Archive pour la catégorie 'Cntes de la prairie'

Une rencontre imprévue

38708086_2041520946160203_4070617888292077568_o

Grasse matinée ce matin pour RISETTE, pauvresse …
Faut dire qu’on est Samedi … rien ne presse.
Il n’y a pas de cours le week-end en Pension.
Ces deux jours sont réservés aux sorties avec permission,
Aux visites des parents et amis de la famille autorisés,
Engagés de prendre en charge les pensionnaires défavorisés.
Cette nuit n’a pas été de tout repos pour notre RISETTE.
 » Ne pas déranger  » comme à l’hôtel elle affiche son étiquette.
Ce qui incite et excite quelques esprits coquins de passage
De faire intentionnellent pour cette protégée du tapage.
Mais quand RISETTE dort, c’est pour de bon !
Qu’il soit d’un juste ou d’un sommeil de plomb.
À quelques lieues de là, STORY, sur le chemin du retour
L’âme en peine, se traîne … son chagrin est si lourd.
Sa RISETTE désormais devra apprendre à partager
Ce … SALUT ! qu’elle connaît pour l’avoir dévisagé.
Perdue, la tête dans les nuages elle avance avec courage
Dans ce monde animal construit sur des commérages
Qui ont fait de leurs espèces une réputation sournoise…
D’une repoussante laideur … la peur des bourgeoises.
« Notre lâcheté tenace confrontée à celle du lion
N’est qu’apparence d’un monde en perdition.
Que serait-il s’il possédait la force de nos mâchoires ?
Sa beauté faite d’artifice me ferait croire
Qu’ils ont plus de laideur que nous les hyènes
Pour défigurer autant dame nature à la chaîne …»
STORY, lasse, n’a pas envie d’écouter ses états d’âme.
Elle met au clou ces lèches-frites et leurs sempiternels programmes.
Elle préfère savourer la brise qui dissipe sa crinière,
Profiter de cet instant, l’heure où la faune digère,
S’octroie une sieste avec leurs favoris congénères.
La chaleur est si écrasante … Qu’il est bon de ne rien faire.
Opportuniste invétérée, elle ne s’inquiète pas de jeûner.
Il y aura bien quelques restes leurs goûts étrangers.
C’est l’avantage de pouvoir croquer à belles dents
Des os si durs … pas besoin de cure-dents !
Elle ne sait si elle va retrouver son clan dispersé.
C’est alors que des cris plaintifs troublent ses pensées.
Assise à l’entrée d’une tanière, une hyène menaçante
Entourée de bébés dont la frayeur est apparente
Provoque STORY prise au dépourvu et qui s’interroge 
Sur les bons sentiments de cette hyène en cette loge …

 

 

19693475_1721099334617203_7602495470523730035_o

21 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean Luc Reunival Marie Helene Lallouette sur Facebook

 

 

Le dortoir des Margoulettes

41489472_153430235582981_1708271049541419008_o

RISETTE vire, tourne … pas moyen de dormir …
Dans ce dortoir qu’elle partage avec déplaisir.
Elle a tiré au sort son groupe d’appartenance.
« J’ai l’impression que c’est pas gagné d’avance … »
Dans ce groupe Les Margoulettes, elles sont quatre …
Il y a les jumelles qui ne font que se battre …
Là, elles s’accusent d’avoir triché au jeu des osselets ..
Puis y a ALLUCHON, grincheuse et soupe au lait …
« Comment arrive-t-elle à dormir avec tout ce bruit
Que font ces deux pimbêches avec leurs cris ? …
Heureusement qu’elles n’ont pas voulu de moi
Pour jouer avec leurs osselets en os de chamois.
Ah ! Les voilà qui s’allongent sur leur couche …
NON ! je rêve ! Elles ont une sucu à la bouche !
Entre une ronchon ronflante et deux sucions,
Il va m’être pénible de résister dans cette Pension.»
RISETTE se sent si seule dans ce maudit dortoir !
« En plus la lune boude … il fait tout noir …»
Sa peine est immense, RISETTE éclate en sanglots.
Les tétines de sa maman lui manquent trop.
En se bouchant les oreilles elle quitte ce théâtre sonore.
Il est bien tard … pointent les faibles lueurs de l’aurore.
Les Hyénides sont assoupies dans le moindre espace.
RISETTE a froid, son entrain est de glace …
Puis brusquement elle reprend du poil de la bête …
Sa marraine KILA … tire la bobinette …
Hésitante, elle reste plantée devant son air contrarié …
« On dirait que je lui casse les pieds … c’était à parier …
Rien ne vaut l’amour d’une maman » dit-elle entre ses dents.
Elle s’apprête à regagner le dortoir et ses résidents…
Quand KILA, peu réjouie de ce brutal saut de lit,
Lui désigne d’un geste contraint sa descente de lit.
RISETTE garde avec peine ses yeux grands ouverts …
Et …  s’endort en laissant en suspens sa nuit de tonnerre.
Dans les bras de Mord-fée RISETTE enfin paisiblement dort.
Elle rêve … mais à quoi rêve-t-elle ce cher petit trésor ? …

 

36088050_218889102262102_6203458691404922880_n

19 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions Michel Andrieux sur Facebook

 

 

Je vous aime

 

21200562_1172832429515724_8689081652489730839_o

Comme il a été dit … RISETTE devait faire un poème et nous dire pourquoi elle nous aime.

Je vous aime
Vagabonds comme moi
Qui sèment, sèment,
Tristesses et joies.

Je vous aime
Pour nos rires fous
Supplices ou emblèmes
De nos rendez-vous.

Je vous aime
Pour nos dents de loup
Qui n’ont de flegme
Que repues de crocs jaloux.

Je vous aime
Pour nos laideurs
Nos vies de bohème
Aux taches de rousseur.

Je vous aime
Dans la tempête
Des jours de carême
Des nuits de défaite.

Je vous aime
Renifleurs d’âmes
Posées en diadème
Sur ce monde infâme.

Je vous aime
Le cul dans ma piscine
Même si, même
ON nous débine.

Je vous aimerai
Vrai de vrai,
Si l’ivraie
Ne nous ressemblerait.

JE, VOUS, AIME,
Séparés même
Réunis de même
Quand bien même …

JE VOUS AIME !

 

19 septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Olivier Gonnet sur Facebook

 

 

Le lionceau et la tortue

41097940_1986671628020178_1525445102183383040_o

Un lionceau jeunet, point sot, encore puceau,
Futur monarque à l’abri du ruisseau,
D’une tortue sans queue ni tête apparente
Ce despote fit d’elle une indispensable servante.
Tantôt repose-tête, tantôt repose-pied,
Il se lia d’amitié pour cet utile marche-pied.
Sans cesse sous le couperet de la guillotine
Dès qu’elle tentait de montrer un bout de ses bottines,
Entièrement esclave des caprices de ce beau tyran,
Par peur d’être retournée ou de finir comme un hareng,
Cette docile balle de jeu, solitaire par nature,
Peu encline à partager une serviable aventure,
D’autant plus que les oeufs d’un même panier
N’étaient pas envisageables avec cet allié …
Cet imposant lionceau soit dit un peu excessif
N’était pas pour déplaire à ce pouf décoratif,
Dernier gadget de plaisir à la Cour de ce Sire
Dont les poils lui servaient de brosse à reluire.
C’est ainsi que cette tortue léopard prise au piège
Devait se contenter de charognes pour tenir son siège.
Dès qu’elle manifestait quelque petite rébellion
Se formait autour d’elle tout un menaçant bataillon
Dont l’amitié avait un drôle de comportement
Et la plongeait dans d’humiliants sentiments.
«Parader, profiter sur ma bosse, quel vilain gosse,
C’est ma seule richesse ce précieux carrosse.
Placide, délicate certes, mais de leurs tartes à la crème
Ma carapace au dôme décoré d’écailles jaune crème,
Par mes éperons, pressens leurs stratagèmes,
Leurs diarrhées fourrées de Je t’aime ! …
Parquée sans pouvoir brouter avec sérénité,
Sans eau ni cachette nécessaires à ma santé…
M’offrir un terrarium en pleine savane,
Ce lionceau me prend vraiment pour un âne !
Vivre en terrarium pour épater sa galerie non mais !»
 La tortue s’en creusa une et disparut à jamais.
À son retour de chasse le lionceau ne la chercha pas …
Il avait sommeil après un excellent repas.
Il trouva d’autre confort à son sort
En rugissant à la vie à la mort !

 

Entre regret et remord le tort tue d’un saut de lion

 

9 septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

 

KILA …

37119441_1993907463975263_9148724672026640384_o

Après sa nuit passée dans cet ergastule,
C’est à tâtons, dans le noir, comme une somnambule,
Que GRISETTE sort de ce trou froid et humide.
Ses membres raidis, le ventre creux, la tête vide,
Elle apprécie la chaleur amicale du soleil
Et se prépare à cette première journée d’éveil.
D’une humeur maussade elle prend connaissance
De l’emploi du temps prévu sous assistance.
KILA, une marraine va l’assister pour son adaptation,
Combler par sa présence les peines de la séparation.
Tout en restant dans l’ombre, elle doit faire en sorte
Que sa protégée s’habitue à vivre avec une escorte.
RISETTE très attentive écoute, obéissante, Prof KUKU.
Elle décide alors de laisser PANPAN aux faux-culs.
Rien de tel pour lui rendre sa bonne humeur …
Faire trempette pour chasser les odeurs !
Ce matin elle doit se contenter d’une piscine en collectivité
Ce qui n’est pas pour déplaire à ses invités.
Poursuites, gambades, GRISETTE patauge ivre de joie.
Elle en oublie la rigueur de l’horaire, ce rabat-joie.
Quand elle se présente pour réclamer son petit déjeuner
Elle doit se satisfaire, si elle ne veut pas jeûner,
D’une corne dont elle s’empare comme un instrument
Sous le regard mécontent de KILA sa pseudo-maman.
«L’heure n’est plus à l’amusement, ni à la musique !
Si tu veux bien te dépêcher avant que KUKU rapplique.
Hâte-toi de croquer cette corne d’abondance misérable.
Tu ne dois pas rater le départ du Jeu de la table. »
« C’est quoi ce jeu ? » « Tu verras bien, dépêche-toi …
Tu veux retourner au cachot encore une fois ? …»
À ce mot de cachot RISETTE la croque à toute vitesse.
Jouer … bye-bye la tristesse …

 

36176560_406183019881268_8374279241776234496_o

17 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo :  Kilambo Abou
Photo : Virginie Liardat ( RISETTE après sa nuit au cachot)

RISETTE, poète ?

37844386_1912505848769653_8229663037175365632_o

RISETTE rêve à ces hautes herbes blondes.
Nostalgique, elle revoit son ancien monde
Qui l’entourait depuis le jour de sa naissance.
Elle regrette amèrement ses désobéissances …
Mais le vent, d’une amicale caresse la rassure …
De studieuses études sont aussi une aventure 
Qu’une reine doit accomplir pour son règne,
Sans s’apitoyer sur son sort qui saigne.
Cajoleur, il chatouille de plumes complices
Le museau de cette inconsolable actrice
Qui trouve ce pensionnat austère à son goût
Et provoque à chaque oeillade une envie de dégoût.
D’un doux oreiller elle voudrait dans ce cachot …
Punie pour avoir chapardé de succulents chiens-chauds
Destinés aux membres bienfaiteurs de la pension  » Les Hyénides « 
Invités pour accueillir les nouveaux pensionnaires intrépides.
Grâce à ses plumes, les hyènes si souvent détestées
Avec RISETTE ont remplumé un royaume dévasté.
En guise d’agent correcteur ni bâton, ni raclée, ni martinet
Mais des plumes pour changer des coeurs contaminés.
RISETTE attend du ciel une aide providentielle.
L’oiseau sur la branche par ses deux plumes d’ailes
Réveille son instinct de chasseresse en déprime
Vite découragée quand elle perd ses rimes.
Attentive elle guette le moindre petit bruit
Qui fera craquer ses quenottes de poétiques cris
Car demain RISETTE devra d’un poème
Face à tous prouver qu’elle les aime …

Est-ce le ciel qui se mire
Dans le bleu de ses yeux qu’on admire ? …

 

15 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Philippe Frey / Nomades du monde sur Facebook

Kukupanpan

40586906_149502559309082_7604126459539488768_o

Après une nuit de repos sans histoire
STORY attendit que RISETTE finisse de boire
Pour lui annoncer qu’à son âge il était temps
D’aller suivre les cours de la hyène KUKUPANPAN.
Spécialisé dans l’enseignement des enfants rois
Dont le  » moi je suis seul » domine, met à l’étroit
Un entourage qui doit vivre en communauté.
Du principe du plaisir et du principe de la réalité
Le Prof KUKUPANPAN excelle dans les cas d’impunité.
Construire, rétablir un cadre pour les hyènes qui ont la bougeotte
Demande du cas par cas exténuant pour la parlotte.
Ces indisciplinés fugueurs souvent d’une maturité précoce
Préfèrent individuellement gérer, rouler leur bosse.
Avant que RISETTE devienne un vrai tyran,
STORY, à contrecoeur a pris les devants.
Elle ne veut plus vivre avec sa fille dans l’isolement
Provoqué par les comportements de son enfant.
La meute réunie a voté et approuvé sa démarche.
Il faut remettre RISETTE à ce compétent patriarche.
Elle ira donc en pension le temps nécéssaire
Pour apprendre les limites de la dominance autoritaire.
RISETTE abasourdie larmoie à l’annonce de la nouvelle.
Anéantie, elle regrette déjà les généreuses mamelles
De sa tendre maman, si bonne, la voir ainsi malheureuse …
« Voilà ce que tu récoltes d’être une hyène fugueuse …
Avoue que ta conduite n’est pas exemplaire …
 Tu ne seras pas seule … tu vas te faire des amis
C’est pour ton bien, il te faut accepter ce compromis.»
«C’est ta faute, si tu avais été plus sévère …»
« Pardonne-moi RISETTE, j’ai cru bien faire …»
«Et mon père hein ? … Jamais là … démissionnaire …
J’ai pas demandé à naître pour aller en pension …»
STORY sent monter le stress et la tension …
« Mon bébé d’amour, ce n’est que pour quelques mois …»
«C’est pas juste, c’est pas ma faute … tant pis pour toi !»
Blessée, STORY pour ne pas envenimer la situation
Ne fléchit pas sous les tentatives de manipulation
De sa RISETTE, gâtée, intolérante à la frustration.
« En tout cas elle sait déjà ce qu’est l’opposition !
KUKUPANPAN et sa pédagogie de garçon de café …
Il va avoir besoin d’une sacrée baguette de fée ! »
RISETTE passa la soirée à bouder dans un coin.
 STORY prépara son baluchon sans entrain.
Le lendemain ce fut une rentrée peu enthousiaste
Pour ces condamnées qui quittaient leurs pénates,
Sous l’oeil attentif et interrogateur du Prof KUKUPANPAN
Qui étudie furtivement le comportement de ces chenapans …

 

11 Septembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
photos : Bri Lions sur Facebook

La brigade des quenottes

31437321_1333122503486715_7386692722272239616_o

« … À cet instant précis, venues d’où je ne sais,
Surgissent de toutes parts des hyènes défoncées.
Dans un tourbillon de poussière, une mâchoire d’enfer
Me saisit et m’emporte loin de cet antre de Lucifer.
Mère, tu aurais vu ce tableau ! …  digne d’un Delacroix !
Pas moyen de stationner en ce chemin de croix !
En quelques secondes elles firent place nette.
La lionne aussitôt prit la poudre d’escampette.
Les geais carillonnaient l’hallali à qui mieux mieux,
Quelle providence ! Quelle mâchoire mes aïeux !
Quand je m’y vois encore, tout est allé si vite,
En ce premier champ de bataille, j’ai été quitte
D’avoir eu grande peur et une chance inouïe.
Alertée, toutes ouïes, la célèbre brigade des Quenottes,
Renommée parait-il pour en avoir dans la culotte,
Patrouillait à ma recherche depuis la veille …
Les geais, ces honorables concierges, firent merveille.
C’est ainsi que je me suis retrouvée aux arrêts …
Parquée avec d’autres hyènes comme moi égarées.
Des nourrices nous ont restaurés à leurs mamelles.
Nous épiant les uns les autres, jouvenceaux, jouvancelles,
Nous avons attendu sagement la suite des évènements …
Allions-nous être volés ou rendus à nos parents ?
Dans cette crèche de secours, orphelins en cavale,
Nous attendions comme l’enfant roi dans son étable
La venue, l’appel, l’apparition d’un visage familier…
 Misère de moi ! Me voilà dans ce camp de prisonniers,
Enfermée, cadenassée par de l’émail dont la blancheur
Ne mettait aucun doute sur l’efficacité de ces écorcheurs.
Au bout d’un temps qui me parut long comme l’éternité
Je me suis endormie avec un soupçon de vanité …
Avoir été sauvée par la brigade des Quenottes ! …
De ma vie je n’oublierai ces fermes menottes
Qui m’arachèrent à la mort, dent pour dent,
Oeil pour oeil d’un sauvetage sans précédent.
Secouée gentiment, tirée de mon sommeil, un garde
Me fit placer en rand d’oignons, un peu hagarde,
Ne sachant ce qui allait advenir de ma personne,
Accompagnée, triste, seule avec ces personnes..
J’appris que nous allions regagner nos pénates.
J’explosais de joie à m’en faire péter la rate
Ma maman adorée à l’idée de te revoir …
Toi dont le chagrin de ne plus me revoir …
Je n’avais qu’une hâte, que finisse ce cauchemar.
Chaque pas me reprochait le vilain petit canard
Qui une fois de plus avait mis en lambeaux
Le coeur d’une maman souffrant de mes bobos …»
STORY émue, n’y tenant plus, vers RISETTE s’élance
« Ma RISETTE nous ne remercierons jamais assez
Ces anges de la dernière chance … »
RISETTE avec amour se blottit contre sa mère
Qui ne perdait pas de vue sa décision austère …

 

8 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photos : Olivier Gonnet – Wildlife Photographer Of Marseille sur Facebook

 

 

Retour au bercail

38204175_128764278049577_2251772089671352320_o

Bien que soulagée et heureuse, STORY
Afficha un faux semblant mépris
Quand elle aperçut sa fifille chérie.
« Dans quel état elle est ! Epargnons lui mes cris.
Ne suis-je pas responsable dans mon affolement
D’avoir provoqué cette accro à l’égarement ?
Cette enfant épuise mes espoirs d’un serein avenir.
Dans la savane, les liens sont si difficiles à entretenir.
Ma seule et unique rescapée de cette malchanceuse portée
Me donne du fil à retordre sans être escortée.
Il me faudra prendre une décision draconiènne
Si je veux voir le couronnement de mon infante hyène … »
RISETTE, les poils collés de boue, prête à la sentence,
Plia l’échine avant que pleuvent les remontrances.
Elle voit bien que sa maman est fâchée pour de bon.
Dépitée, baissant la tête, elle quémande son pardon
En sanglotant après cette nuit de frayeurs, d’affolements,
Quand elle perdit de vue la présence de sa maman.
« Je t’ai cherchée en vain, fatiguée, morte de faim,
Seule, terrorisée par les cris de sautillants babouins.
J’ai eu la chance de trouver un vieux terrier abandonné
Avec la trouille qu’il soit mon dernier sommier. Sonnée,
Dans une torpeur qui m’engourdit de rêves cauchemardesques
Je me suis faite toute petite dans cette ambiance faunesque.
À mon réveil, j’étais si affamée, la larme à l’oeil …
J’ai quité ce que je crus être mon cercueil.
Je suis partie aux premières lueurs du jour, enfin
Parmi ces assassins qui digéraient leurs nocturnes butins.
J’ai pris un petit déjeuner que m’offraient les souches,
Je n’avais pas le droit, bien contente, de faire la fine bouche.
Comme une voleuse prise en vilain défaut je l’ai vite avalé,
Assoiffée, le gosier sec sans la moindre goutte de lait,
À part les goutelletes d’eau de mon museau humide
Inondé de mes pleurs en cette errance sans guide.
J’ai déambulé, erré comme une âme en peine
Sur des chemins boueux, ignorés de toutes aubaines.
Brusquement une panique s’empara sans crier gare
Des troupeaux qui broutaient ici et là. Dare dare.
Les bêtes paniquées, dégentées, se sont mises à fuir
Un invisible danger, que je ne pouvais, de ma hauteur, voir venir.
Surgit alors une énorme lionne qui me dévisageait …
Accompagnée des cris d’alerte émis par les geais.
Prête à bondir, d’une seule bouchée gloutonne
Je me vis engloutie seule et sans personne… »
STORY à ces mots se remémora la chèvre de Seguin …
Apaisée sa RISETTE, vivante, lui raconterait la fin …
« Cette enfant a le portrait d’une héroïne d’aventures.
J’ai pas finir d’en voir avec elle… faudra blinder mes armatures …»
STORY, sans trop le montrer, se surprit de connaître, impatiente,
La suite de l’histoire de ce bout de chou si attachante …

 

7 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Bri Lions sur Facebook

Les faux pas de RISETTE

38133455_10216827725988375_4399284393693151232_o

Après des heures de recherches et d’appels …
RISETTE est introuvable sur tout le cheptel.
La nuit avec ses drames, ses ombres angoissantes,
Oblige la meute à cesser leur battue harassante.
D’autant plus que ces courses effrénées ont réveillé
Un appétit qui va les empêcher de sommeiller.
Il faut bien à la meute reprendre des énergies
Pour au petit matin retourner le moindre logis.
STORY, restée seule près de leur dernière demeure
Dans la boue, d’un inconsolable chagrin, pleure.
D’un bain de siège, elle apaise ses tourments.
Le coeur vide, tout le désespoir de cette maman
Écroulée, impuissante face aux forces du destin
Qui s’abattent sur elle en ces cruels chemins.
Elle a perdu tout espoir de revoir sa RISETTE.
STORY, épuisée, n’a plus envie de rien … pauvrette.
Se laisser mourir pour l’heure elle envisage.
Survivre, c’est trop demander à cette mère courage.
Elle ferme ses yeux, prête à s’abandonner à la mort.
Soudain, elle dresse l’oreille d’un ultime et pesant effort …
« Encore des gémissements d’une victime qui agonise !
Je n’ai aucune envie que ces cris s’éternisent …
J’ai assez de mon calvaire béni par ces ruisseaux
Pour aller achever l’agonie d’un quelconque lionceau.»
Reposant sa tête STORY d’une dernière supplication
Regarde vers le ciel. « Pourquoi tant d’abominations ?
Qu’ai-je fait pour mériter une enfant de la sorte,
Toujours prête à s’enfuir par le trou d’une porte … »
À cet instantt apparaît, gémissante, qui l’aurait cru ….
Toute crottée, penaude, rescapée d’un horrible Lustucru,
La larme à l’oeil de crocodiles ou pas
RISETTE et ses faux pas …

 

38136137_10216827726548389_5130035691417239552_o

4 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Noelle Fontaine sur Facebook

12345...7

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus