Promenons-nous dans les bois

45980438_2137997099580317_7365817342967676928_n

Promenons-nous dans les bois
Bras dessus, bras dessous,
Les arbres redoutent le froid
Ils envient la chaleur de vos dessous.

Les splendeurs de l’automne
Me font oublier les cyclones.
Ce lundi de Novembre, une amazone
Recherche la trace du Grand Maulnes.

D’un amour absolu, loin du monde,
Le cuivre et l’or abondent.
Dans tes yeux je quitte le monde
Vers ce possible aux idées vagabondes.

Promenons-nous dans les bois.
Un froid subit m’envahit.
Je marche seule dans ce bois,
J’ai peur du loup si haï.

Senteurs humides de mes larmes
Tombées sur ce tapis de braises.
Loin du vacarme et de ses armes
Libre, j’oublie la fournaise.

Promenons-nous dans les bois
La biche est aux abois.
J’ai peur du vilain chasseur
Qui tue sans vergogne les coeurs.

Promenons-nous dans les bois.
Je suis happée par leur silence.
Le chemin est de plus en plus étroit.
Se consume le feu de joies.

 

11 Novembre 2018 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Gil Strec sur Facebook

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie, Photographe Gil STREC |le 28 novembre, 2018 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 28 novembre 2018 à 8 h 28 min Caroline Bordczyk écrit:

    Qu’il fait bon se promener dans nos poésies ! Quelle belle et forte profondeur !

    Répondre

    • le 11 décembre 2018 à 12 h 18 min chatnine écrit:

      A sondé la profondeur du puits si la corde est assez longue on arrive à se promener parmi de beaux coloris comme celui-ci. Bienvenue !

      Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus