Archive pour la catégorie 'Littérature et Poésie'

Se perdre avec vous

49688653_1551301048347087_4116039521089355776_n 49285356_1551301195013739_8001042151347585024_n

Se perdre avec vous dans ces rais de lumière,
En ce dernier jour d’une année désormais familière.
Humer les senteurs d’un automne qui s’attarde en beauté
Dont l’accueil lumineux n’est que volupté.

Demain le givre du frileux, tremblotant hiver
D’un vert de gris recouvrira l’espace vert.
Le chemin dénudé pour les nids d’oiseaux
De bouquets de gui fêtera l’an nouveau.

Les bois pénétrés d’une faible lueur solaire
De brume et de brouillard enveloppera de mystères
Les arbres dépouillés en attente du printemps,
Serrés l’un contre l’autre pour réchauffer le temps.

L’étang, miroir doré d’un soleil couchant
Cerné par la neige, troublé d’aucun chant,
Revêtu des reflets d’un hiver agonisant
D’or et de cuivre engloutira ces gisants.

Enfin l’été et sa belle verdure accueillante
Offrira au promeneur ses berges verdoyantes
Où peintres et poètes sont venus contempler
Ce lieu, au fil des saisons, pour y soigner leurs plaies.

Se perdre avec vous …  je me suis égarée.
J’ai oublié votre présence si joliment parée
En ces paysages qui nous ressemblent tant …
Se perdre avec vous pour longtemps.

 

49335527_1551301331680392_6519788264025489408_n 49203463_1551301615013697_2121469679628189696_n 49178102_1551300941680431_8158314688266895360_n

31 Décembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Patrice DeCharleville sur Facebook

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 31 décembre, 2018 |2 Commentaires »

Une année s’achève …

 

IMG_0510

Trouver dans la famille le lieu de son bonheur …
« Le bonheur est une chose qui se multiplie quand il se divise. »
(proverbe brésilien)

Tout au long de cette année 2018 qui s’achève …
je remercie chacun, chacune pour votre soutien et témoignages
par vos visites et commentaires.
Vous êtes ma famille des mots du coeur, des mots douceur,
parfois noirceurs vite oubliés avec les mots rieurs
en compagnie de tous les acteurs qui ont partagé,
illustré tous ces mots dispersés par les ordinateurs.
J’ai de la chance d’avoir une si grande famille qui me comble
de petits bonheurs.

Je vous aime avec les mots du coeur.

IMG_0509

30 Décembre 2018
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 décembre, 2018 |2 Commentaires »

Ce ne sont que des mots …

NIS_7700

Ce ne sont que des mots couchés sur du papier
De simples mots qui me font oublier
Le quotidien ennuyeux d’une vie si chère
En attendant le bonheur promis en chaire.

Ce ne sont que des mots foulés sous les pieds.
Des mots sans pieds, sans chausse-pied,
Libres, grimés, sans le moindre alexandrin
Dont les traces dépassent la vitesse de ma main.

Ce ne sont que des mots balayés par les vents.
Des mots enlisés par les sables mouvants,
Des mots venus de mes lointains horizons
Épris de liberté, cachés dans vos prisons.

Des mots à claire-voie de secrètes persiennes
Versés comme un déluge d’une valse aérienne
Qui troublent vos esprits, agitent les miens,
Sans prévenir s’attardent, et s’en vont vers ce rien …

Des mots qui vont enchanter ou éteindre, qui sait,
La chaleur de ce bonheur si fragile, cadenassé.
Ils resteront, deviendront des grains poussiéreux.
Des mots qui ne feraient que des gens heureux.

Ce ne sont que des mots m’a confié ma muse.
Des mots qui planent sur les ailes d’une buse.
Qui s’en amuse, ruse, de ce plaisir abuse…
Je leur cloue le bec sans excuses confuses.

Ce ne sont que des mots au pouvoir enjoliveur
Brisant la porcelaine, la décorant d’honneurs
Sous de souriantes ou tristes coulées de pleurs et de cris.
Des mots échoués sur les champs d’honneurs fleuris.

 

16 Décembre 2018 – Jeannine Castel
Photo : Jeannine Castel

 Les poèmes de Chatnine

 

Do

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 décembre, 2018 |3 Commentaires »

Le recensement

42689768_479574075875495_1675846412983599104_o

À l’orphelinat « Les Mandibules » STORY rencontre des difficultés
Avec les jeunes groupes natals prêts à cohabiter.
Il y a les mâles collés aux jupes de leurs nourrices,
Mâles philopatriques considérés sans artifices …
Et ceux qui dispersent pour un ailleurs meilleur
Afin de s’établir dans un groupe de même orpailleur.
STORY doit pour cela recenser le nombre de femelles
Car tout est basé en fonction de ces demoiselles.
Le mâle restera dans un groupe de reproduction
Si le nombre de femelles répond à leurs communes questions :
« Quelles meilleures perspectives s’offrent à moi ?
Dois-je prendre la route ou demeurer sous ce toit ? »
Ce choix du clan pour le mâle est essentiel.
Sa survie et son succès reproducteur sont ce ciel.
Ces orphelins n’ont plus leur mère pour les influencer.
Soutenir socialement un fils pour le faire avancer,
Acquérir un rang élevé dans la hiérarchie masculine…
Ce sont donc les nourrices qui se chargent de ce complice
Accès privilégié à la nourriture et aux femelles
Tout en restant, pour investir, dans la crèche maternelle.
Se reproduire avec des femelles de grande valeur
Est pour le mâle une assurance digne d’un Seigneur.
C’est cette difficulté de propension à disperser
Qui pose réflexion à STORY, à s’y intéresser.
Elle sait que les jeunes femelles ont une préférence
Pour des mâles nés ou débarqués après leur naissance.
Elle va donc les jours suivants avec la centaine d’enfants
Inspecter les organes génitaux externes en se méfiant
De la similitude à s’y méprendre sur le patronyme
Fondé essentiellement pour des femelles et leurs rimes.
Quant à RIKAÏ et ses deux chenapans aventuriers
De va et vient après eux son temps est employé.
D’où, comme d’hab, elle est d’aucun secours,
D’aucune aide pour STORY face à tous ces amours.
Cernée de gloussements innocents, de ricanements démoniaques
Elle va affronter les plans machiavéliques de ces têtes à claques.
Elle connaît ce réputé répertoire vocal selon le statut et l’âge
De ces obstinées qui ne supportent pas la frustration aux avantages.
Ainsi dans cette kyrielle émouvante de murmures et grognements
STORY courageusement ouvre ce dossier du recensement …

 

16 Décembre 2018 – Jeannine castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Virginie Liardat sur Facebook

D’autres photos sur ma page Facebook Les poèmes de Chatnine

Mon amie la pluie

fullsizeoutput_cd6

Une pluie froide, vide d’amours,
Fouette inlassablement le sol de la cour
Sous un ciel gris complice de noirceurs
Aux nuages volages comme les cœurs.

Une pluie grasse de grâces attendues
Qui martèle le pavé de mendiants défendus
Par de courageux citoyens épris de justice
À l’approche de Noël et de ses artifices.

La seule chaleur de la couette me réconforte
De cette pluie qui ruisselle sur ma porte.
Des revers de fortune de deuils accumulés
Chaque goutte tombée est un fac-similé.

Une météo rebelle aux pouvoirs humains
Règne sur le monde d’esprits souverains,
Renverse le cap de malheureux riverains
Qui n’ont plus rien du jour au lendemain.

Une pluie glaciale d’une lointaine banquise
Qui s’effrite sous le poids de nos tendres bises,
Patine sur les étendues glacées d’horreurs,
Ce bel héritage de généreux convoyeurs.

Une pluie secrète aux goutelettes désabusées
Humides de tiédeur sournoisement abusée.
Pour quelques euros de plus refusés
La pluie inonde les journaux télévisés.

La couette réchauffée par de possessives couleuvres
Pour mes chats est une bienfaisante œuvre.
Ainsi ensemble nous écoutons la pluie
Qui nous endort au son de ses batteries.

 

16 Décembre 2018 – Jeannine Castel
Photo : Jeannine Castel

Publié dans:animaux, Littérature et Poésie |on 28 décembre, 2018 |Pas de commentaires »

Yess !

37022827_2072486046348152_7738820486527713280_n

La musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots.

Aucune note
Aucun son
Ne pianote
D’une chanson
Mes mots.

Aucune musique
À mes mots poétiques
De mes désirs oniriques
N’a vu réplique
À mes mots.

Trop tard, trop tôt,
Le pouvoir des mots
A banni le tempo
De mes maux musicaux
Pour mes mots.

Mes mots musicaux
De courants d’air
Résonnent d’échos.
La musique se perd
Avec ce beau Léo …

 

14 Décembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : World Heritage Species sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Littérature et Poésie |on 28 décembre, 2018 |Pas de commentaires »

De la rime et ses déprimes

27797664_961396614036599_6253973108985372556_o

RISETTE à son retour de stage est déprimée …
Un correcteur à propos de ses rimes imprimées
A noté sur sa page des sous entendus moqueurs …
Du coup les coups de règle pour ses consœurs
Sont en standby, remis à plus tard …  ce qui arrange
Sa Cour qui ne perd rien au change …
Pour l’instant RISETTE rumine en rimes
Sa première critique qu’elle estime.
Cette preuve prouve que sa célébrité ennuie
Des esprits plongés dan la nuit.
En riposte à ces dents longues aiguisées
De sa rime RISETTE continue à poétiser … :

Faire silence
Aux insultes gratuites
De mon enfance
J’ai  longue suite.

Manifeste de révoltés
Ma rime est contestée.
D’un sérieux heureusement
Je n’ai point tourments.

La critique est aisée.
N’oubliez pas gibiers faisandés
Bardés de méchanceté …
Que je digère même les saletés.

Les vents contraires
S’infiltrent dans les viscères
Pour péter leurs tristes sorts
Ça dégaze même mort.

Au CM2 me renvoyer,
Alors que je suis en maternelle,
Vos œufs brouillés
Font éloge à ma cervelle.

Humour, Liberté, Vérité.
Votre rêve éveillé, habité,
Dieu, quel panache !
J’aime jouer à cache-cache.

 

9 Décembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Chris Loargann sur Facebook

 

 

Dunes de Sossusvlei

48377661_744856249207918_8201377628104425472_o

Crêtes de dunes
Sur le fil du rasoir
Blondes et brunes
Viennent s’y asseoir.

Désert d’argile
Aux caprices mouvants
De lames mobiles
Vont voguant.

Désert pétrifié 
Des vents envahisseurs
Ont falsifié
Le grès bâtisseur.

Dunes arides
Aux nombreuses rides.
Désert avide
D’épaves invalides.

Côtes de squelettes
D’infortunés naufragés
De navires et goélettes
Par le sable dévisagés.

Dunes orangées rebelles
Aux vleis enracinés.
L’ocre et le rose font la belle
Aux plateaux indisciplinés.

Bleu du ciel Namibien,
Blanc de la croute saline,
Le désert vient et revient,
Sans cesse me câline.

 

48336101_745366539156889_3952642807482548224_o

14 Décembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean Philippe Borg

Et toc ! …

IMG_2174

Prendre des vessies pour des lanternes …
Le drapeau de la France est en berne.
Le peuple dans les rues talonne le pavé
Les oies en ont marre d’êtres gavées.

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse…
On noie le poisson d’une sauce à la mélasse.
Le débat remplace les bals populaires
Le cul réchauffé par de discrets milliardaires.

La loi du plus fort est toujours la meilleure…
On pille, on matraque, on brûle le leurre.
La misère est sortie, la voilà  qui erre …
Les villes sont envahies de troupes en colère.

Ventre affamé n’a point d’oreille…
Pauvres vieux, pauvres vieilles.
Après des années de labeur
L’oseille n’est plus qu’une odeur.

Une marche de dupes itinérants
À la foire d’empoigne vont mendiant.
Robin des bois ressuscité a viré de cap,
La nécessité n’est plus son handicap.

Faute de grives on mange des merles …
Ce n’est pas faute de perles.
N’en jetez plus la cour est pleine  …
À bout,  les pauvres Français hurlent leurs peines. 

 

 

10 Décembre 2018 – Jeannine Castel

 

Publié dans:Etat, Littérature et Poésie |on 22 décembre, 2018 |2 Commentaires »

CARAMEL

47319713_331975844250073_7975980922686144512_o

Partie faire un stage  au sujet de la Règle, RISETTE
A confié la garde du GIrl Power à une vieille chouette
Un aigle martial qui volait souvent dans les parages,
Profitait sans se fouler de tous les avantages
Que ces chipies offraient, gavées et repues après leurs partages.
C’est ce que raconte ce magistrat à son entourage :

«Au GIRL POWER la bonne entente ne dura pas longtemps.
La venue de CARAMEL mit la zizanie dans le clan.
Mais comment de là-haut diriger, faire régner le calme
Quand il s’agit de passions, d’instincts qui s’enflamment ?
Après avoir reniflé s’il s’agissait d’un dur ou d’un tendre,
La queue, à la suite de CARAMEL, ne se fit point attendre.
Ange protecteur j’avais beau agiter à grand bruit mes ailes,
Pousser de grands cris pour effrayer ces femelles …
Rien n’y fit … elles avaient marre de cotoyer que des voyelles …
Il a suffi d’une consonne pour lier comme une maquerelle
Toutes ces passionnées qui somnolaient sous les ombrages
Avec un CARAMEL dépassé par tant de brûlants partages.
Durant ces quelques jours d’orgies, de chasses sanguinaires
La grande prairie souffrit de leurs émeutes guerrières.
Sous la pression, encouragées par leurs appétits débordants
Elles s’attaquèrent à des proies énormes à belles dents.
« Les yeux plus gros que le ventre » selon l’expression fit des heureux
Qui profitèrent de cette chance qu’ont parfois les malheureux.
Au cours de leurs chasses une malheureuse, un peu feignasse,
Restée seule au campement fit le régal d’un léopard pugnace.
À leur retour sans regrets ni remords aucune d’entre elles se désola
Pour cette malchanceuse emportée sans tralala.
En attendant les nausées futures de ces débordements
CARAMEL se retrouva géniteur de tout un régiment !
Au bout de ces quelques jours, nappé de souvenirs
Il n’eut qu’un choix … celui de déguerpir sans chérir
Cette reine dont il avait eu vent par de grands échos.
Désolé, chassé comme un malfrat, il ravala ses bécots
Pour d’autres rencontres, d’autres femelles en attente.
Ce qui me permit enfin, impuissant, une brève détente.
« Ne me quitte pas » ne fut d’aucun recours à la Cour
De RISETTE dont on attend impatiamment le retour.
Cette dernière, loin d’imaginer la pouponnière à envisager,
Elle même a l’air de profiter des beaux fruits d’un verger.
Entre CARAMEL et ROUDOUDOU tout invoque les berceaux
De nombreux carnets roses de pucelles et puceaux.
Elle qui revient d’un stage sur l’enseignement de la Règle
Elle va, de son clan, recevoir quelques coups de règle !
Va-t-elle provoquer la dissolution de son clan dément ?
Taxer de corvées supplémentaires ces futures mamans ?
Comment va réagir cette souveraine devant leurs comportements ?
Toutes ces questions en suspens leur font claquer des dents …
Toute sa Cour redoute d’être expulsée, condamnée de sévices
Pour avoir copuler sans l’accord de leur Reine bienfaitrice.
En attendant la suite de savoir ce qu’il va advenir …
Après toutes ces émotions, il est tard, je vais dormir …»

47463272_332977394149918_4237299491671113728_n

7 Décembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell  sur Facebook

 

12345...141

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus