Orphelinat « Les dents de lait »

26171287_156129451696251_3596769008588094928_o

Effrayés par les échanges peu sympathiques de leurs ainées,
Surgissent et courent en tous sens des bébés derniers nés.
C’est dans cet affolement général occasionné par son entrée brutale
Que STORY ricane à s’en décrocher ses amygdales.
Comme un ange tombé du ciel sur un champ de bataille
STORY a semé la panique sur ces bébés qui braillent
Inquiets de leur avenir subitement mis en danger
Semblable à leur devise affichée :  » Mangé ou être mangé « .
Ces mots la rendent encore plus vindicative, hargneuse,
Son instinct matriarcal de bonne mère lutteuse, courageuse,
La transforme en héroïne sauvant d’un pirate une marmaille.
Décidée, elle se battra jusqu’au bout, vaille que vaille.
Mais PIRATE ainsi prénommée à cause de cette situation
Se replie entourée de petites têtes, fortifiée, en mur de lamentations.
« Comme c’est bizarre leur comportement envers cette furie ? …
Ils ont l’air de l’aimer … accrochés comme des chauve-souris,
Apaisées d’avoir trouver un plafond de salut de tout repos …
Où suis-je tombée ? Dans quel trafic ? Dans quel tripot ? »
PIRATE profite de cet arrêt de réflexion pour hurler :
« Vous êtes ici, ma chère, à l’orphelinat  » LES DENTS DE LAIT  » ! »
Son arrière train déjà abaissé, STORY s’assoie sur son cul fessé !
« Un orphelinat ?! » Jamais de sa vie elle n’aurait pensé
Trouver en ce Mara, truffé de découvertes surprenantes,
Une Institution de bébés hyènes abandonnés. Mécontente,
STORY se radoucit, montre patte blanche à toutes ces petites souris
Blessées que la vie n’a pas gâtées. « Oh ! mes pauvres chéris … »
Cette exclamation met tout le monde en état de compassion.
« Chienne de vie ! Tomber dans un Orphelinat après la Pension ! »
Curieux, tout ce petit monde, plus détendu, tout de même méfiant,
Quitte le manteau protecteur de ce monstre paru terrifiant
Qui n’est en vérité que leur mère de substitution.
« Je suis la fondatrice de cet orphelinat aux impossibles adoptions.»
« STORY ! … je porte bien mon nom … j’attire les histoires …
À peine venus au monde, déjà victimes de déboires …»
Tels des loups et louveteaux autour d’un feu de camp
Les voilà tous réunis, attendris de gestes réconfortants.
« Je suis seule pour l’instant à veiller sur ces chers petits.
Notre patrouille de bénévoles, en requête est partie
À la recherche de bébés égarés pour différentes raisons
Forçant les mères, bon gré, mal gré, à leurs abandons.
Nos bénévoles sont pour la plupart des hyènes stériles,
Des laissées pour contes aux chaleurs infantiles, …
Des ménauposées car décédées lors de mise-bas …
Je ne vais pas vous apprendre notre dur combat
Entre la vie et la mort pour donner jour à nos ébats.
Heureusement que notre matriarcale réputation attestée
Nous permet d’avoir des nourrices aux heures des tétées.»
STORY, émerveillée, généreuse, offre aussitôt ses services
Frustrée par ce manque de touchers, de bien-être complice,
Entre une mère et ces petites bouches novices
Qui se délectent du bon lait tiède et délicieux …
STORY, heureuse, sourit, remercie les cieux …

 

 

22 Septembre 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Anciaux sur Facebook

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 2 octobre 2018 à 6 h 25 min rougepolar écrit:

    J’adore ce texte ! Bravo !

    Dernière publication sur Rougepolar : Cinq ans déjà …

    Répondre

    • le 2 octobre 2018 à 14 h 30 min chatnine écrit:

      Merci beaucoup ! Me voilà embarquée avec l’histoire de RISETTE qui connaît le succès sur Facebook sur ma page de poésie … au départ je voulais me faire pardonner car je trouvais les hyènes laides … par contre je n’arrive toujours pas à me réconcilier avec les crocodiles … Bonne journée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus