La maison sans âge

IMG_2909

C’est une bicoque sans âge
Qui se déplace et voyage.
Une légendaire maison de bois,
Une pagode héritée d’un chinois.

Ce chinois, follement amoureux, tomba
Sous le charme de la belle blonde Pincoya,
Une dangereuse sirène qui les noya.
Le toit de la pagode sur une maison s’échoua.

Une maison revêtue de cotte de mailles,
En hommage aux victoires de célèbres bataiiles
De preux et valeureux chevaliers en armure
Qui rêvaient d’îles, de lointaines aventures.

Habitait dans ce logement le nain Trauco
Qui violait leurs dames, ce vilain desperado dingo !
Les chevaliers condamnèrent toutes les issues
Ne voulant pas de femmes enceintes à leur insu.

Trauco, furieux, mis le feu à cette maison
Sauvée par miracle par les bataillons.
Mais leurs belles ne survécurent pas
Aux flammes de tous ces sauvages combats.

C’est alors que Caleuche, un bateau fantôme,
Eut pitié de cette demeure à la gomme,
Sans pilotis, ressuscitée des pires infamies.
Il embarqua avec lui cette misérable amie.

Deux serpents de mer venus d’une mythologie
Provoquèrent une tempête, ramenèrent ce logis
Sur une des îles Chiloé, sous l’ordre de la Patagonie.
On peut encore voir un peigne coiffant ces agonies.

On raconte que derrière les carreaux
Ce sont les voiles de cet errant bateau
Qui amènent voyager sur d’autres rivages
Au fil des siècles, cette maison sans âge.

 

28 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : Loulou Moreau sur Facebook

 

 

 

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus