Photo internationale

21731611_1181657401966560_5365609612306058584_o

Trois grues royales
D’une beauté impériale
Posent pour la finale
D’une photo internationale
D’un défilé de mode.
Sur un plancher peu commode,
Pour leurs fines et longues pattes,
Elles posent dans cette boue scélérate.
Chaque tête arbore un cimier
De plumes jaune paille associé
Que l’une d’entre elles ne partage pas,
Trop frileuse, elle a remis ses bas,
Sa cape noire sur son chemisier polaire,
Fatiguée de planter pour ces tortionnaires.
Les deux autres, une pour chaque oeil,
Dans leur sac gulaire rempli d’orgueil,
Se tirent la bourre en s’ignorant,
Montrent leur joue d’un blanc dévorant
Cette tache rouge de passions. D’une oeillade,
Elles allument le jury, assis devant, en parade.
De leur bec long et pointu, charbonneux,
Elles s’épient, fières de de leur décolleté généreux,
D’un cou à rendre fou ces gros manitous,
Ces créateurs de mode tatoués, un peu zazous.
Finalement, éliminée par la taille
De son embonpoint marqué de ripailles,
De plumes grasses d’un gris dépressif,
D’échasses aux déhanchement excessif …
C’est la belle intrigue number one
Qui remporta le premier prix de la Faune.
Sous les applaudissements des invités d’honneur,
Cette grégaire migra pas son bonheur
Amplifié de danses, de saluts, de sauts,
Elle ne finit pas sa vie dans le ruisseau.
Quant aux deux autres, la petite histoire dit
Que sur le Masaï Mara du lundi au samedi
On les voit se nourrir de graines sauvages,
De tendres herbes au bord des rivages.
Le Dimanche étant réservé à priori
 À décrotter leur toilette des intempéries.
Si vous les rencontrez, surtout ne criez pas :
« Ah ! mais je les reconnais ces nanas »
Vous vexeriez leur étiquette numérotée
Qu’elles ont gardée, mais où l’ont-elles cachée ?

 

28 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Olivier Gonnet sur Facebook

 

 

 

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus