Archive pour février, 2019

TRISTOUNETTE

51750048_2457737607587295_3769847105284210688_o

Non, ce n’est pas RISETTE ! …
Elle s’appelle TRISTOUNETTE !
Cette malheureuse attend sa maman.
Tuée sur le coup par un buffle méchant
Ou dévorée par des lions peut-être …
Elle ne sait … triste de ne la voir apparaître.
Le soleil déjà bien haut la réconforte.
«Tous ces vilains monstres… le diable les emporte !
D’une mère célibataire rejetée par son clan
Me voilà par sa faute orpheline, sans parents ?
Quelle chance a ce baby d’être avec sa maman.
Vraiment la vie sur terre n’est que tourments.
Ce chacal planqué là-bas me dit rien de bon …
Il est seul apparemment et reluque mes jambons.
Ma cachette dans ces herbes n’est plus sûre.
Comment déguerpir sans qu’il s’en assure?
Partir ? Rester ? L’attendre encore ? Quel désespoir !
Je suis condamnée à mourir d’ici ce soir.
Et si maman revient et ne me voit plus ici ?
Me cherchera-t-elle ? Bon sang quel souci !
J’ai pas envie d’être saignée comme une bête
Sans étrenner mes quenottes toutes jeunettes. …»
Ainsi TRISTOUNETTE gémit sur son sort
Est-ce un dernier regard avant sa mort ?
Sevrée, survivra-t-elle en ce monde féroce ?
La vie vous invite dans son somptueux carrosse
Et subitement sans trop savoir pourquoi
De bosses vous endosse … mais a-t-on le choix ?…

 

51870229_2457739927587063_8259115573544222720_o 52063564_2457743727586683_3287707309429489664_o

13 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Claude Brahamcha

 

 

 

La meilleure façon de marcher

33814897_10212099879711865_817924432159834112_o

«Maman n’aime pas que l’on marche en file indienne …
Surtout quand derrière nous il n’y a pas de gardienne.
La lanterne rouge qui prévient et donne l’alarme
Afin que nous puissions préparer nos armes …
Éviter un affolement et protéger les petits trésors…
Un sauve qui peut parmi eux serait une mise à mort.
Puis maman aime bien que nous marchions par hiérarchie …
Ce qui arrange MOUSSE avec toute sa panoplie de chichi.
L’autre jour, je me suis caché dans un gros buisson
Pour observer cette drôlesse au cours d’une leçon.
Vous l’auriez vue comme elle se la pétait la demoiselle !
Elle veut apprendre à marcher comme un top-modèle !
Ouais ! Tout ça parce qu’elle a appris qu’un défilé
Doit avoir lieu pour un Mardi-gras … un jour sans filet ? …
Beurk ! Rien que du graillon … très peu pour moi …
En tout cas quand nous allons ainsi tous les trois,
À cause de cette comédienne et de ses foies,
Puis parce que je suis le plus dégourdi, paraît-il …
C’est moi dans la tempête qui termine par ainsi soit-il
Chaque fois que nous sommes menacés par les hyènes,
Ces commères qui ricanent et dont l’hygiène
Me laisse interrogatif quand je vois ces charognes
Se ruer sur des cadavres comme foire à l’empoigne.
Lorsque nous passons ainsi alignés, j’ai comme l’impression
Que nous faisons l’admiration des lions …
Je ne le montre pas, mais j’ai la trouille bien souvent …
Alors je bombe mon torse, mes quatre poils au vent,
Fier comme cet Artaban contemplant sa trouvaille
Qui vient de remporter sa première bataille.
Ce jour là pris en photo nous allions tâter le terrain
Ensuite rendre visite à notre célèbre et grand copain
Un lion patriarche … il est plus fort que toutes les tempêtes !
Je l’adoooore et oublie que très souvent il pète …
Je vous le présenterai ! Il trône toujours à sa place favorite.
MOUSSE ! Tu n’es plus au pas ! Tu m’embrouilles petite !
Petite … hihihi ! Ça lui rabaisse sa fierté de top-modèle …
Maman ! Pour mardi-gras je pourrais manger de la gazelle ? …»

 

51007182_10213650345112531_5365897840566468608_o

15 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Christine Convers sur Facebook

 

 

Un charmeur fou

50779165_368920083662979_5020230694966657024_n

«Le Comité des fêtes est sympa d’accepter ma participation.
J’aurais trop été déçu de rester au portillon.
C’est que je viens de loin …des îles Galapagos !
Dès que je me suis présenté y a pas eu besoin de négoce !
En plus c’est pratique ! Je suis costumé sept jours sur sept.
On me trouve même sur les pages d’internet !
Je fais la une sur différents articles de canards
À cause de ce bleu turquoise de mes panards.
“Le fou aux pieds bleus” ainsi me nomme-t-on.
Pas de quoi casser des pattes de canetons …
Fou, bobo, clown, imbécile … peu importe …
Quand je danse pour ma belle j’oublie toute cette escorte
De surnoms, de rires fous déclenchés.
En attendant j’attire des milliers de clichés.
Docile, maladroit sur terre, je suis passionné de plongée.
Mes longues ailes, ma queue rectangulaire me font voyager.
Des golfes de Californie, du Mexique, de l’Équateur
Je suis l’oiseau préféré de mes nombreux visiteurs.
Mes binocles sur le bec aident mes mirettes.
Ainsi ne m’échappent anchois, calmars et sardinettes.
Le gris, le turquoise, le brun de couleurs me parent.
J’espère remporter un prix avant de repartir dare dare …
Retrouver le calme et l’ambiance de mes côtes sauvages
Où la surpêche, hélas, chez les miens fait des ravages.
Je profite de ce défilé pour déposer une pétition.
Pauvre DARWIN et sa théorie des espèces et de leur évolution.
Il fut inspiré par notre charme fou et notre gentillesse.
SOS… SOS…SOS. SOS..
Merci les amis de partagez mon appel de détresse.»

16 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : World of Birds sur facebook

 

 

La grand-maman de JULIO

48383957_10217752395430875_799344322032959488_o

«La sieste … quel mortel ennui !
Quelle idée d’aller chasser la nuit !
Rester vautrés des plombes sans rien faire …
Et ça roupille, ça ronfle, ça digère !
On nous traite de petit au rytme des grands…
Heureusement que j’ai ma grand-maman.
Sans elle les hyènes m’auraient dévoré !
Elle est chouette ma mamie adorée.
Elle a horreur de mes caprices …
C’est quoi une boîte à malices ?
Mais comme je l’aime fort, nul besoin
De l’enquiquiner avec mon tintouin.
Avec elle, même pendant la sieste je m’amuse !
Tu crois pas JULIO que tu abuses ?
C’est tout ce qu’elle me dit … pas de tapes …
Pas de crocs menaçants … quelle bonne pâte !
Je lui mordille ses oreilles, la chatouille,
Elle me traite de petite fripouille, de pistrouille …
Tout fier je me perche jusque sur son crâne !
Une fois j’ai pété dans son oreille … à faire l’âne …
Il n’y a qu’elle qui a le don de m’endormir
Quand elle attaque la série de ses souvenirs.
Une mamie comme elle y en a pas deux !
Et c’est moi qui suis son petit amoureux !
Elle a tant de choses à m’apprendre.
Je suis son petit chéri au cœur tendre.
Durant ces heures passées en sa compagnie
J’en oublie les exigences et leur tyrannie.
Je l’appelle DOUCE et je l’aime très fort.
J’aime me blottir contre son puissant corps.
Quelle chaleur ! … vivement que ce soleil se couche.
 Bas les pattes vilaines mouches !

11 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur facebook

 

 

 

JULIO fait sa gym

51964321_749014932138770_2523180822681354240_o

«Quoi ?! … j’ai pas le droit ?
Ce matin je me suis levé du pied droit !
Pour dire vrai … de ma patte … je m’éclate !
Ça se voit ? … couché comme un sac de patates ?
Non ! Je fais ma séance matinale de gymnastique.
Je profite qu’une fois de plus, toute la clique
Entassée là-bas d’une grasse matinée paresse.
Pour me mettre en train rien de tel que la fitness !
Comme vous pouvez voir, mes abdos obliques je travaille …
En soulevant ma tête la contorsion affine aussi ma taille.
Je me forge une ceinture musculaire de choix.
J’ai envie d’un corps de Roi et non de celui d’un anchois !
Moi, je suis un lève tôt … j’ai la bougeotte …
Mais par temps frais j’apprécie leurs bouillottes !
Pas comme ma sœur … faut toujours qu’on la dorlote !
Je vous la présenterai … une froussarde chochotte …
DOUCE lui dit souvent : « quelle couillotte ! »
Il est vrai qu’elle a souvent la tremblote …
Elle a peur de tout ce qui bouge … vous imaginez ? …
Les jours de grand vent … je vous laisse deviner …
Du coup nous l’avons surnommée BROUSSE … malheur !
Histoire de lui donner du courage, la doper … l’horreur !
Elle s’est vue perdue dans la jungle, l’angoisse … une erreur …
Ce qui fait que nous l’appelons MOUSSE … et ça bulle depuis.
Chochotte mais coquette, elle déteste la pluie !
MOUSSE ! … un tapis… quel luxe se serait mes amis !
Je dois me contenter de ce boueux tatami.
Allez ! ce n’est pas tout mais il est l’heure de ma tétée !
Revenez me voir !  Ce fut un plaisir de discuter.
Debout là dedans ! … à moi ma chère tétine !
Pousse-toi MOUSSE, tu lambines …»

 

13 Février 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Christine Deslandes sur Facebook

Washing machine

depositphotos_33920897-Dirty-clothes-and-washer-machine

Installée dans le fauteuil de ma Whirlpool je voyage
En de nombreux clins d’œil et mes bondés bagages.
Elle me berce de ses rouages
Tambour battant
Lessive, lessivant.

Sous différents degrés
De loisirs m’agrée
Le temps d’une vaisselle.
Tout à côté d’elle
Elle m’emmène, me distrait,
Oubliant les regrets
Malgré, malgré…

Ainsi s’amoncellent à la chaine
Les délicates et douces laines
Du Cashmire aux cotonnades de la Chine.
Dans les tourbillons de ma machine
Nylons et soieries des mille et une nuits
Adoucissent mes langueurs et mes ennuis.

Puis de brusques secousses,
Rouillée par la mousse
De rincées m’éclabousse,
Vient à la rescousse
De mes nostalgiques pensées
D’années gansées.
Lessive, lessivée.

 

13 Février 2019 – Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 17 février, 2019 |Pas de commentaires »

Vous trouvez que je frime ?

51297172_247812792811391_3603690063440904192_o

Cachés au bout des rimes
Se taisent les anonymes
Tantôt le cœur sur les cimes
Tantôt le moral dans les abîmes.
Au bout des rimes s’en vont
Dans la plus grande discrétion.

Après ces bouts de rimes
Commentent les synonymes
Tantôt bavards comme un canard
Tantôt BD d’un avatar.
Après ces bouts de rimes s’en vont
Porter leurs homonymes sur les ponts.

Toujours au bout des rimes
Anonymes, synonymes, homonymes,
Louent, cohabitent, vendent ces rimes …
Dites-moi, est-ce un crime
Qu’un jour de Mardi-gras, je frime ?

 

11 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
photo : Bri Lions sur Facebook

 

Un cours d’éducation sexuelle

51532648_2327862360601577_5834648428063227904_o

«Où y a de la gêne
Y a pas de plaisir !
Crois-moi, question gène,
C’est un vrai martyr !
Chez nous l’accouplement
C’est un vrai labyrinthe !
Faut serrer les dents
Ou boire de l’absinthe.
La nature ne nous a pas gâtés !
Un vrai réseau de voie ferrée !
Dès l’aiguillage faut se hâter …
De quoi partir du béret !
Tu vois de l’extérieur …
Ce n’est qu’une banale position …
Mais c’est à l’intérieur
Que sont les complications.
Des experts ont analysé nos ébats …»

«Ouais … c’est pas eux qui mettent bas !
Si faire l’amour est un combat
Autant sucer une barre de nougat ! …»

«Mais non, faut pas t’en faire !
Juste prendre le temps nécessaire …
Aimer, n’est pas petite affaire …
Faut déminer et laisser braire …»

«Je vais vous tenir la chandelle longtemps,
Tandis que vous passez du bon temps ?
Ce cours particulier d’obstétrique
À part une séance de gymnastique
Ne m’a pas appris grand chose …
C’est comment avec la ménaupose ? …»

 Se mettre à la place d’une hyène
Faut un sacré acte de courage,
De l’audace, du cran, de l’oxygène,
Et l’animal sort de sa cage …

 

12 Février 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Jo Begood sur facebook

 

Pont de Gau à gogo

51729523_253625462230124_4439837298808324096_o

À Pont de Gau
C’est le jour des bécots !
Et vas-y que je te becte
C’est jour de collecte !

D’abord y a les jaloux
Prêts à vous tordre le cou
Puis les récalcitrantes
Aux avances délirantes.

Il y a aussi les timides
Dont les envies salivent
Mais qu’une pudeur idiote
Laisse en l’état de parlotte.

Sans parler de la partouse
Au milieu de coincées jalouses
Et de quelques épouses
Qui chantent le blues.

Y a les compliqués
Aux sacs de nœuds appliqués
Qui s’emmêlent et dénouent
Des positions de fous.

Que dire des plumages
En ce grand remue-ménage
Du rose au carmin
Sur d’accueillants popotins.

À Pont de Gau, les amours
Sont au goût du jour.
Fêtons la Saint Valentin
Sans remettre à demain.

 

51832444_253625905563413_6422967597955809280_o 52126855_253625715563432_7115589185343324160_o

14 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions sur Facebook

D’autres photos sur ma page Les poèmes de Chatnine sur Facebook. Merci

Bouquet d’amour

51731889_1034904603376281_7910522421344468992_n                                

Te conter fleurette
Près de ce puits d’amours
Valentine si joliette
En ce divin jour
Semblables à ces deux pommes
Rouges de passions
Nos volcaniques atomes
Scellent notre union.        

De t’aimer Valentine
Au moins une fois l’an
De béguine en béguine
J’ai toujours vingt ans.
Restent gravés sur la toile
Ces mots parmi les étoiles.
Ce symbolique bouquet d’amour
De nos éternels beaux jours.

Te conter fleurette
Près de ce puits d’amours
Valentine ma maisonnette
De tes beaux atours
Sur ces quelques lettres
Nos cœurs vibreront toujours
Aussi lumineux que tes mirettes
Sur ces pommes d’amour.

 

12 Février 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Tableau : Torrisi Anne Marie artiste peintre sur Facebook

 

 

 

123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus