Archive pour la catégorie 'Littérature et Poésie'

Prout, prout

images

Qu’il est dérangeant en chemin
Quand le petit pet plaisantin
Vous prend par son envie motrice
D’évacuer un feu d’artifice !
Au milieu d’une caravane de randonneurs,
Qui pourrait entendre, interrogateur,
Ce bruit venu de nos entrailles,
Gênant mais amical à nos semailles ?
Obligé de refouler, on ballonne
Ou couvrant son bruit, on fredonne,
Insolite tapage d’acolytes intégrés,
Le pet est toujours aussi mal accepté.
De plus un pet féminin, gendarmerie,
Voyez le problème des confréries.
Connaissez-vous les fleurs du péteux ?
La vache broute en remuant sa queue…
Un pet de vache doit faire du bruit …
Crever seul ou péter en compagnie ?
Voyez ma forme Oyo, oyo, oyo
Après le massif des Sept Laux !

 4 Août 1986
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 19 mai, 2015 |Pas de commentaires »

BODY LILY

images

Quand le corps cède la place à l’esprit
Découverte, découverte,
Quand le corps fait corps avec l’esprit
Verte terre, verte terre.
Quand l’esprit oublie le corps
Misère, misère,
Quand l’esprit trouve un trésor
Il espère, il espère.
Quand le corps a la passion
Il flambe, il flambe,
Quand l’esprit sur le corps a donjon
La chimère a tué le dragon.

Janvier 1990

Publié dans:Littérature et Poésie |on 19 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Brouillard

images

Purée de pois ce 18 Décembre final
D’une année passée à cheval
Tant les jours, parfois si longs, défilent,
Ce matin gare aux automobiles !
La ville a la nausée enveloppante.
Comment la soigner de cette méchante
Vapeur condensée à l’envoutement
Cachant à la visibilité son néant.
Rareté d’une particularité si fugace,
Ce matin s’amusent les essuie-glaces.
Portée de dix mètres à l’attention,
Fantasmagoriques visions.
A tous ces fantômes déhambulants
D’ampleur, il leur faut tant.
Ils ont confondu le jour
A la nuit de leurs amours…
Attendons la décision naturelle
Qui de l’eau ou du vent sera leur ritournelle.
L’Oiseau de Feu, les yeux mi-clos,
Voit de tout en haut
La Ville de Toulon sortir de la torpeur.
Les embouteillages réveillent les chauffeurs…

1985 – Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 19 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Risque

Et à distance je voyais ce monde démesuré empirer.
Nuls soins à cela, trop vieille cette maladie là.  (Jeannine Castel)

 

 

images

Grisaille d’aujourd’hui
D’un monde décrépi
Non point par les années
Mais de gens déboussolés.
Misères et violences
Mondiales souffrances
Martyres vous existiez
Martyres vous demeurez.
Cruauté de l’ère des temps
Démoniaques gens.
La terre saigne grandement
Trop d’attiseurs à ses charbons ardents.
Ne ressentez-vous pas cette conspiration
Que divulgue dans l’air nos nations ?
Qu’avez-vous tiré à travers notre histoire ? …
Rien, puisque décadence devient prémonitoire.
Quand les hommes changeront …
Il n’en a été jamais question.

Mai 1985 – Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 17 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Inspiration, Expiration

images

Mes chats vont et viennent,
Même les chats s’ennuient,
Ils ignorent la pierre d’obsidienne
D’un Mexique où vibrent encore mes nuits.

Mes chats miaulent, ils errent,
Sautent, flairent de-ci, de-là
A l’affut du moindre fluide salutaire
Griffes dehors, prêts au combat.

Quand l’inspiration me presse,
Alors que paressent mes chats,
Le quotidien tempeste avec adresse,
Rythme mes rimes en cha-cha-cha.

Ma muse vole en éclats, s’amuse,
Booste les bêtises de mes chats,
Je l’enferme mais aussitôt abuse,
Envahit ma tête avec fracas.

Les chats sommeillent dans leur forteresse,
Rêvent au retour de cette diablesse en poésie
Infestée de vers. Il attendent les caresses,
Ronronnent avec frénésie.

Sur un banc, enfin au repos, j’écris
Ce poème pour lequel j’ai postulé,
Mes chats l’ont bien compris,
Quand la pâtée surgit… Circulez !

Mes chats vont et viennent,
Guettent de nouveaux souffles créateurs.
Ils pelotent mes idées anciennes
Qui vont et viennent comme le bonheur.

16 Mai 2015 – Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 17 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Clic ? Clic !

images

On clique avec des souris branchées
Sur des cases vides à remplir …
On réplique, soif jamais étanchée,
Absents, occupants, cerveaux de l’avenir.

On clique avec distance
Sur des navigateurs aux longs cours,
On surfe dans l’ignorance
Qu’un clic se transforme en vautour.

On clique le jour, la nuit, en peignoir, en smoking,
Une fois entré dans le ring,
Il ne reste qu’à ôter le string
Pour passer dans le zapping.

On clique, simple pression du doigt,
On valide ou annule tout de go,
On clique en restant chez soi
Un bug nous met K.O.

On clique dans un vaste jardin secret
Entretenu par des codeurs et designers
Dont le vocabulaire pourtant concret
N’en fait plus que des webmasters.

On clique sur la toile, sur l’étoile parfois…
Mon site vous plait ? En favoris !
Et si celui- ci vous aloie
Diffusez le à vos amis !

 

Chez ONG ce 15 Mai 2015
Jeannine Castel

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 16 mai, 2015 |4 Commentaires »

GAN EDEN

images

Il pressa le pas…
La belle l’attendait
Au quai numéro trois.

Le soleil brûla son inquiétude,
La brise chassa les regards jaloux,
Enfin, c’est elle !

Il s’approcha de l’inconnue,
Annonce merveilleuse de la fécondité …
Elle sourit au secret révélé.

Le charme délia l’intimité,
Délices de tendres entretiens.
Ils m’offrirent un bouquet d’absences
Pour ce Fiat éternel.

 

6 Septembre 1994
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 15 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Longtemps nous dûre

images

Indécis et fonceurs,
Sérieux et beaux parleurs.
Tourne, tourne la roue
Des rendez-vous.

Espérances retrouvées,
Illusions dévorées.
Tourne, tourne à regrets
Cet inespéré.

Les doutes de l’absence,
La force des présences.
Tourne, tourne la chance
D’anciennes danses.

Toi, moi, doux murmure,
J’ai froid sous l’armure.
Tourne, tourne la culture
De cette aventure.

1996 – Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 14 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Naissance de Geyser

images 2

Une lame de fond surprenante et féroce
Semblable à une âme sans fosse
Déploie ses rigueurs intempestives
Contre la rive.

L’âme de fond, cette essentielle vie,
Du fond de sa lame chérit
Un espoir toujours nouveau, si j’ose
Dire … l’âme ou l’autre chose ?

« Autre chose, lame de fond récidive,
Il n’est rien ici-bas, que des endives …
Autant balayer à fond de ma lame
Cette pommade à drames. »

L’âme de fond à la volonté céleste
A eu pitié de cette lame aux gestes
Peu humains, pour un monde qui fut crée
Par une lame de fond d’eaux intégrées.

Ainsi à la brisure de cette forcenée
L’âme de son fond lui a donné
La douceur du vague à l’âme
Que recherchait le mal infâme.
Amalgame.

Brisant l’écume qui les séparait,
La lame de fond à ce qu’il parait
Est à la recherche de profondeur,
Son âme a le mal des hauteurs …
Faute à moqueur.

Le ressac l’ayant appris, aussitôt
Lui proposa un beau jet d’eau.
C’est ainsi que naquit Geyser
Pour un amour du fond des mers.
Ether.

 

 27 Février 1990
Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 14 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Des mots et des rêves

images

J’ai jeté au pays des rêves
Les mots qui m’ont comblée d’espoirs.
j’ai déchiré ces lettres sur la grève,
Coeur inconstant de l’homme d’un soir.

D’une suite, sans suite, je fus héritière,
Espérances déçues de sombres aveux …
J’accouche sur ces fausses litières
D’une perfide agonie semblable à eux.

Le rêve me retient, fragile embarcation,
Sur des berges lointaines l’amour s’en est allé,
Qu’il est dur de vivre sans illusions.
 

1996 – Jeannine Castel

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 14 mai, 2015 |Pas de commentaires »
1...131132133134135

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus