PLANER

24837539_10155956736932838_722783941399187140_o

Planer comme un oiseau
Au-dessus des cours d’eau …
Le monde paraît-il plus beau ?
St Exupéry le pensait tout haut.
Samedi, c’est la grisaille.
Il faut bien, vaille que vaille,
Redescendre sur ce champ de batailles
Après le flou de ces épousailles.
Le soleil, à ces mots, apparaît,
Lui aussi a connu l’ivraie…
Seul, il réchauffe pour de vrai
Une Terre dont il pourrait
D’un caprice, d’une envie soudaine,
Mettre fin à ces planeurs à bedaines.
Mais la nuit, son amie, sa reine,
Calme sa fièvre, apaise sa haine.

Voler avec pour tout bagage
Ses pensées qui dérivent sur les paysages
Jamais atteints, attelés aux rouages
D’une vie inondée par les marécages.
Sur les ailes déployées d’un de ces oiseaux,
J’ai plané depuis avec tant de mots …

Le ciel, ce samedi, est mon radeau.
Il m’offre un ballet de goélands aussitôt
Disparus comme le fil de l’inspiration
Dérangé par d’autres tentations.
De nouveau, le soleil, par compassion,
Sèche mes larmes de toutes ces émotions.
Regrets, envies, planent à tire-d’ailes …
Bientôt viendra le retour des hirondelles …

 

6 Janvier 2018 – Jeannine Castel
Photo : KLIBI Sabri photographe compositeur sur Facebook

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus