RISOTTO

45691294_319024288878562_1429919080990638080_o

Après une minutieuse inspection et reniflages poussés
ROUDOUDOU vexé, excédé, finit par la repousser.
«Cette insolente se prend pour la reine de Saba.
Va-t-elle organiser comme elle une orgie ? Bien bas,
Bien bas, mon ROUDOUDOU te voilà bien bas …
Je n’ai pas envie d’attirer la colère de mes aïeux …
Ni de continuer à me battre pour défendre un pieu !»
Mais RISETTE ne l’entend pas de cette oreille !
Elle le cajole avec des yeux à bader aux corneilles.
Comme s’il était la nième merveille du monde.»
«Aaah me perdre avec toi même quelques secondes !
Tu es mon ROUDOUDOU, mon gros nounours à moi.»
ROUDOUDOU s’écarte de cette colle en émois,
Car sitôt l’affaire conclue il décampera laissant,
Reine ou pas, RISETTE et son amour envahissant.
«Pénétrer dans une suite princière à l’âme si guerrière,
Est-ce un piège ou un cadeau à mon plan de carrière ?
Elle me bade, me porte aux nues pour m’exploiter,
Arriver à ses fins, me charme et me fait miroiter
La vie à deux qui m’encombre et m’ennuie …
La voilà, qui me fredonne Retiens la nuit !
J’ai plutôt envie de la conduire à l’école !
Comment me dépéguer de cet agité pot de colle ?»
C’est à ce moment précis qu’un reporter aventureux
Sur « L’ECHO de la Savane » a publié ce cliché d’amoureux
Que l’on pourrait croire en voyage de noces
Sur la route de l’Amour et de ses négoces.

……….
Pendant ce temps aux « Mandibules » STORY
A des bouffées de perturbantes calories à cause
De l’arrivée inattendue du top-model RISOTTO
Au rire renommé à décrocher des ex-votos.
Blasé de fredaines débraillées, de frivolités mondaines,
Il a postulé et le voilà promu par le Conseil des hyènes.
Il va remplacer RIKAÏ  qui vient de mettre bas
Dans des douleurs atroces dignes d’un combat.
On ne sait pour l’instant, terrée dans son terrier,
Combien de nouveaux-nés viennent d’arriver.
C’est ainsi que STORY, prise au dépourvu
Accueille RISOTTO comme si elle n’avait rien vu
D’aussi …Ô si … un trésor sorti de la caverne d’Ali baba
Qui laisse STORY sans voix, ravie de son célibat.
Une beauté tombée de quelque baobab immense 
Que l’on voudrait avoir au moins le temps d’une danse
Un boa soyeux, chatouilleux de plumes douces
À vous faire frissonner de bonheur la frimousse
Vous faire oublier tous vos petits malheurs …
«Suis-je à l’heure ?» …

46080186_777386822602895_5806730844286484480_o

14 Novembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Wonderfulworld Acswell Léa Rnkwsksur Facebook

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus