Archive pour la catégorie 'animaux'

La journée des postérieurs

36772179_10216518356460672_3386201432196644864_o 36649165_10216486880793800_5089778018059026432_o

« 9 Juillet 2018, Journée des postérieurs …
Mes coucougnettes sont mises en valeur !
Car celles éléphantesques des éléphants
Ne sonnent pas de l’olifant !
Déjà l’ivoire au temps de Roland …
Quand j’y pense, ça me donne des relents … »
« Un peu de retenue s’il vous plait !
Faut pas en profiter parce que c’est un bébé !
Aucune pudeur ! Pisse leur au cul !
Arrête vilaine, tu m’as fait pipi dessus !
Maman j’ai peur, pourquoi ils sont là 
Ces lions qui virent et tournent là-bas ?
Je veux pas leur servir de repas, mère
Pourquoi naître pour vivre dans cette galère ? »
« Nous, on les bombarde de nos éjections …
Ça fait un bien fou à nos croupions !
Quel plaisir de planer et déféquer d’en haut !
Des séances de tir gratuites à tire larigot ! »
« Ouais … Je suis parée de jolies rosettes …
jJ’ai pas envie que leurs bougnettes
Viennent maculer ma pelisse de rêve !
En plus ils ne font jamais la grève ! 
« Pour l’heure, c’est le repos du guerrier.
Arrêtez de me casser les pieds !
Ces engins volants appelés pélicans, s’entraînent
Pour le défilé du 14 Juillet … ça draîne ! … »
« Au jeu des odeurs, nous aimons bien jouer !
Vivants nous sont offerts nos jouets !
Et c’est en mêlée que nous apprenons
À quoi ressemble un sexe dans l’abandon … »
« Nous ont fait honneur d’illustrer avec plaisir
Cette Journée des postérieurs pour l’avenir. »
« J’en profite, braves gens, pour appuyer cette Journée
Et vous dédicace ce royal postérieur de mes boulets.»

 

 

36569401_10216479747575474_436290633422864384_o 36315121_10216448485633945_1436182603597086720_o

 36129558_10216421733965170_2524601911395483648_o

9 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur Facebook

Dans le regard des lionnes

 33854861_367595843750793_2419922597635424256_o 31899668_10216028752500879_1650071214728675328_o

De ces regards de lionnes …
Existent des histoires formidables
Rapportées par de curieux aimables
Que l’on retrouve dans des fables,
Sur des images, entre amis, autour d’une table … :

Dans le regard des lionnes
Il y a la redoutable patronne
Porteuse de vies et d’eaux bonnes.
Il y a l’amour qui façonne.

Il y a cette quête d’aventure,
Cette chasse infernale pour la nourriture.
Ces assauts organisés de femelles,
Aux griffes et morsures, d’allaitantes mamelles.

Il y a la magie du rêve
De quelques minutes brèves
Que l’on voudrait sans trève
En oublier le glaive.

Il y a cette espionne chasseresse,
Rusée, stressée, pleine d’allégresse.
Cette guerrière armée de prouesses,
Ogresse redoutée de la mollesse.

Il y a ce regard de convoitise
D’une courtisane aux rares bises
Chargées de gourmandise, soumise
Pour la survie de mines grises.

Il y a cette part du rêve,
Cette absence qu’elle seule élève,
Qui me sépare, met en grève
Nos pensées d’une commune sève.

Il y a cette noblesse discrète,
Calme, posée, aux pensées secrètes.
Un casse-pipe pour les devinettes,
Casse-tête pour qui se fie à ses sornettes.

Il y a les gestes d’une mère
Avec ses qualités, ses défauts, sincère,
Face à toutes ces pilules amères
Offertes sous de tendres caresses éphémères.

Il y a cette tristesse, à chaque portée,
De voir ses lionceaux ballotés, transportés,
Jusqu’à cette fin tragique des déportés
Victimes d’instincts cruels de bandes d’alités.

Il y a cette résignation incomprise,
Acceptée pour une paix admise.
Ces souffrances restées sous l’emprise
Que seules les âmes connaissent et lisent …

Il y a cette inquiétude obsédante
Des hommes et leurs folies démentes
Qui sans cesse se lamentent
Et finiront dans la tourmente
En dépit de leurs regrets éternels.

29472288_338464066663971_8748995845359140864_o 35228040_374955303014847_249640979760414720_o 21994243_267738503736528_3667247531495174592_o

5 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur facebook 

Que dire ?

36594158_234560003991658_3204686510720811008_o 29513000_340248326485545_3055109759436147549_n

Que dire ?
Que votre brushing
A subi quelques zappings !
Sans dire
Trop de favoris
Sur votre Seigneurie !
Le pire
Je n’ose vous redire
Ce que d’ignobles vampires
De médire
Sur vous, mon cher Sire.
Sans le moindre sourire …
C’est dire
Qu’une telle crinière
Est bien singulière !
Au dire
Des potins de la prairie
Que vous seriez mon mari …
Que dire ?
Vous m’en voyez ahurie !
Vous n’êtes pas mon gabarit.
Maudire
Cette lionne prétentieuse
Et sa langue venimeuse.
Que dire ?
J’ai vu pire !
Son délire
M’a coupé le sourire.

 

2 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photos : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur Facebook 

Dans le regard des lions

36573664_390549888122055_8736559243567562752_o 35114746_382226468954397_1757516075110498304_o

Dans le regard des lions
Il y a cette folle ambition
D’être un Roi, un champion,
D’un invincible bataillon.

Il y a ce détachement
Vers un monde décevant,
Cette fierté d’un dominant
En quête d’un mendiant.

Il y a ce félin mystérieux
Terré au fond de ses yeux.
Une vigie d’un air malicieux
Décoiffe votre air vicieux.

Il y a toutes les cicatrices
De luttes, de trahisons complices,
D’attaques dirigées par une milice
Levée pour une mission de sacrifices.

Il y a cette grande sagesse
Avec un fond de tristesse
Qui incite à la paresse
D’une détresse en liesse.

Il y a ce pouvoir en crinière,
Cette puissance animalière.
La terreur entrevue sur la clairière
Soumise à l’humanité meurtrière.

Il y a ce repos du guerrier
Méditant sur les étés meurtriers
De sorcières et de sorciers
Aux crocs de féroces aciers.

Il y a ces pierres de lune sauvages
Où le regard, éperdu, voyage.
Ces yeux de vaire de nos mirages
Où le lion se change en paysage.

Il y a toutes ces pépites d’or
Des clairs de lune couronnés d’or.
Il y a tous ces enfouis trésors
Quand le lion avec nous s’endort.

 

36524549_389818031528574_4751202464760332288_o 20689885_248122909031421_3205487966464995688_o

1 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur facebook

 

 

Truffes et trophées

37288300_246561992791459_2922991915152441344_o

« Non ! Mais regardez-moi tous ces funambules
Pris de vertiges soudains ! Quelle bande d’incrédules !
Tout ça pour des coups de pieds dans un ballon truffé !
 Nous, chaque jour nous gagnons des trophées !
Hola ! Vous m’avez l’air bien excitée dame FALBALAS ?! …
Seriez-vous contaminée par tous ces cancres las ? … »
« ffff … j’arrive de Paris, la Capitale des bleus, Sire … »
« Est-il vrai que les Champs-Élysées sont en grand délire ? »
« Oui, Sire, j’y ai vu toutes sortes de vampires … »
« Que me contez-vous là ! Ce ne sont que de simples chauve-souris »
« Celles-là n’ont pas d’ailes … juste un petit fanion
Qu’elles agitent en rugissant comme des lions …
Y a même des indiens cheyennes, des apaches, des clowns, des acrobates … »
« Le cirque quoi ! je comprends que cela vous épate la patate ! »
« Pire que le cirque Sire ! Le bordel ! La dérive des continents …
Avouez Sire, c’est bien affligeant cette démesure de sentiments …
Malgré leurs profilers de réputation mondialement connue
Les bien-pensants n’ont pu empêcher, les casseurs, leurs menus
Prévisibles en de telles circonstances répétées, habituelles …
Comme j’étais heureuse, Sire, de posséder des ailes
Pour me tirer de ce capharnaüm respirant la paix
Et regarder ces bleus à travers les vitres d’un pépé … »
« Salut ! … J’arrive direct de Russie ! Champions du Monde !
Une fois tous les vingt ans … j’ai pas perdu une seconde
Pour savourer cette victoire remportée à coups de pieds !
Des coups de têtes à vous faire oublier les casse-pieds
Qui dénigrent contre tout ce pognon foutu en l’air,
Toute cette misère envolée avec cette hôtesse de l’air
Qui voulait m’embarquer avec eux à bord pour ma sécurité.
Faut dire qu’on s’est pris une sacrée rincée de vanités !
À quoi pensez-vous Sire ? Vous avez l’air tout chose ? »
« T’inquiète TOPTOP,  juste une petite overdose …
Je suis heureux de constater que le monde pourrait bien nous soigner,
  Avec toute cette entente mondiale… fini les saignées »
«Sire, excusez-moi, la nuit fut longue et bruyante
Mes paupières sont lourdes après ces folies délirantes … »
« Oui, va FALBALAS … Champions du Monde … quel monde ?!
Ma coupe est pleine … Où est donc passée ma Reine ? … »

 

29749826_186938668753792_6565969443742887869_o 37197748_246558756125116_4916401505558331392_o

16 Juillet 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur Facebook 

 

 

 

Ce n’est pas encore fini ?

35972901_10216403669233563_1052459268910874624_o

« Ce n’est pas encore fini ?
Le voilà à présent qu’il s’endort !
Et ces paparazzis quel ennui !
Ils ne tiennent pas compte de mon accord !
Le jour, la nuit, aucun repos
Pour satisfaire leurs photos !
Que certains vont revendre,
Exposer sur les cartes du tendre,
Diffuser parfois pour nous défendre.
Que vont-ils sur ce flash comprendre ?
Ma confiance pour eux ne règne plus
Entre eux et moi pour avoir bu,
Téter à leurs promesses idylliques
Qui m’ont refilé de sérieuses coliques
Sous des apparences d’amitiés buccoliques …
Ouais … rêves et désillusions merdiques !
Quel avenir projeter sur mon enfant ?
Quand je pense au sort des orangs-outans
Que l’on extermine pour ingurgiter
Des brevages de nos mamelles alitées.
Comment puis-je regarder en face
Ces félons dorés, argentés qui vont avec audace
Sans le moindre scrupule nous détruire.
Je suis cette mendiante de vos délires
Que l’on voit à longueur de journée
Sur les trottoirs de vos alléchantes fournées.
Je suis cette image dérangeante
Pour les êtres d’une autre tengente
Dont les Oh ! les beaux ! n’ont pas fini
De contempler toutes nos agonies.
Désolée de vous déplaire, j’ai encore le droit
De cacher mon regard face à tous ces Rois.
Je n’implore pas la pitié des coeurs.
Aouste, gens de la terre vous me faites horreur !
Allons fiston, allons voir les flamands roses
Allons rêver à la beauté tout juste éclose
De la revue : La vie en rose. »

 

35838273_10216396418892309_8082430742224699392_o

24 Juin 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Farid Radjouh sur Facebook 

Nez au vent

33895737_368079657035745_7849321877565603840_o

Nez au vent
Comme un conquérant
Fier de mes conquêtes.
J’ai bravé les tempêtes
De griffes et de sang,
De feux incandescents.
Du mal omniprésent
Le présent n’est pas absent.

Nez au vent
Mon seul confident.
J’aime sa brise légère
Qui dissipe ma crinière,
Cajole cette bergère,
Insolite étrangère :
Un puce à l’oreille
Quand parfois je sommeille.

Nez au vent
Vainqueur haletant
Sur mon trône assis
Je mets au défi
Ce vent arrogant
Dont je flaire les tourments
Pour ce mythe adolescent
Qui m’a vu naissant.

                

22 Juin 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur Facebook

 

 

Chuuuut !!!

35123837_226606408120351_104184211405012992_o

Chuuuut ! Pas un bruit !
Les mots n’ont plus d’écho.
L’extase est sans cris.
Juste quelques bécots
Déposés sur la splendeur
Sous une lune rousse
D’un nez en forme de coeur,
De pique, la mort aux trousses.

Chuuuut ! Pas un mot !
Place à la beauté !
Désarmés les mots
Ne sont que pauvreté.
Une coulée de larmes,
Dans un regard fuyant,
Ajoutée à son charme
Silencieux et bruyant.

Chuuuut ! Ne dis rien !
La belle sur la bête
A muselé le terrien.
Si belle est la bête !
De peur que la beauté
Si vite maculée, affichée
À notre prétendue supériorité
S’embarrasse de colifichets.

Chuuuut ! Le temps de croire
Avant d’aller dormir
Que le monde et son histoire
A ce bel avenir
Résumé de symboles,
De rêves et de souvenirs …
Une bien belle obole
À mes espoirs et soupirs.

 

23 Juin 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Wonderfulworld Acswell Lions Acswell sur Facebook

 

 

Journée mondiale de la Girafe

20988895_10213783024359079_1603074004320981981_o

Girafes, giraffas,
Girafes, zarafahs
Quels immenses sofas
Il vous faudrait !

En ce jour de fête,
En votre honneur,
L’été aussi s’apprête
De vos estivales couleurs.

D’une journée mondiale
Anciennes caméléopards
Cette revue nuptiale
Fête vos noces sans canulars.

Girafes des savanes
En vitesse de croisière
À l’amble se pavanent
Baignées de lumière.

Doudous préférés
Des touts petits,
Vos ossicônes guillerets
Pour leurs guiliguilis.

Girafes africaines
Sereines, souveraines,
Puissent de longues semaines
Vous couronner d’étrennes.

Sans bailler aux corneilles
Vos beautés sans pareilles,
De famines et de longs cous,
Mes amours, tenez le coup !

À peigner la girafe
Depuis Charles X
Amis, faites gaffe
Pour conserver jadis.

 

31265482_10215965855408491_6412457027003482112_o

21 Juin  2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine

Photos : Farid Radjouh sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les petits déjeuners

32283726_10216075163341121_4338602359841095680_o  32395250_10216124170286264_4741234361062391808_o

Au petit matin
L’hypo gueule avec entrain
Le réveil matin
Pour le lever des baladins
Qui sommeillent encore
Bien après l’aurore.

J’ai les crocs de bon matin !
De l’herbe … pouah ! c’est malsain !
Moi je n’ai que du crottin !
Nous ne sommes pas gatés ce matin !

Pour moi y a pas de souci !
De la grenouille, c’est par ici !
L’étang en est farci !
La faim ne connait pas le rassis.

Moi face à toute cette boue 
Sur les parois de ce phacochère,
Je n’arrive pas à bout
De ses parasites en milliers d’exemplaires.

Chez les bonobos
Le lait n’est pas bio !
Mais des beaux lolos
Du lait coule à tire-larigot.

Non, ce n’est pas du pain !
On dirait du champignon …
Je dois m’en contenter ce matin.
Cool, personne pour me crêper le chignon !

Ainsi les petits déjeuners
Des plus vieux aux  plus jeunets
À la carte ou au menu
Sont toujours les bienvenus.

 

26170146_1896097010720130_1283757660566758618_o  24172888_10214642238518896_8761116626320337456_o  26170157_10214886797032706_1822221556150372285_o

26 Mai 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur Facebook 

12345...15

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus