sur Facebook

Orphelinat « Les dents de lait »

26171287_156129451696251_3596769008588094928_o

Effrayés par les échanges peu sympathiques de leurs ainées,
Surgissent et courent en tous sens des bébés derniers nés.
C’est dans cet affolement général occasionné par son entrée brutale
Que STORY ricane à s’en décrocher ses amygdales.
Comme un ange tombé du ciel sur un champ de bataille
STORY a semé la panique sur ces bébés qui braillent
Inquiets de leur avenir subitement mis en danger
Semblable à leur devise affichée :  » Mangé ou être mangé « .
Ces mots la rendent encore plus vindicative, hargneuse,
Son instinct matriarcal de bonne mère lutteuse, courageuse,
La transforme en héroïne sauvant d’un pirate une marmaille.
Décidée, elle se battra jusqu’au bout, vaille que vaille.
Mais PIRATE ainsi prénommée à cause de cette situation
Se replie entourée de petites têtes, fortifiée, en mur de lamentations.
« Comme c’est bizarre leur comportement envers cette furie ? …
Ils ont l’air de l’aimer … accrochés comme des chauve-souris,
Apaisées d’avoir trouver un plafond de salut de tout repos …
Où suis-je tombée ? Dans quel trafic ? Dans quel tripot ? »
PIRATE profite de cet arrêt de réflexion pour hurler :
« Vous êtes ici, ma chère, à l’orphelinat  » LES DENTS DE LAIT  » ! »
Son arrière train déjà abaissé, STORY s’assoie sur son cul fessé !
« Un orphelinat ?! » Jamais de sa vie elle n’aurait pensé
Trouver en ce Mara, truffé de découvertes surprenantes,
Une Institution de bébés hyènes abandonnés. Mécontente,
STORY se radoucit, montre patte blanche à toutes ces petites souris
Blessées que la vie n’a pas gâtées. « Oh ! mes pauvres chéris … »
Cette exclamation met tout le monde en état de compassion.
« Chienne de vie ! Tomber dans un Orphelinat après la Pension ! »
Curieux, tout ce petit monde, plus détendu, tout de même méfiant,
Quitte le manteau protecteur de ce monstre paru terrifiant
Qui n’est en vérité que leur mère de substitution.
« Je suis la fondatrice de cet orphelinat aux impossibles adoptions.»
« STORY ! … je porte bien mon nom … j’attire les histoires …
À peine venus au monde, déjà victimes de déboires …»
Tels des loups et louveteaux autour d’un feu de camp
Les voilà tous réunis, attendris de gestes réconfortants.
« Je suis seule pour l’instant à veiller sur ces chers petits.
Notre patrouille de bénévoles, en requête est partie
À la recherche de bébés égarés pour différentes raisons
Forçant les mères, bon gré, mal gré, à leurs abandons.
Nos bénévoles sont pour la plupart des hyènes stériles,
Des laissées pour contes aux chaleurs infantiles, …
Des ménauposées car décédées lors de mise-bas …
Je ne vais pas vous apprendre notre dur combat
Entre la vie et la mort pour donner jour à nos ébats.
Heureusement que notre matriarcale réputation attestée
Nous permet d’avoir des nourrices aux heures des tétées.»
STORY, émerveillée, généreuse, offre aussitôt ses services
Frustrée par ce manque de touchers, de bien-être complice,
Entre une mère et ces petites bouches novices
Qui se délectent du bon lait tiède et délicieux …
STORY, heureuse, sourit, remercie les cieux …

 

 

22 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Anciaux sur Facebook

Une rencontre imprévue

38708086_2041520946160203_4070617888292077568_o

Grasse matinée ce matin pour RISETTE, pauvresse …
Faut dire qu’on est Samedi … rien ne presse.
Il n’y a pas de cours le week-end en Pension.
Ces deux jours sont réservés aux sorties avec permission,
Aux visites des parents et amis de la famille autorisés,
Engagés de prendre en charge les pensionnaires défavorisés.
Cette nuit n’a pas été de tout repos pour notre RISETTE.
 » Ne pas déranger  » comme à l’hôtel elle affiche son étiquette.
Ce qui incite et excite quelques esprits coquins de passage
De faire intentionnellent pour cette protégée du tapage.
Mais quand RISETTE dort, c’est pour de bon !
Qu’il soit d’un juste ou d’un sommeil de plomb.
À quelques lieues de là, STORY, sur le chemin du retour
L’âme en peine, se traîne … son chagrin est si lourd.
Sa RISETTE désormais devra apprendre à partager
Ce … SALUT ! qu’elle connaît pour l’avoir dévisagé.
Perdue, la tête dans les nuages elle avance avec courage
Dans ce monde animal construit sur des commérages
Qui ont fait de leurs espèces une réputation sournoise…
D’une repoussante laideur … la peur des bourgeoises.
« Notre lâcheté tenace confrontée à celle du lion
N’est qu’apparence d’un monde en perdition.
Que serait-il s’il possédait la force de nos mâchoires ?
Sa beauté faite d’artifice me ferait croire
Qu’ils ont plus de laideur que nous les hyènes
Pour défigurer autant dame nature à la chaîne …»
STORY, lasse, n’a pas envie d’écouter ses états d’âme.
Elle met au clou ces lèches-frites et leurs sempiternels programmes.
Elle préfère savourer la brise qui dissipe sa crinière,
Profiter de cet instant, l’heure où la faune digère,
S’octroie une sieste avec leurs favoris congénères.
La chaleur est si écrasante … Qu’il est bon de ne rien faire.
Opportuniste invétérée, elle ne s’inquiète pas de jeûner.
Il y aura bien quelques restes leurs goûts étrangers.
C’est l’avantage de pouvoir croquer à belles dents
Des os si durs … pas besoin de cure-dents !
Elle ne sait si elle va retrouver son clan dispersé.
C’est alors que des cris plaintifs troublent ses pensées.
Assise à l’entrée d’une tanière, une hyène menaçante
Entourée de bébés dont la frayeur est apparente
Provoque STORY prise au dépourvu et qui s’interroge 
Sur les bons sentiments de cette hyène en cette loge …

 

 

19693475_1721099334617203_7602495470523730035_o

21 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean Luc Reunival Marie Helene Lallouette sur Facebook

 

 

Le dortoir des Margoulettes

41489472_153430235582981_1708271049541419008_o

RISETTE vire, tourne … pas moyen de dormir …
Dans ce dortoir qu’elle partage avec déplaisir.
Elle a tiré au sort son groupe d’appartenance.
« J’ai l’impression que c’est pas gagné d’avance … »
Dans ce groupe Les Margoulettes, elles sont quatre …
Il y a les jumelles qui ne font que se battre …
Là, elles s’accusent d’avoir triché au jeu des osselets ..
Puis y a ALLUCHON, grincheuse et soupe au lait …
« Comment arrive-t-elle à dormir avec tout ce bruit
Que font ces deux pimbêches avec leurs cris ? …
Heureusement qu’elles n’ont pas voulu de moi
Pour jouer avec leurs osselets en os de chamois.
Ah ! Les voilà qui s’allongent sur leur couche …
NON ! je rêve ! Elles ont une sucu à la bouche !
Entre une ronchon ronflante et deux sucions,
Il va m’être pénible de résister dans cette Pension.»
RISETTE se sent si seule dans ce maudit dortoir !
« En plus la lune boude … il fait tout noir …»
Sa peine est immense, RISETTE éclate en sanglots.
Les tétines de sa maman lui manquent trop.
En se bouchant les oreilles elle quitte ce théâtre sonore.
Il est bien tard … pointent les faibles lueurs de l’aurore.
Les Hyénides sont assoupies dans le moindre espace.
RISETTE a froid, son entrain est de glace …
Puis brusquement elle reprend du poil de la bête …
Sa marraine KILA … tire la bobinette …
Hésitante, elle reste plantée devant son air contrarié …
« On dirait que je lui casse les pieds … c’était à parier …
Rien ne vaut l’amour d’une maman » dit-elle entre ses dents.
Elle s’apprête à regagner le dortoir et ses résidents…
Quand KILA, peu réjouie de ce brutal saut de lit,
Lui désigne d’un geste contraint sa descente de lit.
RISETTE garde avec peine ses yeux grands ouverts …
Et …  s’endort en laissant en suspens sa nuit de tonnerre.
Dans les bras de Mord-fée RISETTE enfin paisiblement dort.
Elle rêve … mais à quoi rêve-t-elle ce cher petit trésor ? …

 

36088050_218889102262102_6203458691404922880_n

19 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions Michel Andrieux sur Facebook

 

 

Je vous aime

 

21200562_1172832429515724_8689081652489730839_o

Comme il a été dit … RISETTE devait faire un poème et nous dire pourquoi elle nous aime.

Je vous aime
Vagabonds comme moi
Qui sèment, sèment,
Tristesses et joies.

Je vous aime
Pour nos rires fous
Supplices ou emblèmes
De nos rendez-vous.

Je vous aime
Pour nos dents de loup
Qui n’ont de flegme
Que repues de crocs jaloux.

Je vous aime
Pour nos laideurs
Nos vies de bohème
Aux taches de rousseur.

Je vous aime
Dans la tempête
Des jours de carême
Des nuits de défaite.

Je vous aime
Renifleurs d’âmes
Posées en diadème
Sur ce monde infâme.

Je vous aime
Le cul dans ma piscine
Même si, même
ON nous débine.

Je vous aimerai
Vrai de vrai,
Si l’ivraie
Ne nous ressemblerait.

JE, VOUS, AIME,
Séparés même
Réunis de même
Quand bien même …

JE VOUS AIME !

 

19 septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Olivier Gonnet sur Facebook

 

 

Le lionceau et la tortue

41097940_1986671628020178_1525445102183383040_o

Un lionceau jeunet, point sot, encore puceau,
Futur monarque à l’abri du ruisseau,
D’une tortue sans queue ni tête apparente
Ce despote fit d’elle une indispensable servante.
Tantôt repose-tête, tantôt repose-pied,
Il se lia d’amitié pour cet utile marche-pied.
Sans cesse sous le couperet de la guillotine
Dès qu’elle tentait de montrer un bout de ses bottines,
Entièrement esclave des caprices de ce beau tyran,
Par peur d’être retournée ou de finir comme un hareng,
Cette docile balle de jeu, solitaire par nature,
Peu encline à partager une serviable aventure,
D’autant plus que les oeufs d’un même panier
N’étaient pas envisageables avec cet allié …
Cet imposant lionceau soit dit un peu excessif
N’était pas pour déplaire à ce pouf décoratif,
Dernier gadget de plaisir à la Cour de ce Sire
Dont les poils lui servaient de brosse à reluire.
C’est ainsi que cette tortue léopard prise au piège
Devait se contenter de charognes pour tenir son siège.
Dès qu’elle manifestait quelque petite rébellion
Se formait autour d’elle tout un menaçant bataillon
Dont l’amitié avait un drôle de comportement
Et la plongeait dans d’humiliants sentiments.
«Parader, profiter sur ma bosse, quel vilain gosse,
C’est ma seule richesse ce précieux carrosse.
Placide, délicate certes, mais de leurs tartes à la crème
Ma carapace au dôme décoré d’écailles jaune crème,
Par mes éperons, pressens leurs stratagèmes,
Leurs diarrhées fourrées de Je t’aime ! …
Parquée sans pouvoir brouter avec sérénité,
Sans eau ni cachette nécessaires à ma santé…
M’offrir un terrarium en pleine savane,
Ce lionceau me prend vraiment pour un âne !
Vivre en terrarium pour épater sa galerie non mais !»
 La tortue s’en creusa une et disparut à jamais.
À son retour de chasse le lionceau ne la chercha pas …
Il avait sommeil après un excellent repas.
Il trouva d’autre confort à son sort
En rugissant à la vie à la mort !

 

Entre regret et remord le tort tue d’un saut de lion

 

9 septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

 

Terres Africaines

41380304_299320020853343_8753170334527520768_n

Il y a des matins
D’un nouvel ciel serein,
Aux soleils flamboyants,
D’espoirs tourbillonnants
Sur ces terres Africaines
Si belles à perdre haleine,
Si vastes et dévastées
D’atteintes à sa chasteté.

Comme ses levers de soleil
Ses couchers n’ont pas leur pareil
Pour embraser les coeurs
De naturelles douceurs.
La corne d’abondances
De sombres souffrances
Tente encore sa chance.

Il y a des soirs
De rêves et d’espoirs,
De promesses ensoleillées
Racontées aux veillées
Sur d’envolées célestes
Sans la moindre peste
D’oraisons funestes.

Quelques pas de danse,
Les sourires de l’enfance,
Pour un monde vivant de paix.
Dans cette nature l’âme se repaît
Sur des pistes à perte de vue
Aux secrètes et sauvages bienvenues.
Terres Africaines aimées des nues.

 

18 Septembre 2018 – jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : I love Africa
 sur Facebook

Publié dans:Littérature et Poésie |on 25 septembre, 2018 |Pas de commentaires »
123456...135

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus