Archive pour décembre, 2017

Méli-Mélo (4)

25626957_1832197773501374_78323325667276939_o

« Dis maman, délivre-nous de la bêtise des hommes »
Mon enfant, s’il suffisait d’une gomme
Pour effacer et recommencer l’histoire
D’une Création qu’un mystérieux Dieu notoire,
Notaire de successions dont les héritages lourds
Nous laissent un monde en grand secours,
Serions nous là toi et moi philosophant
Sur ces terres en compagnie des éléphants ?

La bêtise d’un homme pour avoir croqué la pomme
Qu’une Ève tentée par une ondulante guimauve
A mis dans le pétrin tant de figues enfarinées
Pour un Sauveur qui chaque année renaît,
Revit sa passion jusqu’à la croix dressée
Sur le crâne de sourdes oreilles d’ânes.
Un grand méli-mélo sur nos origines
Qui nous trouve aujourd’hui arrosé d’urines …

La bêtise des hommes délivrés du mal
Ne peut recommencer ce cycle infernal
D’un Big Bang dont les cordes tombées du ciel
Ont servi à la pendaison de cet artificiel
Félon, quelqu’en soit l’appellation.
La bêtise n’était-elle pas déjà dans cette Création ?
Mon enfant, qu’il soit bête ou homme nous voilà
Confrontés aux misères de notre indéniable trépas.

Les anges et les démons sans communs accords
N’ont pour la paix les mêmes ressors.
Les uns voient l’or qui nous a offert la mort,
Les autres voient la mort les délivrer de leur triste sort.
L’enfant se serre contre les flancs de sa mère
De quelle sottise suis-je condamné ma douce mère ?
Saurai-je un jour de la bêtise des hommes
Comprendre ce grand pourquoi inconnu en somme ?…

Délivre-nous de la bêtise des hommes …
Maman, prête moi ta gomme …
Je l’ai toute usée, mon petit homme …

 

27 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jo Begood sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Photographe Jo Begood |on 29 décembre, 2017 |2 Commentaires »

BLACKY

25532253_10214820042363881_697731687549473168_o

Quels buveurs de whisky
Pleins de quoi et de qui
M’ont baptisé BLACKY …
Vous trouvez ça exquis ?
BLACKY … et vous voilà conquis !
Dès que j’apparais, c’est acquit !
À quoi me reconnait-on ?
Sur le blair, j’ai un bouton.
BLACKY ! Oui, j’ai du chien !
Les femelles le savent bien.
Quand il y a de la bagarre
On appelle BLACKY dare-dare !
Je sais, j’ai le prénom d’une guitare …
Mais sur le Mara y a pas de fanfare !
Par contre y a des barbares ignares
Qui prennent notre réserve pour un square …
Entrées, sorties … nous voilà hall de gare !
Pour nous un inquiétant avenir se prépare.
On a bien les girafes comme phare …
Mais elles aussi invoquent les lares …
Non, croyez-moi, j’ai le vert de gris
Tant mon esprit de soucis est pris.
Ces gredins paient même leur droit d’entrée
Pour nous filer des raclées ! Je suis outré !
Mais qu’avons-nous fait à part avoir obéi
À ces gens qui nous ont installé ici ?
Espérons que nous aurons encore des visiteurs
Pour réconforter et écouter nos malheurs.
Bon … c’est Noël chez vous je crois …
Et comme on dit … chacun sa croix …
BLACKY … pourquoi … pour qui …
Tiens, ma crinière a la couleur du whisky …

 

24 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Farid Radjouh

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Farid Radjouh |on 28 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Un tout p’tit éléphant

25531908_10156020106343234_5607481145629741772_o

Un tout p’tit éléphant
Dans l’herbe jaunissant
Derrière sa maman
La suit sagement.

Un tout p’tit éléphant
S’en va gaiement
De sa trompe sonnant
Jouant et trompettant.

Un tout p’tit éléphant
Au plumeau, le coeur battant,
Sonne, sonne maman
Pour dire ses tourments.

Un tout p’tit éléphant
Guilleret, confiant,
Sur les traces de ce popotin
Rêve d’un bon copain.

Un tout p’tit éléphant
Si jeune et grisonnant
Suit son bonhomme de chemin
Espérant des hommes de demain.

Un tout p’tit éléphant
Sans défenses et pensant
« Moi quand je serai grand
Je me marierai avec maman ! »

Un tout p’tit éléphant
Sur le Mara blondissant …

 

22 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Lise Perreault sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Photographe Lise Perreault |on 27 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Levons les yeux

29028218926_ce2b1a0738_b

Quel est ce crapaud
Qui envahit le ciel ?
Que fait-il là-haut ?
A t-il peur de Garfield ?

Que fait ce génie ventriloque
Évadé de sa lampe magique ?
Cherche t-il une belle époque
Perdue dans ces cieux numériques ?

Que fait ce dragon reptilien
Aux yeux globuleux d’un chihuahua ?
Attend-il un des siens
Dans les vapeurs des brouhahas ?

Quel est ce prophète inconnu,
Cette éclaircie tombée des nues 
En costume de gala à l’approche des fêtes ?
Il m’a séduite et me conte fleurette.

Un ciel bien étrange, grandiose, mystérieux,
Vers lequel nous levons les yeux.
Un ciel habillé de nos rêves les plus fous
 Coiffés de chevelure d’anges rêvant sur nous.

Quel est ce ciel d’un Paradis lointain ?
Envoie-t-il des messages en images ?
Une étoile avait guidé les Rois Mages …
Le ciel sur nos têtes en sait bien davantage.

 

20 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo :  Sébastien Majerowicz  sur Facebook

 

 

Méli-Mélo (suite 3)

25398334_1660181484002529_1010492373314432092_o

Malgré le boucan fait par sa colonie,
Plumetis qui paressait au fond d’un nid,
Un nid vide, déserté, insalubre pour les nichées …
Mais notre adorable Plumetis de ce nid s’est entiché.

Accompagné des chuck,chuck et tchit,tchit bruyants
Il décide d’aller voir de plus près ces manifestants,
Cette masse mouvante de félins en colère,
De lionceaux inquiets, collés aux basques de leurs mères.

Ce Tisserin gendarme prêt à dresser contravention
Déploie toutes ses plumes pour une audition
Qu’il trouva auprès d’une lionne retardataire
Boitant, souffrant de blessures de ces mercenaires.

Outré de la façon d’agir de ces bergers,
Il propose son aide pour aller propager
Aux pays voisins, aux membres de MPS,
L’insécurité qui règne pour ces félins en détresse.

Il mobilisa les Tisserins de tous les arbres
Visionnant, pessimiste, le Mara recouvert de marbre,
Pollué par les bouses de vaches enrichies
Par le traffic, quel gâchis, d’inconscients affranchis..

Un oeil averti perçut le signe alarmant
Que ce messager, dégouté des promesses et serments,
De ses plumes allait divulguer auprès des dirigeants
Les retombées désastreuses provoquées par leurs gens.

Les hyènes heureuses de ce soutien providentiel
N’avaient jamais vu autant d’oiseaux dans ce ciel !
Ce ciel de leur Mara qu’aucun perroquet puisse comprendre
La rage de ces félins prêts à tout pour se défendre. …

(à suivre)

 

20 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Jacques Montanari sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Jacques Montanari |on 23 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Méli-Mélo (suite 2)

22496124_863663933798036_7308443171498075963_o

En chemin lions et lionnes grossissent les rangs
Pour alerter et manifester leur mécontentement.
Les vaches désolées de ces agissements
Redoutent le courroux du sorcier Flehman.

Ces lances meurtrières d’esprits guerriers
À ce train là vont nous déclencher une mise à pied !
Sur ces propos les hyènes, sur le champ, décident 
De convoquer les membres du cheptel extralucides.

De cette mise à mort sur nos terres chéries
Nous ne pouvons accepter un avenir appauvri.
La réserve a été créée pour la faune sauvage,
Non pour des vaches domestiques d’élevage !

Des idées qui vont et viennent désarmées
Face à cette violence d’envahisseurs armés.
Des idées noires qui se voudraient blanchies
Mais qu’attendre d’un monde déjà blanchi ?    

( à suivre)

 

19 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Delphine Bériaux sur Facebook

Publié dans:animaux, Photographe Delphine Meriaux |on 22 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Méli-Mélo

25188865_996779213793248_8584045051982520088_o

Des idées qui vont et viennent
Curieuses, éclairées telles ces hyènes
Qui dévorent et dérobent mes pensées
Avec un temps de retard sur les énoncés.

Des idées qui viennent aussitôt reparties
Comme font les hyènes aux carcasses décaties.
Elles ricanent quand je perds le fil
D’un texte expulsé par le trou de mon nombril.

Des idées qui reposent et m’indisposent
Au gré de leurs envies, de brèves pauses.
Elles s’en vont et reviennent en baillant
Après un somme de rêves scintillants.

Ce matin le ciel est rouge de chagrins.
Les hyènes sont inquiètes pour demain …
Dans ce méli-mélo qui règne sur leur Mara
Vont-ils capituler devant ces faces de rats ?

Conseil de famille chez les hyènes du Kenya.
Vont-ils mettre un embargo sur ces guérillas ?
Ça nous promet des années de mécénat …
Les gnous songent à faire péter les cadenas …   ( à suivre)

 

18 Décembre 2017 – Jeannine Castel
photo : Emilie Tournier sur Facebook

Publié dans:animaux, Photographe Emilie Tournier |on 21 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

Fantasme, le lion du Père Noël

25396010_1939677019616234_5437475921122594025_n

Et ce qui devait arriver, arriva ! Pensez, une Miss Kenya !
Une lionne qu’il ne connaissait pas … Miya …
Fantasme ne se consolait pas de la perte de Siena,
Morte, empoisonnée dans ce lâche assassinat
D’éleveurs de vaches sans foi ni loi
Qui violent son territoire, s’octroient tous les droits.
Depuis, le coeur en lambeaux, malgré toutes ces femelles,
Il n’avait pas trouvé une lionne irrésistiblement belle,
Encore pucelle …  ce coup de foudre qui vous frise les moustaches,
Vous cloue sur place, de coups de cravache
Vous incite, vous transporte, vous rend intrépide,
Parfois ridicule, à se jeter au cou de la belle, avide
D’enlacer, fou de désirs, la belle conquise
Qui résiste, minaude, sur le dégel de sa banquise.
Ah ! Il les connaît bien ces lionnes du Mara …
Mais avec cette nouvelle … de quel apparat 
Va t-il déguiser, sans affolement, son feu ardent ?…
Lui, Fantasme, ce Roi confirmé, réputé de bel amant.
Il entendit à l’Écho des Savanes, par hasard,
Que cette convoitise passait par le chemin des charognards.
Plutôt que d’imposer aux morfales une défaite,
Il décida d’aller à la rencontre de cette pépette.
Et c’est ainsi que scrutant sans relâche l’horizon,
Il eut le temps de fantasmer sur cette future liaison
Qui n’était pas gagnée, certes, mais après tout
N’était t-il pas ce Roi, ce beau loulou roux,
Dont la blancheur de sa petite barbichette
Promettait nuits blanches, jours de fête ? Saperlipopette !
Sans perdre de vue ces alléchantes images,
Ses yeux l’aperçurent déjà dans un mirage !
Déjà il en oublia la défunte concubine Siena.
Il espérait régner avec Miya au moins un quinquennat !
Surtout ne pas s’assoupir sur ces élucubrations …
Je dois être prêt à son apparition …

 

17 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Patrick Kientz sur Facebook

 

 

 

Publié dans:animaux, Photographe Patrick Kientz |on 20 décembre, 2017 |2 Commentaires »

Douce nostalgie

25439046_1607949245917809_3587320173028168171_o

J’ai rêvé d’herbes blondes,
De guépards sauvés en ce monde.
Monde rescapé de fièvres colériques
En ce Masaï Mara, au coeur de l’Afrique.

J’ai rêvé devant cette oasis dorée,
En compagnie de mes guépards adorés,
Que ma vie ne pouvait être que là.
Est-ce un mirage ou déjà l’au-delà ?

De ces moissons nostalgiques de la vie,
Je contemple ces deux guépards assis
Sur les derniers vestiges calcinés
De la bête inhumaine des brûlantes années.

J’ai attendu longtemps ce divin moment
Dans les yeux de ce guépard guettant
L’avenir prometteur caché dans les vapeurs
D’un horizon débarrassé de la noirceur.

Seuls en ce Paradis offert par les cieux,
Libres comme l’air, je partage avec eux
Ce petit monticule des gens heureux,
Loin d’eux mon coeur est si malheureux.

J’ai rêvé d’herbes blondes
Avec mes amis les guépards
Mes pensées vagabondent …
Vilain petit cafard.

Vision prophétique
D’un Avent de l’Au-delà
Ou un souvenir nostalgique
Après mon trépas ?

Ne baissons pas les bras,
Le guépard survivra.

 

15 Décembre 2017 – Jeannine Castel
Photo : Sophie Topsy sur Facebook

 

Publié dans:animaux, Photographe Sophie Topsy |on 20 décembre, 2017 |Pas de commentaires »

De bric et de broc

15403765_1644177229216277_4850131729235879040_o

De bric et de broc
Une chapelle couverte de cloques
Transpercée de tiges de fer
Saignées des brûlures de l’enfer
Qui en ce lieu a chassé la présence
Du Saint Sacrement, salutaire délivrance.
Autel vidé de Saints ressuscités
Joseph et l’enfant Jésus pour la postérité
Sont restés.

Désolation et consolation
D’une Terre Promise en démolitions,
La voute a résisté aux éboulis,
L’ivraie sur l’autel a fait son lit.
Des furies ont effacé les fresques.
Un sultan a pris place ou presque
Sur un tapis volant de breloques et franges
Il n’a rien de la beauté d’un ange.
Quel monde étrange.

Prières et encensement d’un passé oublié,
Moisis et crachats sur un culte.
Lys fleuri d’une sainteté spoliée,
Terre Sainte habitée de tumultes.
Un Christ fidèle pour infidèles exigeants,
Les églises sont en ruine faute d’argent.
Les marchands occupent la nef d’antan.
 Nos grands Saints sont devenus combattants
Pour un Christ triomphant.

Réveil brutal sur la foi qui erre
Sur un itinéraire aux nombreux cratères.
Agneaux d’un troupeau au berger itinérant,
Ma foi de charbonnier englobe ce néant.
Chapelle ardente d’un monde décadent,
Luxure d’un linceul immaculé aux bans
Affichés sur des écrits aux portes des églises
D’une Mère sans tache, éminence grise
Manipulée, Adorée.

 

14 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Gil Strec photographies sur Facebook

 

123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus