Archive pour avril, 2018

Trop plein

29060556_196955667567022_5152670736989499786_o

Garder le sourire
En attendant le pire
Dans un monde corrompu
Où le fric jamais repu 
Domine jusqu’à l’Univers
Les travers de l’enfer.
La barre de ce grand navire
Est faussée par des vampires
Qui mènent à leurs pertes
D’inutiles et vaines alertes.
Le monde s’éteint à petit feu
À cause de virulents maffieux
Qui ont perdu la raison
Avec leurs pouvoirs d’étalons.
Dirigés par cette maffia d’arrivistes,
Fichés sans rançon sur des listes,
Vivant à côté de la plaque.
Ils assomment à coups de matraque
Ces pauvres naïfs qui croient toujours
Croquer dans une pomme d’amour.
Prendre le taureau par les cornes,
La corrida est sans bornes
Dans cette phase de voleurs de vies.
Aujourd’hui garder le sourire
Mon coup de chapeau est en délire …
Même en rêve je n’y vois que du pire
La folie s’est emparée de ces sbires.

24 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo : Evelyne Fosse sur Facebook 

Encore un peu de poésie

557298_419947318051979_183663910_n

Juste un petit poème,
Le temps de dire « Je t’aime ! »
Écrit dans l’espace
Le coeur plein d’audace.

Invisibles, cachées, elles planent,
Discrètes, jamais ne se fanent
Ces lettres d’un amour éternel
Écrites avec l’encre de l’irrationnel.

Il y aura bien pour les lire
Quelqu’un, dans ce grand Empire,
Qui accueillera leur sourire
Échappé d’un monde de vampires.

Désormais comme une aura, secrètement,
Elles couronnent d’un continuel printemps
Ces mots rabâchés tant et tant
Par les langues des Continents.

Il suffit que je caresse de ma main
L’espace qui me répondra, c’est certain,
M’aimera jusqu’au bout du chemin
Et d’un « je t’aime ! » scellera ma fin.

Mais voilà, c’est déjà la bousculade !
Il y a trop de monde sur l’esplanade !
Des esprits jaloux de cette faveur
Cherchent à gommer les mots de mon coeur.

Encore un peu de poésie
Sur la beauté cramoisie.
La musique de Count Basie
M’apporte un peu de fantaisie.

 

20 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo : Gil Strec sur Facebook

 

 

 

 

Joli Coeur (suite 4 et fin)

IMG_3291 

Ils arrivèrent au cirque recouverts de vase
Ce qui divertit la galerie en extase
De les voir revêtus de bas verts dégoulinants
Pour trouver leurs places Ils mirent un certain temps.
Finalement c’est dans la fosse du parterre
Réservée aux personnalités des Pachydermes
Qu’en invités d’honneurs ils s’installèrent.
Les Léo, en famille, durent se séparer,
Impossible de trouver trois places à côté…
Ainsi sans maman, déçus, désemparés,
Le spectacle perdit de son charme et beauté.
La troupe des Impaluche, célèbres acrobates,
Fit une entrée fracassante à l’épate.
Des sauts ! À vous faire oublier vos pattes !
Athlétiques, avec grâce ces chevaliers de l’espace
Franchissant avec agilité les buissons
De sauts en hauteur plein d’audace
Explosèrent le mur du son.
Leurs longues pattes fines et légères 
Timidement frôlaient le sol.
Le 111, la ligne de leurs arrières 
Transporta tout le monde sur leurs envols.
Courant comme des dératés en zigzaguant,
De gauche à droite, ils impressionnèrent 
Fifi qui les trouva très élégants.
Amusé par ce ballet de haute voltige,
Ces vaisseaux spatials explosifs,
Enthousiasmé par ces Vénus ailées callipyges
Qui lui hérissèrent les tifs,
Joli cœur ne put s’empêcher de rire,
Ne sachant plus où donner de la tête.
Les éléphants dans ce grand délire
Essayaient de soulever leurs popotins des banquettes.
Quand vint la parade finale sous les applaudissements 
Chacun se sentit des ailes d’oiseaux.
Au milieu des barrissements et rugissements 
Ils sortirent pêle-mêle en troupeau.
Puis chacun regagna ses pénates,
Souriants, enthousiastes et ravis
Sans penser que de misérables savates
Alourdissaient le poids de leur vie.

IMG_3285

2 Avril 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Kilambo Abou Maringa

Contes de la prairie

Joli Coeur ( suite 4 – 1ère partie)

IMG_3287

La venue du cirque de plein air Les Impaluche
Annoncée la veille aux quatre coins des pôles 
Par un mégaphone à tête d’autruche
Fut entendue dans toutes les écoles.
Les écoliers tout excités par l’annonce 
À la sortie en parlèrent à leurs parents …
Et sans attendre leurs réponses 
Prirent la direction du cirque ambulant.
Il est encore trop tôt dit maman Rembo
Allez jouer en attendant l’heure !
Inutile vous deux de faire le beau,
Finissez sagement votre quatre-heure.
D’abord allez prendre votre bain mes babar
Pas question d’aller au spectacle ainsi !
Dociles les éléphanteaux comme des canards 
Barbotèrent sous la surveillance de Sissi.
Quant aux Léo par peur d’être en retard 
Ils se mirent en route avec leur mère 
Qui pestait après son autre lascar
Parti loin devant dans la clairière.
Arrivés les premiers Fifi et Joli cœur
Prirent place au premier rang.
Rembo préféra s’asseoir en hauteur,
Prête à intervenir au moindre incident.
Lavés, astiqués, reluisants, en ribambelle,
Sissi en tête suivie de ses boute-en-train 
Évitèrent d’emprunter la fragile passerelle,
Ce qui les obligea à traverser un bassin… ( à suivre )

IMG_3289 IMG_3297
1 Avril 2018 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Kilambo Abou Maringa
Contes de la prairie

Six, cinq, quatre, deux, un

29598331_1872030099496334_1367442115249220560_n 29683642_1872029769496367_8233699830185811258_n

« Il est l’heure de partir ? »
«Non … inutile de courir ! 
Prenons un bon petit casse-croûte
Avant de nous mettre en route.
Papa surveille les Olololos boys.
Ils ont détaché deux cow-boys
Qui n’ont pas eu leur part de butin,
Une hyène assassine dévore avec entrain
Ce qui devait être leur festin.»
Rassasiés, quatre Olololos, en spectateurs,
Assistent au jeûne d’un des leurs
Qui manifeste, esseulé, son mécontentement
Du manque de soutien de son clan.
L’autre, à l’écart, du départ s’inquiète
De cette pique-assiette qui le met à la diète.
Repus ou trop occupés malgré leur famine
Ils boudent ce champ de mines
Foulé par cette famille de girafes,
Parfois maladroites comme Gaston Lagaffe.
Sous l’oeil vigilant du Père, ils assistent
Au défilé de ces silencieuses cachotières en piste.
« Un girafon ! » s’exclame Olololo junior enhardi.
Mais déjà folâtrant sur les boutons d’or
Cousin et cousine se chamaillent
Tandis que les parents, craintifs de représailles
Surveillent les alentours trop calmes à leur avis,
Car rare sur le Masaï sont les moments de répit.
Quatre daltons, cinq gangsters, six mercenaires,
Quel guignolo de gigolos ces Olololos ! Quel parterre !

 

29789901_1872030199496324_3062316380943222705_n

4 Avril 2018 – Jeannine Castel 
Photos : Abou Kilambo sur Facebook
Contes de la prairie

 

 

JOLI COEUR (suite 3)

IMG_3216

Rembo la lionne remercia ces amis
Venus de leurs condoléances témoigner
Leurs amitiés. Après une nuit d’accalmie 
Elle pensa que la meilleure façon de soigner 
Sa grande tristesse, ce vide insistant, cuisant, 
Cette scène d’horreur de cris et de sang
Était de quitter rapidement ce lieu peu reluisant.
Elle devait changer de décor sur le champ
Où tout lui rappelait cette cruelle mort
Qui avait emporté sur un coup du sort 
Son enfant, son cher petit trésor.
La querelle de ses lionceaux lui donna du ressort.
Elle se remémora cette attaque surprise,
Son affolement. Qui sauver dans l’urgence ?
Dans ce malheur elle avait eu la maîtrise,
Malgré ce regrettable manque de vigilance,
De lutter contre ces assaillants furieux 
Sans le moindre secours de curieux 
Ni une aide providentielle des Cieux.
Allons quittons mes chéris ce funeste lieu !
Joli cœur, en tête, tout heureux
De voir sa maman sourire d’un air compatissant
Pataugea dans la boue de ces jours pluvieux.
Il se soulagea d’un besoin pressant …
Il retrouva gambadant avec amusement 
Les chatouilles de cette herbe complice,
Pas assez haute pour d’un déguisement 
Camoufler leur présence aux milices.
Sous maman, rien de plus sûre cachette face aux imprévus …
Ce lion est trop occupé à boire ?!
Chut… Filons en vitesse sans être vus …
Après une séance de manucure notoire, Rembo la lionne
Fit grande toilette à ses petits polissons
Blottis contre elle sur ce vert et frais paillasson.
Joli cœur ronronna sous les caresses gloutonnes 
Prodiguées par maman de tout son coeur.
Il quémanda à sa mère au cœur meurtri 
Toute l’affection pour conjurer la peur 
Qu’en silence, tous les trois sans un cri
Essayaient de surmonter, chagrins.
Marqués à vie dans leur vie commune
Ils profitent de ces inassouvis câlins 
Déposés tendrement sur leur tête brune.
N’osant pas penser à demain, Joli cœur
Avec elles ne fit qu’un seul chœur.
Il se promit de vite devenir fort
Pour protéger ces deux amours de la mort.
Rembo, le regard tourné vers l’avenir 
Lâcha prise sans le moindre soupir.

IMG_3223
30 Mars 2018 – Jeannine CASTEL
Photo : Abou Kilambo sur Facebook
Contes de la prairie

Joli coeur (suite 2)

29542703_1836451889758995_2724981334091638986_n 29572995_1836452443092273_744894516499021878_n

Allez maman, bouge toi un peu …
Nous sommes encore tous les deux !
Tu donnes la frousse
À notre amie l’alouette rousse !
Elle accuse la sentinelle à gorge jaune
D’avoir été trop poltronne.
Non, joli coeur, elle y est pour rien.
Face à cette attaque de vauriens,
Plutôt que de vous perdre tous les trois …
L’obscurité … ce réveil aux abois …
Lourde est ma peine, Joli coeur.
Va, va rejoindre et consoler ta soeur.
La perte que nous subissons,
Nous aussi quand nous chassons
Nous mettons le coeur en peine
De nombreuses mères … bonjour Jabiru !
Merci de vos condoléances, ce deuil qui l’eut cru …
Moi, avant qu’on m’attrape, perché si haut,
Dit le Martin pêcheur huppé de son échafaud.
Le couperet est tombé ! … veux-tu te taire !
De ta tête grise Martin, chasse ce commentaire.
Les Léo de loin assistent par sympathie
À ces condoléances qui virent à la cacophonie,
Heureux d’être encore tous les trois …
C’était un vrai cheval de Troyes …
Quel piège ! … les guépards compatissants
Surveillent l’horizon, bondissant
L’un d’eux en guise de représailles
Saute sur tout ce qui bouge … bande de canailles !
Rosine de tristesse n’a plus ouvert son bec.
La grue cendrée en a le gosier sec.
Il me manque tant ce petit chenapan …
Pas plus tard qu’hier il était là, sur ce tronc, grimpant
Avec mes deux autres, insouciants, heureux …
Joli coeur, je t’aimerai pour deux
Nous voilà enchaînés maintenant, malheureux.
Blottissons nous là dans ce petit creux
Et pensons à notre cher disparu. Est-il heureux
Dans cette autre vie tant annoncée ?
Dans cette histoire, il nous a devancés…
Ces deux commères n’en perdent pas une !
Des lions espèrent le voir marcher sur la lune …

29572838_1836453476425503_3439600707528446694_n 29571279_1836453269758857_48248368807241044_n

28 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photos : Peter Chebon sur Facebook
Contes de la prairie

Joli coeur ( suite 1)

29473157_1857570857608925_913026162747535330_n 29496092_1857571220942222_9127509990245567806_n

Maman tu avais promis qu’aujourd’hui …
Quoi à la fin … tu m’ennuies !
C’est vrai, tu avais promis maman …
Arrête de me coller, je suis pas un talisman !
C’est quoi un talisman … oui bon, on y va ! …
Ouais, Hourra ! maman tu es … ça va,  ça va …
En route !  Suivez-moi ! Où il est joli coeur ?
Tu te caches ! … petit farceur …
Mais non maman, je me gratte le dos !
Qu’est-ce que ça pique cet arbrisseau …
Allons ! Nous t’attendons ! Tu lambines !
Attendez-moi ! Il faut que je m’étire l’échine !
Je laisse quelques griffures, au cas où …
On ne retrouverait plus notre chez nous.
Allez, assez perdu de temps ! 
Allons faire ce parcours du combattant !
Tambour battant, suivez-moi !
 Tu n’es pas seul, joli coeur, attends moi !
Waou ! Ce beau tronc, c’est pour moi !
Bande de trouillards ! Regardez-moi !
Arrête de me pousser … je vais glisser !
Déjà que j’ai envie de pisser …
Ouf ! Nous sommes dans la gueule du serpent …
Maman ! … quels peureux ! Il n’a pas de dents !
Il pourrait nous avaler tous crus …
Et hop, une poutre ! Où il a disparu ?
Joli coeur, c’est pas du jeu ! …
Il est bientôt l’heure du goûter ? J’ai un creux …
Ce tronc calciné, comme terrain y a mieux …
Déjà ?!  Rosine siffle l’heure du départ …
Broutons tranquillement, c’est peinard …
Ouais … dit le phacochère … ce sera pour plus tard …
Mes enfants chéris, je vous félicite ! C’était super !
Nous reviendrons demain si le ciel est clair.
L’oiseau bleu survola avec eux la route,
Plus question de se perdre … qui en doute ?

 

29433273_1857570640942280_577511031321496192_n 29512334_1857570384275639_7035770169702118803_n

22 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photos : Abou Kilambo sur Facebook
Contes de la prairie

Farniente …

29468145_10215673845988438_5905315036812804096_o

Nous, on voudrait s’amuser ! …
Et nous sommes désabusés.
Maman ne fait que roupiller !
Nous laissant que son ventre douillet.
Certes, nous tétons à notre aise l’élixir
Qui nous aidera à bien grandir…
Mais, en attendant c’est la farniente …
Maman de ses chasses est éreintée,
Nous devons attendre son réveil.
Il nous reste que ce généreux soleil
Pour de ses rais jouer avec les ombres
Qui camouflent nos spots en nombre.
Ah ! Voilà qu’elle baille ! Enfin !
Nous allons pouvoir avec entrain
Remuer comme ces beaux léopards sages
Que l’on ne voit pas sur des images !
La discrétion est notre leçon de vie
Si nous voulons espérer un sursis.
Nous aimerions tant gambader …
Notre enfance est déjà fardée !
De silence, brimés de nos réjouissances,
Les sens ont doté notre naissance.
C’est au plus rusé en cette récréation
D’échapper à une certaine dormition.
Nous on voudrait bien s’amuser …
Les vitrines sont faites pour les Musées !
Nous ne sommes pas empaillés ! 
Arrêtez de babiller ! …
Cache-cache ça vous irez chenapans ?
Colin-maillard c’est moins flippant … 
Allez fermez vos jolis yeux !
Ah non! voilà qu’elle se remet au pieu !
Viens on va jouer à chatouille-madame !…
Ouais ! après maman est toutes flammes !
Maman, on voulait juste un peu s’amuser …
Oui, mais du jeu il ne faut pas abuser !
Mais maman tu aimes bien les guiliguilis !
Vous n’aimez pas, petits lascars, ma descente de lit ?
On en a marre de faire du calcul dessus …
Bon ! je vois que c’est sans issue !
Allons faire un jeu de piste ! …
Encore flairer des odeurs … c’est pas triste …
Il faut le prendre comme un jeu  !
Vous découvrirez les trésors de l’enjeu !
Allez, un peu de courage, moussaillons !
Tu vois pas que nous baillons ?! …
Vous n’en dormirez que mieux !
Allez tout le monde hors du pieu ! …

29425600_10215673853428624_688321788253306880_o

20 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photos : Farid Tadjouh sur Facebook
Contes de la prairie

Hello !

29468023_10156281835713234_8543876853071347712_o

Maman est partie chasser …
Je me sens si seul, menacé …
Croyez-moi loin d’elle j’ai peur
D’une visite d’un vilain prédateur.

Dans ma cachette, je dois
Rester avec mon effroi …
Sans montrer le bout de mon nez.
C’est plein de croqueurs de nouveaux-nés !

Là, j’ai désobéi, trop curieux
De savoir si cette Lise, mon Dieu,
Vient me tenir compagnie
En attendant le retour de Nani …

Tout m’incite au jeu, je m’ennuie
Dans ce trou, il fait si nuit …
La tentation déjà me séduit.
Ah ! vite que je grandisse sans ennuis !

Bientôt je partirai avec elle
Semer le trouble chez les gazelles !
Ô vivement que revienne maman,
Ses caresses, mes plaisirs gourmands.

Ceux-là m’ont découvert, demain
Il nous faudra changer de coin …
Quelle vie d’itinérant celle d’un lionceau
Pour affronter la vie sans un lasso !

Hello ! tu es toujours là Lise ?
Chacun à sa place … hein ? une bise ?
Tu n’as qu’à embrasser la photo !
Vite cache-toi Hello … Maman…c’est pas trop tôt ! …

 

20 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo : Lise Perreault sur Facebook
Contes de la prairie

 

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus