Archive pour la catégorie 'Julio le lionceau'

Troublante apparition

52692423_10215472249412405_440084652913328128_o

«Elle m’est apparue, divine DIOR,
Telle un sphinx au sable d’or.
Foudroyé, scotché sur place,
J’ai perdu toute mon audace
Face à cette beauté songeuse
Qui me fixait, l’âme voyageuse.
Était-ce moi qu’elle attendait ?
Troublé par cette saugrenue idée,
Sans vouloir l’effaroucher, timidement
Je m’approchais, le cœur déjà aimant …
Quand surgit une lionne rugissante
Me menaçant, peu compatissante.
Sans doute, sa maman méfiante
Qui ne trouvait pas ma visite séante.
Je pris mes pattes à mon cou
Et filais comme un petit fou,
Le cœur battant plein d’émotion
Avec la vision de cette sublime apparition.
Je n’avais qu’une idée en tête …revoir DIOR !
Ma première amourette, inaccessible trésor.
La reverrai-je encore demain ?
Si fragile et capricieux est le destin …
Si dure est notre existence …
Aurai-je cette chance ?
Je suis allé tout de go me planquer.
«JULIO, mon frérot, tu m’as manqué !»
Qui était ce nouveau copain de MOUSSE ?
Encore un zombie rescapé de la brousse ? …
«Tu es pourtant en bonne compagnie, MOUSSE …»
«Oui, mais nous avions tous deux la frousse 
De ne plus te revoir … Où étais-tu passé ?»
À ces mots JULIO revoit les crocs le menacer …
Et s’assure qu’il n’a pas été suivi …
Puis d’un soupir, peste le cœur plein d’envies
Tandis que MOUSSE s’accroche désespérément
À ce nouvel ami au calme tempérament …

53172754_10215472273693012_3977838133612904448_o

52736782_10215472240612185_6362620245135327232_o

52770490_10215472243252251_84534869169799168_o

3 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

 

 

 

 

Un coeur brisé

52849981_10215472248732388_4293167279501213696_o

«JULIO ! Tu es là ! … si tu savais …»
«Mon petit chou … que t’est-il arrivé ?»
«JULIO, mon cœur est brisé à tout jamais !»
«C’est si grave ? … tu as l’air complètement paumée ? …»
«Sniff .. houhou … un vrai fiasco ce FIASKO … »
«Il me court déjà sur le haricot …
Faire autant de chagrin à ma sœur !
Je vais aller tirer les oreilles à ce dragueur.
Tu n’as rien perdu mais tout gagné sœurette …»
«Peut-être … mais me voilà comme une chaussette
Dont la paire n’est plus complète …
Moi, dont le cœur palpitait à l’idée de ce rancard …
Mon chevalier était froid comme le blizzard …
J’ai tout essayé pour le dégeler … snif … houhou …
Il dormait presque debout ! sniff … houhou …»
«Arrête MOUSSE de pleurnicher ! Ça t’apprendra !»
«L’amour m’a mise dans de beaux draps ! …»
«Si le courant ne passe pas entre deux êtres
C’est morte saison pour le printemps à naître.
Panne sèche comme les hôtes des tam-tams à roulettes…»
«Et l’instinct ? …» «OK … c’est comme le jeu de la roulette !
C’est pas toujours le numéro gagnant qui sort …»
«Pour une chatte sur un toit brûlant … c’est mort ! »
«Peut-être une fois à ton tour seras-tu ce FIASKO
Attirée par une belle crinière à bécots
Et s’approchant comme une chatte prête à la consommation
Tu n’auras pour ce bel apollon aucune passion.
Ce n’est qu’un vilain cauchemar sans lendemain.
Allez sœurette … mais où est-elle ? Déjà un autre copain ?!» …

 

 

2 Mars 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

Premier amour

53246890_10215472242772239_2413427657896099840_o

«MOUSSE s’est éprise de FIASKO !
Un solitaire sans aucun écho …
Je sais pas ce qui l’attire
Dans cette absence de délire !
Le bel indifférent ! …
Ce surnom lui va comme un gant !
Et vas-y que je te frotte ! …
Tout juste s’il ne sanglote !
Elle lui avait donné rancard
Sur un inconfortable plumard
Sans ressors tout comme lui …
Et vas-y que je te colle … l’hallali !
Caché, je les observe prêt à intervenir.
Il ne va pas tarder à s’enfuir …
Déjà il faisait la grimace …
Et MOUSSE qui lui léchouille la face …
Quelle folle de s’amouracher
D’un FIASKO … Quel temps gâché ! …
Et arrive ce qui devait arriver …
FIASKO s’est esquivé ! …
Du coup, hop ! … le plumard
Est devenu un sordide placard.
MOUSSE est effrondée, désemparée !
Elle a l’air complètement égaré !
J’ai bien fait de suivre ma sœur
Si fragile, pauvre petit cœur !
De l’amour et des sentiments
Je vais devoir bien gentiment
La consoler, lui expliquer
Que l’amour n’est pas toujours au taquet.
Allez JULIO ! Quitte ta cachette !
Rejoins vite ta malheureuse sœurette … »

 

53246890_10215472242772239_2413427657896099840_o 52999846_10215472241452206_8492374508655607808_o 53231251_10215472247692362_2216589753397018624_o

1 Mars 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Micheline Bach-Tschill sur Facebook

JULIO et le guignol africain

52692431_1353902551417434_2242260068550574080_o

«Dès que j’entends un bruit douteux
Je fais ni une, ni deux,
Tout en la jouant discrète …
Je guette !
Qui en veut à ma toison d’or ?
Gentils ou méchants conquistadors ?
Chic ! C’est un tam-tam à roulettes !
Confiant, je quitte ma petite cachette
Et derrière cette branche de bois mort …
Je sors ! …

Potache talentueux, mes plumes fines
D’une encre marron glacé fulminent …
« JULIO, petit apache
L’ennemi fait tache
Vite cache-toi
Dans ta souche de bois »
Cet air familier me trotte dans la tête
Dès que je sens le danger qui tempête.

Je menace de mes petites griffes
Ces pirates, ces amphigouriques escogriffes,
Aux ombres dégingandées, enfermés,
Qui n’ont que des têtes, bras et mains
Et s’agitent comme de petits lutins.

MOUSSE ! Arrête de te pomponner !
C’est ainsi que vous me voyez cramponné
Au balcon de cette loge théâtrale
Pour partager les scènes estivales
D’un réciproque Guignol Africain
Chacun installé sur son strapontin.

MOUSSE ! Le spectacle va commencer !
Celle-là … Depuis qu’elle a un fiancé … »

 

26 Février 2019 – Jeannine Castel
Photo :

 

JULIO, gentil nounou

50277511_10157044730878234_5937011178197745664_o

MOUSSE, petite sœur
De tout mon cœur
Je voudrais tant
Calmer tes tourments.

Ma petite souris
Quand tu souris
MOUSSE, la vie aussi
Oublie ses soucis.

Je serai jamais loin
Toujours aux petits soins
Pour te dire je t’aime
En cette vie de bohème.

MOUSSE ne crains rien
De ce vilain vaurien
Ce serpent à sonnettes
Qui tire les chevillettes.

Ni du grand buffle méchant
Ni de la hyère se pourléchant
Ni du gros lion jaloux
Ni du chacal filou.

Ni du crocodile et son haleine
Ni du phacochère croquemitaine
Ni du léopard sournois
Ni des obscurs sous-bois.

MOUSSE petite sœur
Serre-toi près de mon cœur
Et de petits bonheurs
Nous chasserons tes vilaines peurs.

Tout doux, tout doux …

50224030_10157044730738234_1695948586505732096_o

22 Février 2019 – Jeannine Castel
Photos : 

 

 

 

MOUSSE

51591185_751391628567767_5675729797683085312_o

«Que vous ai-je dit ? MOUSSE en plein délit !
Elle aime la dorlote sur les descentes de lit !
Toujours en train de faire sa gnognote …
Maman la console quand elle sanglote.
Je la connais par cœur cette berceuse
Pour endormir cette enquiquineuse :

MOUSSE, si douce
Jolie frimousse
Pousse la vie
La vie douce.
MOUSSE repousse
D’un petit pouce
Ta belle frousse
Dans la brousse
Du Grand Moussaillon.

MOUSSE, si douce
Jolie frimousse
La vie nous pousse
Nous éclabousse.
Sous la lune rousse
Retiens d’un pouce
Les vilaines secousses.
MOUSSE si chère
Jamais ne désespère.

Jusqu’au trognon
Dévorons cette frousse
Et la vie douce
De ma petite MOUSSE
D’un beau petit mousse
Venu à sa rescousse
Ma douce MOUSSE
Endormie sur la mousse
Aura la vie douce, si douce.
mumumumumumum …

Jaloux moi ? pfff … oui parfois …
J’ai ma DOUCE en vrai, moi !
Grand-maman ! attend moi !
Bye ! à une autre fois ! …
Hihihi MOUSSE elle a les foies ! …»

 

15 Février 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Christine Deslandes sur Facebook

JULIO et le profil haut

50233382_2171027029584636_7934950099380076544_o

«Vous trouvez que je roule les mécaniques ?
Pas faux mon pote … après ma séance de gymnastique
Maman me dit : « Fiston allons faire un petit tour,
Histoire de voir sur place ce qui agite les vautours. »
À peine étions nous sur le chemin qu’un tam-tam à roulettes
Vient au-devant de nous bondé d’idoles et starlettes.
Vous auriez vu leurs exitations en nous voyant …
En les fixant des yeux nous avons montré des crocs discrets,
L’air mystérieux et menaçant  de deux escrocs. Topct
C’est notre langage secret quand nous sommes satisfaits.
Nous avons dû rabattre nos écoutilles Position élan …
C’est une sécurité quand y a trop de boucan.
Comme il n’y avait pas de hyènes, fait étrange,
Nous avons revêtu nos masques d’innocents anges
Pour mieux surprendre et semer la panique
Et offrir à tous un spectacle à mille briques.
Maman était en forme, d’humeur badine.
Et moi tout heureux de cette nouvelle copine.»
«Allez moussaillon fonçons, semons la pagaille
Histoire de s’entraîner et d’embêter ces grosses volailles !»
«Cet inédit offert gratuitement à nos hôtesses
Ce fut la plus belle récré de ma jeunesse !
Des plumes voltigeaient partout ! Ctcool ! Grandiose !
Ça sifflait, ça grognait … une sinistrose pas morose !
Comme des avions de chasse ces nécrophages rebelles
Me fonçaient dessus, me frôlaient de leurs grandes ailes.
Un éNORME oricou aux éNORMES pattes de poulet
Me fit une sacrée peur essayant de me tirer tel un boulet.
Il avait des ailes gigantesques ! Un vrai bolide !
Il ignorait que je suis fort, malicieux et intrépide.
En jouant … je travaille mes réflexes, ma hardiesse.
Maman est là pour m’apprendre et corriger mes faiblesses.
Pour finir nous avons piqué une pointe de vitesse.
Topct … en laissant ces charognards soulagés…
Ils n’ont aucun respect pour leurs congénères plus âgés.»
«Soldat, ces manœuvres t’enseignent le combat.
Les lions ont un profil haut ! pas de profil bas …
Je suis très fière de toi JULIO, tu progresses»
«Poussé par cette vitesse S je lui fis quelques caresses
Tout en marchant à ses côtés et celui des boitiers
Positionnés sur ce petit Roi de la Savane. Cttoppied !»

 

50480657_2182367291783943_9048942411258003456_o

18 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Jacques Montanari sur facebook

D’autres photos sur ma page de poésie Les poèmes de Chatnine sur Facebook

La meilleure façon de marcher

33814897_10212099879711865_817924432159834112_o

«Maman n’aime pas que l’on marche en file indienne …
Surtout quand derrière nous il n’y a pas de gardienne.
La lanterne rouge qui prévient et donne l’alarme
Afin que nous puissions préparer nos armes …
Éviter un affolement et protéger les petits trésors…
Un sauve qui peut parmi eux serait une mise à mort.
Puis maman aime bien que nous marchions par hiérarchie …
Ce qui arrange MOUSSE avec toute sa panoplie de chichi.
L’autre jour, je me suis caché dans un gros buisson
Pour observer cette drôlesse au cours d’une leçon.
Vous l’auriez vue comme elle se la pétait la demoiselle !
Elle veut apprendre à marcher comme un top-modèle !
Ouais ! Tout ça parce qu’elle a appris qu’un défilé
Doit avoir lieu pour un Mardi-gras … un jour sans filet ? …
Beurk ! Rien que du graillon … très peu pour moi …
En tout cas quand nous allons ainsi tous les trois,
À cause de cette comédienne et de ses foies,
Puis parce que je suis le plus dégourdi, paraît-il …
C’est moi dans la tempête qui termine par ainsi soit-il
Chaque fois que nous sommes menacés par les hyènes,
Ces commères qui ricanent et dont l’hygiène
Me laisse interrogatif quand je vois ces charognes
Se ruer sur des cadavres comme foire à l’empoigne.
Lorsque nous passons ainsi alignés, j’ai comme l’impression
Que nous faisons l’admiration des lions …
Je ne le montre pas, mais j’ai la trouille bien souvent …
Alors je bombe mon torse, mes quatre poils au vent,
Fier comme cet Artaban contemplant sa trouvaille
Qui vient de remporter sa première bataille.
Ce jour là pris en photo nous allions tâter le terrain
Ensuite rendre visite à notre célèbre et grand copain
Un lion patriarche … il est plus fort que toutes les tempêtes !
Je l’adoooore et oublie que très souvent il pète …
Je vous le présenterai ! Il trône toujours à sa place favorite.
MOUSSE ! Tu n’es plus au pas ! Tu m’embrouilles petite !
Petite … hihihi ! Ça lui rabaisse sa fierté de top-modèle …
Maman ! Pour mardi-gras je pourrais manger de la gazelle ? …»

 

51007182_10213650345112531_5365897840566468608_o

15 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Christine Convers sur Facebook

 

 

La grand-maman de JULIO

48383957_10217752395430875_799344322032959488_o

«La sieste … quel mortel ennui !
Quelle idée d’aller chasser la nuit !
Rester vautrés des plombes sans rien faire …
Et ça roupille, ça ronfle, ça digère !
On nous traite de petit au rytme des grands…
Heureusement que j’ai ma grand-maman.
Sans elle les hyènes m’auraient dévoré !
Elle est chouette ma mamie adorée.
Elle a horreur de mes caprices …
C’est quoi une boîte à malices ?
Mais comme je l’aime fort, nul besoin
De l’enquiquiner avec mon tintouin.
Avec elle, même pendant la sieste je m’amuse !
Tu crois pas JULIO que tu abuses ?
C’est tout ce qu’elle me dit … pas de tapes …
Pas de crocs menaçants … quelle bonne pâte !
Je lui mordille ses oreilles, la chatouille,
Elle me traite de petite fripouille, de pistrouille …
Tout fier je me perche jusque sur son crâne !
Une fois j’ai pété dans son oreille … à faire l’âne …
Il n’y a qu’elle qui a le don de m’endormir
Quand elle attaque la série de ses souvenirs.
Une mamie comme elle y en a pas deux !
Et c’est moi qui suis son petit amoureux !
Elle a tant de choses à m’apprendre.
Je suis son petit chéri au cœur tendre.
Durant ces heures passées en sa compagnie
J’en oublie les exigences et leur tyrannie.
Je l’appelle DOUCE et je l’aime très fort.
J’aime me blottir contre son puissant corps.
Quelle chaleur ! … vivement que ce soleil se couche.
 Bas les pattes vilaines mouches !

11 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur facebook

 

 

 

JULIO fait sa gym

51964321_749014932138770_2523180822681354240_o

«Quoi ?! … j’ai pas le droit ?
Ce matin je me suis levé du pied droit !
Pour dire vrai … de ma patte … je m’éclate !
Ça se voit ? … couché comme un sac de patates ?
Non ! Je fais ma séance matinale de gymnastique.
Je profite qu’une fois de plus, toute la clique
Entassée là-bas d’une grasse matinée paresse.
Pour me mettre en train rien de tel que la fitness !
Comme vous pouvez voir, mes abdos obliques je travaille …
En soulevant ma tête la contorsion affine aussi ma taille.
Je me forge une ceinture musculaire de choix.
J’ai envie d’un corps de Roi et non de celui d’un anchois !
Moi, je suis un lève tôt … j’ai la bougeotte …
Mais par temps frais j’apprécie leurs bouillottes !
Pas comme ma sœur … faut toujours qu’on la dorlote !
Je vous la présenterai … une froussarde chochotte …
DOUCE lui dit souvent : « quelle couillotte ! »
Il est vrai qu’elle a souvent la tremblote …
Elle a peur de tout ce qui bouge … vous imaginez ? …
Les jours de grand vent … je vous laisse deviner …
Du coup nous l’avons surnommée BROUSSE … malheur !
Histoire de lui donner du courage, la doper … l’horreur !
Elle s’est vue perdue dans la jungle, l’angoisse … une erreur …
Ce qui fait que nous l’appelons MOUSSE … et ça bulle depuis.
Chochotte mais coquette, elle déteste la pluie !
MOUSSE ! … un tapis… quel luxe se serait mes amis !
Je dois me contenter de ce boueux tatami.
Allez ! ce n’est pas tout mais il est l’heure de ma tétée !
Revenez me voir !  Ce fut un plaisir de discuter.
Debout là dedans ! … à moi ma chère tétine !
Pousse-toi MOUSSE, tu lambines …»

 

13 Février 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Christine Deslandes sur Facebook

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus