Archive pour la catégorie 'Cntes de la prairie'

À l’école de la vie …

44155101_10212251152175827_1552335183754035200_n

Ce matin RISETTE est de mauvaise humeur.
« J’ai passé une nuit blanche avec ces lionnes de malheur !
Leur va et vient continuel, leur repas frugal près de ma tannière,
Je vous l’avoue plaquée contre les parois, j’étais pas fière !
J’avais peur que ces lionnes dressent la table sur ma cachette.
La prairie a fêté « La nuit de la chasse et des conquêtes. »
Les gnous inquiets et impatients de franchir la rivière
Ont fait un vacarme tonitruant auréolé de poussière.
Zèbres, buffles, gnous, sont un tableau de chasse pour les félins
Qui apprécient ce garde-manger à porter de leur faim.
Dur d’entendre ces carnassiers se goinfrer de leurs proies
Alors que moi, affamée, j’étouffais dans ce tunnel étroit.
Enfin cet abri de fortune m’a sauvée et j’espère
Qu’au petit matin les ventres pleins, mes adversaires
M’auront laissé la part du pauvre pour mon petit déjeuner.
Un geste attentionné ou indigeste pour ne pas jeûner.»
En attendant l’heure, dans son insomnie, RISETTE réfléchit …
« Ma situation est si précaire, mon acte est irréfléchi …
Des ailes ! Voilà ce qu’il me faudrait pour survoler,
Voir de là-haut où je pourrais paisiblement somnoler,
Batifoler, me baigner, sans avoir cette menace tenace
Au visage de mort si apprécié quand je le mords.»
Se secouant de la poussière accumulée dans ce trou sableux
RISETTE, depuis la veille, a comme un petit creux !
C’est la bouche tapissée de sang frais qu’elle réapparaît,
Satisfaite des bons steaks laissés par les convives sur le pré.
Est-ce un bien, est-ce un mal d’avoir quitté sa cachette,
Les « Aspirants » après de fausses pistes, de labyrinthes,
Ont retrouvé sa couche marquée de ses empreintes.
Pendant ce ce temps, RISETTE dans un bain moussant
Se délecte, se détend de ce stress si envahissant.
Propre comme un sou neuf, ravissante, elle repart
Songeuse, sans savoir ce que lui réserve le hasard.
Si l’inaccès aux « Hyénides » doit durer quelque temps
C’est l’asphyxie et le démantèlement de l’Etablissement.
«  À l’école du Masaï Mara » elle devra s’instruire.
Pour cette éprise de liberté ce n’est pas pour lui nuire.
« Pas si seule en cette compagnie, seule face à ma vie,
Je suis libre … au présent, de quoi donc ai-je envie ? …»

 

43114748_2019867081367299_7965346085445042176_o

17 Octobre 2018 – Jeannine Castel 

Les poèmes de Chatnine
Contes de la prairie

 Photos : Danielle Liska - Jacques Montanari sur Facebook

 

Le manneken-pis

43300263_922911094573647_5147457951375556608_o

Le pensionnat « les Hyénides » est entièrement détruit.
Les quelques pensionnaires, choqués, n’ont plus d’abri.
Regroupés autour de KUKUPANPAN ils attendent avec inquiétude
La décision de la Direction au sujet de leurs études.
Elles semblent bien compromises pour les jours suivants…
À moins d’un miracle, d’un providentiel et inoccupé couvent
Éloigné des pistes pour éviter d’être surpris sans préavis
Par des troupeaux, des hordes de migrants malappris.
Dans toutes ces échauffourées on ne sait plus
Qui était présent ce week-end là au bahut.
C’est le marasme total au sein de l’encadrement
Après ces représailles de rixes, d’antagonisme dément.
RISETTE, loin de tout ce baroud spectaculaire
Rencontre deux camarades perchées sur un lopin de terre,
Tristes, malheureuses, l’air égaré, curieuses de la voir :
«Que faites-vous toutes deux sur cet isoloir ? »
«Nous nous sommes échappées pendant la fuite !»
Et nos deux pensionnaires de raconter la suite …
«Dites donc je constate que le vol de ma couronne
A déchaîné tout le mal du diable en personne !»
«Si encore nous l’avions trouvée … mais non …
Partie, parait-il dans la gueule d’une guenon !»
«Une guenon ? … c’est YO le lionceau qui l’a dérobée !»
Les deux initiées, stupéfaites, en restent bouche bê.
«Mais alors qu’est-elle devenue ? … saperlipopette !
Aussi, si tu l’avais gardée sur ta tête … »
«Avec tes si, tu m’embêtes ! Tenez, je vais à la plage !»
«Nous venons avec toi … à trois on effraie davantage.»
Profitant de la distraction de ses deux colles
RISETTE s’esquive en pensant « Bye, bye fini l’école ! »
Il fait très chaud, le soleil à cette heure est brûlant.
RISETTE aperçoit des arbres, s’en approche à pas lents …
Stoppe … des éclats de rire la font sursauter …
«Ma parole ! On ne dirait pas les rires de ma communauté.»
Curieuse, le cou tendu, elle avance avec hésitation …
À quelques mètres, elle aperçoit un lion
Qui arrose généreusement un tam-tam à roulettes
Tandis que mouches et moucherons en goguette
Bourdonnent aux oreilles des clac-clac en rafale :
«Pipi du matin, le lion a la fringale !
Pipi du midi, c’est son salut colonial !
Pipi du soir annonce un lit nuptial.»
Ce sont les heures où notre Manneken-pis honore
D’un jet d’urine les visiteurs et les décore.
Une curiosité ignorée de bien des safaristes
Trop occupés à photographier les jeux de pistes.
On dit que c’est une grande faveur de voir
Ce Manneken-pis aux nombreux urinoirs.»
«L’insolent ! Quelle indécente gaillardise hardie,
Pour amuser, distraire ces Laurel & Hardy !
Mais trève de plaisanterie, j’ai mieux à faire
Que voir pisser un lion devenu légendaire !
J’ai une faim de loup, allons voir par là
Si je ne trouve pas un beau cuissot d’impala.»
Mais en guise de cuissot ce fut tout autre chose
Qui affligea RISETTE et la rendit morose …

 

27858874_957228241096287_1542657894780522773_n

26 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Photo :

KARIBU, le lion

13346317_608429959321436_1587900235259796655_o

Afrique sauvage et lointaine
Chante, pleure ta peine.
Saigne, saigne ton coeur
De cris et de douleurs.
KARIBU a quitté tes terres.
Parti, passé la frontière
D’horizons plus sereins
Sur d’éternels chemins.
Il foule la savane en deuil
Dans un invisible cercueil.
Ne soyez pas étonnés
De voir le bout de son nez
Se mirer sur l’eau claire
Auprès de KARIFI son frère.
Il est là, sa patte guérie,
Dans les herbes jaunies
Il secoue sa belle crinière brune,
Choyé par son amie la lune.
Impatient, il attend, il guette
Vos bons souvenirs à sa quête.
Afrique sauvage et lointaine
Pleure, chante la rengaine
Du lion KARIBU du Masaï Mara
Parti pour de plus beaux apparats.

 

44759284_179666569626014_6197192119371694080_o

23 Octobre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions Delphine Meriaux Photographe sur Facebook

 

Représailles

42909264_249620515744659_1101548004915019776_o

Comme l’avait prévu la maman de YO le lionceau,
JADOR appela à la rescousse FURAX et ses jouvenceaux.
Laisser passer ce vol sous silence, sans réagir,
Donnerait aux lions un encouragement pour l’avenir.
Ainsi victorieux, ils tireraient tous les avantages
Face à la lâcheté de leurs ennemies fortes en bavardages,
Ridiculisées par ce vol sans poursuite faute de courage.
Ce fut un combat sans merci entre prédateurs et proies.
Le bataillon de FURAX s’offrit la part du Roi.
Les troupes de JADOR massives et puissantes,
Dans leurs mises à mort bruyantes et sanglantes,
Attirèrent tous les locataires des lieux environnants
Qui assistèrent aux premières loges à ce déferlement.
Cris d’agonie qui résonnent encore sur la savanne meurtrie
Par les râles, ricanements et rugissements …
Les pertes, hélas, des deux côtés furent de taille,
Réjouirent tous les badauds fans de funérailles.
Manger sans avoir à chasser est fort appréciable !
On a même pu voir le clan des TONNERRE se mettre à table !
À l’écart, histoire de sauver leur royale réputation …
Ils martyrisèrent avec grande cruauté un courageux troufion.
Ces têtes de hydre à mesure que l’affrontement s’intensifiait
Sous le stratégique commandement de JADOR, les défis s’amplifiaient,
Se confondaient dans des mêlées propres aux unités militaires,
Documentées, coopératives, dans un harcèlement salutaire.
Dégoûtés, lions et lionnes ménageant leur carcasse abandonnèrent,
Laissèrent le champ de bataille à ces matrones en colère,
Ces charognards peureux de réputation sur inventaire,
Ces chasseuses, flibustières de la piraterie alimentaire.
Suite au retrait des félins, JADOR rassembla les survivants.
Sans ménagement pour les blessés, il restructura les rangs,
Fier, heureux avec FURAX d’avoir tenu la dragée haute
À ces envieux, paresseux, meurtriers de familiales entrecôtes.

«Jamais de mémoire d’éléphant j’ai assisté de ma vie
À de tels affrontements pour une couronne ravie.»
S’exclame, médusée, d’un cou d’avance, NUAGE
Qui voudrait bien connaître la suite de ce carnage …

 

28337248_809168999271635_2186325980247718758_o 44060629_296486864280568_5581984070499303424_o

23 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nkorho Bush Lodge Evelyne Fosse sur facebook

D’autres photos sur ma page Facebook Les poèmes de Chatnine 

 

 

KDO ou QUEQUETTE ?

44062878_1958451804200883_5084524757659942912_o

YO pensait faire plaisir à sa maman …
Au lieu de cela il ne reçoit que châtiment.
Et d’une fessée propre au langage des lions,
Sa mère le corrige pour ce vol sans autorisation.
YO est puni de jeux tandis que frère et soeur
S’en donnent à coeur joie sous le regard admirateur
De leur maman soucieuse des conséquences à venir.
YO vexé et malheureux boude … il cherche à attendrir
Sa mère qui d’un coup de langue fait claquer
La levée de la punition par peur de voir débarquer
Les « QUENOTTES » alertés en guise de représailles.
Elle n’a pas envie que sa petite marmaille
Assiste à des combats qui risquent d’être violents.
Il faut qu’elle trouve une planque à l’abri du vent.
Le vent, cet ennemi cachotier qui titille le flair
De ces redoutables croqueuses aux rires si vulgaires.
Pendant ce temps, RISETTE reprend courage.
Elle décide tout de même d’en savoir davantage.
Et la voilà partie sur les traces de sa couronne.
«Il me faut trouver le repaire de cette famille de lionnes.»
Survient brusquement KDO, délinquant comme elle …
« Salut ! J’ai profité du capharnaüm pour me faire la belle !
Où vas-tu ainsi toute seule, jolie demoiselle ?»
RISETTE sur ses gardes n’a pas envie de confier
À cet intrus qui se met aussitôt à la léchouiller,
Lui chuchoter à l’oreille des mots doux polissons.
«Veux-tu arrêter ton baratin vilain garçon !
Je ne t’ai pas demandé l’heure qu’il est ! …
Avec tes roucoulades… fiche moi la paix !
Ce n’est pas parce qu’autrefois nous avons partagé un bain
Que c’est dans la poche ! D’ailleurs t’envoyer au bain
Tombe fort à propos … Je suis en pleine mission …
Inutile d’insister, c’est sans concession !
Maintenant si tu veux m’assister pour trouver les lionnes
Je serais ravie de t’avoir pour que tu les espionnes
De ton côté, moi du mien … ce qu’elles ont fait de ma couronne.»
RISETTE n’a pas eu le temps de finir sa phrase …
KDO au mot lionne … c’était plus l’extase !
«Sorti de la bagatelle, c’est pas l’entraide ! …
Puis allez donc savoir ce qu’exprime toujours raide
Notre sexe ? Était-ce KDO ou QUEQUETTE ?»
Détendue, sur un soupir de sous-entendu RISETTE
Plus décidée que jamais reprend son enquête …

 

44234903_488398244993078_2965972211229261824_o

22 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Virginie Liardat Sophie Topsy sur Facebook

Pour visualiser d’autres photos cliquer sur les « Poèmes de chatnine »

Et pour quelques rubis de plus …

44185990_2185328328394002_3810794047878987776_o

RISETTE démoralisée par le vol de sa couronne
Dans un moment de rage, peste et déraisonne.
Couchée sur un espace vert, elle réfléchit aux conséquences
De ce vol … «Qu’est-ce une couronne à côté de l’existence ?
Risquer ma vie pour des rubis … morte qu’en ferai-je ?
Me protègeront-ils de la faim ? du froid de la neige ?
Je ne suis pas du monde des humains, de leur troc,
Ici les euros circulent… ils sont réservés aux frocs.»
Son âme poétique dans cet instant précis
Lui souffle quelques vers pour distraire ses soucis …

Dans les yeux des hyènes
Qu’y-a-t-il ?
Sous ce maquillage de reine
Qu’existe-t-il ?
Amours dérisoires
Faute d’avoir
Une telle mâchoire
Dans vos mangeoires.

Dans les yeux des hyènes
Qu’elles soient brunes
Tachetées, rayées, sans laine …
Pour des prunes,
Faute de ritournelles,
Qu’ont-elles
Pour être si laides
À votre corde raide ?

Dans les yeux des hyènes
Qu’avez-vous remarqué
Mis à part l’haleine
Depuis votre parquet ?
Si j’allais découvrir
Les senteurs de vos soupirs
D’un exotisme préservé
Mais Chut ! … propriété privée !

Hyènes maudites des charognards,
D’un revers de fortune sur vos retards
Nos grands du rire du décriptage
Vous décoreraient du Secret de leurs mirages
Cachés dans leurs mirettes secrètes.
Êtes-vous donc si bêtes ?

Allez plus loin … poussez le curseur !
Dans les yeux des hyènes bat un coeur.
Un coeur qui souffre, s’émeut, aime,
Tue, condamne, semblable à vous même !
En transit pour notre Éternité,
Crée par Dieu un jour de bonté.

Quant à la beauté cette chose si éphémère
Elle est dans le coeur d’un père et d’une mère
Projetés dans vos regards diffamants
De différents rendus apparents.
Sur nous pleut toute la misère du monde …
Qu’avez-vous de plus ? … dis-moi le monde …

RISETTE n’a pas remarqué dans ses élucubrations 
HURUS qui écoutait avec une grave attention
Cette élève douée mais un peu déboussolée …
«Peut-on passer sous silence un vol sans collet ? …»

 

43878487_10212230438097988_7770789590264184832_n

21 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean-Louis Godard Danielle Liska

Les rubis de la couronne

44245479_488395244993378_5396259402468556800_o

Piétiné, saccagé, pris d’assaut par les gnous surexcités,
Le Pensionnat « Les Hyénides » n’a plus droit de cité.
Les pensionnaires dans un sauve qui peut, affolés,
Quittent l’établissement encadrés par KUKUPANPAN désolée,
Ulcérée de voir la sauvagerie dévastatrice de ces immigrés.
« Tout ça pour franchir un cours d’eau qui les agrée !»
C’est un va et vient trépignant d’entrées et de sorties
De toutes sortes d’animaux venus piller le moindre rôti.
Du moins ce qu’il reste après les jours d’état de siège,
Réjouissant des curieux amusés par leur manège
Comme ce Jaribu qui n’en perd pas une, jubilant …
Il pense à RISETTE, à ses prémonitions des jours précédents.
«Encore heureux qu’avec tout ce bétail sur le bush
Les ventres sont bien pleins, à part ceux des trucmuches.
Ainsi les occupants purent se défiler sans crainte
Sous la vigilance et le sang froid de KUKU la feinte.»
Quand JADOR, après témoignages, comprit que s’en était fini
Pour la triplée disparue … au retour, intrigué par ces embrouillaminis
Au fur et à mesure qu’il se rapprochait, inquiet, des « Hyénides »
Ce fut un choc… assommé par cette atmosphère morbide.
«Plus aucune trace de survivant … quel malheur, c’est terrible !
Ma RISETTE ! Quelle horreur ! Non, ce n’est pas possible …»
Accablé de chagrin il erra comme une âme en peine
Cherchant le moindre indice, le coeur plein de haine
Contre ces cruels envahisseurs qui n’avaient que faire
D’un Pensionnat peuplé à leurs yeux d’adversaires.
Dans ses pensées il ne vit pas BRUNETTE qui le hélait
De mouvements de tête agités à vous faire tourner le lait.
Et pendant que tous deux cherchent le moindre indice …
À des kilomètres à vol d’oiseau RISETTE, pourchassée par la milice,
S’évertue à brouiller les pistes secourue par Jaribu
Tout fier d’aider une Princesse aux troublants attributs.
Il profite d’une pause pour clamer sans toucher terre :
« Votre Majesté, j’ai tout vu … patatras ! Misère de peuchère !
Votre couronne a été volée par un jeune lionceau …
Il l’a dérobée discrètement pendant la panique de l’assaut.»
Effondrée RISETTE voit son règne achevé …
«Maudits, maudits lions quelles bandes de navets !
Comment vai-je faire pour mon couronnement ?
J’avais bien dit à maman qu’il était imprudent
De laisser à la Pension un joyau de cette valeur.
La hache de guerre est déterrée ! Maudits voleurs !
Une couronne de rubis héritée de mon arrière grand-mère !
Je m’en vais sans tarder enquêter sur cette affaire.»
À des lieues de là, YO, un adorable petit lionceau
S’apprête à offrir à sa maman son premier cadeau …

 

42986569_916608655199958_1310266115372351488_o

19 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Corlette Wessels Virginie Liardat

 

 

Fin de l’enquête pour RISETTE

26756408_1387872481341864_5405470755246845174_o

Poursuivie par le bataillon des « Aspirants », RISETTE
Dans une course folle, en vain, cherche une cachette.
Soudain arrive à la charge dans un nuage poussiéreux
Un troupeau d’éléphants pressés, envoyés par les cieux
Ou poursuivant leur marche … qui pourrait le dire …
En tout cas ils ont freiné sec ses poursuivants en délire.
Ce qui a permis à RISETTE de prendre de la distance.
C’est peut-être SHOW, le bienfaiteur de cette chance.
SHOW ! Vous l’avez oublié … lui surement pas les amis !
Lors de ses adieux d’une dernière traversée il avait promis
Au fur et à mesure que pousseraient ses défenses, qu’il espérait
Nous revoir ainsi que MUSE sa jolie cousine préférée.
Mais RISETTE ignore les antécédents de sa naissance.
À part CACAHUETE la tortue … pfff quelle importance ?
« L’essentiel est de sauver ma peau et regagner les « Hyénides ».
« C’est pas demain la veille !» lui becque un Jabiru d’un ton moqueur.
«Tu vois ce que je vois ?» «Oui tu n’as pas de pitié pour ce bébé-nageur»
« Tend le cou … regarde au loin … Que vois-tu ? Hein gamine ?
Les gnous ont envahi, encerclé les « Hyénides »… c’est la famine !
Impossible de rentrer ou de sortir de la Pension assiégée !
De te savoir en dehors de ce siège, tu dois être soulagée !?
En plus « Quenottes » et « Aspirants » sont partis aux trousses
De cette mignonnette disparue sans espoir dans la brousse.»
«Sans espoir ?» «Les grandes échasses ont tout vu …»
«Merci Jabiru ! Je vais leur demander un compte rendu …»
Méfiantes et hautaines à l’approche de la reine RISETTE
Aussitôt ces cinq girafes s’apprêtent à lui tenir tête …
RISETTE impressionnée par la hauteur de leurs talons-aiguilles
Avance avec suspicion vers ces camélopards, se tortille …
Discrètes et impassibles leurs ondes sont inaudibles.
C’est finalement un girafon plus loquace et sensible
Qui veut répèter ce qu’il a entendu dire par ses grandes soeurs.
Mais à ce souvenir si cruel, bafouille, pleure, agité par la peur.
« Décidément pas moyen de clôturer mon enquête !»
« C’est CROCUTA ! C’est CROCUTA la méchante, vilaine bête !»
RISETTE voit surgir d’une souche de bois mort une mangouste naine.
Des yeux pétillants, un bout de nez rose la snifant avec aubaine …
« La sale bête féroce ! Je l’ai vue du haut de mon domaine !
C’est CROCUTA, CROCUTA la méchante bête vilaine !»
« Ma parole, le microsillon est enrayé ! … Crocuta c’est moi !»
Prise de panique la mangouste se réfugie sous son toit.
«Non ! Tu mens ! c’es le lion ainsi surnommé par nous !
Il se régale et tue les nourrissons de chez vous.
Dès qu’il y en a un qui s’égare de vos clans
Hop ! … il lui fait à sa façon cucul panpan  !
Il n’a fait qu’une bouchée de ta petite protégée.
Si j’étais toi je traînerais pas ici, tu cours un grand danger.
Les lieux sont comme un terrain miné, infesté de lionnes.»
Sans dire merci ni au revoir RISETTE s’enfuit, se confectionne
Une tannière car le soleil ne va pas tarder à se coucher.
RISETTE après cette dure journée est suffisamment douchée.
Un peu de feuillage sec pour adoucir sa couche …
« Miam miam ce Swarft Mongoose ! J’en ai l’eau à la bouche …

 

44031533_926770777521012_4117885407838863360_o

15 Octobre 2018 – Jeannine Castel

Pour visionner davantage de photos merci de se rendre sur ma page de poésie :

 Les poèmes de Chatnine

  photos : Peter Chebon Eric Dussaux 

RIKAÏ

21167920_1651099321589414_7541044314148441432_o

STORY va enfin pouvoir rendre visite à RISETTE !
L’orphelinat « Les Mandibules » ce jour est en fête !
On attend avec impatience l’arrivée de la Directrice
Obligée d’interrompre sa cure … elle souffrirait de varices …
Du coup son humeur ne rassure pas les orphelins,
Hésitants ils se contentent de la regarder de loin.
Mais un bébé ose s’approcher pour lui manifester
Dans un élan de tendresse, et qui sait d’une tétée,
Son amour et sa joie, tout simplement, sans tralala.
RIKAÏ, car c’est bien d’elle qu’il s’agit, sans falbalas
Oublie sa mauvaise humeur … un si mignon petit coeur !
Encouragés, d’autres nourrissons s’approchent de cette grande soeur.
Tout ce petit monde est invité au repas de fête succulent
Offert aux plus grands, sevrés, et à quelques vautours ambulants,
Orphelins comme eux … ils profitent de l’aimable hospitalité
De ces résidents qui ont le sens du partage et de la charité.
RIKAÏ ne perd pas de temps … elle convoque tout le personnel
Afin d’établir un emploi du temps, prévoir les risques des casuels.
Elle demande le maintien d’un peloton des « Quenottes ».
Ceux-ci, justement, font relâche, se défoulent dans la flotte.
Ils profitent que JADOR est parti oeuvrer sur le terrain
Pour parlementer avec des charognards, une bande d’argousins,
Venus piller une des réserves de provisions des troupes.
Comme gardiens ils sont champions de l’entourloupe !
RIKAÏ propose à STORY la place de Sous-Directrice …
STORY s’est attachée, durant son séjour, à ces jeunes novices.
C’est avec plaisir qu’elle accepte cette offre qui va lui permettre
De combler sa solitude auprès de ces touts petits êtres.
RISETTE à sa sortie des « Hyénides » courra le guilledou …
En restant aux « Mandibules » STORY aura toujours des doudous,
Petites peluches vivantes qui réclament tant d’affection.
Entourée de ces mal-aimés d’une vie incomprise
STORY, plus forte que jamais, ne va pas lâcher prise.
Désormais elle laisse le soin à JADOR de veiller sur RISETTE.
Ira-t-elle tout de même rendre visite à sa fillette ?
Il est l’heure de pouponner … elle est attendue en couchette !
Elle ignore le grand danger qui plane sur le pensionnat …
De l’imprudence de RISETTE qui la met dans le caca …

 

22550139_10155825404898234_1715808214133114752_o

13 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Photos : Lise Perreault  Kilambo Abou

Les poèmes de Chatnine

RAMICHE ou RIKAÏ ?

42909264_249620515744659_1101548004915019776_o 42705701_2055788911119190_3443833588296974336_n

Pendant ce temps à l’orphelinat  » Les Mandibules »
STORY, débordée, aimerait bien coincer la bulle :

«Le résultat du vote n’est pas à mon avantage …
Il va falloir voter pour RAMICHE ou RIKAÏ en ballotage.
Votez, votez braves gens ! Aux urnes sans frissons ! 
Tant que la Directrice ne prendra pas ses fonctions
Je ne peux rendre visite à ma fille RISETTE en pension.
Des nourrices bénévoles allaitent les nombreux nourrissons.
Je n’ai plus de lait mais de l’affection à revendre.
Comment ne pas craquer face à tous ces petits coeurs tendres.
Ces adorables petits chenapans tètent, jouent de cesse.
Ils dévorent votre vie pleine de tendresse.
Encore que les plus grands sont engagés, braves gosses.
Bientôt la saison des pluies ne va pas arranger la sauce.
Le kaskazi de sa douceur souffle, amène la tranquillité.
Des singes sautent de branche en branche avec agilité.
Encore une journée qui va sombrer dans le sommeil.
Il est bien audacieux ce marabout à becqueter le soleil !
Cet astre n’a-t-il donc jamais sommeil ?»
Sous ce ciel rougeoillant à nul autre pareil
STORY s’endort …

43476132_313969836087361_9215177260728844288_o

9 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Danielle le Grand Didier Coupeau
Michel Andrieux

 

 

12345...10

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus