Vallée du Lakagigar

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nulle algue, nul arbre,
Sur ce torrent de marbre
N’a brisé la dure lave
Du Lakagigar et sa bave.

Seule une mousse vert de gris
D’une belle mise en plis
A frisé ses étendues volcaniques
Pour atteindre l’atlantique.

Il ne reste que ces plaques mortuaires
Scellées sur des lopins de terre
D’une vallée en deuil
Recouverte de dangereux écueils.

Un marsouin à tête de veau marin
N’a pu apaiser ses faims
Enseveli par l’érosion mortelle
De ce volcan retenu par des bretelles.

L’unique fleuve vaillant, aventurier,
Creusa son lit en ce parcours meurtrier
Poursuivi, arraché aux griffes de sorcières
De cet impétueux et fusionnel cratère.

 

29 Mars 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine sur Facebook

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie, Nature |le 11 avril, 2019 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus