Archive pour la catégorie 'Cntes de la prairie'

Les casse-pieds

44308752_2031887040164866_8538755675801518080_o

Ils ne savent comment,
Ne comprennent pas pouquoi,
De mauvais moments
Ils sont les quiquempois.

Invités surprises,
De leçons apprises
Ils frisent et défrisent
Notre patience en bises.

Narrateurs ambulants,
Vent en poupe;
Ils viennent, postulants,
Troubler notre soupe.

De foudre d’escampette
Ils portent l’étiquette
De casse à toutes les quêtes
Des bonbons à la noisette.

On a beau les éviter
Ils tombent toujours à pic
Quand leur vient la nécessité
De raser un porc épic.

Amourachés d’une sellette,
Ils tètent et répètent,
Accumulés dans notre tête,
Les ossements de leur squelette.

Ces casse-pieds
Qui nous font tant scier
Du bois pour un monde châtié
Aux veines épuisées de sons viciés.

 

16 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Philippe Frey / Nomades du monde

 

RISOTTO

45691294_319024288878562_1429919080990638080_o

Après une minutieuse inspection et reniflages poussés
ROUDOUDOU vexé, excédé, finit par la repousser.
«Cette insolente se prend pour la reine de Saba.
Va-t-elle organiser comme elle une orgie ? Bien bas,
Bien bas, mon ROUDOUDOU te voilà bien bas …
Je n’ai pas envie d’attirer la colère de mes aïeux …
Ni de continuer à me battre pour défendre un pieu !»
Mais RISETTE ne l’entend pas de cette oreille !
Elle le cajole avec des yeux à bader aux corneilles.
Comme s’il était la nième merveille du monde.»
«Aaah me perdre avec toi même quelques secondes !
Tu es mon ROUDOUDOU, mon gros nounours à moi.»
ROUDOUDOU s’écarte de cette colle en émois,
Car sitôt l’affaire conclue il décampera laissant,
Reine ou pas, RISETTE et son amour envahissant.
«Pénétrer dans une suite princière à l’âme si guerrière,
Est-ce un piège ou un cadeau à mon plan de carrière ?
Elle me bade, me porte aux nues pour m’exploiter,
Arriver à ses fins, me charme et me fait miroiter
La vie à deux qui m’encombre et m’ennuie …
La voilà, qui me fredonne Retiens la nuit !
J’ai plutôt envie de la conduire à l’école !
Comment me dépéguer de cet agité pot de colle ?»
C’est à ce moment précis qu’un reporter aventureux
Sur « L’ECHO de la Savane » a publié ce cliché d’amoureux
Que l’on pourrait croire en voyage de noces
Sur la route de l’Amour et de ses négoces.

……….
Pendant ce temps aux « Mandibules » STORY
A des bouffées de perturbantes calories à cause
De l’arrivée inattendue du top-model RISOTTO
Au rire renommé à décrocher des ex-votos.
Blasé de fredaines débraillées, de frivolités mondaines,
Il a postulé et le voilà promu par le Conseil des hyènes.
Il va remplacer RIKAÏ  qui vient de mettre bas
Dans des douleurs atroces dignes d’un combat.
On ne sait pour l’instant, terrée dans son terrier,
Combien de nouveaux-nés viennent d’arriver.
C’est ainsi que STORY, prise au dépourvu
Accueille RISOTTO comme si elle n’avait rien vu
D’aussi …Ô si … un trésor sorti de la caverne d’Ali baba
Qui laisse STORY sans voix, ravie de son célibat.
Une beauté tombée de quelque baobab immense 
Que l’on voudrait avoir au moins le temps d’une danse
Un boa soyeux, chatouilleux de plumes douces
À vous faire frissonner de bonheur la frimousse
Vous faire oublier tous vos petits malheurs …
«Suis-je à l’heure ?» …

46080186_777386822602895_5806730844286484480_o

14 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Léa Rnkwsksur Facebook

RISETTE et ROUDOUDOU

IMG_0286

«RIKAÏ toujours occupée par sa petite personne
Ne va pas tarder à mettre bas … et sonne
STORY pour l’informer de son congé de maternité.
«Oui, j’ai compris … jusqu’à Pâques ou à la Trinité !»
«Je vais sans tarder faire un brin de toilette,
Je suis dans un état ! … lamentable pour une coquette.»
STORY n’attend pas la fin de son désuet baratin.
Elle retourne à ses occupations avec entrain.
Elle a fait appel à une nouvelle candidature
Afin de remplacer cette Dirlo «un poids sans mesure !»
…………
Chassez le naturel, il revient au galop  !
La hyène était trop sage ! RISETTE au grand galop,
Fugueuse de nature, s’est sentie délaissée,
Détrônée par une princesse au siège matelassé,
Et d’un futur Roi favori TNT au succès explosif.
Irritée, elle profita et sauta sur ce bon motif.
C’est au cours d’une de mes visites chez un célèbre nomade
Que je découvris, stupéfaite, sous cette mascarade,
RISETTE et un inconnu dégoulinant de marmelade.
Côté hyène, j’en oublie la RISETTE de mes parades.
La voir déjà en couple je trouve cela fort de café !
Je ne suis plus dans le monde enchanté des fées.
Non seulement elle était partie courir la gueuse
Mais elle me revenait déjà en veuve joyeuse.
Ce n’était pas possible de voir un tel changement …
Était-elle sous l’emprise de ce garnement ?
Aussitôt je pensais à PACHYCROCUTA ce vampire
Dont RISETTE avait rêvé lors d’une nuit de délire.
Prise de remords pour l’avoir abandonnée
Ne fussent que quelques jours et par ma faute condamnée.
Elle avait préféré la protection d’un globe-trotter !
Avouez qu’elle ne manque pas de toupet ni d’experts !
Cette hyène folâtre me revient avec un emplâtre
Non pas de fraise ni de framboise … de pâtre !.
Démunie, perdue, impuissante à ce revirement
Il me faut accepter la présence de ces deux amants ?
Tout est allé si vite, sans sexe-control prématuré
J’ai oublié que les hyènes à maturité peuvent s’aventurer,
Parcourir de longues distances pour chasser le guilledou.
RISETTE, il est révolu le temps des doudous.
Voici le temps des amours avec ce premier ROUDOUDOU.
Le temps de rire pour bâtir ton propre territoire …
Mais sans couronne tu n’auras pas la gloire
Et tu devras à d’autres autorités te soumettre …
«Pas de couronne certes mais j’ai le sceptre !
Je l’ai gagné au grand tournoi des sorcières
Assistée de ROUDOUDOU en cette dure guerre.
Il m’a fallu chasser une indécrotable rombière
Qui détenait mon sceptre dans sa tanière.
ROUDOUDOU vainqueur ensuite a eu sa part de Roi
De tissu pourpre sa cape fait foi.
Pour fêter cette victoire il m’a offert
Non pas une couronne mais un diadème de vaire.
Ensuite nous avons festoyé d’où nos gueules
Marquées de nos bombances loin d’être veules.
Je vais donc régner avec mon ROUDOUDOU
Qui a su me charmer avec ses yeux doux …»
L’habit ne fait pas le moine ! es-tu sûre RISETTE
Que ROUDOUDOU a bien des coucougnettes ?
Aussitôt RISETTE ordonne «Que l’on m’apporte une lorgnette ! …»

 
45095146_317486942365016_3897809638619348992_o

8 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Philippe Frey / Nomades du monde
Francoise Cabanel Isasca

 

 

 

 

 

PIPELET et TNT

Croirait-on que sur la savane aux scènes si violentes il existe tout un dialogue associé de tendres câlins …

IMG_0273

«Mamour ! Suis-je sage ?»
«Les filles et leurs commérages !»
«C’est qui sur ton oreille ?
Un aviateur mangé la veille ?
Avec ses binocles il a l’air
Tout ébahi de prendre l’air !
Avec son bonnet de cycliste
Sur ta tête il se hisse …»
«Bien au chaud sous ma pelisse
J’écoute distraitement cette pipelette
Raconter des tas de sornettes.
Heureusement que je surveille
Pendant que Mamour sommeille.
Comment fait-elle pour somnoler
Avec cette lèche et ses envolées ?»
«Mamour … dis Mamour, tu dors ?
De mes histoires, à mon tour je t’endors !
C’est qui sur ta tête ce piou-piou ?
Est-ce une chouette ou un petit hibou ?»
«Non, mais elle va me rendre fou !
Ma sœurette voit des trucs partout !
Des choses qui n’existent pas …
En tout cas moi je n’y crois pas.
C’est pas pour rien que je porte la tresse
De la blanche Hermine, cette diablesse
Qui voulait voler mon étole de fourrure.
Elle a filé à l’indienne, je vous rassure.
Je me sens si seul déjà pour mon âge …
On me dit trop sérieux, pas assez à la page …»
«OOOH ! Mamour je vois ton rêve en image !
C’est un nageur, blondinet, épuisé par sa nage…»
«Alors là c’est le délire au grand complet !
Arrête PIPELET tes fadaises s’il te plait !
Tu vas finir d’épuiser ce champion de natation.
Je coule sous tes brassées de nage papillon !
Tu ferais mieux de surveiller la hulotte
Qui me fait de l’oeil sur ta culotte !»
Ce bref instant où PIPELET épatée, muette, 
Regarda sa culotte en forme de chouette
TNT, son frère, amusé à son tour 
Se vit propulsé parmi les gens de sa Cour.
Mamour qui ne dormait que d’un oeil
Savoure et profite de ces instants de sommeil …

 

5 Novembre 2018 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Okoth Wildlife sur Facebook

 

Il a suffi …

45593410_10217430609506428_4038435294616223744_o

Sur un arbre, perchée, une autruche
Court, poursuivie par un lapin
Amoureux de ses belles fanfreluches.
Ce dernier pour l’amour d’une baudruche
De boas voulait garnir son cou si fin.

Grimpant à l’arbre, un léopard
Rentre de sa nuit de fêtard,
Heureux et comblé du souvenir
D’une belle aux yeux de saphir.

Un énorme rapace inconnu,
Tout hideux, tout cornu,
S’apprête à quitter son aire
Pour un ciel plein de mystères.

L’arbre penche sous le poids
De ces hôtes encombrants, sournois,
Qui troublent sa lune de miel
Avec un soleil au septième ciel.

Le ciel, témoin de leur amour
Rougit et retarde le point du jour
Où l’ombre et la lumière
Pour un arbre firent jouir la terre…

…. D’une danseuse sans étoiles,
Branchée et non de voiles.
À cet astre, d’une révérence,
Elle honore la beauté de l’existence.

Il a suffi d’un soleil et d’un arbre
Pour que la magie de la savane
Sans les couleurs d’un arc-en-ciel
M’éblouisse de ses mannes.

 

5 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine 

  Photo : Farid Radjouh sur Facebook

Mamour …

45101427_2078222595561334_2152308957857710080_o

«Mamour, chante moi une chanson !
Celle du petit pinson
Qui n’a plus de caleçon
À cause du vilain colimaçon…
Ou celle du cow-boy solitaire
Qui avait peur du tonnerre
Et se cachait sous terre
Dans une vieille tanière.»

«Mamour … tu les aimes les humains ?
Ils nous caressent d’une main
Et de l’autre sonnent le tocsin
Avec notre dépouille fusil en mains.
Dis-moi pourquoi le Bon Dieu
A déversé ses larmes avec nos yeux …»
«Mais non Princesse, c’est de l’encre noire !
Pour t’écrire et te raconter des histoires.»

«Des histoires à dormir debout
Afin de vite mettre les bouts
Quand les orages avec leur boue
Menacent nos vies sans tabou.
Mamour, si je pouvais ainsi
Oter le Si de nos sursis
Douce serait la vie ici …»

«Oui …ma princesse … Sissi ? …»
«Non ! pas Sissi ! mais cette chanson
Du guépardeau qui sans façon
Apprenait bien ses leçons
Pour conserver son caleçon …»

«Un guépardeau qui rêvait trop …»

 

5 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Taronga Western Plains Zoo

Neige

44904983_1119551568202767_6177816710150619136_n

Si RISETTE avec sa couronne a bien du tracas,
STORY de son côté n’est pas sous le signe de la baraka.
RIKAÏ de sa dernière cure thermale a ramené
Un souvenir qui l’oblige à ne point se démener.
Déjà que par nature au boulevard des allongés
Va sa préférence … elle se repose et laisse éponger
À son entourage tout le satané et fastidieux boulot
Quémandé par « Les Mandibules » aux nombreux marmots.
De plus de son dernier séjour aux thermes, ce porte-bonheur,
Dissimulé quelque temps, s’est épanoui de rondeur  …
On peut voir ses mamelons aux tétines déjà avides,
Des petites secousses sismiques qui remuent son bide.
Du coup avec tout le poids de cette nouvelle charge
RIKAÏ se vautre dans les atouts de cet avantage.
«Pas assez qu’elle faisait pas grand chose cette feignasse,
Elle me ramène de futurs orphelins de ses chasses.
Toutes les responsabilités lui passent au-dessus de la tête.
Franchement avoir voté pour cette goulue de coucougnettes,
Une chochotte pas si fragile qui se donne des grands airs,
Une Marie-couche-toi-là qui n’amène que misère.
Se faire engrosser par je ne sais quel curiste d’occasion …
Elle me revient le chariot plein de coûteuses provisions.
Je ne peux à ce rythme là assumer le poids de diriger
Toute seule cet orphelinat… après tout je n’y suis point obligée.
Certes il y a les nourrices aux emplois intermittents …
En plus de cette bouée flottante nous est arrivée au mitan
« TRONCHE DE CAKE » ainsi baptisée par une bienfaitrice célébrissime.
Et ce n’est pas un cadeau ! Un cas jamais vu, rarissime !
Une orpheline qui n’arrête pas sans raison de sourire.
Cette tronche est farcie de fruits défendus en délire.
Elle est grave ! Atteinte de pubères poltergeists, infestée,
Elle voit des fantômes bidons liés à la croissance
D’une sexualité d’adolescente dont l’effervescence
Fait explosion d’appels qui disjonctent régulièrement
Sous des pulsions incontrôlables en mouvements.
De plus en plus agitée même les bains de siège
Ne calment pas cette dulcinée surnommée NEIGE
À cause de l’impact psychologique qui pourrait calmer
Ses montées de chaleur qui nous attirent des malfamés.
Parait-il qu’une reconnaissance stopperait ses phénomènes …
À ce train là « Les Mandibules » vont devenir « Les Electrogènes » !
Toutes ces hormones en folie troublent et dérangent la quiétude
De l’orphelinat face à cette sexualité d’une telle amplitude.
Franchement je n’avais pas besoin de cette hystérique bruyante.
La faire adopter, proposer cette adolescente souriante …
Non je ne peux me résoudre à cette solution envisagée
Si ce n’est la garder en vie … âgée …»
STORY portant tout le poids chimérique de son histoire
Va consulter son miroir qui se ride sous son désespoir.
Accablée soudainement comme la foudre un jour d’orage
STORY, le gosier sec, s’abreuve et noie ses nuages …

 

21686948_733160866872449_5313823952550406547_o

1 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : New Animalbook Evelyne Fosse
Nkorho Bush Lodge

 

 

 

L’offre et la demande

44969690_2057158364304837_8645153062379323392_o

YO et HIHAH sont fascinés par cette couronne
D’un patchwork reluisant incrusté d’émail…
Épatés par la beauté de cette généreuse gorgone,
Ils sursautent par l’arrivée d’un imprévisible e mail
Venant d’un Grand Duc qui leur signe un arrêt de mort
S’ils acceptent l’offrande de ce vil sorcier retors.
Dégrisés, ils fuient vite, échappent de justesse
À ce monstre déguisé, caché par des eaux traitresses.
Ils remercient au passage ce Grand Duc, fier et satisfait,
Comme s’il détenait avec complicité une baguette de fée.
Et les voilà de nouveau en quête d’une couronne
Sous l’oeil amusé et attentif des lionnes …
Installées sur un tapis de mousse d’un vert gourmand.
Ces dernières trop occupées par leurs petits garnements,
N’ont pas vu ni flairé l’arrivée d’une célèbre espionne
Qui enquête et recherche le voleur de sa couronne.
N’ayant jamais vu de ses yeux le portrait de cet Arsène,
RISETTE se retire discrètement de cette ambiance malsaine.
Mais les deux lascars de loin l’ont aperçue !
«Vite ! Planquons-nous avant qu’elle nous tombe dessus !
Tant que nous n’avons aucun diadème à lui offrir
D’une bonne et sage distance il nous faut tenir.»
Ce qui amuse beaucoup ROSETTE, la belle léoparde,
Maquillée à l’extrême par de moustachus bardes.
«Ils n’ont vraiment rien à faire ces croquants !
Fort heureux ce n’étaient que rubis ! … du clinquant !
MOI la mienne est sertie de belles étoiles dorées …
Rien à voir avec la couronne de cette goret.»
« L’ÉCHO de la savane » ayant dispatché ce fait divers
Tout un peuple cherche dans le moindre courant d’air
Une couronne susceptible de contenter une Reine
Que l’on ne connaît ni du Père Noël ni de ses rennes.
MEDEE tourmentée par la peine, implore sa mère
D’aider cette malchanceuse RISETTE déçue, amère.
«Votre coeur de maman ne peut rester indifférent.
S’il vous plait mère, à la vente aux enchères des Os Errants
Vous pourriez acquérir pour trois fois rien du tout
Une couronne détrônée, volée par ce petit loup.
En échange je vous promets de ne plus approcher
Cette RISETTE au parcours semé de ricochets.»
Cédant à la demande pour avoir la paix, pressée,
Elle ramène une couronne de peau et poils tapissée.
«Bonne mère, que voulez-vous qu’elle fasse de cette relique !
Vraiment votre trouvaille ne casse pas des briques !
Les hyènes ont un dégoût pour le poil ! Non vraiment,
Votre couronne ne lui attirera aucun amant.»
Un délinquant du bataillon « Au Besoin », zélé,
Aperçoit RISETTE, l’interpelle un peu affolé :
«Vite, votre Majesté j’ai la couronne qu’il vous faut !»
RISETTE rapplique, inspecte les petits défauts …
«Encore des rubis ! j’aurais préféré des pierres de lune …»
«Mais votre majesté ! je n’ai pas assez de fortune !
La Lune est bien trop loin ! De jour je ne peux
Savoir où se cache cet astre aux rayons lumineux.
Faute de grive on mange du merle … de Bertrand
Apparamment mon cadeau ne satisfait pas vos ortolans !»
«Bertrand ? Ortolans ? … À quel zigoto, quelle pie-grièche
Avez-vous emprunté cette pièce revêche ?»
Vexé, le délinquant laisse cette reine et son déplaisir.
«Je ne sais si c’est de Bertrand, mais elle a de qui tenir !» …
 

44460890_176481223277882_2109287700677787648_o  Image 31-10-2018 à 06.15

31 octobre 2018 – Jeannine Castel
D’autres photos sur la page : Les poèmes de Chatnine sur Facebook
Photos : Jo Begood   Bri Lions Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

 

 

Ricochets

24799354_149086782400518_8216882011360672514_o

Tout en marchant, MEDEE s’empresse de raconter à sa mère
 Qui écoute attentivement sans perdre de vue la clairière
L’histoire de cette Reine qui n’a plus de couronne
Suite à un petit voleur qui depuis fanfaronne.
«Il a déclenché la colère des terribles « Quenottes » …»
«Mais qui est donc cette Reine qu’ils chapeautent ?»
«Elle s’appelle RISETTE, fille de STORY et de JADOR»
«Bonté divine ! MEDEE, tu as frôlé la mort !
Une crocuta ! … bien fait pour elle ! ça lui apprendra !
Ces voleuses qui troublent et chapardent nos repas …»
«Mais maman … tais-toi ! Je ne veux plus que tu t’approches,
Echanges, partages, une amitié avec cette bamboche …»
Très en colère son ton est monté si fort, si haut,
Qu’il est arrivé aux oreilles de demoiselles aux talons hauts.
L’une est dure de la feuille. L’autre miss lui marmonne dans les tympans :
«C’est encore un tour de YO, ce mignon et petit chenapan !
Il a dérobé la couronne de RISETTE … tu ne la connais pas.»
«Tout le monde va t’endendre ! Parle-moi plus bas  !
Je ne suis pas sourde … pourquoi veux-tu une risette ?
Tu me chatouilles avec tes poils de nez …raté pour la discrète !»
En effet, à quelques mètres plus bas un solitaire taurotragus
Estomaqué par cet audacieux vol à la tire fait par un minus
Déstresse les tresses de ses cornes qui dénouent
Les nœuds de son plexus bloqué jusqu’aux genoux.
«Tiens, j’ignorais que ces deux perches en sont …
Je les croyais fille et garçon … quel monde polisson !
Après tout ce ne sont pas mes oignons ni ma couronne.
Ça lui servira de leçon … faut faire confiance à personne.»
Ce n’est pas le cas du papa de YO qui rit encore du larcin
De son prometteur rejeton aux allures de petit saint.
Fier, il l’admire en train de raconter à sa soeur HIHAH,
Sérieuse comme un pape et qui n’apprécie pas
Ce que lui dit YO, son frère, ce petit chapardeur
Qui essaie d’amadouer les faveurs de sa sœur …
«Ton histoire n’est pas drôle, tu as pimenté la haine.
À cause de toi tu peux être sur que cette future Reine
N’oubliera pas qu’à cause de nous sa couronne
S’est envolée et avec elle son glorieux trône !
Le seul moyen, peut-être, de rattraper ta bêtise insensée
Serait de lui faire réparer sa couronne offensée ! …»
«Mais comment veux-tu ?» «C’est pas mon problème !»
«Tu crois qu’elle accepterait un nouveau diadème ?»
«Demande à ta copine MEDEE !» «Elle est punie, au cachot !
Sa maman n’a plus qu’elle … elle a eu très chaud  …»
«Que crois-tu ? Ça rigole jaune sur la savane …
En plus un pensionnat a perdu ses bonnets d’ânes !»
«Approchez mes mignons … n’est-elle pas belle ma couronne ?
Admirez comme elle scintille … je vous la donne … »

 

45054127_302153980381908_6702205528065441792_n 28515055_145141829638045_6496420141269340106_o235628305_187164742126737_5737124516933402624_o

9 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Anciaux  Carine Noushka
Caroline Duca Sylvain Aulenbacher

D’autres photos sur ma page Les poèmes de Chatnine sur Facebook 

Médée …

43677290_10156848091933234_6169161951617220608_o

«Petit ! Petit ! J’en ai le poil tout hérissé !
Voilà qu’un lion avec ses envies de pisser
Cherche à coup sur à me voler la vedette,
À détourner de nous les tam-tams à roulettes !
Petit ! Petit ! À cause de ce Manneken-pis, RISETTE
Depuis qu’elle l’a aperçu s’embrouille les canettes !
La voilà qui fait des entrechats de ballerine,
Euphorique ! après avoir reniflé son urine !
Non mais ! il se prend pour qui cet incontinent
Qui fait pipi à la barbe des ribambelles de passants ?
C’est pas en dansant la java que cette jeune Reine
Va retrouver sa couronne … elle était si sereine …»
«Tais-toi petit ! Tu sais pas de quoi tu causes !
Tes paroles en l’air me troublent et m’indisposent !
Accablée de chagrin, je ne danse pas, je chaloupe !
Car suite à ma découverte je n’ai plus le vent en poupe !
Ce n’est pas un Menneken-pis qui va m’oter mon public !
Et nous n’allons pas émerger du paquebot Titanic !
Il suffit de trouver, d’imaginer une nouvelle attraction
Pour s’attirer des clac-clac, scotchés, ébahis d’admiration.
Tu vois rien que ces pas croisés d’un tango argentin
Les fera rire en dépit de tout mon immense chagrin.»
«Petit ! Petit ! N’ai-je pas hérité de la toison d’or ?
Au fait, on dirait que tes ailes n’ont plus de ressort !?»
«Ouais ! Englouties par le veau d’or lors de funérailles …
Découpées en morceaux par une bande de canailles.
Rien que d’y penser, je m’emmêle les pinceaux …
Nous aurions pu faire un pont d’or sans ces sots …»
«Médée ! Médée !» «C’est quoi cet appel ? Une alerte ?»
«Non, c’est maman qui me cherche ! Petit ! mais sa fille certes.
Moi aussi ma toison est gardée par des hommes armés
Contre tous ces dragons qui veulent nous décimer.»
«Tu as raison, petite… ma couronne en a fait les frais !
Ce n’est pas accrochée à un chêne ou à un cyprès
Que je l’ai retrouvée … dans quel état ! C’est horrible !
Tout ça pour un cadeau qu’un garnement impossible
Voulut offrir à sa mère, à la barbe des « Quenottes » !
Ma couronne de rubis ! Par Parkinson, j’en ai la tremblote !
Je swingue, twiste, ivre d’un abus de pouvoir …
Oui petite, tu peux chanter noir c’est noir ! …
Le bambin après s’être amusé de ce nouveau gadjget
L’a abandonné, vite lassé … il l’a refilé aux geais !
Ceux-ci n’ont pu de leur bec dégriffer les pierres précieuses,
Ils ont laissé tomber ma couronne dans la terre sableuse.»
«Oh … comment vas-tu faire sans ta couronne alors ?»
«À la danse du balai je confie mon triste sort.»
«Médée ! Médée !» «Je dois partir maman s’impatiente.»
«Oui, petite … il faut décoder ce que cachent les fientes.
Prends soin de ta toison d’or ébouriffée par les caprices du vent.
File avant que le Menneken-pis te croque à belles dents.»
Sur le lac de flamants roses, histoire de changer de décor,
RISETTE a bouclé son enquête avec regrets et remords.
«Elle était si belle ! Qui me la remettra en état …
Ma couronne et ses volumineux carats ?» Sur un air de samba
Sorti de nulle part, RISETTE face à son destin
Se surprend de penser à ce pisseur pour bottins.
«Je ferais bien quelques pas de lambada …
Me frotter à ce chacal  qui rigole comme un fada !»
«Et c’est reparti ! … emboitons le pas à RISETTE !
Dommage… elle ne joue pas des castagnettes
Observe YO … Ici, tout se répète …!
La preuve ? c’est moi qui referme son enquête …

 

35972012_10212058101199706_8727382667982536704_o 44728433_312536396231920_6068032140564496384_o 32169187_10156590598833258_5190977510661160960_o 

27 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos :  Kilambo Abou Maringa Lise Perreault

D’autres photos sur ma page Facebook les poèmes de chatnine. merci

 

 

 

12345...10

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus