JULIO et le guignol africain

52692431_1353902551417434_2242260068550574080_o

«Dès que j’entends un bruit douteux
Je fais ni une, ni deux,
Tout en la jouant discrète …
Je guette !
Qui en veut à ma toison d’or ?
Gentils ou méchants conquistadors ?
Chic ! C’est un tam-tam à roulettes !
Confiant, je quitte ma petite cachette
Et derrière cette branche de bois mort …
Je sors ! …

Potache talentueux, mes plumes fines
D’une encre marron glacé fulminent …
« JULIO, petit apache
L’ennemi fait tache
Vite cache-toi
Dans ta souche de bois »
Cet air familier me trotte dans la tête
Dès que je sens le danger qui tempête.

Je menace de mes petites griffes
Ces pirates, ces amphigouriques escogriffes,
Aux ombres dégingandées, enfermés,
Qui n’ont que des têtes, bras et mains
Et s’agitent comme de petits lutins.

MOUSSE ! Arrête de te pomponner !
C’est ainsi que vous me voyez cramponné
Au balcon de cette loge théâtrale
Pour partager les scènes estivales
D’un réciproque Guignol Africain
Chacun installé sur son strapontin.

MOUSSE ! Le spectacle va commencer !
Celle-là … Depuis qu’elle a un fiancé … »

 

26 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Patrick Brouir sur Facebook

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus