Archive pour la catégorie 'Littérature et Poésie'

Les dunes de Punta Porcalleira

26993378_10156085171457838_4242199323549843203_n

Dunes sucrées de Punta Porcalleira …
Un maigre arc-en-ciel s’invita
Menaçant la désagréable pluie
De la renvoyer dans son lit.

Dunes de pain d’épices doré
Pour deux amoureux, deux trésors adorés,
Choyés par le ciel et la mer,
Aimés par la beauté de ce désert.

Une envie de crème brûlée soudain
Recouvre ces dunes gourmandes ce matin
Pour fêter la venue de deux pèlerins
Qui vagabondent libres et sereins.

L’arc-en-ciel a licencié la pluie.
Le ciel, au coeur gros, s’assoupit.
L’ocre du sable déguste en silence
Le bonheur convoité d’heures en vacances.

Laissons au silence déguster ces douceurs.
Bientôt les crêpes de la chandeleur
Ranimeront le souvenir brûlant, fugace,
Saupoudré de sucre glace.

26991856_10156085171572838_1918242927897891525_n

26 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dunes sucrées de Punta Porcalleira

Un maigre arc-eb-ciel s’invita

Menaçant ladésagréable pluie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bateau de pierres

27164299_10156083633117838_7708198980863740651_o

C’est un bateau de pierres
Solide, dur, comme la galère
Qui dérive dans les nuages,
Vide de tout son équipage.

Un bateau de pierres
Pétrifié par la misère,
Hanté par une flibustière
En manque d’âme guerrière.

C’est un bateau de pierres
Un étrange cimetière
Envahi d’ailerons de requins,
De coques de sous-marins.

C’est un bateau de pierres
L’oeuvre d’art d’une chocolatière
Qui a donné ce nom
À  son gâteau de renom, si bon.

Mais une chapelière
Jalouse du succès de la chocolatière
A mis sur ce chapeau des pierres
Précieuses à toute une suite princière.

Depuis :

C’est un bateau de pierres
Perdu dans les brumes légères,
Bercé par les chants mélodieux
D’âmes habitées par les cieux.

 

25 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri sur Facebook

 

 

 

 

Neige, crues et décrues

26840814_376954236109118_5214763509865307136_o

Neige, crues et décrues
La barque à travers les rues
Se déplace lentement
Dans les villages flottants.

Inondées, les habitations
Se voient dans l’obligation
De chasser leurs occupants
Vers des murs plus accueillants.

La Seine a regagné ses quais,
La pluie illustre ses parquets.
Le long fleuve tranquille s’écoule
Sous les regards des foules.

La neige est tombée en abondance
Promesse de belles vacances, chance
Pour tous ces amoureux de la glisse
Qui vont profiter de ses délices.

Neige, crues et décrues,
Cet air de lamentations des crues
De sa rengaine a mouillé
La sècheresse de mon oreiller.

Dégel, décrues, la gadoue
Laisseront leurs traces de boue.
Le hibou s’emmitoufle rassuré,
De sa hauteur la girafe pagaie.

De la tête ou des pieds que choisir ?
Profondeur et hauteur sont à définir …
Pauvres victimes des intempéries,
D’hivers humides, de cieux aigris.

Neige, crues et décrues
Cet air populaire de la rue
S’est noyé sous les ventres des péniches
Qui ont emporté avec elles ce monde en friches.

 

10694789

25 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo de neige : Claude Selig sur Facebook

 

 

Les coutumes

26952032_1848127858812833_5994086818521519943_o

« Qu’est-ce que je suis balloté ! Boudiou !
Épinglé comme un malfrat par la peau du cou !
Tout ça à cause d’un buffle menaçant !
C’est lâche d’attaquer de jeunes enfants.
Maman a dû faire des va-et-vient
Pour nous mettre à l’abri … vilain vaurien !
Vous avez vu comme elle pose sa patte ?
Sur la pointe ! sans chaussons ! ça m’épate !
Evidemment, Papa devait encore roupiller …
Comme il dit : faut apprendre à vous débrouiller !
Puis c’est quoi cette coutume de nos aïeux
De nous porter ainsi comme des vieux ?
Pourquoi ne nous porte-t-elle pas sur son dos ?
Ça lui éviterait ce ballet pour badauds !
Assis sur son dos nous pourrions avec elle
Déguerpir, galoper, bien vite nous enfuir !
Au lieu de ces tours de manège où l’on peut mourir.
Ouais ! sur notre père se serait encore mieux !
On pourrait à sa crinière se cramponner … Dieu
Que ce serait chouette ! Demain je vais essayer !
De nous voir, ils vont tous en bégayer !
Fini la peur au ventre quand on lambine
Ou qu’on reste seul, le temps que s’acheminent
Les allers-retours de notre mère inquiète
Tant que nous n’avons pas atteint notre cachette.
Oui … mais où prendre des cours d’équitation ?
Je ne vois que sur le dos des lions !
Ils savent bien le faire pour tuer leurs grosses proies !
C’est à tester…choisir le meilleur choix.
En attendant franchissons le cours d’eau !
J’en parlerai à maman tantôt …
L’homme nous aiderait-il à révolutionner
Ce mode de transport conditionné ?
Nous vous attendons pour un entrainement ! »
« Mais c’est à toi de grimper sur mon dos mon enfant. »
« Alors tu veux bien ? Je t’aime maman »
« Arrête de pleurnicher …
Allons, viens te percher ! … »

19260661_1795207387178606_6979777184024630537_n 27337158_1795207217178623_8824358259869366160_n

24 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photos : Tony Crocetta et Kilambo Abou

Détente

IMG_2890

Garder du temps pour soi.
Dans un cocon tisser pour soi
De suaves douceurs de vivre.
L’urgence ivre nous délivre.

Connectés, sollicités sans cesse,
Les heures fuient à toute vitesse
Dans un tourbillon d’activités
Qui rongent, brûlent nos avidités.

En ce monde d’accélération perpétuelle,
La distance a raccourci les ficelles
Qui agitent, animent la pantomime
D’un monde qui court après ses rimes.

Pourtant le temps a gagné ses libertés.
La détente son burn-out médite.
Le nécessaire, malade, est en invalidité.
Au ralenti vivons cet accélérite.

 

18 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Nicolas Deledicq sur Facebook

 

Les félins

7435372_016

Les félins
Aiment les câlins
Qu’ils mendient
Selon leurs envies.
Ils ont de grandes moustaches,
      Ces jolis fils d’attaches
Qui oscillent et consultent
Les échos des tumultes.
Ce sont de fieffés comédiens
Qui miment, Ô combien,
Un discours de trois fois rien
Qui en dit long sur l’entretien.
Ils ont des yeux électriques
Aux fenêtres énigmatiques.
Leurs paupières lymphatiques
Veillent, enquêtent d’un oeil sceptique.
D’une pelote invisible, ils tricotent
Un jacquard maternel qui ravigote,
Remaille un fond de culotte
Tachée d’une ancestrale marotte.
Ils ont une horloge intérieure
Qui leur indique les heures
Où la louche, pour leur fine bouche,
Versera les croquettes. Ces farouches
Félins aiment bien les tapis,
Se vautrent sur les descentes de lit.
Ils font parfois pipi dans les petits coins,
En douce, pas vu, pas pris, sans témoin !
Ils ont des radars ouverts en permanence
Jusqu’à provoquer vos grands silences.
Ils n’aiment pas être dérangés,
Il suffit de ces soudains bruits étrangers !
Félins, malins, coquins, ils font des bêtises
Quand leurs journées sont trop grises.
Ils ont des manies routinières, horreur !
Ils m’en font voir de toutes les couleurs !
Il n’y a qu’à contempler ces trois spécimens
Pour conclure d’un AMEN !

 

24 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Toile de l’artiste peintre – écrivain Anne Marie TORRISI sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Art, Littérature et Poésie |on 1 février, 2018 |Pas de commentaires »

Top of the top

IMG_2891

Ciel de feux
Félins aux griffes de feu
Le volcan céleste
Brûle la peste
Qui règne en ce monde.

Beauté féconde
D’un lever volcanique
Sur YAYA et la clique.
Une odeur de caramel brûlé,
D’incendies, de braises accumulées
S’oublient, magique instant,
Sur ce soleil levant.

Béates solitudes réunies
Face à ce top infini.
Un embrasement délirant se déchaîne
Sur un camp de soupirants en haleine
Après une nuit de veille languissante.
Pour ne pas rater cette passante
Gourmandise sans pareille,
Des contemplatifs silencieux s’émerveillent.

Il était une fois
YAYA et le Roi des rois …

 

23 janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Kilambo Abou sur Facebook

 

 

La boîte à musique

8802259_042

La boîte à musique d’un tour de clé
Apparaît, sur quelques notes … miraculée !
Sur une valse à trois temps vieillotte,
Ballerine en chaussons qui tournicote.
Carrousel d’un plancher multicolor
Qui s’éveille et aussitôt s’endort
À la guise d’une nostalgie passagère
Voulant revivre, sortir de cette serre,
Brûlée par les flammes dévastatrices
Qu’une bouche a rendues factices.
Amour de jeunesse, premier amour,
Il reste cet air d’heureux jours,
De caresses, de promesses envolées
Sur ce pas de deux de rêves volés.
Répudiée sur un coin de commode,
À la merci d’un retour d’exode,
Deux visages sont restés enlacés.
Qu’attendent-ils de cette éternité pourchassée ?
Ils respirent encore ce parfum de violette
Qui flotte sur le tutu de cette amourette.
La clé, curieuse, attend le sort
De cette éplorée qui vit de ressors.
La boîte à musique d’un tour de clé
Attend un joli coeur sous un tutu violet.

 

22 janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo de l’artiste peintre – écrivain Anne Marie TORRISI sur Facebook.

Publié dans:Art, Littérature et Poésie |on 30 janvier, 2018 |Pas de commentaires »

Le petit monde de Li Na

10516868_10204015134122391_6456074389211544575_n

à Li Na

Li Na a vingt-cinq chats
Vivant tous comme des pachas,
Laissant à leur maîtresses les tracas
Qui lui vident sans cesse ses cabas.
Sa maison est un refuge itinérant
Pour accueillir tous les encombrants
Qui viennent en situation de détresse
Sonner à la porte de Li Na docteresse.
Parfois elle contemple la beauté du ciel
Perdue, blessée par ce monde artificiel.
Elle accueille toutes les espèces animales
Du hérisson aux oiseaux en cavale.
Des pigeons moribonds de toutes parts
Viennent en cure thermale, veinards !
Sans parler de tous les rescapés du froid,
Les chanceux qui arrivent sous notre toit.
Il y a aussi Loulou, notre mascotte à nous
Qui nous dorlote, nous couvre de bisous.
De trappes en minettes pour quelques croquettes
Notre brave maîtresse est à la fête !
Connue de la Cour des miracles animalière,
Elle est infirmière, ambulancière, policière,
Menant ses enquêtes sur les maltraitances,
Croyez-nous, paroles de chats, y a d’la danse !
Parfois, harassée, elle se laisse dorloter
Par Titine, notre Madelon et sa batterie de cuisine.
Avec elle pas question de connaître la famine !
Notre salle de bains est le QG favori
Des recrues volatiles aux ailes meurtries.
Á présent notre patronne lit des vers, des poèmes …
Ça vaut mieux que ceux qui ont dérangé nos extrêmes.
Peut-être que ça la berce et l’aide à s’endormir …
Sans doute … avec tous ses moments de loisirs
Son sommeil  n’a plus envie de dormir !
Au fait … Dans tout ce petit monde de Li Na,
Chers amis, savez-vous quoi qui n’y a ?
Il y a toujours ce rêve de vivre en Théorie
Ce beau pays de rêve, entourée de notre compagnie.

 

20 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 29 janvier, 2018 |Pas de commentaires »

Sous les jacarandas

065085109abe8c539ec6cea209e5d9cd--driveway-trees-australia-jacaranda-tree

Sous les jacarandas fleuris
Mes mots jonchent l’allée.
Les fleurs de mon passé flétri
Vers l’oubli s’en sont allées.

Pensées tendres d’un lieu traversé,
De vagues souvenirs mauves
Viennent de leurs beautés bercer
Ces arbres devenus chauves.

Il va ainsi des choses
Qui me reviennent, moroses,
Refleurissent comme la rose
En cet hiver d’ecchymoses.

Sous les jacarandas fleuris,
Un instant le passé me sourit.
Me voilà devenue vieille depuis …
Mes mots avec eux ont refleuri.

J’irai encore sous les jacarandas
Conter fleurettes aux abandons,
Fouler leurs pétales sous mes pas
De tendres mots enlacés à ce nom.

 

17 Janvier 2018 – Jeannine Castel

 

 

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 29 janvier, 2018 |Pas de commentaires »
12345...108

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus