Archive pour la catégorie 'animaux'

Un rameau de léo

 28161958_10213888463622908_7119449233609426031_o

Splendide quatuor de léopards
Un peu loubards, roublards, testards,
Dans leurs yeux sont des poignards
Fixés sur les innocentes proies du hasard.
Perchés, camouflés dans les feuillages,
Silencieux, sages comme des images,
Une mère et trois Léo dans les branchages
Attendent de la providence ses avantages.
Fautif, leur garde-manger est sans cesse vidé
Face à tous ces appétits aux crocs débridés.
Telles des bombes, ils tombent sans prévenir
Sur les imprudents trop pris par leurs loisirs.
Ces jeunes malabars sont tiraillés sans cesse
Par une faim qui jamais ne paresse …
À la chasse ils s’en vont régulièrement
Sous les ordres et gestes de leur maman.
Les cabanes dans les arbres, pour eux,
Existent depuis que le ciel est bleu.
Ce bleu qui se mire encore dans leurs mirettes,
Des yeux qui vous mettent le coeur en fête.
Heureuse photographe, ce jour, d’avoir aperçu
Ce tableau de famille à leur insu.

 Depuis courent-ils sur la prairie ?
Étaient-ils là, témoins d’une mauvaise plaisanterie ?
Errent-ils sur les terres meurtrières du Mara ?
Sont-ils des âmes guerrières, sous ces apparats,
Digérant leurs fautes dans un parc du Purgatoire ?
Ou simplement se reposent-ils sur cette histoire?
Toujours est-il, perdus dans leur contemplation,
On peut les voir recueillis, en pleine méditation,
Juchés sur l’arbre de la divine connaissance
D’un Eden aux éternelles vacances.

 

22 Février 2018 – Jeannine Castel
photo : Marielou Dhumez sur Facebook

 

 

 

Un des six nomades

27545108_547854532247491_4723141444904170969_n

Un des six nomades
Assis pour la parade
Observe l’horizon.
De fenaisons, il colore
La rousseur de l’aurore
Dont la douceur de vivre
À ce souvenir l’enivre.
Il profite de leur balade
Pour offrir une oeillade
À cet instant de répit
Sur ce verdoyant tapis.
« Nomade ! pas plus que vous 
Qui venez si souvent parmi nous !
Je vous connais si bien et si peu …
Si vaste est l’étendue du ciel bleu.
Aujourd’hui, je suis là, que sera demain ?
J’ai borné d’une photo notre chemin.
Pourquoi moi et pas un autre …
Dites moi mes bons apôtres …
Je viendrai ici me reposer après ma mort.
Vous me reconnaîtrez à ma toison d’or.»
Un des six nomades, pensif, sans mascarade,
Attend la fin de la balade
Pour retrouver les siens.

« Tiens, encore vous, magiciens Meltingpotiens ! »

 

6 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Bri Duyols sur Facebook

 

 

 

Dites Ah !!!

21231294_504899049897358_4343610181961685332_n

Une jeune hyène rieuse,
Moqueuse, montre joyeuse
Sa dentition de croquemitaine
Pour sa jolie bedaine.
Un nez tout plissé, complice
De cet éclat de rire factice,
Des mâchoires envieuses,
Témoignent une hargne dévoreuse.
On dit qu’elle ricane
De ses nombreuses chicanes.
Là, elle pète de rire
Sur tout ce que l’on peut dire.
Ses oreilles de chauve-souris,
Sourdes à ses proies aigries,
Dressées de cruels défis,
Fol est celui qui s’y fie.
Sous la blonde lumière,
D’un accueillant sourire
Aux fines dents hospitalières,
Cette hyène est en délire …
Furie ou maternelle, dites Ah !!!
Elle s’éclate en tout cas !

 

18 février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Michel Carrel

 

 

C’est un caméléon

27912515_1526735090770974_2556641846774733697_o

C’est un caméléon
Rescapé d’un chaudron
Cuivré par la cuisson
Brûlé d’émotions.

Ses pattes calcinées,
D’huile chaude bassinée,
Sont comme du bois mort
Sur ce tronc en décors.

Une courte appendice
Montre encore le supplice
D’une  curiosité globuleuse
Pour sa plongée en friteuse.

Ratatiné par les hivers froids,
Moisi par les humides sous-bois,
Sec comme un hareng sans huile
Convalescent, il digère cette tuile.

C’est un caméléon
Aux chaudes couleurs marron,
Marqué par les saisons,
Desséché comme un crouton.

D’une préhistoire surmontée
C’est un caméléon entêté
Une étrange bête des sous-bois
Qui survit comme toi et moi.

 

18 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Philippe Garguil

 

 

La lionne et les mouches

IMG_3079

Un froid polaire
Paralyse la Terre
D’une planète bleue
Au teint neigeux.
Tandis que des mouches
Autour de ma bouche
Grouillent et dépouillent,
Barbouillent et débarbouillent
Mon museau encore souillé
De victimes dépouillées.
Ces sangsues collantes,
D’une musique bruyante,
Sous la chaleur ardente
M’exaspèrent, agaçantes.
Coquetterie d’autrefois,
Ces mouches par ma foi
Trouvent une table de choix
Sur mon joli minois.
Ces dévergondées parasites
Excitées, visitent
Le moindre poil illicite
Qu’une fringale incite.
À des lieues de là
Froideur et verglas
Font mouche les tracas …

1 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo de Jacques Montanari sur Facebook

 

Les yeux des félins

17016114_1719585758333711_4428791995182456424_o

Les yeux des félins
Lumière du divin
Aussi mystérieux que lui
Ont cet infini
De cet indéfini
Besoin d’évasion
Recouvert d’érosion.

Leurs limpides eaux,
À travers leurs vitraux,
M’amènent sur des rivages
Dans un silencieux langage
Tendre et câlin,
Doux comme du satin,
Rude comme le lin.

Suspendue, perdue
Dans leurs regards,
J’oublie, éperdue,
Ce froid de canard
Qui m’entoure
Dans cette chasse à courre
De bienvenues.

Les yeux des félins
De paradis lointains,
De légendes et de contes,
Leurs prunelles me racontent
Cet impalpable sentiment
De cet indéfiniment
Bonheur permanent.

Jamais ne me lasse
Même dans leurs yeux de glace,
De ces mirettes cachotières
D’âmes guerrières.
Sous leurs paupières closes
D’un film permanent
Je voudrais ce firmament.

 

27356488_10211951369601796_7669387388025545150_o

8 Février 2018 – Jeannine Castel
photos : Caracal de Tony Crocetta sur Fb
                  Guépard : Michel Bertrand sur Fb

 

 

 

 

La grande parade

27624607_1592471417499111_5380092431985096667_o

Les girafes apprennent à défiler
Pour la grande parade animalière.
Pas moyen d’essayer de se défiler …
Deux gardiennes veillent, resserrent,
Les rangs de cette troupe indisciplinée, lassée,
Qui n’en fait qu’à sa tête, préférant
Faire une trempette pour se délasser,
Insouciante des eaux de la Mara, aux dents
Cruelles qui flottent sous de jolis ornements.
La meneuse de revue attend sagement
Que ces turbulents, chahuteurs garnements
Enfin se décident à se mettre en rang.
D’une ligne bien droite et régulière
Elle pourra les amener vers la clairière.
Partis depuis l’aube, la fatigue se ressent,
La concentration a rejoint bon escient.
« Lâchés sur la savane les gardes vont avoir
Un mal fou à rassembler en un seul couloir
Ces longs cous curieux, avides d’espace,
Agités, perchés sur leurs grandes échasses.
Quelle idée saugrenue venant d’un commandant
Qui se contente de jumelles pour ce dément
Projet de nous faire défiler … quel emmerdeur !
La parade animalière et sa folie des grandeurs !
Combien de fois devrons-nous répéter … »
« Taisez-vous ! Garde à vous ! Assez rouspété !
Une fois la file indienne en place,
Vous lèverez en cadence la même patte, bande d’échasses !
Je veux plus entendre de commentaires ! »
« Le commandant derrière ses jumelles est très en colère … 
La troupe va t-elle réussir cet exploit ? …
Attendons le prochain scoop… j’ai les foies … »

 

8 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Polo Chourbois sur facebook

 

 

 

Points et pois

27174022_1403165359812576_3327465270594012027_o

Deux pintades noiraudes
Partirent à la maraude
Dans un champ de pois
Du fin à l’extra fin choix.
De points et d’embonpoint
De plumes et duvet fin.

Deux pintades grassouillettes
Décorèrent leur toilette
De pois moyens à très fins
Pour un mardi-gras serein
Sur des rochers en chocolat.
Crêtes de dentelles et falbalas.

Une émeraude en percing
Ajoute à leur looking
Ce brin de verdure
Manquant aux pois de leur parure.
Deux jolies pintades
Prêtes pour la parade. 

Ces poules de Numidie ayant picoré les écrits de Rome
En poules d’Inde le Moyen-âge les renomme.
La déesse Artémis voyant sur ce char ces deux pintades
Transformées en pintades du pharaon pour la parade,
Les renvoya vivre à l’état sauvage en Afrique.
Être chassées ou sauvées … Pois ou point ?

 

1 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Véronique Morel

 

SCARFACE

27356173_1851072405185045_3549551651282794187_o

SCAR ! …
Un roublard
Des grands boulevards.
Le chouchou
Des rendez-vous.
Doudou de loulous
Amoureux fous.

SCARFACE
L’audace …
De volte-face
N’effacent
Sa face,
Ne remplacent
Sa tignasse.

Un Roi des rois
D’un chemin de croix
Dont l’oeil droit
Saigne de froid,
De sournois
Tournois
D’effrois.

SCAR, l’immortel.
L’éternel favori
De safaris.
L’idole
D’une farandole
Entichée
De ses clichés.

SCAR
Ce bel avatar
Est et restera
L’énigmatique,
Fantastique
Lion idyllique
De l’Afrique.

 

1 Février 2018 – Jeannine Castel
Photo : Tony Crocetta sur Facebook

 

Parchemin

IMG_2907

Une chute de reins
À faire pâmer d’amour divin
Les voyageurs sur son chemin
Admirateurs de ce parchemin
Déroulé pour l’écrivain.

Une pause étudiée
Par ce léopard initié.
Un top-model animalier
D’une splendeur à scier.
L’envie de le supplier …

Le supplier de demeurer encore
Du coucher du soleil à l’aurore.
Respirer à travers tous ses pores
Cette sauvage beauté qui s’ignore.
Ô combien, je vous adore !

De dos, de face, de profil,
Vous êtes mon roi de la wifi,
Mes livres d’enfant en ce rififi.
Élégance, grâce, purifient
La laideur de la cacographie.

Pelisse sans guêpière
Spots de lumières
Amourachées de cette héritière,
Sauvageonne des clairières
En croisière.

 

26 janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Jean-Louis Godard sur Facebook

 

1...678910...15

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus