Archive pour la catégorie 'animaux'

Chuuuut !!!

35123837_226606408120351_104184211405012992_o

Chuuuut ! Pas un bruit !
Les mots n’ont plus d’écho.
L’extase est sans cris.
Juste quelques bécots
Déposés sur la splendeur
Sous une lune rousse
D’un nez en forme de coeur,
De pique, la mort aux trousses.

Chuuuut ! Pas un mot !
Place à la beauté !
Désarmés les mots
Ne sont que pauvreté.
Une coulée de larmes,
Dans un regard fuyant,
Ajoutée à son charme
Silencieux et bruyant.

Chuuuut ! Ne dis rien !
La belle sur la bête
A muselé le terrien.
Si belle est la bête !
De peur que la beauté
Si vite maculée, affichée
À notre prétendue supériorité
S’embarrasse de colifichets.

Chuuuut ! Le temps de croire
Avant d’aller dormir
Que le monde et son histoire
A ce bel avenir
Résumé de symboles,
De rêves et de souvenirs …
Une bien belle obole
À mes espoirs et soupirs.

 

23 Juin 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur Facebook

 

 

Journée mondiale de la Girafe

20988895_10213783024359079_1603074004320981981_o

Girafes, giraffas,
Girafes, zarafahs
Quels immenses sofas
Il vous faudrait !

En ce jour de fête,
En votre honneur,
L’été aussi s’apprête
De vos estivales couleurs.

D’une journée mondiale
Anciennes caméléopards
Cette revue nuptiale
Fête vos noces sans canulars.

Girafes des savanes
En vitesse de croisière
À l’amble se pavanent
Baignées de lumière.

Doudous préférés
Des touts petits,
Vos ossicônes guillerets
Pour leurs guiliguilis.

Girafes africaines
Sereines, souveraines,
Puissent de longues semaines
Vous couronner d’étrennes.

Sans bailler aux corneilles
Vos beautés sans pareilles,
De famines et de longs cous,
Mes amours, tenez le coup !

À peigner la girafe
Depuis Charles X
Amis, faites gaffe
Pour conserver jadis.

 

31265482_10215965855408491_6412457027003482112_o

21 Juin  2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine

Photos : Farid Radjouh sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les petits déjeuners

32283726_10216075163341121_4338602359841095680_o  32395250_10216124170286264_4741234361062391808_o

Au petit matin
L’hypo gueule avec entrain
Le réveil matin
Pour le lever des baladins
Qui sommeillent encore
Bien après l’aurore.

J’ai les crocs de bon matin !
De l’herbe … pouah ! c’est malsain !
Moi je n’ai que du crottin !
Nous ne sommes pas gatés ce matin !

Pour moi y a pas de souci !
De la grenouille, c’est par ici !
L’étang en est farci !
La faim ne connait pas le rassis.

Moi face à toute cette boue 
Sur les parois de ce phacochère,
Je n’arrive pas à bout
De ses parasites en milliers d’exemplaires.

Chez les bonobos
Le lait n’est pas bio !
Mais des beaux lolos
Du lait coule à tire-larigot.

Non, ce n’est pas du pain !
On dirait du champignon …
Je dois m’en contenter ce matin.
Cool, personne pour me crêper le chignon !

Ainsi les petits déjeuners
Des plus vieux aux  plus jeunets
À la carte ou au menu
Sont toujours les bienvenus.

 

26170146_1896097010720130_1283757660566758618_o  24172888_10214642238518896_8761116626320337456_o  26170157_10214886797032706_1822221556150372285_o

26 Mai 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur Facebook 

LIPSTICK

IMG_3607

Il est là, d’humeur badine, foulant le Masaï Mara …
« Regardez-moi ces faces de rat !
À peine mort, déjà les mouches, les hyènes,
La gente cavalière encore indemne ! »
Il fut, il est, il sera
Ce lion triomphant du Masaï Mara,
Mort de faim à son heure dernière,
Endormi sur l’herbe de la douce clairière.
Seul, le tout en chacun face à la mort.
Il est ce LIPSTICK vivant encor
Dans des scènes de vie dévoilées.
Il est dans son firmament étoilé
Dont vos lèvres gourmandes d’un baiser
N’ont pu qu’effleurer sans apprivoiser
Ce héros de vos longues jumelles
Irisées de feux et de mille étincelles
Enfouies dans sa crinière brune
De soleils éclatants, de nuits sans lune.
Il fut ce champion de vos combats.
Il est dans l’empreinte de vos pas.
Il est dans vos yeux à jamais éteints
Ce lion fidèle Roi et Souverain.
Demain, vous le verrez encore
À chacune de vos aurores
Hanter cet amour qui vous unit
Au plus profond de vos nuits.
Il est cet inconnu qui n’a fait que passer
À jamais perdu, retrouvé, enlacé
D’une nostalgie débordante de pensées.
Il vous a tout simplement devancé.
Ce n’est que ce matin que je l’ai rencontré
Vivant ensemble dans une lointaine contrée.
Il habite peut-être chez un de mes chats …
Mais LIPSTICK, que fais-tu là ? …
J’étais un grand poète …
Vous ne le saviez pas ? ….

 

23 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Bri Duyols sur Facebook

 

 

Chouchou

21314582_10155717216439839_530364238229079655_n

Ma face est toute ridée,
Mes yeux sont une odyssée.
Par des milliers d’idées
Mes poils sont tout hérissés.

Si je vous fais sourire,
Vos sarcasmes en prime,
Je n’ai de vos fous-rires
Que le poids de vos déprimes.

Mes oreilles en feuille de chou,
De simplet je suis le chou-chou.
Je trouverai bien une nounou
Pour sautiller sur ses genoux.

S’il suffisait d’être beau …
Dis-moi l’ami Pierrot,
Pour finir dans un tombeau
Tôt ou tard tu auras bobo.

Moi, je suis habitué à ce laid.
De vos mimiques vous me battez.
La nature ne m’a pas gâté
Au moins j’ai des antennes-relais.

Chouchou je suis et resterai
Avec mes feuilles de chou.
Par cette poésie j’aurai
Une myriade de rendez-vous
C’est chou !

 

18 mai 2018 – jeannine Castel
Photo : Philippe Frey / nomades du monde sur Facebook

 

 

 

 

L’attente …

31944481_10216050040113056_8878486854475710464_o

Avant de rentrer en scène, en coulisses,
Angoissés, excités, les plus jeunes novices
Se préparent à dégringoler les dizaines de mètres
De la pente abrupte de la berge, traitre
Passage qui les attend avec les crocodiles aux aguets …
La rivière Mara n’est pas un insignifiant petit gué.
Attendant que le spectacle aquatique commence
Tels des guerriers casqués, nerveux, ils sont en transes,
Soulevant la poussière, étouffant la lumière,
Inquiets, habités de cette migration séculaire.
Des plaines fertiles du Masaï Mara, en ce lieu, 
Zèbres, gnous, antilopes dans un essaim poussiéreux
Vont affronter la mort dans cette eau boueuse,
Dans une énorme bousculade vers ces rives dangereuses
Non contrôlées sous la vigilence de quarter gnous,
Poussés par leur coutume au noir désir à genoux,
Ils vont armés de cris, de râles, de derniers soupirs
Accomplir jusqu’au bout leur funeste avenir.
C’est un champ de bataille sans canon, ni clairon
Où chacun s’évade, fuit cette oppressante garnison,
Se rue, piétine les plus faibles, les nouveaux nés,
Tous piégés dans cette traversée pour forcenés.
De nombreux noyés s’accumuleront dans les eaux,
Consommés par diverses créatures des bords de l’eau.
C’est dans le noir du doute et de l’espoir
Que leur carcasse tracassée par la mort
Attend dans cette salle inconnue des remords.
Tous surveillent le signal d’un lever de rideau
Béni par l’écosphère d’un absolu chaos.
C’est ainsi que ce nocturne rassemblement coutumier,
Sous les yeux impuissants de témoins, fins limiers,
Dans une mare d’éclaboussures de sang et de boue
Leur offrira cette phénoménale migration des gnous.

 31947221_10216050039553042_1303528114843811840_o

6 Mais 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
chatnine.fr
Photos : Farid Radjouh sur Facebook

Viens poupoule, viens …

IMG_3521

Lors du show dernier des Miss Autruches,
Un vieux baron émoustillé par leurs fanfreluches
Tomba follement amoureux pour l’une d’elle,
Surnommée RUBIS à cause de ses prunelles
Qui scintillent de millions d’étincelles
Surtout à la vue de belles pierres précieuses
Dont elle raffole, pare sa silhouette capricieuse.
Une goulue d’un appétit difficile à combler,
Qui ne se contente pas que de la couleur du blé.
Ce vieux baron, démodé, portant haut de forme,
À la vue de toutes ces Miss retrouva cet énorme
Désir enfoui depuis de nombreux jours,
Tant sur le Mara longue était sa liste de cours
Qui avait séché ses ardeurs excessives
Pour le plonger dans des sentiments à la dérive…
En jaquette et noeud papillon ce vieux polisson
Avare de surcroît, ne se ruinant pas pour un jupon,
S’empressa, après le spectacle, d’un rendez-vous
Avec cette nana qui lui avait redonné le goût
De quelques folies sans savoir que les siennes
N’avaient pas le même profil, profit qu’à cela ne tienne …
RUBIS voyant arriver ce gros dindon d’un Empire,
De ses yeux aussitôt envoute cet affreux vampire
Parfumé au cigare, à la chair d’un steak tartare,
S’appuyant sur sa canne, gloussant comme une cithare.
La voilà qui joue la belle ingénue atteinte dans sa virginité,
Se refuse aux avances empressées, risibles, mitées,
Et n’accorde que quelques effluves prometteuses
À ce vieux grigou de réputation fameuse.
Surpris, n’ayant pas pour habitude d’être éconduit …
Le voilà qu’il s’engage envers la belle de prolonger les nuits.
Aveuglé par sa passion, il ne voit pas l’ennui
Dont Miss RUBIS, pour l’amour des pierres,
S’amuse de ce rampant coeur de lierre.
Si bien qu’il s’entêta, s’endetta pour la belle
Qui le pluma de quelques économies de chandelles.
Et c’est la raison pour laquelle sur la prairie,
Oubliant ses douleurs, à corps et à cris
Vous le voyez courir, hurler après sa poulette
Qui décida de prendre la poudre d’escampette …
Quand après expertises, elle découvrit, furieuse,
Que ses parures n’étaient que fausses pierres précieuses.
Il lui fallait à tout prix rejoindre la Compagnie,
Elle avait assez perdu de temps avec les manies
De ce vieux maniaque au monocle gourmand
Qui n’était en vérité qu’un vieux pingre amant.
Grâce à Farid, intrigué par la scène, RUBIS
A tenu à témoigner pour les nouvelles souris
Qu’un baron, déjà de renommée, était en fureur
Car en plus de coureur il était un receleur.
Se voyant obligé pour son rang, de laver son déshonneur,
Car être roulé dans la farine par plus voleur que soi,
Sans besoin de claironner, fait rager, y a de quoi.
Depuis rires et commentaires à sa cour d’honneur
Amusent de nombreuses Rubis cachées dans les coeurs …

 

6 Mai 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
chatnine.fr
Photos : Farid Radjouh sur Facebook

Histoires insolites

Super show in Mara

30171998_186534768655719_8735569337492899999_o

Sitôt l’autorisation accordée, les Miss autruches
S’amenèrent revêtues de leurs plus belles franfreluches !
Avec leurs yeux plus gros que leurs cerveaux,
Elles se sont lancées prêtes à défiler dans un super show
Organisé par la Compagnie Struthio Camelus
Qui leur interdit de porter la célèbre gaine lotus
Sous prétexte qu’avec un port de tête si élancé
Leur corps se sentirait sous ce carcan offensé …
D’autant plus que leur tutu de plumes très court
Risquait de dévoiler ce corset en de si beaux atours.
Cette troupe un peu déglinguée par les folies-croupes
Ne manque pas de panache ni de vent en poupe …
Les Miss n’ont rien à envier aux revues du Lido.
Dans une succession ahurissante, étourdissante de numéros
D’un érotisme à vous faire regretter qu’un lot ne puisse
D’une tombola vous faire gagnant de si belles cuisses !
Dans un décor démentiel de lumières naturelles
Avec la sublime meneuse de revue La Grande Ficelle,
Ce spectacle de luxe sans coulisses mais avec duvet
Vous comblera de son glamour sur une Symphonie Inachevée.
Ces éblouissantes et monumentales silhouettes vont pour vous
Dans l’esprit des gands espaces to-much vous rendre fous.
Leurs boas de plumes froufroutantes vont émoustiller
Les plus réticents spectateurs aux chaleurs des oreillers.
D’ailleurs les éléphants qui ne s’y trompent guère
Ont réservé une quantité de places les plus chères.
Ce show digne des plus grands cabarets made in Mara
Finira sur un french-cancan en habits d’apparat
De tenues locales en hommage à ces terres
Passionnées comme vous de beautés animalières.
En espérant que ce show vous aura diverti 
Nous faire de la pub, il n’est pas interdit …
On nous attend en Tanzanie samedi …

 

2 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Nathalie Anciaux sur Facebook
Histoires insolites

 

 

Solitudes ?

31577847_10216010662768647_4340762298894254080_o

Solitude d’un corps assoiffé.
Juste un peu de ciel bleu des fées
Qui enchante l’univers de la bête
Tandis que son âme fait trempette
Dans un monde qu’il cherche du regard …
Égaré est ce pensif guépard
Lui aussi en chemin cahotique
En compagnie d’êtres énigmatiques,
Pour certains réincarnés de vies successives,
Pour d’autres attendant la résurrection par missive,
Pour d’autres perdus dans les trous noirs de l’espace.
Ce guépard solitaire, aux aguets sous la menace
Qui lui coupe le verbe dans cette mêlasse,
Essaie aussi loin qu’il peut d’apercevoir
Ce que ne peut lui renvoyer le miroir
D’une eau d’un ciel venu se mirer là.
La lumière de quelques rayons, cahin-caha,
Éblouit l’esprit d’invités aux puissants radars.
Tout est annoncé pour divertir les canards
Sauf ce que l’on n’attendait pas et ce Pourquoi
D’un guépard accroupi à ce carrefour
Qui doit choisir au milieu de faux-jours,
Dissimulés dans l’ombre si réconfortante,
Le bon endroit pour bien planter sa tente …
Mais lui n’a pas besoin d’un abri de la sorte
Dans l’urgence sa vitesse bien souvent l’emporte.
Et c’est ainsi que je l’ai rencontré sans savoir
Que nous buvions dans le même abreuvoir,
Réunis, ressuscités pour une aube nouvelle
En ce premier mai chômé pour la chasse à la gazelle.
Tant que OUI ne deviendra pas NON,
Ensemble toi et moi nous cheminerons.
Le premier arrivé attendra l’autre …
C’est ce qu’ont du faire les bons apôtres.
 

1 Mai 2018 – Jeannine Castel
Photo : Farid Radjouh sur Facebook

 

Les trois garçonnes

31422938_2058303267763176_8659527905602174976_o

« Nous, on a une préférence pour la Série MPS.
Les princes, les contes, les princesses …
Nous n’y croyons plus … il nous faut de l’intense,
Des proies qui nous provoquent du suspens.
À note look sympa, il ne faut pas s’y fier,
Ce côté gros nounours de trois greffiers
Nous conviendrait bien histoire de justifier
La rigueur et la précision d’une scène de chasse
Dont nous sommes les garantes sur la place.
Là nous sommes en introspection sérieuse
Pour planifier le déroulement de cette aventureuse 
Course à la gazelle de Thomson ou l’impala
Après ce jugement dont nous parlerons plus bas.
Tout voir, tout entendre, ne rien dire,
Il faudrait d’abord pouvoir nous interdire
De dresser l’oreille au moindre bruit étranger,
De fermer notre gueule quand il faut vidanger,
Du sommeil du juste dormir tout le temps …
On nous surnomme les “ trois garçonnes utérins ”
À cause du masculin qui toise notre féminin.
Nous sommes trois loubardes allégées des coucougnettes
Qui menons marmots et partenaires à la baguette.
Nous maîtrisons la moindre défaillance
Face à ces détracteurs qui déblatèrent sans élégance
Sur nos manières de garçons manqués, rebelles,
Mais soumises à notre devoir par instinct de femelle.
Nous sommes à votre écoute pour tout contrat,
Nous ne faisons pas crédit pour ces faces de rat.
Pas vu, pas pris, avec nous c’est difficile,
Notre vicitme se joue à face ou pile.
Nos plans d’action se dévoilent qu’en terrain,
Nous sommes des tueuses pour des bandes d’assassins.
Hier nous étions face à ce tribunal d’inquisition
Attendant la redoutée sentence avec attention.
Condamnées pour avoir laissé sans surveillance
Nos lionceaux sans aucun moyen de défense,
Dévorés par ces chiennes de hyènes qui vous collent aux basques
Et dont nous mijotons de vengeances fantasques.
Avec leur mâchoire d’acier elles vous déchiquètent,
Vous enlèvent férocement votre triomphale étiquette.
Après la rançon payée par nos amis les lions
Nous essaierons d’améliorer notre collaboration.
Peut-être l’attachement d’un lion à résidence …
À part nous sauter … quand on y pense …
Mais garçonnes ou pas …
On aime bien ça même si c’est à la papa ! … »

 

30 Avril 2018 – Jeannine Castel
Photo : Jean-Louis Godard sur Facebook
Série MPS

12345...15

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus