Le metteur en scène

28514710_978348908983260_6177150464416589528_o

De gros nuages lourds
Sanglotent sur des amours
Alors que le printemps attristé
Du ciel n’est pas assisté.

Toute la flore grelotte,
Ses couleurs sont pâlottes.
Le printemps chevrote,
Le ciel a faussé sa cote.

Le vent profite de ce caprice
Du ciel pour fêter, complice,
Ce printemps dont l’évènement
Doit se contenter d’un noir et blanc.

Le gris, le ciel ce coloris a choisi
Pour annoncer de joies moisies
La venue de cet hôte fleuri
Par des frissons aux bourgeons aguerris.

Le printemps, ce metteur en scène,
Manipulé par un ciel en prétentaine,
De mousses et de lumières triomphales
Déride le ciel de ses froideurs conjugales.

Ne cédons pas à sa noirceur,
Chassons de ce ciel ses humeurs,
Acclamons ce Printemps si noceur.
L’hiver tout doucement se meurt.

 

20 Mars 2018 – Jeannine Castel
Photo : Sébastien Majerowicz sur Facebook

 

 

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus