JULIO, le lionceau

50728617_378506046300406_3727770710844637184_o

Divines caresses
Frivole paresse
Le vent mutin
De ses câlins
Berce JULIO
Petit lionceau.

Plus rien n’existe
Ni Mara, ni pistes,
Juste une ivresse,
Un instant de faiblesse
Enveloppé de liesse
Loin des détresses.

Dans les herbes hautes
JULIO, rêve, flotte,
Euphorie cachée
D’une fantasque panachée
Dont les fantaisies
Débordent de poésie.

Coupé du monde !
Juste quelques secondes
Oublier ce parterre
Ses monstres en colère.
Vibrer des ondes
D’un autre monde.

Dans les herbes blondes
Hélas de sa ronde
JULIO ne sait que trop
Le danger de ce cachot
Qui vous mène au bourreau
Pour avoir voguer sur les flots.

De qui-vive sans cesse,
Sous de brèves caresses,
Son corps dissimulé
Ne peut rester esseulé,
Être la tentation d’un prédateur
Entre ce chaud et froid rêveur.

Douces caresses
Espoirs de tendresse
Le vent mutin
Sous ses airs badins
Invite JULIO, ce coquin,
À ses rébus enfantins.

Dans les hautes herbes
D’un blé en herbe
Ainsi va JULIO,
Ce jeune lionceau,
Si discret, si silencieux,
À la découverte du royaume de ses aïeux.

 

9 Février 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Michel Andrieux sur Facebook

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus