Les rubis de la couronne

44245479_488395244993378_5396259402468556800_o

Piétiné, saccagé, pris d’assaut par les gnous surexcités,
Le Pensionnat « Les Hyénides » n’a plus droit de cité.
Les pensionnaires dans un sauve qui peut, affolés,
Quittent l’établissement encadrés par KUKUPANPAN désolée,
Ulcérée de voir la sauvagerie dévastatrice de ces immigrés.
« Tout ça pour franchir un cours d’eau qui les agrée !»
C’est un va et vient trépignant d’entrées et de sorties
De toutes sortes d’animaux venus piller le moindre rôti.
Du moins ce qu’il reste après les jours d’état de siège,
Réjouissant des curieux amusés par leur manège
Comme ce Jaribu qui n’en perd pas une, jubilant …
Il pense à RISETTE, à ses prémonitions des jours précédents.
«Encore heureux qu’avec tout ce bétail sur le bush
Les ventres sont bien pleins, à part ceux des trucmuches.
Ainsi les occupants purent se défiler sans crainte
Sous la vigilance et le sang froid de KUKU la feinte.»
Quand JADOR, après témoignages, comprit que s’en était fini
Pour la triplée disparue … au retour, intrigué par ces embrouillaminis
Au fur et à mesure qu’il se rapprochait, inquiet, des « Hyénides »
Ce fut un choc… assommé par cette atmosphère morbide.
«Plus aucune trace de survivant … quel malheur, c’est terrible !
Ma RISETTE ! Quelle horreur ! Non, ce n’est pas possible …»
Accablé de chagrin il erra comme une âme en peine
Cherchant le moindre indice, le coeur plein de haine
Contre ces cruels envahisseurs qui n’avaient que faire
D’un Pensionnat peuplé à leurs yeux d’adversaires.
Dans ses pensées il ne vit pas BRUNETTE qui le hélait
De mouvements de tête agités à vous faire tourner le lait.
Et pendant que tous deux cherchent le moindre indice …
À des kilomètres à vol d’oiseau RISETTE, pourchassée par la milice,
S’évertue à brouiller les pistes secourue par Jaribu
Tout fier d’aider une Princesse aux troublants attributs.
Il profite d’une pause pour clamer sans toucher terre :
« Votre Majesté, j’ai tout vu … patatras ! Misère de peuchère !
Votre couronne a été volée par un jeune lionceau …
Il l’a dérobée discrètement pendant la panique de l’assaut.»
Effondrée RISETTE voit son règne achevé …
«Maudits, maudits lions quelles bandes de navets !
Comment vai-je faire pour mon couronnement ?
J’avais bien dit à maman qu’il était imprudent
De laisser à la Pension un joyau de cette valeur.
La hache de guerre est déterrée ! Maudits voleurs !
Une couronne de rubis héritée de mon arrière grand-mère !
Je m’en vais sans tarder enquêter sur cette affaire.»
À des lieues de là, YO, un adorable petit lionceau
S’apprête à offrir à sa maman son premier cadeau …

 

42986569_916608655199958_1310266115372351488_o

19 Octobre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Corlette Wessels Virginie Liardat

 

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus