Fin de l’enquête pour RISETTE

26756408_1387872481341864_5405470755246845174_o

Poursuivie par le bataillon des « Aspirants », RISETTE
Dans une course folle, en vain, cherche une cachette.
Soudain arrive à la charge dans un nuage poussiéreux
Un troupeau d’éléphants pressés, envoyés par les cieux
Ou poursuivant leur marche … qui pourrait le dire …
En tout cas ils ont freiné sec ses poursuivants en délire.
Ce qui a permis à RISETTE de prendre de la distance.
C’est peut-être SHOW, le bienfaiteur de cette chance.
SHOW ! Vous l’avez oublié … lui surement pas les amis !
Lors de ses adieux d’une dernière traversée il avait promis
Au fur et à mesure que pousseraient ses défenses, qu’il espérait
Nous revoir ainsi que MUSE sa jolie cousine préférée.
Mais RISETTE ignore les antécédents de sa naissance.
À part CACAHUETE la tortue … pfff quelle importance ?
« L’essentiel est de sauver ma peau et regagner les « Hyénides ».
« C’est pas demain la veille !» lui becque un Jabiru d’un ton moqueur.
«Tu vois ce que je vois ?» «Oui tu n’as pas de pitié pour ce bébé-nageur»
« Tend le cou … regarde au loin … Que vois-tu ? Hein gamine ?
Les gnous ont envahi, encerclé les « Hyénides »… c’est la famine !
Impossible de rentrer ou de sortir de la Pension assiégée !
De te savoir en dehors de ce siège, tu dois être soulagée !?
En plus « Quenottes » et « Aspirants » sont partis aux trousses
De cette mignonnette disparue sans espoir dans la brousse.»
«Sans espoir ?» «Les grandes échasses ont tout vu …»
«Merci Jabiru ! Je vais leur demander un compte rendu …»
Méfiantes et hautaines à l’approche de la reine RISETTE
Aussitôt ces cinq girafes s’apprêtent à lui tenir tête …
RISETTE impressionnée par la hauteur de leurs talons-aiguilles
Avance avec suspicion vers ces camélopards, se tortille …
Discrètes et impassibles leurs ondes sont inaudibles.
C’est finalement un girafon plus loquace et sensible
Qui veut répèter ce qu’il a entendu dire par ses grandes soeurs.
Mais à ce souvenir si cruel, bafouille, pleure, agité par la peur.
« Décidément pas moyen de clôturer mon enquête !»
« C’est CROCUTA ! C’est CROCUTA la méchante, vilaine bête !»
RISETTE voit surgir d’une souche de bois mort une mangouste naine.
Des yeux pétillants, un bout de nez rose la snifant avec aubaine …
« La sale bête féroce ! Je l’ai vue du haut de mon domaine !
C’est CROCUTA, CROCUTA la méchante bête vilaine !»
« Ma parole, le microsillon est enrayé ! … Crocuta c’est moi !»
Prise de panique la mangouste se réfugie sous son toit.
«Non ! Tu mens ! c’es le lion ainsi surnommé par nous !
Il se régale et tue les nourrissons de chez vous.
Dès qu’il y en a un qui s’égare de vos clans
Hop ! … il lui fait à sa façon cucul panpan  !
Il n’a fait qu’une bouchée de ta petite protégée.
Si j’étais toi je traînerais pas ici, tu cours un grand danger.
Les lieux sont comme un terrain miné, infesté de lionnes.»
Sans dire merci ni au revoir RISETTE s’enfuit, se confectionne
Une tannière car le soleil ne va pas tarder à se coucher.
RISETTE après cette dure journée est suffisamment douchée.
Un peu de feuillage sec pour adoucir sa couche …
« Miam miam ce Swarft Mongoose ! J’en ai l’eau à la bouche …

 

44031533_926770777521012_4117885407838863360_o

15 Octobre 2018 – Jeannine Castel

Pour visionner davantage de photos merci de se rendre sur ma page de poésie :

 Les poèmes de Chatnine

  photos : Peter Chebon Eric Dussaux 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus