Archive pour décembre, 2016

Réveillon 2016

IMG_0962

Sous le ciel de Paris silencieux,
La lumière sur ce splendide lustre des cieux
Projette ses retombées en facettes
Sur cette gigantesque Dame coquette.

D’une paroi à l’autre la lumière divisée
Illumine ainsi les ténèbres déguisés,
Embellit cette illustre ferraille
Inconnue des champs de batailles.

Ce lustre métallisé de splendeurs
En ce siècle accompagne nos candeurs.
Défile cette lumière magique
Pour un réveillon chaque fois unique.

Rien ne manque à son réveillon …
Les miroirs, les ténèbres, les cotillons
Renvoient à l’image du jour et de la nuit.
Un miroir, une nuit.

La Tour, ivre de tant de sollicitations,
A aimé, chez Antonio, son invitation.
Tombée du ciel un soir de réveillon,
Quel plus beau cadeau d’émotions !

Sous le ciel de Paris silencieux
La lumière par ce bel lustre des cieux
Illumine tous les feux de l’espoir
Que nous allons fêter et souhaiter ce soir.

 

31 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Antonio Gaudencio photographies sur Facebook

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 31 décembre, 2016 |Pas de commentaires »

Ode à la vie

15747807_1328873747159327_908372933135937745_n

Mon bel Automne
Voici déjà l’hiver
Avant que tonnent
Les mines nucléaires.

Sur ce chemin désert,
Après les mines de charbon,
Nous offrons en dessert
Ces déchets à nos rejetons.

Pour des besoins futiles
Pauvres de nous, pauvres imbéciles,
Etaient-elles utiles
Toutes ces énergies volubiles ?

Un ciel ombrageux se dessine
Avec ce nouvel an qui fulmine,
Pressé de toutes parts de combines
Pour un changement qui lambine.

L’Aigle noir de Barbara est au bal
Sur ce chemin buissonnier vénal.
L’amour, ce mot tant employé,
N’a laissé qu’une terre souillée.

Mon bel Automne châtelain
Voici une année qui s’éteint…
Il est pourtant beau ce chemin.
Ô la vie ! Pouvoir t’aimer sans fin !

30 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Gil Strec photographies sur Facebook

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 décembre, 2016 |1 Commentaire »

Rouillé !

 

15776736_745407895610697_8702701163295732003_o

à Sébastien Majerowicz

Rouillé … rouillé …
Parle pour toi 
Dans ton nid douillet !
Essaie de faire comme moi !
Rouillé … pourrais-tu
Sans crampons ni attache,
Te poser ainsi dessus ?
Hein ? … ça cravache !?!
Oui, je sais ta répartie …
La couche de fientes colle
A mes pattes de fiftififti …
Mais toi, même sur une acropole …
Peut-être assis sur la boule ? …
Telle une girouette pour la foule
Tu tiendrais … je suis maboule ?…
Un peu fou, casse-cou, ma poule !
La rouille … mmm belle bouillabaisse…
Je vais me laisser glisser sur les fesses
Sans luge ni grabuge à l’arrivée !
j’ai mes ailes privées !
Rouillé … pourquoi pas déplumé …

27 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Sébastien Majerowicz Nature photographer 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 30 décembre, 2016 |Pas de commentaires »

Horoscopes

10169198_728548423858532_6254084263077585922_n

Vers l’inconnu
D’une voie solitaire
Pour n’avoir connu
Qu’une vérité éphémère.

Vers l’inconnu,
Branché ou pas,
Quel inconnu
M’attend là-bas ?

On voudrait l’impossible
De cet inconnu possible,
D’une généalogie prévisible
Que nous enseigne la Bible.

Vers l’inconnu, chaque seconde
Creuse, démantèle le sens du monde.
L’esprit serait-il les ondes
Qui dans nos rencontres abondent ?

La lumière nous devance.
Avec nous elle joue et danse,
Nous conduit vers l’échéance
Jusqu’à cet inconnu de l’absence.

Comme la droiture d’une route,
La vérité rétrécirait le doute.
Nous rapprocherait de cet inconnu
D’un concept de bienvenue.

L’as-tu vu, l’as-tu vu,
Dis-moi bel inconnu ?
Et si j’avais vécu
Qu’avec de l’inconnu ?

29 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Gil Strec photographies sur Facebook

 

Vers l’inconnu

15697874_1321855011194534_7880239341461100222_n

Vers l’inconnu, cette lumière
Qui éclairera mon lendemain,
Demeure au bout du chemin un mystère,
Mystère effacé d’automnes certains.

Monde inconnu peuplé et dépeuplé,
Nul n’est revenu depuis les temps anciens.
Qu’il nous plaise ou nous déplait,
Sans les croyances, on n’en sait rien.

Inconnu d’un quotidien qui déroule
Son parchemin de beaux temps, de tempêtes,
La bible de sa vie les jours de houle,
Son tapis de victoires et de défaites.

Cet inconnu inquiète, intrigue, paralyse …
Je suis seule face à lui.
La lumière m’encourage, la bise
Refroidit, gèle ma confiance en lui.

Vers lui je vais, conquérante d’un monde nouveau,
D’un long sommeil inviolable, sans mots.
Armée invisible d’une énigme impossible à élucider
Même Sherlock n’en aurait pas idée.

Vers l’inconnu, palais mental d’un disque dur,
Il est exclu d’affronter ce miroitant azur,
L’effroyable suspens où Castle, en ce monde vivant,
Dans l’inconnu doit attendre et pour longtemps …

 

27 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Gil Strec photographies sur Facebook 

à un de ces quatre !

14409838_1220818497964853_4791734854709697356_o

Men in black
Pour ce come back …
Il a dressé la tente
Dans cette salle d’attente
Dissimulée dans la clarté …
Plumes et encriers il a hérité.
Flashouilleur mémorial en service
M’a localisée, écolière novice.
Il a scanné mes écrans
À la recherche d’amours datant.
Désatomiseur de miettes romanesques,
Ce chevalier collectionne les fresques.
Ma gomme intervient pour effacer aussitôt
Un gringo qui a dégommé ce mélo.
Dans ce conte truffé de rebondissements,
La ceinture d’Orion a flashouillé ce revenant.
Colombo intrigué par la rumeur nappée
Brise la glace, me voilà en taxi kidnappée !
Une heure galactique … un autre chevalier,
Dans cet embouteillage, a trouvé mon soulier
Perdu au cours du rapt, jouet qu’il traque.
Déguisé en campeur, il me met dans son sac.
Le déluge peut arriver, je ne crains plus rien
De tous ces blaireaux du monde terrien.
Je vis alors des bestioles gluantes engloutir
Les derniers survivants d’une terre de loisirs.
Galaxie récupérée d’un monde de macchabées,
Men in black s’est dérobé …

20 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Gil Strec photographies sur Facebook

 

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 28 décembre, 2016 |Pas de commentaires »

La Cisticole des joncs

15591581_1249441295122905_5085452428467068692_o

Je doute de tout et de rien …
Je redoute ce doute qui me vient,
Trouble mon esprit à la question soudaine,
Freine mes ardeurs à l’aubaine.

Déjà mon nom colle à mon Si.
Comme un tic-tac le doute ainsi
Me laisse et me vole les répits
Jusque sur les joncs, mes appuis.

Déjà mon sourcil proéminent accentue
Ce doute qui perturbe mes allées venues.
Au moindre danger, le doute me terrasse,
Me paralyse sur place, face à la menace.

De tics et de tocs le doute alimente
Ce besoin d’occuper mes heures, en attente
De la nuit qui viendra apaiser, aimante,
Cette allure névrosée exposée mais charmante.

Je zigzague entre les joncs et les arbustes,
Quand je doute, je gonfle mon buste
De quelques tchipp, tchipp puissants …
Je fatigue ainsi l’ennemi envahissant.

Je suis la cisticole des joncs
Et, où, ni, mais, car, or, donc !

 

26 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : KLIBI Sabri photographies sur Facebook

 

Publié dans:oiseaux, Photographe KLIBI Sabri |on 26 décembre, 2016 |2 Commentaires »

Ne cours pas

IMG_0934

Ne cours pas
Demain sera assez vite là
Avec ses joies, ses tracas,
Qu’hier déjà
T’attendaient là.

Ne cours pas
Je ralentis le pas
Mais la vie d’ici-bas
Me pousse au trépas
Contre mes desiderata.

Ne cours pas
Ne m’attends-tu pas ?
j’ai tant rêvé cela !
Fragile espoir qui va
Comme mon coeur qui bat.

Ne cours pas
L’amour n’attend pas
Lequel déjà ?
Ne cours pas
Reste là.

 

23 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : Gil Strec photographies sur Facebook

 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 24 décembre, 2016 |Pas de commentaires »

Joyeux Noël

images

A l’occasion des fêtes de Noël, je souhaite à tous et à chacun

de joyeuses fêtes de Noël.

Ma pensée va tout spécialement vers tous ceux d’entre vous qui vont être seuls, dans le deuil ou malades.

Je souhaite que vous trouviez en ces jours de fête Paix et réconfort.

JOYEUX NOEL !

Jeannine Castel

Publié dans:Littérature et Poésie |on 24 décembre, 2016 |Pas de commentaires »

Voici venir l’hiver

12489306_1659263907624416_2724505271879905703_o

Voici venir l’hiver
Ses froides colères
Les grands jours pluvieux
Sans amoureux.

Voici l’hiver venu
Les arbres sont nus
Me diras-tu je t’aime
Quand même ?

L’hiver est à ma porte
Je t’aime s’exporte
Plus d’escorte
Saison morte.

Voici l’hiver
Le long hiver
Ses jours d’enfer
Si beau désert.

Voici l’hiver est là
De givre et de glas
N’entends-tu pas …
Mais qui est là ?

 

21 Décembre 2016 – Jeannine Castel
crédit photos : JulienBergeaud.com photographe irréel 

Publié dans:Littérature et Poésie |on 23 décembre, 2016 |Pas de commentaires »
12345

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus