Le manneken-pis

43300263_922911094573647_5147457951375556608_o

Le pensionnat « les Hyénides » est entièrement détruit.
Les quelques pensionnaires, choqués, n’ont plus d’abri.
Regroupés autour de KUKUPANPAN ils attendent avec inquiétude
La décision de la Direction au sujet de leurs études.
Elles semblent bien compromises pour les jours suivants…
À moins d’un miracle, d’un providentiel et inoccupé couvent
Éloigné des pistes pour éviter d’être surpris sans préavis
Par des troupeaux, des hordes de migrants malappris.
Dans toutes ces échauffourées on ne sait plus
Qui était présent ce week-end là au bahut.
C’est le marasme total au sein de l’encadrement
Après ces représailles de rixes, d’antagonisme dément.
RISETTE, loin de tout ce baroud spectaculaire
Rencontre deux camarades perchées sur un lopin de terre,
Tristes, malheureuses, l’air égaré, curieuses de la voir :
«Que faites-vous toutes deux sur cet isoloir ? »
«Nous nous sommes échappées pendant la fuite !»
Et nos deux pensionnaires de raconter la suite …
«Dites donc je constate que le vol de ma couronne
A déchaîné tout le mal du diable en personne !»
«Si encore nous l’avions trouvée … mais non …
Partie, parait-il dans la gueule d’une guenon !»
«Une guenon ? … c’est YO le lionceau qui l’a dérobée !»
Les deux initiées, stupéfaites, en restent bouche bê.
«Mais alors qu’est-elle devenue ? … saperlipopette !
Aussi, si tu l’avais gardée sur ta tête … »
«Avec tes si, tu m’embêtes ! Tenez, je vais à la plage !»
«Nous venons avec toi … à trois on effraie davantage.»
Profitant de la distraction de ses deux colles
RISETTE s’esquive en pensant « Bye, bye fini l’école ! »
Il fait très chaud, le soleil à cette heure est brûlant.
RISETTE aperçoit des arbres, s’en approche à pas lents …
Stoppe … des éclats de rire la font sursauter …
«Ma parole ! On ne dirait pas les rires de ma communauté.»
Curieuse, le cou tendu, elle avance avec hésitation …
À quelques mètres, elle aperçoit un lion
Qui arrose généreusement un tam-tam à roulettes
Tandis que mouches et moucherons en goguette
Bourdonnent aux oreilles des clac-clac en rafale :
«Pipi du matin, le lion a la fringale !
Pipi du midi, c’est son salut colonial !
Pipi du soir annonce un lit nuptial.»
Ce sont les heures où notre Manneken-pis honore
D’un jet d’urine les visiteurs et les décore.
Une curiosité ignorée de bien des safaristes
Trop occupés à photographier les jeux de pistes.
On dit que c’est une grande faveur de voir
Ce Manneken-pis aux nombreux urinoirs.»
«L’insolent ! Quelle indécente gaillardise hardie,
Pour amuser, distraire ces Laurel & Hardy !
Mais trève de plaisanterie, j’ai mieux à faire
Que voir pisser un lion devenu légendaire !
J’ai une faim de loup, allons voir par là
Si je ne trouve pas un beau cuissot d’impala.»
Mais en guise de cuissot ce fut tout autre chose
Qui affligea RISETTE et la rendit morose …

 

27858874_957228241096287_1542657894780522773_n

26 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Photo :

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus