Archive pour février, 2019

Tristesse

51877485_2272527002793992_7839982398166007808_o

Trop loin, trop dur, trop froid,
Triste de n’être pas avec toi
Sur cette route de tristesse
De gel, de brouillard, de détresse.

Sombres souvenirs d’un passé douloureux
Sur cette voie sous un ciel brumeux.
Flashback d’une rencontre, ne pas s’arrêter …
Les arbres, de nos cheveux blancs, sont apprêtés.

Trop près, trop froid, trop loin,
Juste cette route en témoin
Dans l’hiver de ce monde carnassier
Rationné par des piétinements d’acier.

Grisaille d’une escapade amoureuse
Aux rêves argentés, aux caresses trompeuses,
De baisers volés à de frivoles envies
D’écoliers en chemin vers l’école de la vie.

 

13 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : Gil Strec sur facebook

 

CRIC et CROC les petits de RISETTE

27908408_1606379116108341_2779354025282265327_o

«Je suis CROC lui c’est CRIC  ! les bébés de RISETTE !
Aucun terme nous différencie… pas d’étiquette ! …
Petit, bébé, font partis du vocabulaire provisoire
En attendant un prénom pour une éventuelle histoire.
Sinon pendant les vingt années et des poussières
HYÈNE, ce nom, nous collera jusqu’à notre heure dernière.
Nous avons pour le moment déserté notre tanière.
Avec cette chaleur nous suffoquions sous terre.
Une seule entrée et sortie ça manque de courant d’air.
L’oryctérope sait que ce ne sont pas des paroles en l’air !
Déjà bébés nous sommes équipés de tout le matériel de combat.
Les dents, les griffes, la vue, on a tout cela dès la mise bas !
Nous n’avons pas encore perdu nos poils noirs …
Les prédateurs dans nos tunnels y voient que du noir !
Ensuite de HYÈNE nous passerons à HYÈNE TACHETÉE !
Et en prime un allaitement de seize mois de tétées !
Grâce à la testostérone nous avons du caractère
D’autant plus que la Reine du clan est notre mère.
CRIC est né avant moi … à moi donc de me soumettre
À mon frérot … j’ai du mal à l’admettre …
CROC ! … avec un prénom aussi incisif
Faut maîtriser pour ne pas être agressif …
Mais j’ai ma revanche sur le clan, ces hyènes !
Petit d’accord … mais soumises par hiérarchie … ma veine !
Maman trouve que pour un mâle je suis trop dominant,
Que je pourrais pas rester dans le groupe très longtemps.
J’ai de qui tenir … ça elle préfère l’oublier …
C’est pas ma faute si ce petit dernier
N’était pas la petite princesse à élever ! …
Qui est CROC, qui est CRIC d’après vous ?
Sur Facebook nous avons aussi rendez-vous.
Vous pouvez nous contacter par commentaires :
« CRIC et CROC les Princes légendaires »
Bisous à toute la compagnie !
Chut ! Maman est de retour faites comme ci
J’avais rien dit de tout ceci !
On va encore se faire assaisonner …
Elle nous somme de rentrer à la maisonnée.
Les cloches vont sonner ! … »

 

20 Février 2019 – Jeannine Castel
 Les poèmes de Chatnine
Photo : Polo Chourbois sur Facebook

 

 

MOUSSE

51591185_751391628567767_5675729797683085312_o

«Que vous ai-je dit ? MOUSSE en plein délit !
Elle aime la dorlote sur les descentes de lit !
Toujours en train de faire sa gnognote …
Maman la console quand elle sanglote.
Je la connais par cœur cette berceuse
Pour endormir cette enquiquineuse :

MOUSSE, si douce
Jolie frimousse
Pousse la vie
La vie douce.
MOUSSE repousse
D’un petit pouce
Ta belle frousse
Dans la brousse
Du Grand Moussaillon.

MOUSSE, si douce
Jolie frimousse
La vie nous pousse
Nous éclabousse.
Sous la lune rousse
Retiens d’un pouce
Les vilaines secousses.
MOUSSE si chère
Jamais ne désespère.

Jusqu’au trognon
Dévorons cette frousse
Et la vie douce
De ma petite MOUSSE
D’un beau petit mousse
Venu à sa rescousse
Ma douce MOUSSE
Endormie sur la mousse
Aura la vie douce, si douce.
mumumumumumum …

Jaloux moi ? pfff … oui parfois …
J’ai ma DOUCE en vrai, moi !
Grand-maman ! attend moi !
Bye ! à une autre fois ! …
Hihihi MOUSSE elle a les foies ! …»

 

15 Février 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Christine Deslandes sur Facebook

JULIO et le profil haut

50233382_2171027029584636_7934950099380076544_o

«Vous trouvez que je roule les mécaniques ?
Pas faux mon pote … après ma séance de gymnastique
Maman me dit : « Fiston allons faire un petit tour,
Histoire de voir sur place ce qui agite les vautours. »
À peine étions nous sur le chemin qu’un tam-tam à roulettes
Vient au-devant de nous bondé d’idoles et starlettes.
Vous auriez vu leurs exitations en nous voyant …
En les fixant des yeux nous avons montré des crocs discrets,
L’air mystérieux et menaçant  de deux escrocs. Topct
C’est notre langage secret quand nous sommes satisfaits.
Nous avons dû rabattre nos écoutilles Position élan …
C’est une sécurité quand y a trop de boucan.
Comme il n’y avait pas de hyènes, fait étrange,
Nous avons revêtu nos masques d’innocents anges
Pour mieux surprendre et semer la panique
Et offrir à tous un spectacle à mille briques.
Maman était en forme, d’humeur badine.
Et moi tout heureux de cette nouvelle copine.»
«Allez moussaillon fonçons, semons la pagaille
Histoire de s’entraîner et d’embêter ces grosses volailles !»
«Cet inédit offert gratuitement à nos hôtesses
Ce fut la plus belle récré de ma jeunesse !
Des plumes voltigeaient partout ! Ctcool ! Grandiose !
Ça sifflait, ça grognait … une sinistrose pas morose !
Comme des avions de chasse ces nécrophages rebelles
Me fonçaient dessus, me frôlaient de leurs grandes ailes.
Un éNORME oricou aux éNORMES pattes de poulet
Me fit une sacrée peur essayant de me tirer tel un boulet.
Il avait des ailes gigantesques ! Un vrai bolide !
Il ignorait que je suis fort, malicieux et intrépide.
En jouant … je travaille mes réflexes, ma hardiesse.
Maman est là pour m’apprendre et corriger mes faiblesses.
Pour finir nous avons piqué une pointe de vitesse.
Topct … en laissant ces charognards soulagés…
Ils n’ont aucun respect pour leurs congénères plus âgés.»
«Soldat, ces manœuvres t’enseignent le combat.
Les lions ont un profil haut ! pas de profil bas …
Je suis très fière de toi JULIO, tu progresses»
«Poussé par cette vitesse S je lui fis quelques caresses
Tout en marchant à ses côtés et celui des boitiers
Positionnés sur ce petit Roi de la Savane. Cttoppied !»

 

50480657_2182367291783943_9048942411258003456_o

18 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Jacques Montanari sur facebook

D’autres photos sur ma page de poésie Les poèmes de Chatnine sur Facebook

JOY, la maman de Tristounette

51218465_1966971473431197_4070467362573254656_o

Pendant que TRISTOUNETTE cherche une cachette sûre
JOY, sa maman, à quelques lieues, soigne ses blessures.
Au cours de sa chasse quelques consœurs en difficultés
Lui ont demandé de l’aide pour déplacer ce gros pâté
Afin de nourrir le clan, gardien de leur territoire.
JOY répond volontiers à leur appel, sans histoire.
Quand soudain des lionnes surgissent par surprise
Et sur la barbaque investissent leurs fougueuses mises.
Ces furies des deux côtés tiraillent cette chair flasque
Dans leur jargon rugissant «Lâchez-lui vos basques !»
C’est alors qu’une lionne de plusieurs coups de griffes,
De morsures, entaille le corps de JOY avant qu’elle se rebiffe.
Elle sait que si ces lionnes voient sa baisse de forme
Elles l’achèveront sans nul besoin de chloroforme.
JOY préfère se retirer en douce et fuir ce combat …
«Faites du bien et vous l’aurez dans le baba ! … »
Agonisante, proie facile, JOY a perdu beaucoup de sang.
Elle se roule dans la boue aux bienfants apaisants
Récupère des forces dans des flaques d’eau mêlées de son sang.
JOY est désespérée …Va-t-elle revoir sa chère enfant ? …

 

28336628_1156013421202372_7114289092092458632_o

19 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Philippe Le Strat  Philippe Le Tannou sur Facebook

D’autres photos sur ma page de poésie Les poèmes de Chatnine sur Facebook

 

Publié dans:Littérature et Poésie, Risette |on 24 février, 2019 |Pas de commentaires »

Courageuse TRISTOUNETTE

50824445_10157686576402439_762321003861770240_o

«Oh la la ! Ce gredin me poursuit ! … il ne me lâche pas !
Si sa clique rapplique… me voilà dans de sales draps …
Tant qu’il est seul, il gardera ses distances …
Si je trouvais un vieux terrier … avec un peu de chance
Je pourrais ainsi y passer la nuit en cachette.
Il me faut semer ce chacal qui veut faire la dinette.
Tiens j’aperçois un dik-dik … il a l’air aux abois …
Il est fou ou inconscient ? Sortir ainsi des bois …
Bon ne perdons pas de temps à trainasser …
Si je m’apitoie sur tous les futurs trépassés …
Qui viendra me porter secours à mon heure fatale ?…
C’est pas tout … avec tout ça, je crève la dalle …»
Tenaillée par la faim TRISTOUNETTE oublie son chagrin.
Elle ne pense qu’à manger et fuir son fantassin.
Elle stoppe sa marche brusquement … avance prudemment …
Avertie par les mouches et les relents d’une odeur charognarde,
Elle se précipite et s’exclame : «Mon repas de clocharde !
Une demi-mâchoire d’un kobe ! Un reste d’un trophée !
Contente-t’en ma puce même si c’est du réchauffé !
C’est mieux que rien en attendant un vrai festin …»
Vite, elle l’emporte en poursuivant son chemin.
Apparamment le chacal a perdu ou quitté sa trace, entre temps.
TRISTOUNETTE sait que l’acalmie ne va pas durer longtemps.
Camouflée par des buissons elle mordille de ses quenottes
Ce crâne vidé de la cervelle d’une tête de linotte ? 
Après ce léger repas, lasse, TRISTOUNETTE baille.
Des frissons la parcourent à l’idée des possibles funérailles
De sa maman dont elle n’a plus espoir de la voir apparaître.
Elle ne se doute pas que celle-ci va mourir peut-être,
Seule, face à de gueulards prédateurs furieux et affamés.
Affectée mais encouragée de revoir son enfant bien-aimée…

 

51334923_10157712920667439_8978589279286460416_n 51195274_10157697106187439_7829878337278312448_o

17 Février 2019- Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Vidal Terrier sur Facebook

 

 

TRISTOUNETTE

51750048_2457737607587295_3769847105284210688_o

Non, ce n’est pas RISETTE ! …
Elle s’appelle TRISTOUNETTE !
Cette malheureuse attend sa maman.
Tuée sur le coup par un buffle méchant
Ou dévorée par des lions peut-être …
Elle ne sait … triste de ne la voir apparaître.
Le soleil déjà bien haut la réconforte.
«Tous ces vilains monstres… le diable les emporte !
D’une mère célibataire rejetée par son clan
Me voilà par sa faute orpheline, sans parents ?
Quelle chance a ce baby d’être avec sa maman.
Vraiment la vie sur terre n’est que tourments.
Ce chacal planqué là-bas me dit rien de bon …
Il est seul apparemment et reluque mes jambons.
Ma cachette dans ces herbes n’est plus sûre.
Comment déguerpir sans qu’il s’en assure?
Partir ? Rester ? L’attendre encore ? Quel désespoir !
Je suis condamnée à mourir d’ici ce soir.
Et si maman revient et ne me voit plus ici ?
Me cherchera-t-elle ? Bon sang quel souci !
J’ai pas envie d’être saignée comme une bête
Sans étrenner mes quenottes toutes jeunettes. …»
Ainsi TRISTOUNETTE gémit sur son sort
Est-ce un dernier regard avant sa mort ?
Sevrée, survivra-t-elle en ce monde féroce ?
La vie vous invite dans son somptueux carrosse
Et subitement sans trop savoir pourquoi
De bosses vous endosse … mais a-t-on le choix ?…

 

51870229_2457739927587063_8259115573544222720_o 52063564_2457743727586683_3287707309429489664_o

13 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Claude Brahamcha

 

 

 

La meilleure façon de marcher

33814897_10212099879711865_817924432159834112_o

«Maman n’aime pas que l’on marche en file indienne …
Surtout quand derrière nous il n’y a pas de gardienne.
La lanterne rouge qui prévient et donne l’alarme
Afin que nous puissions préparer nos armes …
Éviter un affolement et protéger les petits trésors…
Un sauve qui peut parmi eux serait une mise à mort.
Puis maman aime bien que nous marchions par hiérarchie …
Ce qui arrange MOUSSE avec toute sa panoplie de chichi.
L’autre jour, je me suis caché dans un gros buisson
Pour observer cette drôlesse au cours d’une leçon.
Vous l’auriez vue comme elle se la pétait la demoiselle !
Elle veut apprendre à marcher comme un top-modèle !
Ouais ! Tout ça parce qu’elle a appris qu’un défilé
Doit avoir lieu pour un Mardi-gras … un jour sans filet ? …
Beurk ! Rien que du graillon … très peu pour moi …
En tout cas quand nous allons ainsi tous les trois,
À cause de cette comédienne et de ses foies,
Puis parce que je suis le plus dégourdi, paraît-il …
C’est moi dans la tempête qui termine par ainsi soit-il
Chaque fois que nous sommes menacés par les hyènes,
Ces commères qui ricanent et dont l’hygiène
Me laisse interrogatif quand je vois ces charognes
Se ruer sur des cadavres comme foire à l’empoigne.
Lorsque nous passons ainsi alignés, j’ai comme l’impression
Que nous faisons l’admiration des lions …
Je ne le montre pas, mais j’ai la trouille bien souvent …
Alors je bombe mon torse, mes quatre poils au vent,
Fier comme cet Artaban contemplant sa trouvaille
Qui vient de remporter sa première bataille.
Ce jour là pris en photo nous allions tâter le terrain
Ensuite rendre visite à notre célèbre et grand copain
Un lion patriarche … il est plus fort que toutes les tempêtes !
Je l’adoooore et oublie que très souvent il pète …
Je vous le présenterai ! Il trône toujours à sa place favorite.
MOUSSE ! Tu n’es plus au pas ! Tu m’embrouilles petite !
Petite … hihihi ! Ça lui rabaisse sa fierté de top-modèle …
Maman ! Pour mardi-gras je pourrais manger de la gazelle ? …»

 

51007182_10213650345112531_5365897840566468608_o

15 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Christine Convers sur Facebook

 

 

Un charmeur fou

50779165_368920083662979_5020230694966657024_n

«Le Comité des fêtes est sympa d’accepter ma participation.
J’aurais trop été déçu de rester au portillon.
C’est que je viens de loin …des îles Galapagos !
Dès que je me suis présenté y a pas eu besoin de négoce !
En plus c’est pratique ! Je suis costumé sept jours sur sept.
On me trouve même sur les pages d’internet !
Je fais la une sur différents articles de canards
À cause de ce bleu turquoise de mes panards.
“Le fou aux pieds bleus” ainsi me nomme-t-on.
Pas de quoi casser des pattes de canetons …
Fou, bobo, clown, imbécile … peu importe …
Quand je danse pour ma belle j’oublie toute cette escorte
De surnoms, de rires fous déclenchés.
En attendant j’attire des milliers de clichés.
Docile, maladroit sur terre, je suis passionné de plongée.
Mes longues ailes, ma queue rectangulaire me font voyager.
Des golfes de Californie, du Mexique, de l’Équateur
Je suis l’oiseau préféré de mes nombreux visiteurs.
Mes binocles sur le bec aident mes mirettes.
Ainsi ne m’échappent anchois, calmars et sardinettes.
Le gris, le turquoise, le brun de couleurs me parent.
J’espère remporter un prix avant de repartir dare dare …
Retrouver le calme et l’ambiance de mes côtes sauvages
Où la surpêche, hélas, chez les miens fait des ravages.
Je profite de ce défilé pour déposer une pétition.
Pauvre DARWIN et sa théorie des espèces et de leur évolution.
Il fut inspiré par notre charme fou et notre gentillesse.
SOS… SOS…SOS. SOS..
Merci les amis de partagez mon appel de détresse.»

16 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photo : World of Birds sur facebook

 

 

La grand-maman de JULIO

48383957_10217752395430875_799344322032959488_o

«La sieste … quel mortel ennui !
Quelle idée d’aller chasser la nuit !
Rester vautrés des plombes sans rien faire …
Et ça roupille, ça ronfle, ça digère !
On nous traite de petit au rytme des grands…
Heureusement que j’ai ma grand-maman.
Sans elle les hyènes m’auraient dévoré !
Elle est chouette ma mamie adorée.
Elle a horreur de mes caprices …
C’est quoi une boîte à malices ?
Mais comme je l’aime fort, nul besoin
De l’enquiquiner avec mon tintouin.
Avec elle, même pendant la sieste je m’amuse !
Tu crois pas JULIO que tu abuses ?
C’est tout ce qu’elle me dit … pas de tapes …
Pas de crocs menaçants … quelle bonne pâte !
Je lui mordille ses oreilles, la chatouille,
Elle me traite de petite fripouille, de pistrouille …
Tout fier je me perche jusque sur son crâne !
Une fois j’ai pété dans son oreille … à faire l’âne …
Il n’y a qu’elle qui a le don de m’endormir
Quand elle attaque la série de ses souvenirs.
Une mamie comme elle y en a pas deux !
Et c’est moi qui suis son petit amoureux !
Elle a tant de choses à m’apprendre.
Je suis son petit chéri au cœur tendre.
Durant ces heures passées en sa compagnie
J’en oublie les exigences et leur tyrannie.
Je l’appelle DOUCE et je l’aime très fort.
J’aime me blottir contre son puissant corps.
Quelle chaleur ! … vivement que ce soleil se couche.
 Bas les pattes vilaines mouches !

11 Février 2019 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Farid Radjouh sur facebook

 

 

 

123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus